Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Politiques, syndicats, médias... Qui comprend encore les "vrais gens" ?

Invité dans "Des paroles et des actes", Jean-François Copé a été violemment pris à partie par Isabelle Maurer, une demandeuse d'emploi de Mulhouse. Déstabilisé, le président de l'UMP n'a pas su quoi répondre. Au-delà de la gêne de Jean-François Copé, cette séquence traduit également l'incompréhension croissante des élites face aux réalités de certains Français.

Décalage culturel

Publié le - Mis à jour le 15 Octobre 2013
Politiques, syndicats, médias... Qui comprend encore les "vrais gens" ?

Atlantico : Invité dans "Des paroles et des actes", Jean-François Copé a été violemment pris à partie par Isabelle Maurer, une demandeuse d'emploi de Mulhouse (voir ici). "Je suis désolée Monsieur Copé, ce soir je ne peux pas être calme", a commencé la femme. Et de poursuivre : "Les Français vous regardent. Ils vous écoutent. Et malheureusement il y a beaucoup de paroles et pas beaucoup d'actes !". Déstabilisé, le président de l'UMP n'a pas su quoi répondre. Au-delà de cette séquence et de la gêne de Jean-François Copé qui aurait pu réellement comprendre et répondre aux questions d'Isabelle Maurer ?

Jean Spiri : Mais que voulez-vous répondre ?

Qui aurait pu répondre ? Aucun élu national ne vit cette réalité de tenter de vivre avec le RSA socle en cherchant du travail – aucun élu national, car la situation des élus locaux est très variée, et il ne faut pas oublier les milliers d’élus locaux qui exercent leur mandat bénévolement.  Mais beaucoup – voire tous – y ont été confrontés, dans leurs fonctions d’élu local, lors de leurs permanences. Une situation comme celle-ci ne peut laisser insensible. Un élu local a des solutions particulières, mais un élu national se doit de proposer des solutions générales. C’est le problème de confronter des responsables politiques à des interventions de ce type : soit ils restent dans le pathos et ne peuvent rien dire, car oui, ils ne vivent pas cette situation, soit ils proposent des solutions qui sont sans commune mesure avec la détresse de leur interlocuteur immédiat. Cela n’est ni de droite ni de gauche : on se souvient de Christiane Taubira confrontée à la mère d’une victime d’un multirécidiviste. Que voulez-vous répondre face à une telle douleur ? Le responsable politique qui répondra en généralité paraîtra froid, insensible, technocratique ; cela qui répondra sur le registre personnel paraîtra déconnecté et démuni, sans réponse. 

Mais nous ne devons pas nous arrêter à ce niveau d’analyse. Premièrement, il y a en effet des propositions systémiques pour répondre à un cas particulier. J’irai même plus loin : ce sont souvent des décisions macroéconomiques qui changent, sur le long terme, les destins individuels. Mais qu’il est difficile de faire comprendre que telle ou telle mesure représentera demain de l’emploi en plus, du pouvoir d’achat en plus, si l’on n’est pas capable de répondre à l’urgence d’une situation. Deuxièmement, il y a, comme l’a rappelé Jean-François Copé, des élus, qui eux accomplissent un vrai travail de développement territorial, de solidarités locales. Ce n’est pas un hasard si, malgré la baisse globale de la cote des élus, c’est encore le maire qui inspire le plus confiance à nos concitoyens. Enfin, je rappelle que le cas particulier est toujours dangereux pour l’analyse globale (désolé pour ceux qui voulaient une réponse dans le pathos). Je prendrais un seul exemple : aujourd’hui, le niveau de vie des retraités dépasse celui des actifs. C’est inédit. Mais chaque fois que vous le rappellerez, vous aurez aussitôt l’exemple de la veuve de marin-pêcheur fort mal lotie qui surgira. C’est vrai, il faut le prendre en compte. Est-ce une raison pour balayer d’un revers de manche tout discours général sur un rééquilibrage entre les générations (avec par exemple l’alignement de la CSG) ? Je ne le crois pas. Mais face à la veuve qui a une petite pension de réversion, que ce discours devient dérisoire et difficile à entendre ! Dans une certaine mesure, ce type de procédés empêche le débat de fond, celui de l’intérêt général qui transcende la somme des intérêts particuliers – même s’il ne doit pas oublier les cas concrets !

Raphaël Liogier (auteur de Ce populisme qui vient, Textuel, septembre 2013) : Il me semble que la vraie question n’est pas qui aurait pu répondre, mais quoi répondre.  Si la plupart des hommes politiques, et non seulement Jean-François Copé, peuvent être paralysés par ce genre d’intervention de "simples citoyens", c’est qu’ils ont fondé toute leur tactique politique sur l’empathie. En réalité ils ne sont pas plus éloignés de la vie populaire que les hommes politique de jadis, parce que c’est le principe même du pouvoir politique de créer une distance. La spécificité de notre époque, c’est qu’il y a une crise du récit collectif, et corrélativement une perte de confiance non seulement dans la politique en tant que telle mais dans le sens du vivre ensemble.
 
Une telle situation se traduit par le développement du populisme : une sorte de politique de l’empathie, vide de tout programme, qui cherche sans cesse à suivre les courants d’une opinion versatile. En réalité, cette façon de faire de la politique est la véritable trahison des aspirations populaires profondes. C’est ce que Baudrillard appelait la "politique du signe" : les dirigeants ne cherchent plus à faire sens, mais à montrer au peuple qu’ils comprennent leurs angoisses, qu’ils les éprouvent aussi. Ils vont même faire des lois, prendre des mesures qui ne seront destinées qu’à faire signe et non pas à faire sens, non pas à résoudre un problème réel.
 
Copé a été pris au dépourvu parce que cette femme le met face à ses contradictions, autrement dit face au fait évident qu’il ne peut pas ressentir ce qu’elle ressent, tout simplement parce qu’il fait partie d’un autre monde. Et s’il n’avait pas été populiste, entière voué à la politique du signe, mais authentiquement politique, à mon avis il aurait dû répondre : "oui, tout à fait je ne ressens pas ce que vous ressentez, et je ne cherche pas à le ressentir, ce serait hypocrite de ma part de prétendre le contraire. En revanche, je défends un programme politique que j’entends appliquer sans me laisser distraire si j’arrive au pouvoir, y compris sans me laisser distraire parce que vous ressentez à l’instant, justement pour qu’un jour vous vous sentiez durablement mieux".  
 

