Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi cela n'a pas de sens de parler d'une troisième intifada

Malgré une montée en puissance des frictions avec le tir d'une roquette ce matin contre Israël, l'utilisation du terme "intifada" (lutte sans armes) ne permet pas de décrypter les évènements actuel. Explications

Contresens

Publié le

Atlantico : La mort ce week-end d'un militant du Fatah dans les geôles israéliennes a déclenché un vent de colère en Cisjordanie alors que plusieurs centaines de jeunes palestiniens se sont heurtés depuis aux forces de l'ordre de l'Etat Hébreu. Peut-on néanmoins parler d'une "troisième intifada" comme l'a affirmé une partie de la presse ?

Julien Salingue : La mort d'Arafat Jaradat s'inscrit dans un contexte plus général de mobilisation des prisonniers, et de mobilisation de la population en soutien aux prisonniers. Il y a moins d'un an, 2.000 prisonniers étaient entrés en grève de la faim pour protester, notamment, contre la pratique de l'isolement et contre la détention administrative. Cette dernière, qui permet à Israël de maintenir des Palestiniens en détention durant une durée indéfinie, sans charge et sans procès, est régulièrement dénoncée par les ONG des Droits de l'Homme.

Depuis cette grève de la faim historique, qui s'était soldée par une demi-victoire pour les détenus, d'autres prisonniers ont à leur tour cessé de s'alimenter, avec notamment le cas emblématique de Samer Issawi, à l'heure actuelle en grève de la faim depuis plus de 7 mois.

La mort de Jaradat n'est donc pas un coup de tonnerre dans un ciel serein, et rappelle à qui l'aurait oublié que la question des prisonniers politiques demeure structurante dans la société palestinienne. Il y a aujourd'hui près de 5.000 prisonniers en Israël, et leur sort est une préoccupation constante pour leurs familles, leurs proches, ainsi que pour les organisations politiques et la société civile palestiniennes.

Plutôt que d'une « 3ème intifada », c'est donc davantage à une nouvelle explosion de colère que nous assistons, dans des territoires qui sont toujours sous occupation et au sein desquels une société toute entière refuse de laisser les siens être arrêtés arbitrairement, détenus dans des conditions parfois inhumaines, et mourir d'un prétendu « arrêt cardiaque » lors d'un interrogatoire conduit par le Shin Beth, connu pour ses méthodes brutales.

Par ailleurs le mot "Intifada" n'est-il pas dépassé pour décrire les mécanismes actuels des rapports Israélo-palestiniens ?

Le terme « Intifada » fait référence au soulèvement palestinien de la fin de l'année 1987, contre l'occupation israélienne, qui demeure une référence dans l'histoire de la lutte nationale en Cisjordanie et à Gaza. Or ce à quoi nous assistons ces derniers jours est très loin de la forme qu'avait prise la lutte à cette époque.

La 1ère Intifada était caractérisée par sa structuration à tous les échelons de la société palestinienne et par l'investissement massif de la population dans le soulèvement : jeunes, vieux, hommes, femmes, réfugiés, citadins... Tous les Palestiniens participaient à l'Intifada, dans une société particulièrement bien organisée, par les partis politiques, les organisations d'agriculteurs, d'étudiants, de femmes, les syndicats, etc...

La donne a changé. La structuration politique de la société palestinienne est beaucoup plus faible, et rien ne laisse penser qu'un soulèvement généralisé, durable et organisé pourrait survenir dans les jours et les semaines qui viennent. Les Palestiniens luttent sur divers fronts, contre la construction du mur et les expropriations, contre la colonisation, en solidarité avec les prisonniers, mais aussi contre la dégradation des conditions économiques pour la majorité des habitants de Cisjordanie et de Gaza. Mais il n'y a pas de direction claire, unifiée, qui pourrait proposer un programme politique claire et des échéances de mobilisation, comme ce fut le cas à la fin des années 1980.

Comment donc définir et expliquer les émeutes actuelles ?

Le mécontentement palestinien n'avait pas disparu. Il était seulement moins visible. Quiconque se rend dans les territoires palestiniens s'aperçoit que, derrière l'apparente accalmie, il y a en réalité un renforcement de l'emprise israélienne sur les territoires occupés et une dégradation des conditions de vie de la population. Malgré les Accords d'Oslo, malgré le récent vote de l'ONU, la population palestinienne n'a aucune perspective de réelle libération, de réelle indépendance, et il n'y a dès lors aucune raison que la colère s'estompe.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gile - 26/02/2013 - 22:04 - Signaler un abus Oui bof

    Quand on voit ce que les palestiniens ont fait de gaza, une taupinière qui ne vit que grace aux subsides des occidentaux, on est en droit de se demander ce que feraient les palestiniens s'ils étaient indépendants en cisjordanie. Les centaines de millions versés par les occidentaux n'ont servi à rien sinon à enrichir une petite caste d'hommes d'affaires qui ont réinvestit leurs bénéfices ailleurs dans le monde. Et puis la division fatah/hamas condamne toute perspective d'accord avec les israéliens qui ont bien compris que négocier avec le fatah ne leur garantit nullement la paix avec le hamas.

  • Par Terranostra - 26/02/2013 - 22:33 - Signaler un abus Excellent papier....

    Ils les obligent à vivre comme des rats. Ils n'ont aucune morale.

  • Par robert - 27/02/2013 - 08:02 - Signaler un abus Dessine moi un complexé, un jaloux

    @terranostra tu n'as rien a dire mais tu as besoin de le faire savoir

  • Par Terranostra - 27/02/2013 - 12:09 - Signaler un abus Israël ou comment se faire des amis............

    - près de 5000 palestiniens détenus administrativement sans limite de temps,sans procès, sans avocat et parfois torturés au bon vouloir du Shin-Beth au mépris des droits de l'homme. - construction d'un mur de la honte sur les territoires palestiniens - expropriations des palestiniens -spoliations de leurs terres -colonisation honteuse -atteintes à leurs conditions de vie - contrôle et rationnement de leur approvisionnements alimentaires et des médicaments -accès limité à l'eau potable -électricité limitée -port de commerce paralysé. Oui indignez vous !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julien Salingue

Julien Salingue est Doctorant en science politique à l'Université Paris 8 et enseignant à l'Université d'Auvergne.

Ses recherches portent sur le mouvement national palestinien et sur les dynamiques politiques, sociales et économiques en Cisjordanie et à Gaza.

Il a notamment publié A la recherche de la Palestine : Au-delà du mirage d'Oslo.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€