Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour un ministère
de la promotion des Femmes

Faire évoluer le féminisme pour l'extirper de sa caricature. C'est notre feuilleton de la semaine. Quatrième épisode : pour un féminisme concret et pragmatique en politique.

Nouveau féminisme (4/5)

Publié le
Pour un ministère 
de la promotion des Femmes

Le rapport Guégot a mis en avant l’importance de la féminisation de la haute fonction publique.  Crédit Reuters

Le féminisme souffre d’approches trop abstraites et universitaires pour pouvoir être réellement efficace. Il faut parfois rester simple, les pieds sur terre, pour pouvoir résoudre certains problèmes de société. Nous préconisons des approches de la problématique de la parité homme-femme, par thèmes… Cela évitera peut‐être les déclarations d’intention qui ne durent jamais plus que le temps d’un parcours entre la place de la République et de la Bastille…

Dans la vie politique

Parce qu’une représentation politique juste et équilibrée est une condition fondamentale du bon fonctionnement de nos démocraties… Le monde politique se doit d’être exemplaire en matière de parité et de reconnaissance des femmes dans les différentes institutions politiques nationales et locales.

Nous préconisons :

  • La création d’un Ministère de la promotion des Femmes dont le Ministre serait un homme politique d'envergure nationale, ayant déjà occupé de nombreuses fonctions. Ce Ministère de la promotion des femmes serait directement rattaché au Premier ministre afin de faciliter les financements et les arbitrages interministériels. Sa vocation n’est naturellement pas pérenne, mais consiste à procéder aux ajustements nécessaires en l'état actuel des inégalités hommes‐femmes.
  • La limitation du nombre de mandat (la politique n’est pas un métier à temps plein et tout au long de la vie…)
  • L’instauration d’un âge limite d’accès aux mandats (retraite obligatoire)
  • L’instauration d’un temps citoyen, à l'instar du temps syndical, pris en charge par les partis politiques et reversé aux employeurs des femmes titulaires de mandat.
  • L’instauration d'une parité stricte sur les postes d'attachés parlementaires, généralement tremplins pour une carrière politique.
  • L’instauration d'une parité stricte sur les postes de secrétaires nationaux des partis.
  • L’augmentation des pénalités envers les partis politiques qui ne respectent pas l’obligation de parité.
  • Le report de la séance des questions au gouvernement du mercredi après‐midi au jeudi pour d’avoir une vie de famille équilibrée.

Dans la fonction publique : l’État doit donner l’exemple, 5 millions d’actifs dont 3 millions de femmes.

Le rapport Guégot a mis en avant l’importance de la féminisation de la haute fonction publique. Pourtant aucune association féministe n’a relayé et soutenu ce rapport qui va dans le sens de l’amélioration de la cause des femmes. Comment peut‐on expliquer que 80% des promotions de l’Ecole nationale de la magistrature soient composées de femmes et que seulement quelques Cours d’appel et TGI soient présidées par des femmes ? Comment expliquer que 50% des promotions de l’EHESP (Ecole des hautes études en santé publique) soient composées de femmes et que sur 30 CHU seulement 3 sont dirigés par des femmes ?

En 2011, la fonction publique compte 51,7 % de femmes mais elles occupent seulement 20,3 % des postes de direction : ainsi, seulement 10 % des préfets sont des femmes, et seulement 11 % des ambassadeurs, sont des femmes.

Le constat est simple : l’un des principaux freins à l’accession à certains postes élevés, est la condition d’ancienneté et l’obtention du passage à la hors classe. Pour les femmes, celui‐ci arrive vers 32 ans en moyenne… cet âge correspond à l’arrivée de leur premier enfant… Or, c’est à ce moment précis qu’elles devraient rechercher une mobilité pour accélérer leur carrière. Le choix est donc simple pour ces femmes à haut potentiel : la maternité ou la mobilité !

Nous préconisons :

  • Le lancement d’un audit complet des statuts de la fonction publique pour éliminer les zones d’inégalités hommes‐femmes (Prime/avancement)
  • Pour la haute fonction publique, la substitution pour certains emplois fonctionnels de la condition du passage au grade de la hors classe, par des entretiens professionnels de haut niveau, à l’instar de ce qui se fait dans le privé…Ainsi, seulement, les femmes pourront réaliser un arbitrage entre leur carrière et leur vie de famille.

 

NB : Cet article a été co-écrit avec Jacques Touzard, Secrétaire général de l'association Future au féminin.

 

Épisodes précédents de notre feuilleton sur un nouveau féminisme :
1er épisode : "Le féminisme doit être considéré comme une politique publique comme les autres"
2ème épisode: "Pour moderniser le féminisme, cessons de le diluer dans d'autres messages politiques"
3ème épisode : "Victimiser les femmes, stigmatiser les hommes : l'impasse"

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par LILOU75 - 10/11/2011 - 13:29 - Signaler un abus Chère LYDIA,

    Alors que la France connaît une crise économique et sociale sans précédent, vous ne recherchez, via cette tribune en 5 tomes, qu'à vous vendre et d'avoir un ministère... Sachez que les français et les françaises ne sont pas dupes les dirigeants aussi... La promotion des femmes est une question de volonté politique cela dans tous les domaines et elle doit se faire dans tous les ministères. Cdlt.

  • Par Alexis007 - 10/11/2011 - 13:37 - Signaler un abus La maternité ou la mobilité...

