Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour l’OCDE, il nous coûte 2 milliards d’euros mais y a-t-il des alternatives efficaces au redoublement scolaire ?

Le mois de juin est généralement celui des conseils de classe, qui décident du passage d'un élève en classe supérieure ou de son redoublement. La France, championne du redoublement dans les pays de l'OCDE, dépenserait chaque année 2 milliards d'euros à cet effet.

Bonnet d'âne

Publié le
Pour l’OCDE, il nous coûte 2 milliards d’euros mais y a-t-il des alternatives efficaces au redoublement scolaire ?

La question du redoublement en France n'est pas une question d'ordre pédagogique mais d'ordre budgétaire. Crédit Reuters

Chaque ministre de l'Éducation nationale croit régulièrement avoir trouvé le Graal du système scolaire dans la proposition suivante : il faut supprimer le redoublement. Or, depuis des décennies qu'on force la diminution de cette pratique, aucune amélioration n'a pourtant eu lieu.

Et pour cause : la question du redoublement en France n'est pas une question d'ordre pédagogique, mais bien une question d'ordre budgétaire. Le redoublement, ça coûte trop cher, et avec tout cet argent, on ferait… on ne sait pas trop ce qu'on ferait d'ailleurs, mais on l'utiliserait mieux, paraît-il. Comment ? Alors là, on se le demande, puisque cela fait bien trente ans que les courbes du redoublement sont à la baisse ; et celles de l'efficacité du système ne sont pas pour autant à la hausse, et l'aide aux élèves en difficulté ne semble pas avoir produit un quelconque résultat d'ampleur depuis tout ce temps.

Il en va du redoublement comme de tant d'autres choses dans l'Éducation nationale : ce n'est pas avec des positions de principes déconnectées de la réalité qu'on répond aux problèmes du quotidien. Par exemple, d'aucuns nous martèlent que les pays dont le système scolaire fonctionne ne font pas redoubler. Une telle affirmation semble aujourd'hui aller de soi, et tous de la répéter dans les médias. Or la réalité est toute autre : tout d'abord, on ne peut prendre n'importe comment un élément unique et le désolidariser de l'ensemble d'un système. Or jusqu'à preuve du contraire, l'efficacité d'un système scolaire n'est en rien scientifiquement davantage rattachée au taux de redoublement qu'au nombre annuel de journées de pluie ou à la rémunération du corps enseignant. Il semblerait même qu'elle soit davantage rattachée à la rémunération du corps enseignant ou au taux d'encadrement, en fait, mais forcément, c'est une mesure qui plairait moins à la Cour des comptes.

Ensuite, quand on étudie les chiffres dans le détail[1], on se rend justement compte qu'il n'y a pas de corrélation. Certains pays font beaucoup redoubler et réussissent très bien dans les études internationales[2], d'autres ne font pas redoubler et ont des statistiques déplorables.

Il faut donc sortir des dogmes, et s'intéresser à ce qui fonctionne. Certains élèves ont besoin de temps pour gagner en maturité. D'autres ont parfois une période "sans" pour des raisons scolaires ou extra-scolaires. Ces élèves-là peuvent sans aucun doute tirer un bénéfice d'un redoublement. Certains parents ne s'y trompent pas et, à la surprise générale des technocrates, ce sont eux qui demandent à ce que l'on fasse redoubler leur fils ou leur fille. En tant que professeur, j'ai connu des redoublements efficaces. Maintenant, si l'on se met à affirmer que tous les élèves qui redoublent doivent atteindre les mêmes résultats que les autres, on ne peut effectivement qu'être déçu : on fait rarement redoubler les meilleurs élèves, et plus couramment ceux qui ont des difficultés, non ?

Une fois cela posé, le redoublement n'est qu'un moyen parmi d'autres d'intervenir sur la difficulté scolaire. Les classes 6e-5e en 3 ans en seraient un autre, et probablement un plus efficace… mais il est également plus coûteux, et de telles structures sont au contraire en voie de disparition. Des parcours diversifiés au sein du collège pourraient eux aussi améliorer grandement l'existant, mais l'idéologie du "collège unique" (devenu idéologie de "l'école du socle") empêche de telles mesures de bon sens d'être prises.

Mon syndicat, le Snalc, a pourtant récemment proposé une nouvelle organisation du collège[3], qui permettrait de donner davantage de temps aux élèves en difficulté pour progresser dans les matières fondamentales, sans pour autant les exclure. Faire en 3 ans ce que d'autres peuvent faire en 2, dans des groupes à plus faibles effectifs, voilà qui permettrait de concilier les avantages du redoublement (davantage de temps pour progresser) tout en évitant ses inconvénients (le fait de refaire à l'identique ce qui n'a pas été réussi la première fois, sans parfois rien changer dans les façons de faire).