Quel est le message qui se dégage de cette intervention quant au ressenti des Français face à la situation actuelle, à leur trouble et leurs angoisses ?

Aymeric Patricot (auteur de Les petits blancs. Voyage dans la France d'en bas, Plein jour, octobre 2013) : Ce message exprime une grande détresse, une grande fébrilité. Beaucoup de nos concitoyens pensent que la classe politique sous-estime la profondeur de la crise telle qu'elle est vécue par les classes modestes, et maintenant par les classes moyennes. A vrai dire, le problème existe depuis trente ans. Rappelons-nous l'aveu mitterrandien concernant le chômage : "Nous avons tout essayé". Les générations suivantes d'hommes politiques n'ont fait que reprendre ce message d'impuissance. Le problème est qu'en ne faisant rien, en se contentant d'espérer que la croissance reprenne d'elle-même - comme semble le faire Hollande, de manière tout de même très inquiétante -, on laisse la situation se déliter. Le chômage s'approfondit ; des familles entières, voire des quartiers, ne connaissent plus que lui. Le désespoir s'installe. A quoi s'attendait-on donc la classe politique ? Pensait-elle qu'on peut laisser impunément, pendant des décennies, prospérer la relégation sociale sans en payer un jour le prix ?
 
Sur le terrain, la régression est réelle, contrairement à ce que voudraient nous laisser croire certains observateurs officiels de la société française. Le pouvoir d'achat - c'est-à-dire le niveau de vie - régresse ; la sécurité sociale renoncer à soigner correctement certaines marges de la population ; la violence s'est installée de manière durable à l'école sans que la sonnette d'alarme, pour d'obscures raisons politiques, ne soit tirée ; les émeutes s'installent dans le paysage, et cela sans que beaucoup de politiques s'en émeuvent.
 
La question est de savoir si ce phénomène de stagnation, voire de régression, s'inscrit dans une certaine fatalité de la mondialisation voulant que le rééquilibrage entre nations provoque ces remous en Occident ou si, en France, la classe politique se montre particulièrement médiocre. J'ai bien peur, à considérer par exemple les taux de chômage, qui sont souvent beaucoup plus bas chez certains de nos voisins connaissant des taux de développement comparables, que la deuxième hypothèse soit à envisager.
 
Jean Spiri : L’emploi, le pouvoir d’achat, les perspectives de la jeunesse face à l’emploi. Trois thèmes essentiels qui touchent chaque famille française dans son quotidien – avec un thème qui montre aussi que nos concitoyens se préoccupent de leur avenir. Après, la politique est-elle réellement impuissante ? Je ne le crois pas. Si l’on juge l’immédiat et la situation personnelle, oui, souvent, elle est inutile. Il faut le reconnaître, pour ne pas susciter d’attentes démesurées. Mais si l’on mesure à l’échelle d’une génération, oui, les choix que l’on peut faire aujourd’hui sont structurants, et pour chaque cas individuel. Rendre nos entreprises plus compétitives, adapter notre modèle social, non pour le défaire, mais pour le faire correspondre à de nouveaux besoins, investir sur l’éducation, des décisions fortes dont les effets se font sentir sur la durée. Et c’est d’ailleurs pour cela que l’on commence à apprécier certaines décisions de Nicolas Sarkozy, ou de regretter celles qui ont été abrogées ! Alors, cessons aussi ce discours fataliste qui consiste à dire que toutes les décisions se ressemblent. Ce n’est pas vrai, même s’il faut souvent apprécier leurs résultats dans un temps qui n’est malheureusement plus celui de la scène politico-médiatique. 
 
Raphaël Liogier : Cette façon de jouer sans cesse l’empathie, typique de ce nouveau populisme (dont je ne peux ici expliciter toutes les caractéristiques et subtilités), finit par user le système politique lui-même. Si vous voulez, lorsqu’un homme politique suit trop l’opinion publique, l’opinion publique finit par ne plus le suivre… Au fond, la majorité des gens sont beaucoup moins stupides que ce que s’imaginent les politiques. Je ne crois pas qu’ils demandent que l’on ressente ce qu’ils ressentent mais simplement que l’on ne se moque pas d’eux, y compris en prétendant parler en leur nom. Ils demandent du courage. Et tout ce qui a l’apparence du courage aujourd’hui devient précieux à leurs yeux. 
 

Les politiques sont confrontés à une crise de défiance, les syndicats, qui n'ont pas réussi à mobiliser sur la réforme des retraites cette semaine, sont de moins en moins représentatifs, et les médias sont également contestés. Comment expliquer que le ressenti des Français soit tant ignoré ? Qui comprend encore les Français ?

Aymeric Patricot : Il y a quelques marqueurs symboliques qui permettent de dater les étapes de ce détachement progressif des élites par rapport aux populations qu'elles sont censées représenter. L'aveu d'impuissance concernant le chômage dans les années 1980 ; ce qu'on appelé le "virage sociétal" du Parti socialiste à la même époque, considérant qu'il devenait plus payant de s'occuper de questions de mœurs que de questions sociales ; l'importance donnée à la question des minorités ethniques, qui a bien sûr son intérêt, mais qui a provoqué le désarroi de la classe ouvrière : celle-ci s'est sentie trahie, ne s'est pas reconnue non plus dans la droite classique qu'elle tenait pour trop bourgeoise, et c'est à ce moment-là que le vote Front national est devenu significatif - ce qui d'ailleurs arrangeait bien la gauche pour des questions électoralistes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par evy - 12/10/2013 - 09:36 - Signaler un abus Fausse accusation

    Cette même personne a dit le lendemain sur Canal+ que ce message n'était pas destiné à M. Copé en particulier mais à tout les hommes politiques et à M. Hollande .

