Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 19 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

De Pompidou 1968 à Macron 2017 : les enfants de soixante-huitards ont pris le pouvoir pour les mêmes raisons que leurs aînés

L’arrivée d’Emmanuel Macron a sans doute provoqué une secousse équivalente à celle que mai 1968 avait entrainée.

Atlantico Business

Publié le
De Pompidou 1968 à Macron 2017 : les enfants de soixante-huitards ont pris le pouvoir pour les mêmes raisons que leurs aînés

Les historiens se pencheront sur les évènements que la France vit aujourd’hui, avec talent, mais il doit il y avoir en France, une magie des mois de mai.

L’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron au terme d’une incroyable aventure n’est pas sans rappeler ce que la France a vécu en mai 1968. Même surprise, même brutalité, même ampleur. Avec sans doute, les mêmes espérances, les mêmes frustrations et les mêmes résultats.

Les évènements de mai 1968 ont marqué le réveil à la vie de toute la génération issue du baby-boom.

Tous ces enfants nés entre 1945 et 1950 ont fait exploser toutes les structures du pouvoir. A l’université d’abord, on a déboulonné tous les mandarins, professeurs agrégés, docteurs, toutes les chapelles pour ouvrir les portes et les fenêtres sur un monde en plein changement. Les entreprises elles-mêmes sont entrées de plein pied dans des systèmes de production industrielle pour répondre à une demande de consommation de masse. Quant aux structures politiques, elles ont dégrafé les uniformes mentaux qui avaient permis au Général de Gaulle de remettre la France en ordre.

Mais à l’époque, il fallait aussi laisser le pouvoir à l’innovation, à l’imagination et à la concurrence européenne. De son propre aveu, le Général ne comprenait pas « cette chienlit ». Alors que cette jeune génération ne faisait rien d’autre que de pousser ses parents, hors des bureaux, de casser les cloisons, pour finalement installer au pouvoir un jeune Normalien et banquier de chez Rothschild, déjà: Georges Pompidou.

Ce jeune chef d’Etat avait peu d’expérience, mais il va, pendant son mandat, répondre en fait à la demande de tous ceux qui ont fait mai 1968. Il va mettre la France en position de croissance et de plein emploi et assumer la concurrence européenne.

En mai 1974, son successeur est encore plus jeune. Valery Giscard d’Estaing aussi regarde au-delà des frontières et veut poursuivre la modernisation. Mais le choc pétrolier l’oblige à s’arrêter et changer le modèle. La France hésite devant les réformes nécessaires.

Cette France issue de mai 1968 s’est embourgeoisée. Elle refuse donc le changement.

Du coup, ce refus-là va coaguler tous les déclassés de la croissance, et permettre à François Mitterrand de faire l’union de la gauche. Nous sommes encore une fois, en mai, mais en 1981.  De façon très habile, François Mitterrand va dissoudre les mouvements les plus radicaux, il va désespérer les riches mais c’est pour sauver Billancourt.

Mitterrand va reprendre la marche vers la modernisation, vers l’Union européenne, et vers l‘euro.

Les mandats suivants, ceux de Jacques Chirac, seront plus reposés et reposants... Alors qu’il aurait fallu préparer le pays aux changements suivants.

En fait, la génération qui, en 1968 avait tout bousculé, a conservé le pouvoir, partout, dans l’Etat, la presse, les entreprises. Elle a même érigé des protections pour résister.  Les socialistes sont devenus des bobos et se sont installés du côté de la Bastille, les libéraux de droite sont restés dans le 16e arrondissement ou sont partis faire des affaires mais hors des frontières. Le pays s’est ankylosé. Il a exporté ou expatrié ses Bac +7, mais il a dû importer des Bac-5 pour faire le travail que personne ne voulait plus faire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 11/05/2017 - 08:11 - Signaler un abus Avenir Radieux

    Ce qui est remarquable avec Mr. Sylvestre, c'est qu'il ne cache pas son jeu ! Dès le début de cet article, on peut lire : ''Mais à l’époque, il fallait aussi laisser le pouvoir à l’innovation, à l’imagination et à la concurrence européenne.'' Comme la majorité des lecteurs d'Atlantico, en Mai 1968, j'étais déjà en âge de comprendre ce qui se passait... Donc, lorsque je lis qu'en 68, nous avons découvert et nous nous sommes enthousiamés pour ce merveilleux concept, plein de promesses d'avenir radieux, de la ''concurrence européenne'', je réalise aussitôt que ce texte est une superbe pièce de ce qu'on qualifie en anglais de ''bullshit'' ! https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bullshit

  • Par cloette - 11/05/2017 - 08:16 - Signaler un abus Drôle de comparaison

    Il me semble que c'est plutôt Nuit Debout qui fut il y a peu comparée à mai 68 , Mais en effet Cohn Bendit est une figure de 68 . Quant à José Bové grand ennemi des OGM son ralliement à Macron grand ami des lobbies ( les OGM en étant le plus puissant ) est étonnant . La comparaison entre Macron et 68 ne vaut que pour le sociétal ! En effet 68 fut une sorte de souk spontané et anarchique , le Macronisme est tout le contraire , une scénographie théatrale et planifiée. Les bobos de Mai 68 se sont embourgeoisés , c'est vrai, ils ont "repris le pouvoir " , ils l'avaient déjà dans les médias, Mais il ne faut pas confondre médias et peuple . L'élection de Macron n'a pas été une élection par adhésion , Mais par magouille manipulation matraquage médiatique et "arrachement du consentement " .

