Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le chômage repart à la hausse alors que les indicateurs économiques sont passés au vert

Le chômage repart à la hausse au mois de mai après les baisses de mars et d'avril. Une augmentation de 0,6 % (+ 22 300 chômeurs), selon les chiffres de Pôle emploi publiés le 26 mai. Explications.

Reprise

Publié le
Pourquoi le chômage repart à la hausse alors que les indicateurs économiques sont passés au vert

Atlantico : Alors que de nombreux indicateurs économiques semblent annoncer une bonne passe de l'économie française, le chômage est reparti à la hausse dans le courant du mois de mai. Comment expliquer cette contre-performance révélée par la hausse du nombre de chômeurs de 0.8% sur les 3 derniers mois ?

Pierre-François Gouiffès : Il faut d’abord louer la décision de la ministre du travail de ne pas commenter les chiffres mensuels et de se concentrer sur les tendances de moyen terme (trois mois minimum).

Sur les mauvais chiffres de mai, il ne faut pas oublier que la France demeure dans une configuration de croissance molle quand bien même plusieurs indicateurs économiques (rehaussement de la croissance, créations importantes d’emplois nets principalement dans le secteur privé).

Il y a toutefois un caractère non intuitif à la conjonction de ces mauvais chiffres et d’un environnement plus encourageant. Un élément partiel d’explication concerne la baisse rapide depuis trois mois des sorties des statistiques pour entrée en stage de formation, alors même que l’exécutif précédent en avait un élément majeur de sa politique à compter de 2016 : 38 000 sorties en plus en 2016, 62 000 sorties en moins depuis le début de l’année.

Malgré la hausse du nombre de chômeurs, le nombre de personnes indemnisées est lui à la baisse. Comment expliquer cette différence et que révèle-t-elle de la tendance actuelle ?

Les chiffres depuis le début de l’année démontrent avant tout une stabilisation du chômage : +1,5 % pour les catégories ABC, -1 % pour les demandeurs d’emploi indemnisés. L’écart limité provient d’évolutions différentiées du fait d’une non indemnisation de certaines publics différés avant d’être indemnisés pour les entrants, épuisement des droits pour les chômeurs de très longue durée, prise en charge par la Sécurité sociale pour les demandeurs d’emploi connaissant des problèmes de santé.

Dans un tel contexte d'incertitudes, que penser des effets à venir de la Loi Travail ? Quels seront ses effets sur les différentes catégories, et notamment pour ceux qui sont au chômage ?

La promesse du candidat Emmanuel Macron était de baisser le niveau de chômage de 10 points aujourd’hui à 7% en 2022, ce qui veut dire faire la moitié du chemin qui nous sépare du niveau allemand de chômage (4 %).

Donc l’exécutif joue gros avec le projet de loi travail présenté dans quelques jours. La logique consiste principalement à réduire les frais à l’embauche par une plus grande liberté de rupture des contrats de travail et une plus grande prévisibilité de leurs conséquences : barémisation des indemnités prudhommales, réduction des délais contentieux, modalités de rupture du contrat de travail. La logique est de débloquer l’entrée dans l’emploi par le déblocage de la sortie, ce qui doit faciliter l’embauche dans le secteur privé, et donc permettre le recrutement de personnes chômage. Un défi particulièrement fort concerne les 2,4 millions de chômeurs de longue durée ainsi que les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans dont le volume recommence à croître.

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pepitix - 27/06/2017 - 10:30 - Signaler un abus Corrigez les articles svp, trop de coquilles

    Serait-il possible après relecture de corriger les articles (dictés) certaines phrases sont difficiles à lire, et deviennent même incompréhensibles ou de nature à nous embrouiller perdant tout sens logique. Un seul exemple ici: " réduire les frais à l’embauche" ne seraient pas "les freins" merci de votre attention.