    Beaucoup de femmes désirent être mères, faut-il leur faire renoncer à ce projet au nom de leur carrière ? Beaucoup de femmes souhaitent concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle et sont donc prêtes à organiser leur vie en conséquence. Au lieu de vouloir pousser des femmes à singer des hommes de pouvoir, ou qui semblent en avoir, pourquoi ne pas inventer une autre voie ?

  • Par Alexis007 - 10/11/2011 - 13:48 - Signaler un abus Autres regards

    La dépression chez les femmes a augmentée de 40% ces dix dernières années : pourquoi ? Faut-il voir là le résultat d'un plus grand investissement professionnel ? A une époque où le capitalisme est mis à défaut pour ses excès, le féminisme peut-il être en mesure de proposer aux femmes des idées innovantes pour faire évoluer le système au lieu de simplement l'intégrer tel qu'il est ?

  • Par Alexis007 - 10/11/2011 - 14:08 - Signaler un abus Et le conservatisme féminin

    Pour certaines femmes, la sphère familiale est un lieu de pouvoir puissante. Elles ont beaucoup de mal à tolérer que leur homme y prenne une place car la façon dont un homme s'y investi ne leur convient pas toujours. Ce pouvoir féminin pourrait-il être un brin étudier par ceux qui souhaitent avancer, on découvrira ainsi peut être mieux un certain conservatisme féminin, qui sait ?

  • Par Alexis007 - 10/11/2011 - 14:16 - Signaler un abus Hommes battus

    30 hommes sont tués chaque année en France par leur compagne. Cela rend caduque le slogan inscrit sur la banderole que l'on voit sur la photo associée à votre article. Seule Elisabeth Badinter a publiquement exprimé que ces morts ne pouvaient pas être oubliés et qu'il y avait là un problème à prendre en considération. Pour le reste des féministes, c'est circulé il n'y a rien à voir : cécité ?

  • Par Nico Pedia - 10/11/2011 - 16:21 - Signaler un abus Mauvaise foi (Bis)

    C'est vrai que vous êtes d'une sacrée mauvaise foi tout de même. Au début je n'en n'étais pas persuadé mais là ça ne fait plus aucun doute. J'ai rarement vu ça. Je vous tire mon chapeau. «il faut dépasser les logiques comptable", il faut "sensibiliser" les hommes etc etc etc. Question : Vous ne pensez pas que ce ministère est "clivant"?

  • Par jrANGco - 11/11/2011 - 07:27 - Signaler un abus pas d'amalgame....

    ...ce que femme veut, elle l'optient..(vieux dicton;)..et observez bien ,ou tout simplement regadez ;comme il est vraisemblable.!

  • Par titine - 11/11/2011 - 15:04 - Signaler un abus Dettes publiques...

    Et allons y... un ministère en plus avec sa chaîne de dépenses et à l'arrivée des déficits en plus. L'heure est plutôt à l'arrêt d'un carcan administratif soviétisant qui tue la France au lieu de la faire évoluer... Mais bref ! "Féministe" je le suis et je ne vous ai pas attendu pour faire valoir et mes droits et ceux de qui je pouvais.

  • Par titine - 11/11/2011 - 15:11 - Signaler un abus Dettes publiques - suite

    Et on peut agir sans pour autant sombrer dans un "totalitarisme" qui vous anime un tant soit peu tout de même... Vous ne pouvez parler au nom de toutes les femmes parce que vous ne maitrisez en aucune manière les routes de chacune d'entre elle parce que trop multiples et différentes. Ensuite, toutes les associations sont "fabriquées" ou "soumises" à des diktats de certaines orientations politiques

  • Par titine - 11/11/2011 - 15:20 - Signaler un abus Dettes publiques - suite et fin

    Et j'en parle en connaissance de cause... Et cela se termine par un siège ministériel, seul objectif de soi disant combat à la cause dite féminine. Il y eut un Ministère à la Condition Féminine sous VGE qui enfanta des avancées considérables pour les droits des femmes et vous en bénéficiez. De nos jours, il est des causes à défendre de façon différente ; c'est ce que vous éludez.

  • Par babeil - 12/11/2011 - 18:29 - Signaler un abus poudre aux yeux

    Je rêve, un ministère de la promotion des femmes? Encore un gadget. Et pourquoi pas un ministère de la promotion des hommes? La

  • Par babeil - 12/11/2011 - 18:50 - Signaler un abus poudre aux yeux

    Je rêve, un ministère de la promotion des femmes? Encore un gadget. Et pourquoi pas un ministère de la promotion des hommes? La discrimination ne justifie pas que les institutions discriminent à leur tour pour rééquilibrer la balance. Et puis, ça n'a rien de révolutionnaire. Le ministère de la condition des femmes existent depuis belle lurette. De plus, le ministre qui occuperait ce poste....

  • Par babeil - 12/11/2011 - 18:53 - Signaler un abus c'est du vent !

    ....serait un "homme" politique d'envergure nationale selon vos dires. Merci la promotion !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Lydia Guirous

Lydia Guirous est porte-parole des Républicains. Essayiste, elle est l'auteur de "Ça n'a rien à voir avec l'islam?" ( Plon - 2017), de #Je suis Marianne (Grasset) et de Allah est grand la République aussi (JC Lattès).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€