Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Portraits princiers" : Rubens, un peu trop en majesté

Atlanti-culture

Publié le
"Portraits princiers" : Rubens, un peu trop en majesté

EXPOSITION

Rubens. Portraits princiers.

INFORMATIONS

Musée du Luxembourg

19, rue de Vaugirard
75006 Paris
M° Saint Sulpice/Mabillon
www.museeduluxembourg.fr

Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 8,50 € 

RECOMMANDATION

A LA RIGUEUR

THEME

Cette exposition a deux héros : une reine et un peintre. La première, Marie de Médicis, veuve d’Henri IV et mère de Louis XIII, est un personnage majeur de l’histoire politique et diplomatique du premier tiers du XVII siècle. Le second, Pierre Paul Rubens, est le peintre le plus célèbre de son temps. Leur influence se déploie alors sur toute l’Europe. Marie de Médicis, par ses origines familiales et les alliances de ses enfants, est liée à toutes les dynasties régnantes. Rubens, au cours de ses voyages, plus que n’importe quel peintre de l’époque baroque, opère dans tous les foyers artistiques renommés, mêlant parfois création et diplomatie. 

Une part méconnue, mais pourtant essentielle de l’œuvre gigantesque de l’artiste est révélée dans cette exposition : ses portraits de rois et de reines, de princes et de princesses.

Lui sert d’écrin le Musée du Luxembourg, dans l’enceinte du palais que Marie de Médicis à fait édifier à partir de 1615 et pour lequel elle commanda à Rubens un ensemble de toiles monumentales illustrant sa vie.

POINTS FORTS

 - Nous pénétrons comme dans un lieu sacré : le musée du Luxembourg, au sein du palais pour lequel Rubens réalisa un des sommets de son œuvre.

Avant d’entrer dans l’exposition elle-même, un arbre généalogique place Marie de Médicis au cœur des cours régnantes de l’époque : son ascendance la relie tant aux Gonzague, aux Habsbourg qu’aux Bourbon. Nous retrouverons des éléments simplifiés de cette généalogie à l’entrée de la plupart des salles. De même, une carte murale indique les déplacements et voyages faits pas le peintre. Autour des portraits de Philippe IV, Louis XIII ou encore Marie de Médicis réalisés par Rubens et par quelques célèbres contemporains (Pourbus, Champaigne, Velázquez, Van Dyck…), l’exposition plonge le visiteur dans une ambiance palatiale au cœur des intrigues diplomatiques du XVIIe siècle.

- Une scénographie agréable qui permet de se repérer dans les différentes cours d’Europe grâce à des salles structurées par couleurs.

- Au fil de ces salles, nous feuilletons l’album de famille de Marie de Médicis peint par Rubens. Ce qui est important aussi dans cette exposition, ce sont les  portraits peints par les rivaux de Rubens, des mêmes modèles, à des dates similaires, et qui dévoilent l’originalité du maître dans ce domaine aussi codifié que prestigieux. Nous comprenons ainsi un peu mieux que la vie de Marie de Médicis s’entrecroise avec la carrière de Rubens.

- La soixantaine de tableaux exposés permet de mettre un visage sur des figures emblématiques de notre Histoire, de l’histoire européenne.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Catherine Stucki pour Culture-Tops

Catherine Stucki est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€