Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour en finir avec le mythe d’Emmanuel Macron philosophe

Encore faudrait-il que ce bagage intellectuel soit utilisé avec cohérence dans sa démarche politique.

N'est pas philosophe qui veut

Publié le
Pour en finir avec le mythe d’Emmanuel Macron philosophe

Un « président philosophe.[1] » Un « intellectuel.[2] » Un « philosophe en politique.[3] » On a tout entendu sur les capacités intellectuelles d’Emmanuel Macron. Lui-même et ses soutiens ont savamment cultivé cet aspect de son personnage, mis en valeur par l’inculture de ses deux prédécesseurs à l’Elysée. Son parcours académique (classe préparatoire littéraire, DEA en philosophie) et son bref travail de secrétariat auprès de Paul Ricœur lui servent de certificat : pour ses admirateurs, le projet politique d’Emmanuel Macron est forcément issu d’une réflexion profonde et nourri des meilleurs ouvrages.

 

Certes, Emmanuel Macron cite des philosophes et des penseurs. Mais quoi qu’en disent ses hagiographes, il ne suffit pas de déclarer avoir « passé beaucoup de temps à lire Kant, Aristote, Descartes »[4] (c’est le lot de tout élève d’hypokhâgne) pour être sacré philosophe. Encore faudrait-il que ce bagage intellectuel soit utilisé avec cohérence dans sa démarche politique. Soit confusion véritable, soit double langage volontaire, notre penseur en herbe navigue entre les références totalement contraires à son projet et celles qui pourraient le servir, mais qu’il s’empresse de contredire dans le paragraphe suivant.

 

Il y a d’abord les citations à la fois inutiles et erronées qu’il jette dans ses discours par pédanterie ratée. Devant le Congrès à Versailles[5], il demande à ce que la République fasse une place à la « part maudite » théorisée par Georges Bataille, pensant désigner ainsi les exclus de la société – alors que le philosophe décrivait par cette expression l’excès d’énergie qui conduit les hommes au gaspillage, au luxe effréné et à la violence… Autre référence malvenue, il cite peu après le principe d'« effectivité » de Simone Weil, qui lie l’action à des obligations morales, et l’oppose à la simple efficacité, qui peut être mise « au service d’une mauvaise cause » (ce qui ne l’empêche pas de parler d’efficacité une quinzaine de fois dans le même discours). Simone Weil, qui avait travaillé à l’usine pour comprendre de l’intérieur le sort des opprimés, n’aurait sans doute guère apprécié d’être utilisée par un homme politique méprisant les ouvrières « illettrées », recommandant aux prolétaires de « travailler pour s’acheter un costard » et opposant sans complexe « les gens qui réussissent » à ceux « qui ne sont rien ».

 

Plus charpentées, les références à son « maître » Paul Ricœur ne surprennent pas. Mais, comme l’a relevé Raphaël Enthoven dans une chronique récente[6], la supposée familiarité d’Emmanuel Macron avec l’auteur n’empêche pas les contresens. Ricœur avait distingué la laïcité « d’abstention » et la laïcité « de confrontation[7] ». Pour le président, il s’agirait de privilégier cette dernière, qui laisse les différentes croyances religieuses nourrir le débat public, sur la première, « où chacun vit sa foi chez soi ». Pourtant, Paul Ricœur n’avait pas l’intention d’opposer ces deux conceptions : elles se rapportaient à différents lieux et différents acteurs, mais étaient toutes deux légitimes. L’Etat était précisément censé respecter la laïcité d’abstention, ce qu’Emmanuel Macron ignore en faisant la promotion, en tant que chef de l’Etat, d’une laïcité de confrontation. Cette distinction conceptuelle n’est pas sans conséquences politiques : entre un Etat qui prône la confrontation ouverte des idées religieuses et un État qui privilégie la discrétion des religions dans l’espace public, il y a un gouffre lourd de conséquences.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bherry - 02/04/2018 - 11:05 - Signaler un abus Merci pour ce rappel très

    Merci pour ce rappel très édifiant . Ce Macron n'est qu'un sophiste même pas cultivé un sinistre imposteur qui prétend nous gouverner alors qu'il n'est qu'un enfant capricieux qui cherche le réconfort des personnes âgées. A fuir !

  • Par patafanari - 02/04/2018 - 11:33 - Signaler un abus Qu'il pose au philosophe,n'est pas très grave.

    Mais, imaginez qu'il se prenne pour le Président de la République...!

  • Par cloette - 02/04/2018 - 11:38 - Signaler un abus citation

    "Pourquoi philosopher, alors qu'on peut chanter ?" ( G Brassens ).

  • Par Deudeuche - 02/04/2018 - 12:57 - Signaler un abus Pour en finir, tout court avec

    Macron !

  • Par spiritucorsu - 02/04/2018 - 14:32 - Signaler un abus Macron ou l'insignifiance de la pensée!

    Macron ou l'insignifiance de la pensée,que l'on peut résumer en une phrase :l'argent pour religion et la jouissance à tout prix.Qu'il en profite bien car la colère gronde et la patience du peuple à ses limites.

  • Par zen-gzr-28 - 02/04/2018 - 14:39 - Signaler un abus Une personne intelligente

    peut, par de claires explications, rendre des données très compliquées...très simples. Tout Macron, quoi !!!

  • Par cloette - 02/04/2018 - 16:43 - Signaler un abus la vraie intelligence

    c'est : un esprit clair, et de la modestie .