Le redoublement est un outil qui continue d'avoir son utilité et qui doit demeurer dans la boîte à outils d'une Éducation nationale qui ne peut se permettre de réfléchir qu'en termes comptables. Faire passer de manière automatique les élèves dans la classe supérieure alors qu'ils n'ont pas le niveau pour suivre relève de la maltraitance. Alors attelons-nous à trouver les dispositifs qui peuvent venir en renfort du redoublement afin de résoudre l'échec scolaire plutôt qu'à stigmatiser une pratique qui est une conséquence de nos dysfonctionnements, et non une cause.

[1]    Pour une étude détaillée, reportez-vous à ce lien : http://pedrocordoba.blog.lemonde.fr/2012/11/12/non-disputemus-sed-calcul...
[2]    Et n'oublions pas que ces études sont elles-mêmes fort biaisées…
[3]    L'ensemble de ce projet d'organisation modulaire du collège peut être consulté ici : http://www.snalc.fr/fichiers/pdf/VERS%20%20UN%20COLL%C3%88GE%20MODULAIRE...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zorglubb - 05/06/2013 - 11:03 - Signaler un abus Question de dogme...

    Bien vu M. Girard, le redoublement c'est du cas par cas, pas du dogmatisme intellectuel.

  • Par anubis - 05/06/2013 - 17:40 - Signaler un abus On peut qaund même se poser la question ...

    Donc, supposons qu'un pays ait plus de redoublement que la moyenne d'autres pays et de moins bons résultats par rapport à ces mêmes pays : est-ce qu'il n'y aurait pas un problème quelque part ? On accuse le manque de moyens (toujours ...), soit peut être, mais n'y a-t-il pas en cause autre chose ? On propose une nouvelle organisation (on ne parle pas de "niveau", c'est tabou ...), ou alors aurait-on des élèves moins doués que les autres pays (alors qu'on sait que nos "élites" sont plutôt très demandées ...). Redoubler ne sert pas à grand chose si vous n'avez pas de (bonnes) bases ... si vous attaquez le collège déjà sans le bagage minimal, vous allez avoir de gros problèmes ... et d'un coté les efforts que vous mettez avant, vous n'aurez pas à en mettre (et certainement beaucoup moins après) pour rattraper ce retard ... Et aussi cette tendance à vouloir faire aller au maximum vers les filières que certains ne pourront à l'évidence pas suivre mais parce que cela fait mieux ....

  • Par Nana de la falaise - 05/06/2013 - 17:57 - Signaler un abus Il n'y a de pire aveugle...

    En Allemagne, par exemple, il n'y a pas de redoublement parcequ'il y a une sélection après le primaire. Comme en France avant la création du collège unique. Difficile de résoudre un problème quand on s'INTERDIT certains concepts ! Et cela dans TOUS les domaines.

  • Par prochain - 05/06/2013 - 20:22 - Signaler un abus ...y a-t-il des alternatives au redoublement? OUI

    Il faut enseigner à toute la classe (comme en Finlande), il faut instruire tous les enfants français mais...entre les enfants des profs qui raflent les meilleurs places dans les meilleurs écoles et les enfants qui ne savent pas lire et écrire correctement en 6e il y a des années lumière.

  • Par prochain - 05/06/2013 - 20:29 - Signaler un abus @Anubis, moyens matériels et humains

    Il serait temps de virer les mauvais profs parce que les dégâts sont gigantesques, ce serait dans l'intérêt des profs qui font un travail remarquable. Le "poste" est garanti à vie hélas.

  • Par Teo1492 - 05/06/2013 - 22:54 - Signaler un abus Combien nous coûtent les fonctionnaires de l'ocde ????

    Cadre A : 6000 euros par mois Cadre B : 3500 euros par mois Cadre C : 2200 euros par mois . Bien cher pour le travail fourni !!!!!!!!

  • Par DEL - 06/06/2013 - 00:38 - Signaler un abus le vrai problème

    auquel il faut s'attaquer, c'est l'inefficacité du primaire ( j'y suis enseignant). Et le vrai problème du primaire c'est la compréhension de la langue: on apprend en effet à lire à des enfants qui ne comprennent pas à l'oral ce qu'on leur demande de comprendre en lisant. Et la réponse des officiels c'est de multiplier les heures de lecture. Cherchez l'erreur.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Rémi Girard

Jean-Rémi Girard est vice-président du SNALC-FGAF (Syndicat National des Lycées et Collèges). 

Il tient le blog sur l'Education nationale "Je Suis en retard" : http://celeblog.over-blog.com

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€