  • Par vangog - 11/05/2017 - 08:26 - Signaler un abus Vous vous trumpez encore, J.M. Sylvestre!

    Car la jeunesse a voté en masse Marine Le Pen! Les enfants de Mai 68 sont déjà de vieux grincheux, accrochés à leurs privilèges, et qui ont eu moins peur de voter pour un Président du camouflage socialiste que pour une Présidente de changement...radical (Ooooh, la trouille!). Ce rescapé du gauchisme, qui a habilement escamoté son bilan gauchiste, pour attirer les gogos centristes et de droite, fera une nouvelle opération de vases communicants gauchistes pour camoufler la poussière des dettes et du chômage sous le tapis. Le transfert des allocations sociales vers le RSA est une de ces opérations de vases communicants qui ne résoudra rien (la dette sociale sera encouragée et non maîtrisée), mais permettra de faire croire à une apparente égalité gauchiste, qui n'est que de l'égalitarisme de mauvais aloi: après le chômage pour tous, le mariage pour tous, voilà "les allocations pour tous!"...quel changement! les Français ont simplement eu peur du vrai changement, lui préférant l'apparence du changement: de la très vieille politique socialiste sous le masque de la jeunesse et de la nouveauté...depuis un siècle, les socialistes sont devenus maîtres pour se succéder à eux-mêmes!

  • Par hermet - 11/05/2017 - 09:42 - Signaler un abus la victoire finale de 68ards

    oui Macron est la victoire des 68ards, oui ils ont réussi à détruire la France, et après...l'Europe la belle affaire, ils n'ont jamais rien produit faut pas attendre de cette génération quoi que ce soit elle est égoïste et bête : elle échouera, après ce sera Barbés pour tous et Ramadan, Vive l'islam et le Califat

  • Par Deneziere - 11/05/2017 - 12:30 - Signaler un abus Je vous aime bien JMS, mais vous délirez un peu, là

    Je prends souvent votre parti contre vos détracteurs, mais là, je trouve que vous avez fait un peu fort sur les euphorisants. Comme on vous le rappelle, les jeunes ont beaucoup voté Le Pen. Et par ailleurs, on voit mal les raisons de s'enthousiasmer. D'un part, à ce jour, Macron amène plus d'antagonismes politiques que d'adhésion populaire. Ce qui relativise beaucoup la notion de "prise de pouvoir". La futilité et le côté caractériel du personnage ne va pas arranger cela. Et d'autre part, comme je l'ai maintes foi dit ici même, ce type n'est PAS un libéral. A trop fréquenter les dirigeants du CAC 40, JMS, vous confondez libéralisme et capitalisme de connivence. Macron est un connivent pantouflard de la pire espèce. Et comme le souligne Verhaeghe par ailleurs, c'est naturellement un étatiste.

  • Par ajm - 11/05/2017 - 12:51 - Signaler un abus Confusion

    J'ai du mal à saisir le rapport entre mai 68 et la politique de Pompidou ni entre les étudiants vaseux en sociologie de l'époque avec les filles plutôt crasseuses qui les accompagnaient et les expatriés diplômes de grandes écoles propres sur eux qui travaillent aujourd'hui dans la City, en Chine etc..

  • Par Gordion - 11/05/2017 - 18:28 - Signaler un abus Parfaitement d'accord avec les commentaires supra...

    ...M.Sylvestre mélange allègrement les faits, les causes et la nature des votes de la jeunesse, entre autres. Macroncéphale n'est que le pantin étatiste (il a été formé en France) entre les mains de l'oligarchie internationale, et ira prendre ses ordres à Berlin, Bruxelles et à l'OTAN. M.Sylvestre a toujours la vision étroite de l'économiste qui voit dans l'individu un agent économique interchangeable, et nie la primauté du politique sur l'économique. Pas un mot sur l'islam qui s'installe. M.Sylvestre pourrait au moins rappeler les chiffres de l'INSEE, qui montrent le taux d'emploi ridicule des 200000 immigrés légaux chaque année. M.Sylvestre ne rappelle pas non plus que les "migrants" accueillis en Allemagne sont dans l'immense majorité incapables de trouver un emploi sur place, et que les déboutés du droit d'asile viendront en France, doux pays qui doit accueillir TOUS les migrants légaux ou clandestins qui sont sur le territoire national (loi Cazeneuve-Cosse de 2016).

  • Par Deudeuche - 11/05/2017 - 22:07 - Signaler un abus Mélange des genres

    Franchement malheureux. Le "jeune" Pompidou, c'est une blague ! Les fumistes de 68 sont parfaitement décrits par Zemmour et c'était vraiment La "chienlit". Les épigones sociétal libéraux sont de la même veine mais embourgeoisés et Anti peuple.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€