Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Politique de la ville : rien ne pourra se faire sans comprendre les liens entre misère et criminalité (et le lien de causalité n’est pas celui qu’on croit)

L'état de désolation dans lequel se trouve certains quartiers jugés prioritaires demande expressément une vraie politique de la Ville. Mais encore faut-il faire le bon diagnostic.

Insécurité

Publié le
Politique de la ville : rien ne pourra se faire sans comprendre les liens entre misère et criminalité (et le lien de causalité n’est pas celui qu’on croit)

Figure de la Ve République Gaullo-Pompidolienne, mort en 1980, Alexandre Sanguinetti était un gaulliste corse tendance SAC, écouté pour sa sagesse insulaire un peu druidique. Son dicton favori : "En France, il ne faut jamais toucher à la Corse, ni à la justice". A cette leçon de gouverner-paisible, A. Sanguinetti ajouterait aujourd'hui - à coup sûr, en tête - la "Politique de la Ville". Car depuis François Mitterrand, nul n'a jamais touché à cette fameuse "Politique". 

Le nouveau Président soulève d'abord le couvercle du chaudron de sorcières, puis horrifié, le referme en hâte - espérant l'avoir assez vissé pour qu'il n'explose pas de sitôt et refile enfin le bébé (à peu près en l'état) à son successeur.

Eh bien, le président Macron s'est conformé à cette prudente tradition, en forme de (tragi) comédie en trois actes.

ACTE I - Le quinquennat débute...

Flairant l'enivrante odeur du fric, des élus, droite et gauche unis - ce coup-ci, dans l'"Appel de Grigny"- crient au désespoir des "quartiers en difficulté"... Les discriminations ! La misère sociale ! Dans leur néo-soviétique novlangue, ces "quartiers populaires" (comme jadis, les "démocraties populaires") vont à la mort lente. Côté racket , il faut agir "avant que les quartiers n'explosent". Opportunément sorti de la naphtaline, M. Jean-Louis Borloo clame qu'il "faut sortir des promesses" !

ACTE II - Le nouveau président prend acte et va agir...

Bien endoctriné, le président sait que la "politique de la ville" concerne les 1 514 quartiers les plus pauvres et qu'en trente ans, 90 milliards d'euros ont été dépensés dans de tels lieux [Le Parisien, 25/01/2015 "Enquête sur les ghettos français"]. Exemple, le Plateau à Clichy-sous-Bois (93), où la seule "rénovation urbaine" à coûté 670 millions d'euros. 

Et en 2018, la "politique de la ville" coûtera encore 430 millions d'euros. Mais cette "Politique ", c'est tellement plus que cela ! car au-delà des "Contrats de ville", des programmes "réussite éducative", "adultes-relais", "Ville, vie, vacances", il y a les dizaines de milliards du Programme national de rénovation urbaine (PNRU), plus les "crédits de droit commun" ("Emplois d'avenir", "Garantie-jeunes") ; et bien sûr les fonds européens - au total, une moyenne de cinq milliards d'euros par an. [Assemblée nationale, 8/02/2017 "Coûts et résultats de la Politique de la Ville"]. 

Mais tout ça n'est pas à la hauteur de l'enjeu car en fait, "La République a démissionné". Elève Macron, peut et doit mieux faire !

ACTE III - Le président à l'action

Face au "défi immense", mobilisation nationale, clame le président. D'abord, la pub' : photos, selfies, foules bigarrées, élus concernés, tout l'appareil médiatico-démago d'un président Père-Noël. Rénovation urbaine ? Doublement des crédits, 10 milliards d'euros d'ici 2031 ; en plus : Retour des services publics ! des emplois ! Des stages et embauches ! du testing ! Des internats et crèches ! des maisons de santé ! Des gares et le métro ! Tout cela, pour réduire une bonne fois pour toutes, "les inégalités, l'exclusion, la discrimination" et "imposer la mixité sociale". 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 27/11/2017 - 08:40 - Signaler un abus Le Limes Français a reculé

    Et ces quartiers sont en zone barbare. Pour les habitants deux choix, soit devenir barbare, soit rejoindre une zone contrôlée par la civilisation.

