Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’ascension vertigineuse du bitcoin représente une menace face aux grandes monnaies

Longtemps confidentiel le bitcoin fait aujourd’hui une percée spectaculaire sur les places financières. Fruit au départ de l’imagination de quelques passionnés d’informatique, il utilise les dernières trouvailles du numérique et s’inscrit dans la logique de l’ubérisation de l’économie pour donner naissance à une sorte de nouveau géant de la finance qui commence à représenter un défi pour les grandes devises traditionnelles.

Edito

Publié le
Pourquoi l’ascension vertigineuse du  bitcoin représente une menace face aux grandes monnaies

Il suscite partout un engouement au point que les épargnants du Zimbabwe se précipitent sur lui pour se protéger contre l’inflation galopante que connait leur pays. En quelques semaines, le bitcoin a pris l’aspect d’une véritable lame de fond. Son cours a dépassé dix mille dollars, alors qu’il était insignifiant en début d’année. Pour  l’instant il n’est pas stabilisé et connait des fluctuations très fortes. A quatre reprises il a enregistré un reflux brutal  pouvant atteindre trente pour cent, mais il s’est toujours  repris.

Il exerce la fascination d un produit nouveau un peu mystérieux, car il fonctionne au sein des réseaux sociaux en reposant sur un programme informatique sécurisé piloté par une communauté de dix mille développeurs. Le nombre d’utilisateurs monte en flèche et se chiffre à plusieurs millions, voire dizaines de millions pour une valeur globale dont la fourchette imprécise se situe entre 150 et 300 milliards de dollars. Certains spécialistes estiment qu’il se situe déjà au trentième rang mondial des monnaies.

A dire vrai, l’apparition  du bitcoin  n’est pas un phénomène unique. Il a toujours existé dans le monde des moyens de paiement parallèles à ceux qui étaient mis en œuvre par les Etats. Des monnaies locales  circulent ainsi dans de nombreuses agglomérations : elles sont acceptées par des commerçants ou des boutiques spécialisées et portent souvent un nom du terroir. Des chaînes de magasins offrent ainsi des points en fonction des achats qui peuvent  être ensuite convertis en euros par exemple. Mais leur influence est circonscrite à un univers très localisé. A l’inverse, l’informatique et internet confèrent au bitcoin une puissance de feu inconnue jusqu’ici, même s’il  commence à avoir des concurrents plus modestes comme l’etherium. Car de grands fonds d’investissements vont entrer dans la danse. La bourse de Chicago va  lancer ce mois-ci un contrat à terme sur le bitcoin qui va lui donner une ampleur nouvelle.

Le bitcoin apparait ainsi comme une menace pour les grands pays qui avaient pris le contrôle de la création monétaire après la fin de l’étalon-or. Ils avaient  ainsi confié aux banques centrales la mission de réguler le fonctionnement du système alors que les banques commerciales assuraient la création monétaire par le jeu du crédit. Mais les banques centrales ont dévoyé le système en inondant le marché sous des quantités abusives de billets pour lutter contre  la crise financière de 2008, en renonçant au rôle que jouaient les taux d’intérêt ramenés pratiquement à zéro. Du coup, les banques centrales ont perdu une partie de leur pouvoir, contesté aujourd’hui  par des inventions comme celle du bitcoin. Ce produit apparait aussi comme une ouverture dans l’univers des placements qui s’est singulièrement rétréci avec les actions trop  chères, risquant un krach et des obligations qui ne rapportent plus rien. Il échappe de plus à la fiscalité, sans compter qu’il est un outil essentiel pour le blanchiment d’argent, au moment où les contrôles des Etats se sont renforcés sur les mouvements d’argent officiels.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerard JOURDAIN - 01/12/2017 - 11:24 - Signaler un abus ça sent un peut plus....

    ça sent un peut plus....le rassis pour les" démocraties ". on parle du pouvoir financier ou politique...ils se partagent le pouvoir..; aiii...le politique va tousser . plus de maîtrise de la monnaie... pour le financier, c'est un non problème..;il en achètera bien à temps...

  • Par jurgio - 01/12/2017 - 14:06 - Signaler un abus Le bitcoin est une grenouille qui coasse dans son coin

    et qui n'a pas encore enflé comme un bœuf, à l'instar des monnaies officielles

  • Par kelenborn - 01/12/2017 - 18:20 - Signaler un abus Ah c'est du garibal

    Il ouvre la conversation: ceux qui ont quelque chose à dire causez. Comme j'ai une procuration de Vangode, je vous signale que c'est une invention gauchiste!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€