Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour les milieux d’affaires, une finale Le Pen-Macron redistribue les cartes politiques mais les projets s’avèrent aussi flous d’un côté que de l’autre

Le premier grand débat télévisé a confirmé la perspective d’un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Un duel violent sur le plan de l'idéologie mais qui restera très théorique quant aux projets précis, et incertains sur les moyens politiques.

Atlantico Business

Publié le
Pour les milieux d’affaires, une finale Le Pen-Macron redistribue les cartes politiques mais les projets s’avèrent aussi flous d’un côté que de l’autre

Les milieux d’affaires s’attendent à un duel final entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le duel est intéressant, il marque un vrai clivage dans la société politique. Tous les deux ne sont ni de droite, ni de gauche.

Pour les chefs d’entreprise, ils sont tous les deux un peu comme des architectes. Ils ont dessiné un croquis, une esquisse, ils se sont assurés de l'orientation de la maison qu'ils veulent construire.

Mais ils n‘ont pas dessiné les plans précis, ils n’ont pas fait les calculs de résistance, les tests d’habitabilité. Il va donc y avoir un problème.

Macron-le Pen, ils ne se reconnaissent ni à droite, ni à gauche.

Le problème du coup, c’est que leurs programmes sont ailleurs, c’est à dire flous et parfois vide de projets concrets et cohérents.

Le premier grand débat télévisé a un grand mérite : il a confirmé l’existence d’un clivage de la société politique qui n’a plus rien à voir avec le clivage habituel entre la droite et la gauche. Cette grand’messe télévisée a confirmé l’existence d’une rivalité entre deux candidats, Macron et Le Pen qui dominent complètement cette campagne présidentielle.

Cela étant, ce clivage ne débouche, ni du côté Macron, ni du côté Le Pen sur un programme de mesures, de projets et de réformes qui serait cohérent avec le diagnostic et avec l’ambition. Et surtout qui serait très précis et très clair.

Les autres candidats, et particulièrement Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon, se sont retranchés sur les marqueurs historiques de la gauche. Comme si leur problème était d’accéder au contrôle de la gauche, mais surtout pas tenter la présidence de la République.  Quant à François Fillon, il essaie de faire oublier les affaires qui l’ont harcelé et occultent son programme, en rêvant ventre a terre sur le détail de son projet pour essayer de convaincre que le problème est de redresser la maison France et que lui, il en a les moyens techniques et politiques et qu’il est le seul. C’est sans doute vrai. Parce que les deux candidats les mieux placés ont visiblement choisi de se situer sur deux autres planètes, en dehors du marché politique habituel de gauche ou de droite.

Pour simplifier, Emmanuel Macron apparaît comme le candidat d’une France inquiète de manquer les grandes mutations de la modernité. Cette modernité a trois composantes :

les technologies, la mondialisation et l’Europe. Ces évolutions auxquelles on ne peut pas échapper. Il faut donc s’y adapter et en saisir toutes les opportunités de développement. Dans cette logique, Emmanuel Macron propose de favoriser les initiatives entrepreneuriales, les ouvertures internationales, il propose aussi de faire plus d’Europe, parce que l’Europe protège.

Le progrès technologique qui nous amène une amélioration des conditions de vie, de compétitivité, de productivité, qui bouleverse aussi toutes les conditions de travail, ce qui implique une régulation, mais pas une interdiction.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Doulou - 21/03/2017 - 08:46 - Signaler un abus Manip

    Ah bon? Vous avez décidé que Macron a gagné le premier tour malgré sa prestation zozottante d'hier soir? C'est insupportable, decidément Atlantico me déçoit.

  • Par vangog - 21/03/2017 - 09:45 - Signaler un abus Vous n'avez toujours rien compris, Sylvestre!

    Par aveuglement idéologique, vous refusez de comprendre que la fameuse "ouverture" prônée par Macron est déjà là: ouverture de Schengen à l'islamisme, ouverture aux travailleurs détachés, ouverture aux textiles turcs fabriqués par des enfants dans des conditions innommables, ouverture aux grandes banques et aux multinationales, pour imposer à tous leurs copies remarketées, et la fin de l'innovation. Car l'innovation ne peut s'épanouir que dans des Nations bornées fières de leur identité et confiantes dans leur destin. Le gloubi-boulga mondialiste de Macron signe la fin de toute créativité, comme on le voit en UE, ou aucun grand projet coopératif n'a émergé depuis la fameuse "ouverture". Marine Le Pen veut faire rentrer la France dans l'Europe des Nations. Ça n'est pas une sortie, mais une création, un projet coopératif , fondé sur le respect mutuel des identités créatrices: un beau projet après cet échec flagrant de l'UE "ouverte" a tous les vents mauvais...