  • Par Equilibre - 12/10/2013 - 10:13 - Signaler un abus Liogier à la ramasse

    Le présiglan applique tout ou partie de son programme. Il est impopulaire et ne résoudra rien, bien au contraire. Si on suit son raisonnement, il faut appeler cela du courage. Inconsistance, incompétence, absence de vision, mensonger, idéologie 68arde sont des mots plus adaptés... . Soyons clair: une partie des français a été remplacée, détruisant une certaine cohérence et nous imposant des cultures exogènes à la France. L'UE a capté une bonne partie des pouvoirs et nous "donne" cette monnaie étrangère qu'est le neuro Enfin, le rôle des politiques devraient être de créer les conditions pour que l'éco fonctionne, pas que l'état se trouve à tous les niveaux et de partout. Ajouter à cela toutes nos tares habituelles, mille-feuille, taxes en tout genre, volonté de non-réformes, .... Tant que cela donnait l'impression de marcher, pas grand-chose à dire. Maintenant, ça s'écroule par petits bouts en attendant les gros. . Faire un article sur ce sujet, sans parler d'islam et immigration en général, là, par contre, faute. Seule allusion: terra nova. En gros, les auteurs ne sont pas plus à même de comprendre ce qu'il se passe que ceux qui nous dirigent.

  • Par monteils - 12/10/2013 - 10:18 - Signaler un abus Les gauchistes bobo de Canal +

    Les journalistes bobo de Canal + qui prêchent tous les jours la pensée unique de gauche devraient révéler leurs salaires et proposer de renoncer à leur niche fiscale par solidarité avec la France du RSA Ce serait courageux Mais ne révons pas

  • Par Gold31 - 12/10/2013 - 10:32 - Signaler un abus Les cas de pauvreté extrême ne sont hélas pas si exceptionnels

    Je lis dans cet article, qu'il y aura toujours une veuve ou un retraité vivants sous le seuil de pauvreté, prêts à surgir à chaque débat politique. que cette exception ne serait pas le reflet de la réalité, voire même que les retraités seraient (presque tous) des nantis. C'est ne rien connaître à la réalité des gens, ce qui devait être le crois le thème de cet article. Lorsque 3000 paysans se suicident dans l'année (soit plus que de morts sur les routes), lorsque des retraités vivent avec 400 euros par mois, lorsque d'autres abusent des avantages sociaux (et je ne viserai volontairement ici aucune communauté), alors non, ce que je lis dans cet article n'est pas le reflet de la réalité. Considérez simplement que ceux qui osent se plaindre ouvertement en interpellant nos politiques, ne représentent pas une exception, mais le sommet de l'iceberg. Ils s'expriment au nom de ceux qui souffrent en silence. Vos voisins, vos amis, des membres de votre famille dont vous ne soupçonnez pas le désarrois, parce qu'ils se taisent. Des solutions il y en a. Mais le système associatif empêche toute évolution lucide, celle d'une justice "envers tous" y compris envers nos petit vieux.

  • Par Gobsec - 12/10/2013 - 10:46 - Signaler un abus C'est nul

    Copé aurait dû répondre a cette dame : "ne coupez pas je vous passe monsieur hollande" Puis a pue jadasse lui dire : faites suivre par votre secrétariat la communication a l'élysée. Evitez trierweiller. C'est qui qui gouverne merde...

  • Par moerl16 - 12/10/2013 - 10:49 - Signaler un abus une vraie mafia

    tous unis pour toucher du pognon des contribuables ,voila la triste réalité de l'union parfaite des politiques,des médias,des syndicats les premiers vivent comme des nababs sur notre dos,les médias sont aux ordres pour toucher subventions et surtout bénéficier des allègements d'impôts ,et les syndicats pour la gamelle ,a coup de millions d'euros par an généreusement fournis par l'état sur le dos des contribuables .Le terme ELITES me fait doucement rire car ces gens ne sont que des profiteurs d'un système mafieux ,et si les français étaient moins borné ils auraient virés tout ce triste monde depuis longtemps

  • Par carredas - 12/10/2013 - 10:56 - Signaler un abus La culture médiatique de l'émotion...

    Il est absurde de confronter une personne qui témoigne de son vécu et un responsable qu'il s'agisse d'un président de parti, d'un ministre ou du président de la République. C'est le principe même de cette confrontation qui est à mettre en cause et non la difficulté pour le responsable interpellé d'apporter une réponse. Notre société et particulièrement son miroir médiatique, fait du cas individuel et de l'émotion, le témoignage ultime, indépassable, c'est une impasse. Qu'on les apprécie ou pas, nous savons bien que M.Copé, Madame Taubira ou M.Hollande connaissent l'émotion et la sympathie comme tout être humain mais leur rôle n'est pas une écoute "empathique" de chaque français ni une réponse individuelle à tout problème individuel. Ce qui a un sens, c'est la tendance générale dans le temps et la tendance générale est au progrès et à une vie meilleure y compris pour les plus pauvres, mais qui aujourd'hui ose rappeler cela... Pourtant, il y a deux siècles les pauvres mourraient de faim ou de froid dans l'indifférence générale et n'avaient aucun responsable à interpeller.

  • Par anticip - 12/10/2013 - 11:13 - Signaler un abus heureusement qu'il y a eu isabelle maurer

    pour donner une vision réaliste de l'état de la france d'aujourd'hui ,parce que avec les deux autres politiciens ,je parle de copé et belkacem qui se chamaille comme deux gamins ,pour nous faire gober " c'est la faute de l'autre " alors que cela fait 30 ans qu'ils se partage le pouvoir et le résultat est là ,lamentable . tous les jour une entreprise qui ferme ,remplacé par des emplois SANS AVENIR ; et la délinquance et l'insécurité qui s'envole ,un exemple , une dame de 89 ans dévalisée enlevée agressée mise dans le coffre de sa voiture et jetée dans un canal

  • Par Jeff The Great Climber - 12/10/2013 - 11:18 - Signaler un abus Vous oubliez les journalistes télé