  • Par Pepitix - 27/06/2017 - 10:45 - Signaler un abus Une analyse plus fine

    On nous parle de baisse "conjoncturelle" probable avec le contexte économique européen. Pourquoi ne pas expliquer que la conjoncture terroriste et sécuritaire doit créer des emplois de service aux entreprises, gardiennage, fouilles partout ... Des emplois généralement en intérim ou contrat CDD (on espère que ce ne sera pas éternel). L'autre gisement d'emploi: l'aide aux personnes, surtout âgées (on devine pourquoi) où les horaires décalés, le peu de formation (c'est s'occuper de vieux comme on en a dans sa famille!) généralement des organismes très dépendants de subventions ou couverts par des réductions d'impôts (après l'erreur du gel). Le digital, le numérique ce sont des leurres, la prise de risque dans le financement des startup ou 90% déposent le bilan, des projets souvent "virtuels et subventionnés", généralement associés à des crédits d'impôts qui sont le seul intérêt, l'autre étant u final de faire des économies de personnel et donc aboutir à du chômage.

  • Par vangog - 27/06/2017 - 13:52 - Signaler un abus @Pepitix Votre raisonnement "fin" est faux!

    car les emplois de services, de gardiennage, de fouilles se font à budgets constants, et même, budgets en baisse pour ce qui concerne les collectivités, associations, grandes entreprises etc...ainsi, de nombreuses collectivités, associations doivent annuler des manifestations, festivités etc...car elles doivent faire appel à des sociétés privées pour compenser le travail que la police nationale, municipale ne peuvent plus assumer, faute de moyens et parce que les risques ont été décuplés par les UMPS...Le raisonnement est identique pour l'aide aux personnes âgées, qui se fait à budget constant, ou en baisse prévisible du fait des nouvelles taxes Macron sur la vieillesse...Le budget qu'une famille consacrera à une aide à domicile, sera un budget absent sur d'autres dépenses, médicaments etc...la grande opération de communication de vase a commencé avec l'ex-socialiste Macron-le-félon...

  • Par JANCAP - 27/06/2017 - 20:27 - Signaler un abus TRES SIMPLE : JETER LES FRANÇAIS !

    C'est pourtant très simple. Les patrons et le MEDEF l'assument depuis trois décennies, mais surtout sans le dire : tout faire pour se débarrasser des salariés français qui coûtent au minimum un SMIC + cotisations sociales.

  • Par vangog - 27/06/2017 - 20:47 - Signaler un abus "Épuisement des droits pour les chômeurs...

    de très longue durée"...qui iront plomber les budgets (pas leur faute, mais celle des UMPSECOLOCOCOs) des budgets départementaux, qui n'investissent plus dans l'avenir, depuis bien longtemps...

  • Par pierre de robion - 27/06/2017 - 22:31 - Signaler un abus Se plaindre des maux dont on chérit les causes!

    Ces mesures seraient efficaces si on avait des capacités de production et surtout une main d'oeuvre adaptée à mettre en face! Or le consommateur schizophrène a voulu payer bon marché, mais sans baisse de salaire. Résultat tout s'est délocalisé et aujourd'hui les "travailleurs" ne produisent que du vent, du futile de l'inutile ou des services rendus à une population insolvable. Bref, nous dépensons (réellement) 100 quand nous produisons (enfin quand je dis produire) 80! Pour l'instant ça marche grâce au crédit extérieur, mais quid le jour où la France devra se contenter de ne consommer que ce qu'elle produit? Quid? voyez l'Argentine, Cuba ou la Corée du Nord sans oublier tous les pays qui n'ont pas (mais pour combien de temps) notre capacité d'endettement!

  • Par Jean-Benoit - 28/06/2017 - 11:54 - Signaler un abus On nous dit ....

    On nous dit que la loi travail nous bloque l' emploi et qu'il faut la rendre encore plus souple OK , mais la majorité des embauches sont maintenant des cdd et ca ne débloque pas plus que ca ? Je ne suis pas si sure que de casser ou de modifier une énième fois le code du travail va suffire pour en trouver ? Et puis avec tout ces emplois qui partent depuis des années ailleurs à meilleure cout sa nous aide pas tout ca !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française (Documentation française, 2013). et récemment Le Logement en France (Economica, 2017). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.
 

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€