Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Janvier 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour gagner en 2017 il faudra être Terminator et Robin des Bois

La majorité des peuples, actuellement, cherche un leader fort, qui sache décider, qui réveille la gloire nationale, mette l’individu devant, et de préférence l’individu "de souche".

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le
Pour gagner en 2017 il faudra être Terminator et Robin des Bois

Le mou n’est plus à la mode. L’excité non plus. La montée de l’inquiétude des "peuples", et pas seulement des plus démunis, face à un avenir qui leur annonce le déclassement, la robotisation, la fin de l’évolution sociale générationnelle, la captation de valeur au profit d’un nombre toujours plus réduit, la montée des intégrismes religieux et une mixité qu’ils estiment comme apportant plus de problèmes que de solution, dessine un portrait robot des candidats ayant une chance de l’emporter en 2017.

Ferme et juste sinon rien.

Y compris à rebours des sondages ! Le chroniqueur de Times indiquait d’ailleurs, que devant l’échec des prévisions, il prédisait la seule chose qui lui semblait certaine : « je prédis que je ne ferai plus de prédictions en 2017 !".

L’analyse des votes au profit de Trump est très significative. On a beaucoup parlé de l’ouvrier de l’Ohio, désespéré des promesses non tenues, par un "establishment" déconnecté et qui après avoir voté 2 fois Obama, est passé à Trump à une large majorité. Mais les femmes et les hommes, urbains, plutôt aisés, l’ont également plébiscité. Voilà un candidat, sortit de "presque nulle part", qui parle "twitter" dans le texte et fait des discours en 140 caractères, onomatopée des temps modernes, pour faire plier les uns et les autres, fait de sa campagne une émission de télé réalité. 

C’est un gymnaste capable de faire un grand écart entre les codes du western et ceux du digital, qui touche de riches nantis comme les pauvres, anxieux et "angry". "Great Again". Le retour à la puissance, individuelle, personnelle, le retour au rêve de domination au profit d’un gagnant prioritaire, l’Américain. La mondialisation associée à la robotisation fait peur, et l’individu, logiquement, préfère celui ou celle qui lui assurera sa place. Oui lui retrouvera. Celle qu’il a perdu ou celle qu’il est en voie de perdre. Le pauvre au chômage et le plus aisé en voie de le perdre.

Un sondage rapide monterait le taux positif d’approbation d’un Poutine, ou d’un Trump, en dehors de la France bobo, minoritaire et nantie, les poches remplies, dégoulinante de la bonne conscience nécessaire pour ne pas avoir honte de soi. 

La majorité des peuples, actuellement, cherche un leader fort, qui sache décider, qui réveille la gloire nationale, mette l’individu devant, et de préférence l’individu "de souche". Un leader qui sache prendre des décisions, malgré les effets collatéraux parfois douloureux. Un leader qui ne s’embarrasse pas des codes établis et du politiquement correct. Un leader qui sache manier les codes du passé et les médias du présent pour les faire connaître. 

On retiendra que la guerre contre Daech a été gagnée non par les atermoiements des Européens, inexistants sur la scène internationale, ni par les USA, qui ont baissé les bras avec Obama, mais par Poutine, qui a su mettre la priorité sur la disparition de ces fous sauvages, qui excitaient de leur impunité et de leurs conquêtes, les milliers de malades prêts à les suivre sur la planète, au lieu de s’acharner sur la sortie de Assad. Entre 2 maux, il est urgent de guérir le plus grave et ne pas avoir peur de se salir les mains. Quand on parle aux "gens", c’est ce qu’ils pensent et disent. N’en déplaise à l’intelligentsia Parisienne. Et c’est ce même sentiment qui fait se gausser nos élites mondiales déconnectées, qui alimente les votes de ceux qui l’ont compris.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 11/01/2017 - 09:05 - Signaler un abus Terminator et Robin des bois?

    La tendance chez les candidats serait plutôt aliens à la "Mars attaque".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€