Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Portrait craché" : la très bonne surprise de ce début d'année au théâtre

Drôle, grinçante, émouvante, surprenante, et emmenée par une Véronique Genest digne de Jacqueline Maillan, "Portrait craché" est le prototype de la très bonne comédie de boulevard, à ne pas manquer.

Atlanti-culture

Publié le
"Portrait craché" : la très bonne surprise de ce début d'année au théâtre

L'auteur

Thierry Lassalle, auteur,  scénariste,  pour la télévision comme pour le cinéma, a à son actif « Alice Nevers, le juge est une femme » ‘ou « Mes amis, mes amours, mes emmerdes », entre autres… En 1992, gagné par l’enthousiasme de Jacqueline Maillan à laquelle il confie une idée de pièce, il lui écrit « Portrait craché » qu’elle ne jouera jamais car elle disparaît quelques semaines plus tard. C’est 24 ans après que cette comédie est reprise par Véronique Genest, pétulante rousse, très appréciée par la grande Maillan.

Thème

Marie a fait « un bébé toute seule », enfin presque, car elle a oublié ou plutôt elle n’a pas eu le temps de le dire au père, auquel elle en veut toujours vingt après une scène de rupture précipitée. Tout semble aller bien jusqu’au jour où le père réapparait et que le fils tombe amoureux de la fille de celui-ci…

C’est, illustré, le  thème de la chanson de Sacha Distel,  Scandale dans la famille: «  ton père n’est pas ton père et ton père ne le sait  pas…"

Points forts

. Un texte brillant et mordant servi par une mise en scène au diapason, inventive, festive, pour  cette comédie de boulevard  menée tambour battant par une Véronique Genest plus qu’en forme et des comédiens excellents, interprétant parfaitement ces personnages outrés jusqu’à la caricature, prétexte à une satire drôle et un peu cruelle.

. Marie, brute de décoffrage, empêtrée dans ses mensonges, bourrue ou émouvante. 

La femme de Philippe (le père) magnifique en poupée Barbie, petite starlette de radio autoroute. Le plombier, hilarant, proche du mime, à la fois au premier degré et fin psychologue.

. On est directement dans le bain, c’est vraiment le cas de le dire. Une introduction en fanfare entre marin pêcheur et fuite d’eau qui sera comme un fil conducteur, prétexte à quiproquo et gaudriole.

. Un décor qui souligne parfaitement la désinvolture de Marie: un mur bariolé d’essais de peinture,  un escabeau, une planche à repasser….un coin canapé, un sympathique désordre. Une trouvaille, ces fenêtres qui ouvrent sur le jardin ou sur la salle de bains, prétexte à des scènes comiques en second plan, qui font écho et répondent à ce qui se passe au premier plan,  amplifiant ainsi le coté burlesque des situations. 

. On se laisse entraîner par cette farandole de mensonges qui finissent par  créer des quiproquos en cascade, des situations hilarantes. On rit beaucoup, on éclate de rire, on s’émeut.

. Une chute imprévue, haute en couleur ! Une belle surprise.

Points faibles

Certaines scènes pourraient être écourtées. Mais c’est un comique de répétition qui reste, il faut l’avouer, très réussi.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Catherine Bonte de Cuniac pour Culture-Tops

Catherine Bonte de Cuniac est chroniqueuse pour le site Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€