  • Par Bobby Watson - 02/04/2018 - 18:40 - Signaler un abus Sophismes

    La meilleure illustration de sa sophistique est son utilisation fameuse de l'expression " en même temps ": non pas la dialectique d'où sortirait une vérité ultime, mais l'ambiguïté, la confusion érigées en principe. En fait du batelage de banquier , et non la pensée construite d'un pseudo-philosophe... qui a échoué par 2 fois au concours d'entrée à l'ENS, ce que ses thuriféraires omettent avec complaisance.

  • Par cloette - 02/04/2018 - 19:07 - Signaler un abus On n'a pas eu beaucoup de chance

    avec la série des derniers présidents , aucun ( sauf feu le Général) n'a été parfait , tous furent imparfaits . Pour celui ci, du temps présent, il sera vite du passé, attendons le futur ....

  • Par A M A - 02/04/2018 - 19:25 - Signaler un abus Bravo. Cet article est

    Bravo. Cet article est excellent..Les idées de ce président sont confondantes de banalité. Il aurait fait les choux gras de Molière. .

  • Par Deudeuche - 02/04/2018 - 19:26 - Signaler un abus @cloette

    On a les présidents qu’on mérite !

  • Par cloette - 02/04/2018 - 20:02 - Signaler un abus @Deudeuche

    En ce moment l'actuel réfléchit à la façon de faire entrer la PMA dans le décor. Quel discours philosophique utiliser ? Socrate? Aristote? Kant qu'il a beaucoup étudié dit il ... (Et en même temps la GPA bien qu'il soit contre ) .

  • Par ajm - 02/04/2018 - 20:06 - Signaler un abus Progrès.

    Par rapport à Flamby le niveau philosophique a tout de même progressé

  • Par evinrude - 02/04/2018 - 21:44 - Signaler un abus Très bonne synthèse

    Oui, ça résume bien, très bon article

  • Par vangog - 03/04/2018 - 00:08 - Signaler un abus Quant à son égalitarisme sexuel...

    la grande « conquête de ce quinquennat », c’est l’inverse même de l’égalité juridique prônée par Voltaire et Rousseau, puisque cet égalitarisme sexuel ne peut être obtenu que par favoritisme et discrimination positive...soit une nouvelle inégalité juridique! et une nouvelle façon gauchiste de s'éloigner du bonheur...

  • Par mymi - 03/04/2018 - 08:37 - Signaler un abus Excellentissime

    J'ai toujours trouvé que lors de ses discours micron avait plus l'air d'un comédien que d'un homme investi par une mission nationale notamment dans le ton employé où on sent vraiment la volonté de nous impressionner par des tas de référence littéraire et philosophique qu'au total il ne comprend même pas. Son seul but impressionné les Français afin de continuer à s'entendre dire "mais qu'il est beau qu'il est intelligent !!" Raté..

  • Par Dorine - 03/04/2018 - 08:48 - Signaler un abus Il est dans l'air du temps

    C'est comme les journalistes. On assène des à peu près , des mensonges en pensant que ceux du peuple sont trop débiles pour distinguer les contre-vérités, le manque d'éthique et le manque de professionnalisme.

  • Par cloette - 03/04/2018 - 10:33 - Signaler un abus Se souvenir

    qu'il a été très mal élu : par élimination de Fillon qui, sinon lui aurait passé devant, ainsi que par l'avantage de son adversaire MLP . (24% !)

  • Par padam - 03/04/2018 - 14:52 - Signaler un abus le temps de l'illusion déjà passé?

    De la posture à l'imposture, il n'y a qu'un pas vite franchi par le petit chef des Marcheurs...

  • Par lorwakaf - 03/04/2018 - 21:24 - Signaler un abus on surestime les énarques

    L'ENA n'est qu'une école de droit administratif, qui plus est médiocre si on regarde l'état de la France. Ses diplomés sont donc surfaits, voire nuisibles. Ok, cela dit, j'aurais été recalé au concours si je l'avais passé mais je ne prétends pas non plus regenter le monde alots qu'eux ont cette prétention..

  • Par REVERJOVIAL - 04/04/2018 - 13:06 - Signaler un abus Je vous ai compris !

    Le pire c'est quand il assène cette formule malheureuse de De Gaulle aux pieds noirs avant de les trahir en 1960, et qui étaient venus manifester contre lui après avoir parlé de crime contre l'humanité de la France en Algérie pdt la colonisation à Alger en 2016.

  • Par Essen - 04/04/2018 - 14:52 - Signaler un abus Un enfant

    Je n'ai jamais vu dans ses discours une once de philosophie. Il ressemble plus à un enfant qui a entendu des conversations d'adulte avec des mots drôlement compliqués mais dont il ne comprend pas le sens. Alors, pour faire son important, il les balance à chaque phrase... Mais il n'épate que ses congénères incultes qui sont béats d'admiration !

  • Par cloette - 04/04/2018 - 15:31 - Signaler un abus En tout cas

    l'article est excellent !!!

  • Par Tygrys - 04/04/2018 - 16:14 - Signaler un abus vraiment excellent, bravo

    Excellent article, l'auteur prouve que l'on peut être énarque tout en expliquant clairement les choses. Bravo à lui, ce décryptage de l'enfumage macronien est brillant. Malheureusement, les médias étant très loin de ce niveau de culture, et ne cherchant surtout pas à faire réfléchir le bon peuple, ils gobent tout ce que le séducteur Macron leur fait avaler. Dans un autre genre, c'était naguère le cas avec les discours pédants et ampoulés de Mme Taubira, dont le style obscur était pris pour de l'éloquence.

  • Par cloette - 04/04/2018 - 16:28 - Signaler un abus bonne comparaison

    celle avec Mme Taubira !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Herdé

Herdé est le pseudonyme d’un haut-fonctionnaire français proche des Républicains, jeune énarque, normalien et agrégé de lettres.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€