    Très bon article, en phase avec ma réaction après cette séquence sur France 2 puis sur C+ au Grand Journal ; mais vous oubliez de mentionner que les journalistes télé sont aussi responsables du nivellement vers le bas de la Politique avec de telles séquences d'empathie ! Actuellement,, seule la presse écrite tire le débat vers le haut comme Atlantico, avec des vrais articles de fond, qui certes, ne peuvent pas être digérés par la ménagère de moins de 50 ans.... Les journalistes télé sont aussi responsables de la montée du FN en stigmatisant systématiquement les actions négatives des gouvernements PS et UMP : pourquoi ne pas faire des émissions en commençant par dire ce qui marche ou a marché et ce qui n'a pas marché ou n'évolue pas ? J'ai l'impression de ne pas vivre dans le même pays qui est décrit par ces journalistes : okay tout n'est pas rose, mais est-ce que cela l'est plus autour de nous vue la conjoncture ? Souvent, on a très envie de dire aux journalistes qui critiquent méchamment les élus qui gouvernent c-à-d PS et UMP (et qui ne peuvent pas répondre au risque d'être mis au placard ou atomisé médiatiquement), allez-y, lancez dans la politique si c'est si simple !!!!

  • Par FAUSTO - 12/10/2013 - 11:21 - Signaler un abus erreur de casting de la part des organisateurs de l'émission

    je partage l'analyse de jean SPIRI - c'était un piège tendu par les medias qui cherchent tjrs à se mettre en valeur et à faire du bruit par n'importe quel moyen ( pourvu qu'on en parle !) - personne n'aurait pu à chaud calmer cette femme en colère - c'est un cas typique de démagogie - D'une part Pujadas n'a pas maitrisé le débat pour équilibrer et tenter d' interrompre ce monologue - D'autre part je crois que JFC a été bon dans cette émission - En revanche carton rouge à la chaine qui a délibérément choisi une intervenante incontrolable - le procédé n'est pas honnête..

  • Par PMT007 - 12/10/2013 - 11:21 - Signaler un abus Idiot

    C'est idiot d'avoir voulu confronter Isabelle avec Copé ! C'est complètement décalé. Le journaliste en ferait-il de même avec Hollande ? Sûrement pas. Les socialistes sont passé maîtres dans l'art de l'enfumage. La preuve. De là à dire qu'il a été déstabilisé, on veut bien se faire plaisir avec ! Néanmoins, on a fait un pas en avant avec les propos d'Isabelle qui ont dû en réveiller quelques uns. Quand ç cette gamine porte-parole du gouvernement, comme à chaque fois, le dialogue ne s'élève jamais au dessus du "c'est pas moi, c'est lui". J.F. Copé n'a pas trop assuré en la suivant sur ce terrain.

  • Par naouak - 12/10/2013 - 11:39 - Signaler un abus Poujadisme

    Ce décalage ne résulte-t-il pas du poujadisme de la classe politique et syndicale (je réfute le terme "élite" qui n'a aucun sens) ? On dit tout et son contraire ... On tape sur les entreprises et on pleure l'absence d'emploi ; on tape sur le travail (et le temps de travail) et on pleure sur la pauvreté ; on ne touche pas à la sous performance publique donc on s'endette mais on attribue cela aux banquiers ... Bref, l'irresponsabilité du discours et des actes politiques - dont l'ultra conservatisme de Hollande donne un exemple - conduit à des situations intenables

  • Par Eric ADAM CVD - 12/10/2013 - 11:44 - Signaler un abus Y'en_a_marre

    OUI... la classe médiatico-politico-judiciaire est déconnectée du vécu réel des Français... Sommes nous coupables de cette situation? NON, nous subissons les conséquences de plus de 50ans de 5ème République conçue pour un seul homme, disparu... Pouvons nous y remédier? OUI... en cessant de nous plaindre, de gémir, de réclammer, de quémander, d'attendre... sans éspoir... Comment? En nous bougeant le cul, en nous impliquant dens le débat, en refusant les choix (NON CHOIX!) qui nous sont proposés et en exigeant une réèlle Démocratie, ouverte à tout parti sans limitation et en supprimant le financement public des partis et syndicats, pour ne laisser que les cotisation comme poyens d'éxistence de ceux-ci. Ensuite??? alors nous pourrons CHOISIR nos vrai représentants et VOTER UTILE sans avois à choisir entre la PESTE et le CHOLERA ! Bien sur, il faudra encadrer tout un système... à commencer par la JUSTICE enfin Libre et Indépendante garantie par l'éllection du CSM et des Procureurs au suffrage universel direct! Je rêve??? OUI... et j'espère rêver encore longtemps que vous vous mobiliserez, vous, les veaux en godillots! Eric ADAM

  • Par vangog - 12/10/2013 - 11:52 - Signaler un abus "Assez de mots, des actes!" Leur dit cette femme!

    La colère de cette femme illustre parfaitement ce que désirent les Français, et ce qu'illustre la phraséologie classique des trois intervenants, qui font le constat banal et affligeant que chaque Français peut faire de sa fenêtre, mais n'évoquent aucune piste de solution. Ah si, seule solution... il ne faut pas voter pour le FN, le pire de tous les partis, qui n'y est pourtant pour rien dans ce que vit cette femme au quotidien, mais, en absence de solutions, il faut bien qu'ils trouvent un bouc émissaire à leur impuissance... Donc beaucoup de bla-bla déconnecté des réalités des vrais Français, qui ne vivent décidément pas dans le même pays que ces pseudo-intellos qui abusent de mots inutiles pour faire oublier leur formatage et leur incapacité à apporter des solutions à cette femme!

  • Par mich2pains - 12/10/2013 - 11:56 - Signaler un abus LES " VRAIS GENS " CHERCHENT UN EMPLOI !