  • Par HdH - 21/03/2017 - 09:51 - Signaler un abus Un tient vaut mieux que deux tu l'auras

    MLP : la France est au bord du gouffre, reculons...jusqu'au gouffre voisin. EM : meli-melo sirupeux, des appuis non dénommés, des députés espérés...bref du recyclage de girouettes. Nous tenons un candidat d'expérience, qui a déjà entrepris malgré les oppositions larvées de son entourage : ayons FF

  • Par MIMINE 95 - 21/03/2017 - 09:56 - Signaler un abus LE GLOUGI BLOUGA HABITUEL

    Du dévot Sylvestre au service des ses maitres .

  • Par Olivier62 - 21/03/2017 - 10:32 - Signaler un abus Les candidats "institutionnels" font-ils mieux ?

    Tout n'est pas faux dans ce que vous dites, malgré l'outrance de la caricature dans la description du programme du FN. Cela dit quand on voit le résultat de la gestion par les parties "sérieux" il est normal de chercher ailleurs. On n'a pas de raison de continuer à couler !

  • Par ikaris - 21/03/2017 - 11:03 - Signaler un abus Le petit télégraphiste du Medef vote Micron

    Papy Sylvestre étant myope il ne reconnait pas pas Hollande 2.0 dans Micron ... mais la myopie n'excuse pas tout : contrairement à ce que veux faire croire Sylvestre, le MEDEF a voté Micron bien avant la période des boules puante en désavouant Fillon sur les suppressions de poste de fonctionnaire ... Attali et Minc roulent pour lui depuis des mois. Comme relevé par les autres commentateurs, on est dans le bourrage du crane habituel et j'ai bien noté que la simple nomination de Micron à la présidentielle allait nous donner de la performance économique (en euro? avec quelles usines ?) et protéger notre modèle social (les subventions aux banlieues de l'immigration vont donc continuer ... donc l'état va prendre l'argent dans nos poches). La fin concernant la constitution d'un majorité est incompréhensible.

  • Par hermet - 21/03/2017 - 13:32 - Signaler un abus caricature

    Mr Sylvestre est franchement dans la caricature des électorats, les Macronistes seraient entreprenant, ouvert sur le monde...c'est une blague là ? C'est l' électorat de Hollande + Juppé, soit des retraités du service public, des fonctionnaires plutôt CSP+, des jeunes Bobos et des musulmans...les 2/3 au moins de son électorat vie de la dépense publique, ils sont surtout lâches car ils ne veulent pas payer le prix de la mondialisation, ce que Fillon propose et MLP d'une certaine manière en sortant de l'Euro; ça finira comme après 5ans de Hollandisme en pire : un pays toujours plus endetté, plus désindustrialisé et plus divisé (par l’immigration en particulier), et à la fin son électorat se retrouvera fort dépourvu il aura le choix entre l’extrême gauche (Hamon-Melenchon) et l’extrême droite (FN), le vote MLP est un vote de ras le bol de l'immigration, de la destruction de l'état régalien et de la société française.

  • Par evy - 21/03/2017 - 15:38 - Signaler un abus M.sylvestre

    Il roule pour TF1 qui roule pour Macron. Macron veut diriger la France avec les entreprises de CAC 40, qui ne feront aucun cadeau à la lasse moyenne. Bouygue soutien Macron et comme toutes les chaînes, les Français se font bourrer le crâne.

  • Par kelenborn - 21/03/2017 - 20:39 - Signaler un abus stop

    C'est désespéré! Faut qu'il arrête de picoler mais...pas certain que cela fasse de l'effet! Avec sa tronche de croquemort, il serait capable d'haranguer les morts au milieu du cimetière pour leur parler d'Adam Smith!! Même le scorbut n'en viendrait pas à bout!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/03/2017 - 00:05 - Signaler un abus Vous êtes injuste...!

    Avec Marine on sait au moins où on va : ..dans le mur ..! avec les autres c'est vrai que ça n'est pas très clair, mais si on est optimiste, on se dit qu'on a une chance d'en réchapper !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€