Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 14 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’âge que vous ressentez dans votre tête a plus d’impact sur votre état physique que celui noté à l’état-civil

Plus que notre date de naissance ce serait notre âge ressenti qui aurait un impact sur notre santé, notre personnalité et notre mental.

Younger

Publié le - Mis à jour le 24 Juillet 2018
Pourquoi l’âge que vous ressentez dans votre tête a plus d’impact sur votre état physique que celui noté à l’état-civil

 Crédit MYCHELE DANIAU / AFP

Depuis plusieurs années, les scientifiques s'intéressent à "l'âge ressenti". D'après eux, celui-ci serait plus important que notre âge réel. Comment expliquer cette théorie ?

Jean-Paul Mialet : Ainsi, le ressenti l’emporterait sur la réalité objective ? Une découverte qui, en fait, ne devrait surprendre personne.
Il y a un moment que l’on sait combien le cerveau humain construit chez chacun sa propre réalité à partir du réel, en y incorporant un grand nombre de paramètres. Interviennent entre autres l’histoire personnelle (expériences passées, évènements de vie, bain affectif) et la culture d’appartenance. 
 
Dès les années 60, on a montré par un grand nombre de recherches combien la perception subissait des influences subjectives.  Par exemple, on sait qu’il existe une tendance à surestimer la dimension d’un billet quand il appartient à sa monnaie : le billet de 10 francs apparait à un français plus grand que sa taille, erreur que ne commet pas un américain qui, pour sa part voit le billet de 10 dollars plus grand qu’il n’est… 
 
Ce phénomène du décalage entre l’éprouvé et le réel s’observe partout. Il est particulièrement criant dans les jugements que portent les individus sur leur apparence. Combien de femmes se trouvent laides en dépit de tout ce que leur dit le miroir ou leur entourage? Mais le jugement que chacun porte sur ses compétences dans des domaines plus abstraits que les critères physiques tels que l’intelligence ou de nombreuses autres aptitudes peut également s’avérer très éloigné de ce qu’en perçoit un observateur objectif. Plus largement, le regard interne sur lequel se fonde l’évaluation de soi-même peut être biaisé dans un sens positif ou négatif. Et certaines thérapies visent à redresser les déformations excessives de ce regard.
Pourquoi n’en serait-il pas de même pour l’âge ? Pour la plupart, l’âge est une donnée chronologique quantitative finalement assez abstraite, dont la conscience ne revient pleinement qu’au moment de l’anniversaire. Pour les enfants, l’âge est une ambition, un futur : on veut devenir des « grands ». Pour les adultes, l’âge est un nombre d’années d’existence qu’on inclut dans des projets avant de devenir – pour certains et pas tous – une préoccupation.
 
 

Quelqu'un qui se sentirait plus jeune -par exemple quelqu'un de 50 qui aurait un âge ressenti de 45- vieillirait mieux et en meilleure santé. Comment l'expliquer ? Est-ce uniquement dû au fait que quelqu'un se sentant plus jeune est plus actif ou d'autres facteurs entrent-ils en jeux ?

Se sentir jeune protège. Le jeunisme ambiant fait de l’âge un souci, pour ne pas dire une angoisse. Alors que d’autres cultures ont une grande tolérance pour l’âge et attribuent des qualités – expérience, sagesse – aux personnes âgées en les respectant et en leur reconnaissant un rôle social, notre monde de performance fait de l’âge un handicap. Dans certains milieux professionnels, l’informatique ou la publicité par exemple, on est très vite un « vieux ». Le risque de l’âge est donc d’être mis à l’écart, de perdre sa place dans la communauté.

Avec un tel enjeu, on conçoit que ceux qui se sentent jeunes vieillissent mieux. Et ils entrent alors dans un cercle vertueux, car ceux qui se sentent jeunes se comportent comme des jeunes et entretiennent mieux leur santé à travers de multiples activités, physiques et sociales. Qui sait même – on peut tout envisager - si l’âge ressenti n’influence pas aussi certaines secrétions hormonales ? A l’inverse, ceux qui se sentent âgés s’ouvrent moins à une vie dont ils anticipent déjà les renoncements majeurs. Ils n’attendent pas d’être âgés pour vieillir – doublant ainsi l’âge au poteau ! 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 23/07/2018 - 09:30 - Signaler un abus J'ai dix ans

    Je sais que c'est pas vrai, mais j'ai dix ans.

  • Par patafanari - 23/07/2018 - 12:46 - Signaler un abus Plus jeune !

    Depuis toujours j'ai eu l'impression d'avoir quatre vingt ans. Aujourd'hui, j'en ai quatre vingt sept . Je me sens donc plus jeune que mon àge réel.

  • Par thenext1000years - 23/07/2018 - 19:33 - Signaler un abus Age et esprit

    Age is a thing over matter, If you don't mind, it does not matter Intraduisible jeu de mots

  • Par Septentrionale - 24/07/2018 - 10:01 - Signaler un abus J'ai mille ans

    Enfin presque

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Mialet

Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.

Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.

Ses travaux l'ont mené à écrire deux livres (L'attention, PUF; Sex aequo, le quiproquo des sexes, Albin Michel) et de nombreux articles dans des revues scientifiques. En 2018, il a publié le livre L'amour à l'épreuve du temps (Albin-Michel).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€