Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l'acidification des océans pourrait, à terme, coûter des milliards d'euros à la planète

Selon la communauté scientifique, les océans seront 170% plus acides en 2100 qu'avant la révolution industrielle.

SOS planète en détresse

Publié le
Pourquoi l'acidification des océans pourrait, à terme, coûter des milliards d'euros à la planète

La disparition de certaines espèces marines va provoquer un bouleversement de l'écosystème et de grandes pertes financières.

Des milliards d'euros, peut-être plus. C'est ce que pourraient potentiellement coûter les répercussions de l'acidification des océans. Un rapport produit par des océanographes réunis en 2012 à Monterey (Californie) dans le cadre d'un sommet fait état des inquiétudes liées à ces changements, dangereux pour la nature et catastrophiques pour l'homme. La presse s'est même récemment faite le relais d'un chiffre : l'acidification des océans pourrait se chiffrer à mille milliards d'euros en un siècle. Une estimation à laquelle Jean-Pierre Gattuso, coorganisateur du sommet de Monterey, n'apporte pas de crédit : "Il y aura un impact économique évident mais, à ma connaissance, aucun calcul n'a permis d'établir un tel chiffrage".

Ce qui est sûr, en revanche, c'est que près de 540 millions de personnes qui dépendent de la pêche vont, à terme, souffrir de la disparition des poissons, des mollusques et des coraux. - bien qu'une étude datant de 2007 démontre une relative résistance de ces derniers à l'acidification. Le phénomène n'est pas nouveau mais s'accélère. Depuis la révolution industrielle, l'océan gagne en acidité en raison de l'augmentation des émissions de carbone. Cette saturation empêche désormais les océans d'absorber les émissions aériennes de dioxyde de carbone - ils en absorbent environ un quart, actuellement. Selon les estimations des scientifiques, les océans seront 170% plus acides en 2100 qu'ils ne l'étaient avant la révolution industrielle - l'acidité des eaux a déjà augmenté de 30%, atteignant un niveau inégalé depuis au moins 55 millions d’années. Une évolution qui devrait accélérer la vitesse du changement climatique à venir.

Les premières espèces à souffrir de cette lente catastrophe sont les organismes qui vivent dans des coquilles dures ou des exo-squelettes coralliens, tels que les mollusques et les crabes. La pêche des mollusques représenteraient à elle seule une perte de 130 milliards de dollars. C'est sur la base de cette estimation que les scientifiques chiffrent à mille milliards de dollars les pertes éventuelles.

La communauté scientifique n'est cependant pas en mesure de prédire quelle sera la réaction de l'écosystème face à cette acidification des océans. L'Australie devrait, par exemple, être épargnée d'une invasion de méduses irukandji, qui ne vit uniquement dans le nord du Queensland, grâce à la montée en acidité de la mer. Il est en outre impossible de savoir quelles espèces vont survivre et lesquelles vont périr. Une chose reste cependant certaine : il sera extrêmement difficile de revenir en arrière une fois ces transformations effectuées. "Si nous arrivons à stopper le phénomène en limitant les émissions de CO2 dès maintenant, il faudrait probablement entre 1 000 et 2 000 ans pour que l'océan retrouve le niveau d'acidité qui était le sien dans les années 1800", estime Jean-Pierre Gattuso.

Mais les gouvernements ne semblent toujours pas prêts à agir : "Ils n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la politique à mener, principalement en raison des problématiques économiques. Un pays comme la Chine, qui est le principal émetteur de gaz carboniques, refuse de limiter ses émissions car l'Occident ne l'a pas fait au moment où il s'est développé. On voit d'ailleurs que les seules périodes de stagnation ou de diminution des émissions de CO2 se font au moment de crises économiques. Ce sont deux problèmes complètement liés". Entre pertes immédiates et pertes futures, les dirigeants semblent pour le moment avoir fait leur choix. La communauté scientifique, elle, ne perd pas espoir mais considère que la conférence de Paris sur le climat, organisée en 2015, sera celle "de la dernière chance".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Cerisier - 29/12/2013 - 17:20 - Signaler un abus L'acidification comme le niveau des océans

    Est très difficile à déterminer puisque localement le PH de l'eau de mer peut varier journellement ou saisonnièrement (parfois dans de fortes proportions et pour des raisons locales). La très faible augmentation de la concentration en CO2 ne peut expliquer une acidification qu'on ne constate pas partout mais surtout on ne sait pas calculer de manière moyenne au niveau mondial. Par ailleurs la théorie du réchauffement climatique nous explique que la mer aussi se réchauffe, si c'est le cas sa concentration en CO2 devrait baisser car une eau chaude dilue moins de CO2. Pour vous convaincre de la complexité scientifique de tels phénomènes voici une petite vidéo (en anglais) sur le niveau des mers https://www.youtube.com/watch?v=q65O3qA0-n4 Ce qui est sûr c'est bien que l'alarmisme du GIEC coute, LUI, des milliards par an (estimation actuelle 1000 milliards de dollars depuis le début du GIEC, incluant toutes les politiques nationales en faveur des renouvelables).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€