    Et de préférence , un emploi stable et bien payé ! Ca tombe bien , le quotidien " La Provence" ( vendredi 11 oct 2013 ) nous mentionne un poste à pourvoir , dans un article ainsi libéllé : CORRUPTION : L'ex sous-préfète de Grasse ( Alpes-Maritimes) , Dominique-Claire MALLEMANCHE et son mari ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire jeudi pour ...." Corruption Passive " et " Trafic d' Influence " . Les protagonistes sont au centre d'un " Système de Corruption" explique une source proche de l' enquête . La sous-préfète aurait notamment accepté , moyennant paiement , d'instruire un dossier de création d'un chemin forestier . Depuis le 28 Août 2013 , elle a été placée "Hors Cadre" (sans affectation géographique ) par le Conseil des Ministres ! (sic) . L'histoire ne nous précise pas si , à défaut "d'affectation géographique" , cette admirable fonctionnaire conserve encore ses émoluments ? Toujours est-il que la place est libre . Postulez massivement et rapidement . Notons aussi qu'avec de tels RIPOUX-blicains , les électeurs de BRIGNOLES auraient tort de ne pas voter pour le candidat FN , dimanche prochain ......!

  • Par vangog - 12/10/2013 - 11:58 - Signaler un abus Dans la question, il y a "syndicats, médias"...

    A quel moment, ces fins penseurs en parlent-ils? Hors sujet, messieurs! Copie trop longue, trop de bla-bla hors sujet...

  • Par rudi11 - 12/10/2013 - 12:05 - Signaler un abus le pipeau venu de Paris

    çà fait des décennies que la presse parisienne s imagine devoir expliquer aux français ce qu ils doivent penser..... sans oublier les politiques qui repetent jusqu a plus soif les theories vaseuses des think thans; lobbies divers, sectes bizarres, et j en oublie, bref rien qui interesse un chomeur, un rmiste ou un smicard payé au ras du bitume il n y a plus d elites à paris, sinon on vivrait au paradis; les elites sont parties, restent les andouilles qui ont géré le pays à la petite semaine helas, payés au smic, on ne peut pas rembourser les conneries de paris, donc voyez ailleurs....

  • Par gliocyte - 12/10/2013 - 12:05 - Signaler un abus C'est bizarre

    Personne ne semble dénoncer l'utopie comme le principal moteur du déclin en France. Depuis 40 ans, le marxisme est au pouvoir (Jack Lang, il y a déjà plusieurs années faisait ce constat: La France est le dernier pays communiste). Comment une utopie peut-elle être "fonctionnelle"? En basculant le réel dans la catégorie irréelle et l'irréel dans la catégorie du réel. Il n'y a donc plus de vrais gens mais des gens fictifs. Quel est le plus grand ennemi de l'utopie? Le bon sens. Ceci montre bien que doivent coexister une autorité spirituelle ( l'Idéal) et un pouvoir temporel. L'homme n'est pas un Dieu. On ne pourra jamais faire plier l'homme à la "bonté" par des lois édictées par ses semblables. Le contraindre à être bon n'aura pour effet paradoxal de le rendre plus mauvais qu'il l'est. Alors toute cette parlotte, ces pseudo joutes oratoires de ces "spécialistes" ne sont que remplissage. PS: Ecrire De Gaulle avec un seul L, c'est pitoyable.

  • Par Sybarite - 12/10/2013 - 12:06 - Signaler un abus Ah, que vous aimez être cocufié par le service public !

    Ne vous est-il pas venu à l'idée qu'Isabelle avait été choisie, et qu'elle s'était laissé préalablement manoeuvrer par nos chers journaleux ? Ce cas si particulier, cette véhémence contre la cible, et cette dignité pour faire passer le message. Une belle réussite d'agit-prop reprise en choeur par tous les journaleux gôchistes pour stigmatiser la non-réponse...et les autres. Bon, ici, on commente justement, mais c'est un faux débat, exactement ce qu'il ne faut pas faire. Le sujet n'est pas dans cette démagogie du"bien penser" et dans la théâtralité d'une émission de lavage de cerveaux.

  • Par serge08 - 12/10/2013 - 12:07 - Signaler un abus Il aurai du répondre

    que c'était pas lui qui était aux affaires. C'est malheureux pour cette pauvre femme qui a la langue bien pendue, je l'ai écouté hier au grand journal de canal+ il n'y avait qu'elle pour parler, elle coupait la parole à tout le monde. Je me demande la qualification qu'a cette dame et ce qu'elle cherche comme emploi, si elle cherche !!

  • Par Vinas Veritas - 12/10/2013 - 12:08 - Signaler un abus Le politique face à l'individu

    Pour commencer sur l’interrogation sur une douleur particulière. La réponse politique se fera ou pas et aura de la visibilité ou pas, de la pérennité ou pas. Que pouvait répondre cette figure nationale de l’UMP, que devait-il dire ? Lorsqu’on a la charge d’une part de société, il y a des moments où il faut admettre un changement d’échelle qui amène à considérer autrement les situations, comme dans une entreprise. En gros il y a toujours cette taille micro caractérisée par l’individu en avant, la talle méso qui mêle les individus à la structure et le concept macro qui efface tout individu dans les entités abstraites. L’art consiste à conserver une proximité suffisante avec le micro lorsqu’on doit traiter dans le macro et ne pas céder à la tentation de favoriser le méso. Pour dire concret, la Nation doit regarder large et loin. Les décideurs en ont le destin sans devoir se préoccuper particulièrement d’une caste ou d’un secteur au détriment des autres, pire d’une personne en particulier. Au niveau des grandes dimensions, il n’est plus possible de distinguer chaque particularisme aussi la maitrise passe par des règles de gestion simples et applicable à tous les niveaux.

  • Par pipodeparis - 12/10/2013 - 12:16 - Signaler un abus Réponse á monsieur Jean Spiri....

    Les retraités gagnent plus que les actifs dites vous!!!! Un retraité touche une pension qui est inférieure et de loin à ce qu'il gagnait durant son activité. Aussi cette réflexion est pour moi stupide. Vous ne devez cotoyer des personnes aisées, car toutes celles, retraitées, que je connais sont oin de correspondre à vos propos. Et les demandeurs d'emploi ne sont pas des actifs mais des personnes en recherche d'emploi, nuance...

  • Par yavekapa - 12/10/2013 - 12:27 - Signaler un abus On ne sait pas qui comprend les vrais gens

    mais on sait qui sont les vrais cons.

