Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 30 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi changer de banque ne relèvera plus du parcours du combattant

Petite révolution dans le monde de la finance à partir de lundi 6 février, les particuliers qui désirent changer de banque pourront le faire sans avoir à effectuer un véritable parcours du combattant comme c’était le cas jusqu’ici.

Edito

Publié le
Pourquoi changer de banque ne relèvera  plus du parcours du combattant

La loi Macron qui va enfin entrer en vigueur sur ce plan donne acte à une revendication exprimée depuis longtemps mais qui restait lettre morte face aux difficultés rencontrées dans un changement d’établissement. Dans un monde en mouvement, nos compatriotes faisaient preuve jusqu’ici d’ ne étonnante stabilité dans le choix de leur établissement financier. Quatre et demi pour cent de la population seulement procédait à un changement chaque année, alors que la moyenne est de onze pour cent en Europe.

Cette fidélité apparente était davantage subie que choisie comme en témoigne ll a pression en faveur d’une réforme qui  était devenue très forte, en particulier en raison de l’explosion des tarifs bancaires à laquelle on assiste depuis plusieurs mois, les banques cherchant à trouver de nouvelles ressources pour faire face à l’hémorragie de leurs recettes entraînée par la chute des taux d’intérêt.

Désormais, les  clients qui veulent  opter pour le changement n’auront  pas à subit les tracasseries administratives pour transférer leurs comptes :  l’établissement d’accueil s’occupera de tout sans frais dans des délais qi ne devraient pas dépasser quelques semaines.  Plus de soucis désormais pour les virements,  les prélèvements, les domiciliations. Les banques assurent qu’elles se sont préparées  à un changement  qui va accélérer la concurrence entre  les établissements, en principe au bénéfice du consommateur. Certaines tenteront au demeurant de conserver leurs clients en revenant  par  exemple sur la taxation qu’elles opéraient sur les opérations, d’autant que le début de remontée des taux d’intérêt leur apportera un certain soulagement.

Cela dit, le législateur ne  pouvant jamais faire les choses simplement en France, des restrictions ont été apportées à la liberté de changer. Ainsi, le système ancien restera en vigueur pour les comptes titres,  les livrets de caisse d’épargne et l’assurance-vie, pour lesquels il existerait là aussi pourtant  une demande  en faveur du changement, surtout lorsque les détenteurs de fonds constatent les différences qui existent dans la rémunération offerte selon les banques : mais pour l’instant,  ils resteront prisonniers  de celui qu’ils ont choisi au départ.

En définitive, la réforme concernera essentiellement  fonctionnement  de la vie courante des ménages, ce qui  représente déjà un élément important. Les principaux bénéficiaires seront les jeunes et ceux qui n’ont pas un patrimoine  élevé. Mais il faudra aller plus loin, car la révolution digitale qui se met en place, est en train de  modifier les comportements  et obligera  le monde  financier à se transformer.  Aujourd’hui, le banquier n’est plus limité  à un monde très codifié, car les opérations  impliquant de l’argent se font partout, chez soi grâce à internet, dans les magasins, les bureaux de tabac, etc.  D’autres géants extérieurs à la banque vont s’y manifester, comme Apple ou Google. Orange s’apprête aussi à créer un établissement propre à la suite du succès rencontré par  les banques en ligne. Bref, c’est tout le paysage du monde des paiements qui est appelé à se transformer. Comme toujours  la France qui réclame toujours le changement, tarde à le mettre en œuvre et se situe dans les derniers pays à modifier ses usages, Mais, tôt ou tard,  elle ne pourra y échapper.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 03/02/2017 - 08:54 - Signaler un abus Pourquoi en changer ???

    Ouvrez un compte dans une autre banque tout simplement ..... !

  • Par john mac lane - 03/02/2017 - 10:44 - Signaler un abus Et quand une banque low cost pour les entreprises?

    Ca fait 20 ans que j'ai a titre personnel une banque low cost individuelle. Ca fait 20 ans que je cherche pour l'entreprise une banque Low Cost pour l'entreprise. Impossible! Ça n'existe pas. Trouvez l'erreur alors que c'est la demande! Nous avons une entente "non-dite" d'une évidende connivence absolue et de fait qui pénalise tout le tissus des PME de France par milliards de prélèvement imposés et débiles. Les individus c'est bien, mais économiquement s'occuper des entreprises serait mieux. Que fait le conseil de la concurrence? Ha oui ce machin placard aux Enarques. Ils ont tous un ami dans la banque. En plus leur siège est dans le quartier des sièges des banques...Connivence. Entente. Abattre un arbre ne fait pas abattre la foret.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€