  • Par Ganesha - 27/11/2017 - 09:52 - Signaler un abus Déception

    Article décevant ! Bien sûr, sans surprise, il nous confirme que la ''politique de la ville'' de ces dernières décennies est un échec total ! Pas d'explication originale, mis à part ''l'insécurité''. Par déformation professionnelle, mr. Raufer ressent même la tentation d'en faire la cause, sinon unique, du moins principale... ce qui est évidemment absurde ! Et surtout, pas la plus petite trace d'une proposition qui ''défraie la chronique'' !

  • Par J'accuse - 27/11/2017 - 09:52 - Signaler un abus La politique: l'art de ne rien faire en prétendant agir

    Pour la gauche, l'action sécuritaire est de droite, et ne fait donc rien dans ce domaine; la droite a peur d'être traitée d'extrême-droite, et ne fait rien non plus.

  • Par Ganesha - 27/11/2017 - 10:12 - Signaler un abus Commentaires

    Quand on lit les commentaires sur ce site, il semble exister un très large consensus dans votre analyse : d'après vous, la très grande majorité de la population des banlieues vit dans un état semi-comateux, maintenue en vie par les aides sociales. Aussi réactive qu'un troupeau de vaches dans un pré ! La seule activité économique présente est illégale (trafic de drogue). Ne faudrait-il pas en tirer la conséquence logique : mettre fin au RSA et se contenter de distribuer des Kalachnikovs à la demande ? Et lorsqu'on évoque une idée novatrice comme le Revenu Universel, votre réponse consiste dans des plaisanteries d'une bassesse et d'une grossièreté consternantes !

  • Par vangog - 27/11/2017 - 12:54 - Signaler un abus Oui! Le crime génère la misère, et non l’inverse...

    comme le croient benoîtement quelques gauchistes minoritaires, mais omniprésents médiatiquement...encore une fois, le Front National possède les solutions, pour régénérer l’égalité republicaine dans ces quartiers abandonnés aux caïds par la gauche: Réintroduire les commissariats évaporés par Sarko-le-tricheur, cesser les politiques de la ville dispendieuses et inutiles, sauf à alimenter les trafics en tout genre, réactiver le mérite républicain, l'autorité et l’exemplarité dans l'éducation autrefois nationale...il n’y a plus à tortiller!

  • Par Henrik Jah - 27/11/2017 - 13:50 - Signaler un abus Les solutions sont simples

    On sait quoi faire mais le politiquement correct nous en empêche. Déjà réduire ou supprimer l'immigration légale permettrait d'arrêter de faire venir des délinquants et autres violeurs car oui ceux qui viennent chez nous ne sont pas des réfugiés de guerre mais des hommes célibataires qui veulent de l'argent sans rien faire et se taper des françaises avec leur consentement ou non d'ailleurs.

  • Par kelenborn - 27/11/2017 - 17:38 - Signaler un abus Attendez

    Dans chaque quartier sera créé un comité d'assistance sociologique: C'est Adie Plenel qui a été nommé coordonnateur !

  • Par kelenborn - 27/11/2017 - 17:47 - Signaler un abus La j'ai du mal Ganesha!!!

    Vous me semblez avoir la marche un peu titubante...Êtes vous d'accord ou non avec ce diagnostic que ces quartiers échappent à la loi républicaine oui ou non ? Je vous rappelle que la République est une et indivisible et que...très logiquement le président qui ne fait rien pour empêcher cela devrait être inculpé de haute trahison! Si vous admettez ce diagnostic , expliquez nous en quoi ajouter le revenu universel aux revenus des trafiquants changera les choses . Si on légalise le cannabis et la coke, ils feront le trafic d'armes ou de chair fraîche ( mais nul doute que Caroline My Ass nous expliquera que c'est DSK qui joue le rôle de madame Bertrand!) alors, on attend!!! ici personne ne vous censure contrairement à ce qui se passe sur le service public de la désinfo!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€