  • Par ZOEDUBATO - 12/10/2013 - 12:47 - Signaler un abus Le risque mortel de la connivence PS/FN pour la France

    La vrai politique du FN énoncée par ses militants dans les posts c'est : - "Nous ne voulons pas d'un accord avec l'UMP nous voulons le détruire pour prendre sa place" - "Pour que Marine et le F.N arrive au pouvoir en 2017 la seule façon de nous faire un boulevard c'était de voter Hollande et nous ne nous sommes pas trompés" Le PS, pour garder le pouvoir, cherche de nouveaux électeurs grâce à l'immigration et les naturalisations (leurs votes va entre 87 % et 95 % pour le PS). Mais plus le PS augmente la vague migratoire plus le FN voit le nombre de ses sympathisants augmenter (corrélation directe) Dans son discours, le FN s'oppose à l'immigration! Mais en réalité il favorise, par clientélisme, le PS (67 % des votes FN pour Hollande, triangulaire, vote blanc, …) et dans les villes qu'il gère il y autant de ripoux en % qu'ailleurs La connivence FN/PS est prouvée mais qui sera le cocu final ? Le FN a trahi sa maxime : "la France aux Français " PS et FN font fi de la violence civile et du risque d'éclatement de la France car ils continuent l'esbroufe, brassent du vent et cachent la vérité pour tromper les citoyens

  • Par vangog - 12/10/2013 - 13:07 - Signaler un abus @Zoedubateau Désolé de vous contredire une

    nouvelle fois, mais ce qu'a tenté de prouver Pujadas, dans cette émission quelque peu trafiquée, c'est, d'une part, sa parfaite connaissance des procédés de manipulation Trotskyste, et, d'autre part, la collusion parfaite de l'UMP et du PS dans la responsabilité des malheurs de la France...et de cette citoyenne militante. Même si le procédé est peu glorieux, je dois avouer que le résultat visé par Pujadas: faire monter le sentiment anti-establishment, et indirectement le vote FN, est atteint à 100%! Merci à Pujadas pour son soutien, dont le FN ne saura pas se souvenir quand il sera au pouvoir, car ce n'est pas un parti corrompu!

  • Par ZOEDUBATO - 12/10/2013 - 13:14 - Signaler un abus GOget MAGO ; Merci de reconnaître qu'il y a bien connivence

    réciproque entre le PS et le FN l

  • Par la saucisse intello - 12/10/2013 - 13:14 - Signaler un abus Il existe une ENORME différence..............

    Entre eux et nous. Nous, nous pouvons sans aucun problème nous passer d'eux. Car si demain matin j'apprends (avec bonheur !) que "laval", La Paon et bourdin ont été avalés par un "black hole", ça ne m'empêchera pas d'aller au sanglier.

  • Par la saucisse intello - 12/10/2013 - 13:21 - Signaler un abus @ ZOEDUBATEAU.............

    Vous décrivez ici parfaitement ce que j'appelle "le mécanisme à double détente" du F.N. 1er objectif : Anéantir, pulvériser, hiroshimer l'u.m.p. Ce ne sera pas difficile. 2ème objectif : Laisser faire le p.s. Entre sa nullité, ses délires immigrationnistes, le pillage fiscal des classes motrices et le bordel dans les villes et les cités, il aura le choix entre s'en aller ou être balayé par la rue. Nous ne sommes pas tjrs d'accord, excellente Zoé, mais là, mes compliments pour votre clairvoyance.

  • Par vangog - 12/10/2013 - 13:44 - Signaler un abus @Zoedubateau le PS n'a pas besoin d'être instrumentalisé

    par personne pour faire ses propres erreurs: Il suffit de laisser parler ses erreurs économiques et sociétales...et puis Désir, Boutih, Belkacem... Ils creusent leur propre tombe en éructant contre la montée du FN! Par contre, la connivence avec la caste médiatique incarnée par Pujadas, oui, nous la revendiquons! Si Marine est aller faire les yeux doux aux journalistes, cela n'est pas pour rien! Mais Pujadas n'est même pas PS, il n'a que la conviction qu'il faut maintenir les privilèges de sa caste, pour continuer à exister médiatiquement... Nous nous servons de lui pour accéder au pouvoir, mais, ensuite, c'est "abolition de tous les privilèges", où qu'ils soient...

  • Par Allaïc - 12/10/2013 - 14:13 - Signaler un abus La contradiction !

    En tant que maire de Meaux (et aussi père des maux) et après son tour de France à la rencontre des français, qu’a-t-il appris, qu’a-t-il eu comme dialogue ? Le néant ! S’il ne peut répondre à de telles questions, pris en porte-à-faux par rapport à sa proposition de loi diminuant voire supprimant certaines prestations sociales, il doit botter en touche ! J’ai rarement vu un homme politique aussi nul ?

  • Par prochain - 12/10/2013 - 14:15 - Signaler un abus Le système est à bout de souffle cherchez la cause

    Nous perdons notre temps à commenter les commentaires et le show à la télé réglé comme un ballet, itou pour les sociologues qui évitent soigneusement les TABOUS. Le pacte social basé sur le programme du CNR date de 1946 dont le but principal était le contrôle de l'administration, les lois communistes successives et les syndicats avaient assuré la bonne marche des affaires. Le système n'est plus réformable, il faudrait changer les lois désuètes qui ont donné la priorité aux corporatismes contre l'intérêt général.

  • Par ZOEDUBATO - 12/10/2013 - 14:20 - Signaler un abus @ la saucisse : un autre sujet majeur de divergence

    c'est la marinade de sanglier qui abonde par ici Moi je la prépare au RANZIO ce vin des Pyrénées Orientales qui fait ressortir les différente goûts à la cuisson Et durant le mijotage j'ajoute un verre à digestif d'eau bénite locale avec des grains de Genièvre pilée Et au final le sanglier exhale toute sa qsveur

  • Par brennec - 12/10/2013 - 14:28 - Signaler un abus C'est l'état.

    Solidarité et charité ayant été nationalisées elles s'exercent a travers l'état et l'impot. Les conditions ne peuvent alors en être que générales laissant forcément de coté des cas particuliers, pas moyen d'y échapper.Pour palier cet inconvénient il faudrait laisser aux fonctionnaires suffisamment de latitude pour qu'il puisse décider par eux même d'intervenir. C'est évidemment impossible, la bureaucratie ne fonctionne pas comme cela et la hierarchie n'a aucune confiance en ses subordonnés.

