Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’argent qui pourrait servir à la revalorisation des enseignants se trouve déjà dans le budget de l’Education Nationale

Les enseignants sont entrés en grève ce mardi 26 janvier 2016, protestant pour beaucoup contre l'absence de revalorisation salariale. Le budget rocambolesque de l'éducation nationale ne permet pas aux professeurs l'accès à un salaire si élevé, puisqu'en moyenne, les enseignants français sont parmi les moins bien payés d'Europe... L'occasion de faire un peu de ménage dans les dépenses moins nécessaires que d'autres.

Cagnotte

Publié le
Pourquoi l’argent qui pourrait servir à la revalorisation des enseignants se trouve déjà dans le budget de l’Education Nationale

Atlantico : Pour augmenter les enseignants du primaire – ou tout simplement pour optimiser le fonctionnement de l’éducation nationale – peut-on imaginer une refonte de son fonctionnement ? Pourrait-on piocher dans certaines dépenses inutiles (ou trop élevées) pour financer certaines dépenses plus nécessaires ?

Eric Verhaeghe : Aujourd'hui, l'Education Nationale est largement plombée par des coûts de coordination et d'organisation qui tiennent à son effet taille. Dix mille écoles autonomes coûtent moins cher à coordonner que dix mille écoles toutes dépendants d'une hiérarchie unique et organisées depuis un centre commun. C'est pourtant ce dernier choix que fait l'éducation nationale en France, en privant les établissements de toute autonomie et en les rendant très dépendants des autorités rectorales qui les encadrent. Faute d'indépendance sur les programmes, sur les méthodes, sur les moyens, les établissements scolaires ont besoin d'une armée de petites mains ou d'administrants qui pensent tout à leur place.

Cette difficulté explique pourquoi sur 1 million de salariés, 200.000 sont des administratifs. Pour 4 enseignants dans les classes, on compte un administratif affecté à des tâches de soutien. Ce chiffre n'intègre plus, précisons-le, les ouvriers, les cuisiniers, qui relèvent désormais des collectivités locales. 

Ce mardi 26 janvier, les enseignants du primaire sont entrés en grève pour revendiquer une revalorisation salariale. Pourtant, le budget de l’éducation nationale représente l’un des plus gros pole de dépense de l’Etat. Comment s’organise, d’un point de vue très concret et chiffré, la répartition de cette somme ?

L'Etat, on l'oublie trop souvent, ne représente même plus 60% de la dépense d'éducation en France. En tous, les Français consacrent près de 150 milliards à l'éducation, dont près de 90 milliards apportés majoritairement par l'Education Nationale (environ 65 milliards) et le reste par l'Enseignement Supérieur (23 milliards). Il faut comprendre que ces sommes (et le ministère évite de mettre ces chiffres en avant) sont essentiellement du salaire. La masse salariale de l'éducation nationale avoisine les 60 milliards d'euros. Tout est dit, bien entendu, dans ce chiffre. Les salaires des personnels de l'enseignement primaire coûtent 20 milliards, ceux du secondaire 30 milliards. Le décor est posé! Une grande partie des difficultés provient de la création de 60.000 postes sur le quinquennat qui, en réalité, ne sont pas financés. Ils grèvent toute possibilité d'augmenter les personnels présents. Les enseignants doivent choisir entre être plus nombreux mais mal payés, ou mieux payés mais moins nombreux. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 27/01/2016 - 10:13 - Signaler un abus Oui mais à préciser

    Globalement , je suis d'accord avec l'auteur mais je lui ferai cette remarque. Pourquoi ne pas parler des disparités salariales entre les enseignants qui ont les mêmes responsabilités: agrégés à 15h , certifiés à 18h : 20% de salaire en plus... pour ceux qui travaillent le moins...le comble !3100 euros fin de carrière et 3700 hors classe (certifié : 2900 fin de carrière hors classe ,idem prof des écoles). Si vous regardez les heures de présence ,les vacances (4 mois) vous verrez qu'ils sont aussi bien traités que dans les pays voisins . C'est un choix : plus présents , moins de vacances , moins nombreux , plus payés ou le contraire (cas aujourd'hui). Mais l'enseignant français voudrait le beurre (peu de présence) , l'argent du beurre (salaire meilleur )et les félicitations du jury. Quant aux agrégés , faut arrêter : vous êtes les meilleurs et on vous emploie moins , on vous paie plus sans plus de responsabilités !!!

  • Par Lafayette 68 - 27/01/2016 - 10:18 - Signaler un abus précision (suite)

    salaires mensuels donnés en nets , vérifiables sur les sites du ministère , hors indemnités de conseil de classe et de réunions (que ne perçoivent que partiellement les profs des écoles)

  • Par Lafayette 68 - 27/01/2016 - 10:32 - Signaler un abus Suite (et fin)

    Vous auriez pu aussi parler de la charge de travail , très variable selon les disciplines , alors même que la rémunération est la même:l'exemple typique : EPS : un agrégé doit 17h (14 plus 3) , un certifié 20h(17 plus 3) de cours mais combien de copies à corriger ? Absents aux délibérations du bac en juillet...et quelles harassantes préparations de cours !

  • Par john mac lane - 27/01/2016 - 11:13 - Signaler un abus Salaires inférieurs? Hors primes! parce que si on compte......

    Exemples de primes et indemnités diverses hors salaire de fonction: Indemnité de suivi et d’orientation des élèves Prime de fonctions et de résultats, Indemnité d’administration et de technicité, indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires Indemnité de gestion allouée aux gestionnaires d’EPLE Indemnité d’éloignement COM et primes d’installation outre-mer Indemnité allouées aux chefs d’établissement Indemnité de sujétions spéciales « Zone d’éducation prioritaire » Indemnité de congé formation Indemnité pour l’accueil et l’accompagnement des étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement Prime spéciale pour les enseignants assurant au moins trois HSA Indemnité de sujétions spéciales de remplacement Indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat Indemnité de charges administratives aux vice-recteurs et aux personnels d’inspection Prime d’entrée dans le métier Indemnité pour fonctions d’intérêt collectif Indemnité de caisse et de responsabilité allouées aux comptables d’EPLE Indemnisation du contrôle en cours de formation pour le baccalauréat professionnel Et ça date de 2011 et n'inclue pas les nouvelles primes crees depuis...

  • Par Solaros - 28/01/2016 - 01:24 - Signaler un abus @ john mac lane : c'est bien

    @ john mac lane : c'est bien le problème, aucune revalorisation salariale, et des accumulations de primes, qui créent parfois des disparités de traitement, mais qui en tout état de cause ne seront pas comptabilisées dans le décompte des retraites. Par ailleurs, le problème soulevé par Lafayette par le traitement des agrégés est plus global : on n'emploie pas les enseignants en fonction de leurs profils et spécificités, ils sont nommés par une commission qui ne regardent que des barêmes de points. On perd énormément en efficacité. Encore faudrait-il que les syndicats d'enseignants acceptent la prise en compte des profils, du mérite et de l'investissement individuel pour des revalorisations salariales, ce qui est perdu d'avance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€