Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour sauver le monde, les hommes doivent-ils devenir végétariens ?

Des scientifiques estiment que l’homme devra radicalement changer ses habitudes alimentaires pour préserver les ressources en eau qui s’amenuisent sous la pression démographique qui ne cesse d’augmenter.

Régime

Publié le
Pour sauver le monde, les hommes doivent-ils devenir végétariens ?

Pour éviter des pénuries, l'humanité devra-t-elle se tourner vers une alimentation quasi végétarienne ? Crédit Reuters

Que vous le vouliez ou non, vous pourriez bien devenir végétarien prochainement. Régulièrement les experts et les organisations s’alarment du manque à venir de ressources alimentaires dans le monde. Des analystes IRD Dexia Asset Management ont par exemple expliqué dans le rapport « Pénurie alimentaire : tendances, défis et solutions » que d’ici 2050, les besoins alimentaires de la population mondiale estimée à 9 milliards de personnes seront 100% supérieurs à ce que nous produisons actuellement. Et il faudra bien faire quelque chose pour pallier ces demandes de nourritures.

Le végétarisme pourrait alors être la solution. C’est en tout cas ce qu’affirment dans un rapport les scientifiques du Stockholm international water institute (SIWI).

Selon eux, la population mondiale devra se tourner vers une alimentation quasi végétarienne d’ici 2050 pour éviter des pénuries que le journal anglais The Guardian qualifie de catastrophiques. Les chercheurs expliquent la pénurie de ressources à venir, et plus particulièrement celle de produits carnés par la raréfaction de l’eau. Par ailleurs, l’eau économisée par ce nouveau régime permettrait bien évidemment de produire plus dans un monde aux climats de plus en plus hostiles aux récoltes.

L’élevage demande une quantité d’eau considérable. « 70% de l’eau mondiale est utilisée par l’agriculture, et cela ne cessera d’augmenter avec les deux milliards d’humains de plus d’ici à 2050 », estiment les scientifiques dans leur rapport, qui préconisent donc que la part d’aliments carnés consommés actuellement par les hommes – d’environ 20% par repas – soient baissée à 5%. Un régime à base d’aliments issus des animaux utilise en effet selon l’étude dix fois plus d’eau qu’un régime végétarien.

Ce n’est pas la première fois que la question est soulevée. Déjà en 2008, John Anthony Allan, professeur au King’s College de Londres, et surtout lauréat du prestigieux Stockholm Water Prize, pressait la population mondiale de se tourner vers le végétarisme en raison de l’énorme gâchis d’eau lié à l’élevage.

Ces  cris d’alarme ont été entendus. Le directeur général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jose Graziano Da Silva, a en effet déclaré lundi à la Semaine internationale de l’eau (World Water Week) à Stockholm qu’ « il ne peut y avoir de sécurité alimentaire sans sécurité de l’eau ».

Les hausses des prix des matières premières agricoles en raison de la sécheresse en Amérique du Nord indiquent bien comme eau et alimentation sont liées. Un troisième élément s’ajoute à l’équation : l’énergie. Les scientifiques rappellent en effet que la demande en énergie, qui peut faire appel aux ressources en eau notamment lorsqu’il s’agit de produire de l’électricité grâce à la force hydraulique, devrait augmenter de 60% d’ici à 2040. L’eau est donc au centre de tous les débats.

Si Anders Jägerskog, éditeur du rapport, assure que « nous aurons besoin d’une nouvelle recette pour nourrir le monde dans le futur », et plutôt une recette végétarienne, d’autres pistes sont évoquées. Limiter le gâchis, mais aussi augmenter le commerce, les échanges entre les pays en surplus alimentaire, et les autres, en déficit sont notamment cités dans le rapport. Sinon, il y a toujours la nourriture artificielle, évoquée par plusieurs scientifiques comme une possibilité de sauver le monde de la pénurie alimentaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Karamba - 28/08/2012 - 18:09 - Signaler un abus Il va être grand temps...

    ... d'interdire à certains de faire des gosses. Les chinois l'ont bien déjà fait eux.

  • Par phidias - 28/08/2012 - 18:46 - Signaler un abus Interdire, non...

    Interdire à certains de faire des gosses : Non. 1- le "à certains" serait anticonstitutionnel 2- le "interdire" me hérisse un peu le poil. Par contre : 1- Abolir le système d'allocations familiales 2- Taxer les familles de plus de un enfant (ou plutôt supprimer les demi-parts de déduction IR) quitte à reverser aux familles mono-enfant. Voilà une bonne idée...

  • Par phidias - 28/08/2012 - 18:48 - Signaler un abus PS

    Le tofu cuisiné en France est une horreur , par contre j'ai dégusté en Chine quelques unes des infinies préparations à base du même ingrédient : Un régal !