  • Par Acacia - 12/10/2013 - 14:48 - Signaler un abus une demandeuse d'emploi de Mulhouse. Déstabilisé, le président

    Cette militante du FN excitée par la possible future victoire du FN et heureusement pour notre compréhension de l'état d'esprit de ces gens-là , nous dit payer la taxe d'habitation, se qui est absolument faux pour une demandeuse d'emploi et en plus touchant le RSA. Puis, elle nous dit toujours aussi excitée, qu'elle a été obligé de refuser une bonne place en station service parce qu'il fallait qu'elle se lève à 4h du matin, impossible car elle a 3 enfants ( dont l'ainée a 26 ans!!!. C'est quoi cette mascarade et en plus on la balance sur Canal et Cie. Vous avez dit honnête le FN, encore plus pourri que les autres, sûr.

  • Par Imragen - 12/10/2013 - 14:57 - Signaler un abus Sinistre comédie du Pouvoir et des Médias

    C'est avec ce genre d'émission qu'ion comprend pourquoi les politiques et les médias sont les deux institutions les plus discréditées en France (la Justice arrive ensuite) !!! Journaliste qui estime avoir été brillant lorsqu'il a mis en difficulté l'homme politique Politiques joutant avec l'adversaire et cherchant réciproquement à se déstabiliser en répétant ad nauseam les mêmes arguments éculés. Enfin la vie qui semble faire irruption et prend tout le monde à contre-pied. Mais le journaliste qui a soigneusement préparé son coup (voire fait répéter "la vraie vie", est content : il obtient du "bruit" sur la toile... Et nous pauvres crétins nous commentons avec sérieux cette comédie qui ne change rien, mais semble, un bref instant nous avoir donné la parole....

  • Par vangog - 12/10/2013 - 15:03 - Signaler un abus @Acacia Ce n'est pas le FN qui nomme ni le directeur

    des programmes de France télévision, ni Pujadas! Et qui vous a dit qu'elle était une militante FN? N'ajoutez pas à la manipulation une manipulation supplémentaire et adressez-vous aux vrais coupables de cette mascarade...

  • Par golvan - 12/10/2013 - 15:17 - Signaler un abus @ Equilibre

    C'est le deuxième article du même genre cette semaine à éviter soigneusement de parler de l'immigration musulmane comme élément moteur du vote FN. Dès lors une grande partie de l'article ne veut rien dire. On ne risque pas de trouver des solutions sans évoquer le problème. Mais c'est évidemment plus rassurant. Remarquons également l'expression "petit blanc", l'une des pires expressions que puisse prononcer quelqu'un qui est lui-même blanc. Une expression d'un invraisemblable mépris, mais parfaitement autorisée chez des gens persuadés de former une élite détachée des contingences de la couleur de peau alors qu'ils ne font que révéler leur haine de leur propre identité (à laquelle ils feignent de ne pas appartenir).

  • Par esurlo - 12/10/2013 - 15:18 - Signaler un abus Nous allons avoir de plus en plus ...

    .....des "débats" en forme de tribunal populaire , ou un invité se feras dépecer par une meute haineuse . C'est la logique du système mis en place par les médias , et qu'ils controlent parfaitement ....................................... Qui en seront les victimes , ...connaissant l'impartialité légendaire de ceux-ci , et le poids culturel des "services Elyséens" , il est facile de prévoir le final ... meme si les apparences pourront paraitre parfois neutres ......................................... Les journalistes récalcitrants , ou arguant de leur indépendance , seront vite remplaçés , par les jeunes pousses socialistes , en formation à France-Inter .................................................................... Les élections approchent , et tout les moyens de la gauche vont etre mis en oeuvre pour sauver le capitaine du bateau , et formater les esprits faibles . Le "pouvoir culturel" va se déployer à fond , contrairement à ce que la droite a toujours été incapable de faire ................................................................................................................. La grande Hypnose est en marche

  • Par EOLE - 12/10/2013 - 15:42 - Signaler un abus Beau coup médiatique:

    Le journalisme télévisuel ardent défenseur de la veuve et de l'orphelin et contempteur de ces ignobles politiciens énarques loin des réalités, incapables de résoudre les millions de situations individuelles posant de réelles difficultés aux français. Un leader de l'opposition décontenancé jusqu'à la limite dépassée du ridicule, mais qu'on peut dézinguer sans remords compte tenu de sa cote sondagière. On était en plein reality show digne des pires turpitudes de TF1 avec un "monsieur loyal" et ses complices en plein déni (délire pour certains: FOG) de loyauté. Elle est belle la télévision si chère à notre redevance!

  • Par MEPHISTO - 12/10/2013 - 15:52 - Signaler un abus Ceci n ' a pas été adressé à la bonne personne

    C 'est très difficile de " contrer " la colère d ' une personne en difficulté sociale qui s' exprime devant les médias et quand elle interpelle les politiques en direct . parce que c'est le système , le refus des gouvernants et des majorités qui se sont succédés pendant plus de 30ans de réformer le pays ( qui n' avançe pas , recule. ce proverbe est d' autant plus vrai dans notre société d' aujourd' hui ) qui ont mené des personnes de conditions modestes dans la précarité . COPE peut bien sûr se déculpabiliser de la situation actuelle parce qu 'il n' est plus aux affaires de la nation ; mais il doit se servir de ce fait pour revenir au pouvoir et faire de l ' emploi et du pouvoir d ' achat des travailleurs : la priorité numéro un ( cela devrait le cheval de bataille de l ' opposition ) c 'est N. VALLAUD-BELKHACEM , porte-parole du gouvernement , qui aurait dû être confrontée à cette dame en révolte . avec un affront et un dédain pour le public et les téléspectateurs, elle a nié toute responsabilité devant la dégradation des conditions de vie des classes moyennes . d 'une indélicatesse totale :elle coupait la parole à son interlocuteur pour ne pas être mise en difficulté

  • Par Anguerrand - 12/10/2013 - 15:59 - Signaler un abus Mme Maurer instrumentalisee

    Par le " service public" au fait à quoi ça sert le service public de la tv? Juste peut être de 2 eme porte parole du gouvernement et de la gauche. Bien sur que la présence de cette femme,le temps laissé à s'exprimer,était bien calculé par la rédaction de France2 . Les pb évoqués étaient plutôt destinés à ce gouvernement présent depuis bientôt. Un an et demi. Que dire de cette journaliste haineuse qui ne pouvait cacher ses opinions de gauche,comme de bien entendu,ainsi de Belkacem récitant sa leçon ? Pourquoi la droite es t elle toujours attaquée pour sa proximité éventuelle avec le FN et jamais la gauche avec les marxistes,et autres révolutionnaires.l'extreme gauche est pourtant largement plus antidémocratique .

