Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi cacher sa tristesse est nuisible pour l'éducation de son enfant

Aujourd’hui, de nombreux parents se sentent démunis face aux comportements de leur enfant et se demandent comment l'éduquer de manière bienveillante et sécurisante. Car vouloir conditionner les enfants, en leur donnant des ordres, en leur faisant des reproches, en les culpabilisant ou en leur demandant « pourquoi » ils ne font pas ce qu’on voudrait qu’ils fassent génère souvent des conflits, parfois de la violence... Pour autant, on ne peut pas « tout laisser faire » sans intervenir : un vrai casse-tête ! (Extrait de "Parents bienveillants, enfants éveillés" de Laurence Dudek, publié aux éditions First 2/2)

Bonnes feuilles

Publié le
Pourquoi cacher sa tristesse est nuisible pour l'éducation de son enfant

La tristesse est une émotion nécessaire à l’enfant. Pourtant, elle est souvent difficile à admettre pour l’adulte qui la reçoit. Les toutes premières tristesses apparaissent au moment des séparations d’avec la maman : l’enfant a besoin d’être triste pour comprendre la séparation. Je ne parle pas de l’angoisse de séparation au moment où la maman s’en va, ni des effusions qui l’accompagnent (les pleurs ne sont pas toujours l’expression d’une tristesse), mais de ce qui se produit une fois qu’elle est partie et que l’enfant se retrouve dans l’expérience de son individualité et de la solitude.

Sans acceptation de la tristesse, pas de consolation possible. Il convient donc que l’adulte accueille la tristesse de l’enfant1, comme toute autre émotion, même si elle peut sembler inquiétante, indésirable et qu’on a souvent envie d’en limiter l’expression. La tristesse est une émotion silencieuse. Elle entre facilement, car elle suit généralement une autre émotion qui a « ouvert la porte ». Une fois à l’intérieur, elle a tendance à rester plus longtemps que d’autres émotions : ce qu’elle vient faire bouger est lourd et le mouvement est une course de fond, en endurance. Elle s’exprime d’abord à l’intérieur, par un repli sur soi. C’est pourquoi on peut passer à côté de la tristesse d’un enfant. C’est une phase délicate de l’émotion, car il convient de l’accompagner tout en respectant le besoin de l’enfant de ressentir la tristesse. Comme il a été dit plus haut, l’exemple facilite l’apprentissage : si l’adulte a pris l’habitude de ne pas dissimuler sa propre tristesse quand elle survient, l’enfant aura plus de facilité à reconnaître la sienne et à la vivre.

Quand un parent est triste, il est plus efficace de ne pas faire semblant d’être gai – contrairement aux idées reçues, qui prétendent que cacher sa tristesse permet d’en protéger l’enfant. Bien sûr, il ne s’agit pas de lui transmettre sa tristesse en lui racontant par le menu l’événement qui l’a provoquée, mais on peut lui dire : « J’ai besoin d’être triste, tu vois, j’ai besoin de pleurer, je vais me retirer un moment, j’ai besoin de laisser passer ma tristesse, et puis ça va aller. »1 Lors d’un événement qui affecte durablement la vie, un deuil ou une séparation des parents, un déménagement ou un changement de situation sociale, les enfants perçoivent inconsciemment la tristesse des adultes, sans en être informés et sans pouvoir confier leur propre tristesse. Car si l’adulte est occupé à essayer de cacher sa tristesse, il n’y a pas d’espace pour celle de l’enfant. Or dire sa tristesse à un enfant, c’est lui apprendre à vivre sans crainte de lui-même. Le contexte social dans lequel nous vivons n’autorise ni de se replier sur soi, ni de prendre le temps de souffrir.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurence Dudek

Laurence Dudek est psychothérapeute.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€