Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hommes et femmes politiques,
ces narcisses comme les autres...

"Le problème d'image d'Eva Joly ne vient pas que de son accent, c'est aussi physique" : la petite phrase de Nadine Morano n'est pas passée inaperçue. Désormais, la communication politique passe aussi par le physique des aspirants aux plus hautes fonctions.

De l'importance Dukan dira-t-on

Publié le

Atlantico : Dans son interview au Parisien daté de mercredi, Nadine Morano interrogée sur la communication des différents candidats évoquait le physique de la candidate Eva Joly. Quelle est l'importance des critères esthétiques dans la détermination des choix politiques des électeurs français ? Jusqu'où les hommes et femmes politiques en jouent-ils? 

Arnaud Mercier : La société médiatique dans laquelle nous vivons aujourd’hui impose de faire attention à certains éléments de son physique.

On le voit de la même manière au sein des journalistes. Les logiques esthétiques entrent en compte dans le choix des présentateurs de journaux. Dans tous les domaines où l’image est exposée, et c’est le cas de la politique, on ne peut pas faire abstraction de ces questions.

Ça ne veut pas dire pour autant que les électeurs déterminent leurs choix politiques sur la base de l’esthétique. Les relations politiques sont aussi des relations de séduction : prêter attention à son physique permet de faciliter et d’encourager l’adhésion du public. Il ne s’agit pas d’élégance, il s’agit d’un gommage des éventuels défauts.

Nous sommes pourtant loin de certaines dérives constatées en Italie ou au Japon. En Italie, Silvio Berlusconi a encouragé la candidature de femmes qui étaient d’anciennes starlettes ou d’anciennes pin-up. Au Japon, Junichiro Koizumi a fait tomber certains vieux barons du Parti libéral démocrate (PLD) en mettant en première ligne des jeunes femmes. Pas forcément des top-models mais des personnages dont le physique contrastait avec celui de figures dépassées.

Le jeu de la séduction peut donc aller jusque-là. En France, nous ne sommes pas encore touchés à ce point. Nous en sommes encore à un stade où les politiques corrigent et évitent les grosses erreurs de physique. François Hollande est un exemple : il a fait des efforts pour soigner son look et maigrir. Au-delà de son apparence, c’est aussi un moyen d’adresser un message. Le changement est incarné dans son image physique. 

 

Nadine Morano précise ses propos en disant que la gente féminine est encore plus touchée : « en tant que femmes, nous sommes scrutées du matin au soir, il faut faire attention à son brushing et à ses chaussures ». Est-ce le cas ?

Il m'est difficile de répondre précisément à cette question : je suis un homme ! J’ai tendance à penser qu’il faut faire confiance aux femmes qui nous le disent. Elles doivent bel et bien essuyer des remarques...

Des dérives machistes qui persistent. Ce n’est pas qu’une légende. Des électeurs peuvent très bien formuler des commentaires péjoratifs sur l’apparence physique de femmes politiques. Cela a été dit et répété pendant la campagne de Ségolène Royal. Dans la presse, de nombreux commentaires y faisaient allusion : « C’est une belle femme ».

Mais je pense que l’impact sur l’électorat reste marginal. Aucune étude sérieuse n’a jamais pu montrer que l’image des femmes politiques avait un effet sur les intentions de vote. 


Cet intérêt pour l’apparence physique des personnalités politiques est-il vraiment un phénomène nouveau ?

Pas du tout ! C’est vieux comme le marketing politique ! Aux Etats-Unis, en 1952, Eisenhower était déjà conseillé là-dessus. On lui faisait faire ses discours sans ses lunettes avec de grandes pancartes en guise de prompteur pour qu’il puisse les lire. On le mettait sur un petit tabouret, derrière son pupitre, pour que l’on ne puisse pas voir sa calvitie lorsqu’il baissait la tête.

En France, Jean Lecanuet en 1965, était présenté comme le Kennedy à la Française. François Mitterrand s’est aussi fait limer les dents pour éviter les caricatures le représentant en vampire. Georges Tron s’est fait faire des implants pour garder une belle chevelure et entretenir une image le plus jeune possible.

Nous sommes dans une époque où la tendance générale tend vers un narcissisme orienté vers le corps. Les hommes et les femmes politiques sont aussi des hommes et des femmes comme les autres. Ils ont, comme tout le monde, un besoin de séduire et de plaire dans une société qui valorise une certaine forme d’esthétique.

 

Propos recueillis par Romain Mielcarek

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par decheval - 09/02/2012 - 11:51 - Signaler un abus sexisme ordinaire

    Morano a bien assimilé le sexisme de son entourage. On ne verrait pas un homme politique dire une chose pareil à un autre homme politique...

  • Par Septentrionale - 10/02/2012 - 03:15 - Signaler un abus @decheval

    peut-être pas le dire mais le penser très fort certainement il y a une hypocrisie à ne pas reconnaître l'évidence Nadine Morano est bien loin d'être une sotte JeanLouis Borloo ne subit-il pas cette évidence ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Arnaud Mercier

Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Lorraine,  Metz, responsable de l’Observatoire du webjournalisme (http://obsweb.net) au sein du CREM et chercheur associé au Laboratoire Communication et Politique (LCP) du CNRS.

Il est l'auteur de La communication politique (CNRS Editions, 2008) et Le journalisme(CNRS Editions, 2009), Médias et opinion publique (CNRS éditions, 2012).

Le journalisme, Arnaud Mercier

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€