  • Par Equilibre - 12/10/2013 - 16:35 - Signaler un abus @golvan

    Je nuancerai. L'isslam est un moteur, mais l'immigration en général en est un plus puissant. Et il y en a d'autres, de moteurs, bien d'autres. . Tout à fait d'accord sur l'expression "petit blanc" en elle-même. Après, je ne sais pas ce qu'il y a derrière, dans le livre, même si l'auteur semble regretter leur "disparition" du PS. Preuve supplémentaire qu'il n'a pas compris le PS, Parti de la Soumission, Parti Soumis ou autre. Ce qui me fait le plus horreur est le fait acté des blancs en tant que simple électorat à alimenter en mesures spécifiques. Vision très gauchiste, pour moi. Seule la diversité intéresse le PS. Les autres peuvent crever la bouche ouverte, tant mieux dans un sens pour eux. Enculés!

  • Par MARVILLE - 12/10/2013 - 17:23 - Signaler un abus Triste époque...

    Copé s'est laissé déstabiliser parce qu'il est resté dans le registre compassionnel, dans le protocole féminin, sociétal, communicationnel...A une époque que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, un homme politique aurait pu dire à la pleurnicharde, de prendre sa vie en main, de ne rien attendre des autres, et de créer son propre emploi. Mais voilà, les allocs et autres RMI, RSA, AME, CMU sont passés par là, l'infantilisation de la société règne dans la cité, et nos enfants (des deux sexes) couillus prennent la tangente...

  • Par lsga - 12/10/2013 - 17:43 - Signaler un abus La question est: comment JFC a pu se faire lyncher à ce point

    La question est: comment JFC a pu se faire lyncher à ce point par Najat Vallaud Belkacem ? voir ce grand bourgeois parisien se faire fouetter par cette jeune beurrette lyonnaise, c'était.... presque sexy !

  • Par Ravidelacreche - 12/10/2013 - 17:47 - Signaler un abus Jean-François Copé a été violemment pris à partie

    Depuis quand fait il parti du gouvernement Hollande ?

  • Par MONTCLAR - 12/10/2013 - 18:53 - Signaler un abus Un scoooop !

    Parce que les journalistes d'Atlantico et les commentateurs, eux, comprendraient les "vrais gens" ?

  • Par aghiol - 12/10/2013 - 18:56 - Signaler un abus Cette femme exagère et les médias avec

    ce n'est pas en vociférant et en jouant sur les sentiments que l'on peut s'en sortir Et puis pourquoi attendre toujours de l'état et des politiques ? Le cri de détresse de cette femme faire-valoir de la galaxie aurait fait mieux d'adresser son message à ceux qui sont aux manettes et qui ont promis"du paradis pour tous" !...

  • Par Roban - 12/10/2013 - 19:02 - Signaler un abus Coup monté

    C’est un coup monté de « Pu...jadis » (et encore maintenant). Pourquoi cette alsacienne s’en prend à Copé sans lui laisser la parole, elle ne doit pas savoir que Copé n’est plus au gouvernement, c’est à Hollande qu’elle devrait adresser sa litanie ! @ acacia Isabelle Maurer est une militante d’extrême-gauche du Mouvement National des Chômeurs et Précaires. Elle avait déjà été invitée au JT de 20h de France 2 le 15/07/2013.

  • Par Ganesha - 12/10/2013 - 19:06 - Signaler un abus Cassettes du Majordome

    Copé désarçonné, vous vous voulez rire ! Un parti qui n'existe que pour défendre les intérêts des grandes entreprises du CAC 4O et dont les plus hauts dirigeants se rendent eux-mêmes réceptionner des valises de billets dans les hôtels particuliers de Boulogne et de Neuilly !

  • Par aghiol - 12/10/2013 - 19:07 - Signaler un abus Riposte

    La Gauche n'arrète pas de revenir sur le passé et d'accuser la droite de tous les maux Elle répète à chaque fois le cynisme à savoir que la droite n'a rien fait pendant 10 ans ;il suffit juste d'utiliser le mème cynisme en répondant ceux -ci :"LA DROITE N'A PAS PU REGLER EN 10 ANS DE POUVOIR,LES PROBLEMES QUE LA GAUCHE PLURIELLE LUI A LEGUES EN 5 ANS DE GOUVERNANCE

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Raphaël Liogier Aymeric Patricot Jean Spiri

Raphaël Liogier est professeur de sociologie à l'IEP d'Aix-en-Provence où il dirige l'Observatoire du religieux.

Il a publié de nombreux livres et articles sur la sécularisation, les religions, la laïcité et les croyances. Dernier en date : Ce populisme qui vient (éditions textuel)

Aymeric Patricot, diplômé d'HEC et de l'EHESS, agrégé de lettres, est professeur dans la banlieue parisienne. Il a publié plusieurs livres. Dernier en date : Les petits blancs, un voyage dans la France d'en bas (éditions Plein Jour, à paraître le 17 octobre 2013)

Jean Spiri est directeur associé chez Lysios Public Affairs, société spécialisée dans le conseil stratégique et la communication d'entreprise.

Ancien collaborateur au sein de plusieurs cabinets ministériels, il est conseiller municipal de Courbevoie. Il est l'auteur de Citoyens des villes citoyen des champs (Fayard)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€