  • Par Khemas - 28/08/2012 - 19:38 - Signaler un abus Rien de neuf depuis la

    Rien de neuf depuis la conférence de Stockholm et le rapport Meadows quoi !

  • Par Redmonde - 28/08/2012 - 19:47 - Signaler un abus TROP D ETRES HUMAINS

    Trop d'êtres humains sur terre et les écologistes ne proposent que des solutions ridicules du genre--en faisant bien attention et en se privant de tout, on peut vivre à 20 dans une chambre de bonne. La terre avec 9 milliards d'habitants va devenir un enfer, où on ne pourra plus boire plus d'1 litre d'eau par jour, plus manger de viande, plus rouler en voiture; qui a envie d'une vie pareille? Le contrôle des naissances, c'est la clé de notre survie--d'autant plus que ce sont toujours les peuples incapables de s'assumer économiquement qui font le plus d'enfants. Solution: éduquer les femmes des pays pauvres, les initier à la décadence consumériste et au féminisme occidental, et en deux générations, elles seront passées à 1,8 enfants par femme. Mais ça urge: le gouvernement socialiste veut moins de riches et plus de pauvres, et a donc décidé d'ouvrir les portes du pays à toute la misère du monde. Inemployables de tous les pays, la France vous accueille à bras ouverts.

  • Par géodith - 28/08/2012 - 19:55 - Signaler un abus C'est marrant

    il y a 10 ans on culpabilisait les végétariens en attirant leur attention sur les carences diverses entrainées par les régimes végétariens voire pire, végétaliens...

  • Par sam84 - 28/08/2012 - 20:07 - Signaler un abus Les animaux ,les plantes

    Réagissent a la "démographie" et la pénurie des vecteurs de leurs vie quotidienne en limitant les naissances,la fleuraison...Nous sommes trop cons ,nous les animaux humains pour réagir ,alors nous subissons bêtement un long et douloureux déclin

  • Par ciceron - 28/08/2012 - 20:33 - Signaler un abus Ce n’est pas la première fois que la question est soulevée. Déjà

    en 2008 ? J'ai mieux, petit joueur ! "Sa crainte tournait autour de l'idée que la progression démographique est plus rapide que l'augmentation des ressources" Malthus en l'an 1798. "Malthus est un des premiers économistes à tenter de théoriser les crises dites de surproduction, cette idée sera reprise et développée par John Maynard Keynes pour analyser la crise de 1929, ce qui fait de Malthus un annonciateur du keynésianisme." Keynes, Le penseur économique des socialo-bobo... Tout est lié...

  • Par Khemas - 29/08/2012 - 11:39 - Signaler un abus D'autant que Malthus s'est

    D'autant que Malthus s'est totalement vautré dans son analyse :) Les néo-malthusiens prétendent maintenant qu'il s'est juste trompé d'un siècle. Ces gens n'ont jamais entendu parler d'innovation. La vérité c'est qu'ils n'aiment pas l'Homme. Qu'ils se flagellent seuls et arrêtent de nous péter les ... Quand la viande sera devenue trop chère, si on ne trouve pas un moyen d'accroître la productivité en la matière, on arrêtera d'en manger par la force des choses. C'est ça la magie de l'offre et de la demande. En attendant cette apocalypse annoncée, qu'ils nous épargnent leurs réglementations aussi inutiles que liberticides

  • Par Lisou39 - 29/08/2012 - 12:23 - Signaler un abus Enfin !

    Le végétarisme est encouragé depuis longtemps par Jean Marc Governatori ( Alliance écologiste indépendante ) .

  • Par Khemas - 29/08/2012 - 14:39 - Signaler un abus @Lisou39

    Je n'ai jamais compris cette vilaine habitude éco-bobo-compatible. Pourquoi chercher à encourager le végétarisme. Vous faites vos choix, laissez les autres faire les leurs :) C'est dingue cette propension naturelle au prosélytisme...

  • Par ヒナゲシ - 29/08/2012 - 14:53 - Signaler un abus Tirez-en les conclusions…

    ciceron : « […] la progression démographique est plus rapide que l'augmentation des ressources » Il se trouve que les ressources ne progressent plus, pour cause notamment — est-ce bête ! — de finitude de la planète, dont nous avons peu ou prou exploré tous les recoins, et aussi de destruction de l'environnement. Or la population ne cesse d'augmenter…   Khemas : « Vous faites vos choix, laissez les autres faire les leurs ». Mais il est déjà des domaines où vous ne pouvez plus choisir. Par exemple il ne se trouve plus aucune mer du globe où le thon comporte moins d'1 mg de mercure par kg de chair. Il vous ne reste donc plus que le choix ne plus en manger, ou bien de vous empoisonner à petit feu…

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€