Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Politique de la ville : et Emmanuel Macron commit la même erreur majeure que ses prédécesseurs..

Malgré des annonces positives concernant les emplois francs, un réinvestissement des services publics, ou la construction de crèches, pour sa politique de la ville, Emmanuel Macron poursuit les erreurs commises par ses prédécesseurs. En fixant un cadre strict à sa politique contre la pauvreté, le gouvernement rate sa cible en oubliant la très grande majorité des pauvres du pays.

Bis repetita

Publié le
Politique de la ville : et Emmanuel Macron commit la même erreur majeure que ses prédécesseurs..

Dans son discours relatif à la politique de la ville de ce 14 novembre, Emmanuel Macron a souhaité mettre l'accent sur les "quartiers qui en ont le plus besoin" c'est à dire en restreignant les mesures de cette politique à une faible part des quartiers prioritaires, dans une rhétorique de "test". Pourtant, en elle-même, la politique de la ville n'est-elle pas déjà une vision tronquée de la pauvreté en France, étant donné que les territoires couverts ne concernent qu'un pauvre sur quatre ? Un tel ciblage ne peut-il pas induire une vision faussée d'un visage plus large de la pauvreté en France ?

Louis Maurin : Il y a d'autres points à prendre en compte dans la politique d'Emmanuel Macron, sur la formation, les maisons de santé, les discriminations, la politique de sécurité du quotidien, ou sur les services publics. Parce que si la promesse est tenue pour la formation des jeunes peu qualifiés, par exemple, cela peut avoir un effet massif pour ces quartiers-là. Il est quand même important de rappeler que ce qu'il se passe dans ces territoires ne dépend pas que de la politique de la ville.

Mais le point qui pose un gros problème, c'est quand même l'expérience des premiers mois de ce gouvernement ; la diminution des allocations logement qui pénalisent les plus pauvres et donc ceux qui vivent dans ces quartiers, les emplois aidés qui, même s'il ne s'agit pas d'une solution miracle, sont quand même une aide pour un certain nombre de jeunes de ces quartiers ; mais également une baisse de 5 milliards d'euros des recettes fiscales pour les personnes les plus aisées A titre de comparaison, la politique de la ville représente bien moins d’un milliard d’euros pour l’ensemble du territoire. Sans faire de procès d'intention, il y a pour l'instant une dissonance énorme entre les discours et les actes. Ce qui a été fait jusqu’à présent n’a pas été du tout dans le sens de la politique de la ville. Un sentiment qui est renforcé par le fait que le budget qui va être voté montre une baisse des crédits sur ce poste. En termes d’opinion publique, cela risque de coincer parce que les actes ne sont pas en accord avec les discours.

Mais le fait principal, la tarte à la crème du débat public qui existait déjà sous le quinquennat précédent, c’est l’idée de « recentrer les aides sur ceux qui en ont le plus besoin ». Cela semble être marqué du sceau de l’évidence parce que bien sûr, il vaut toujours mieux aider ceux qui en ont le plus besoin mais alors il faut définir le périmètre sur lequel on raisonne. Est-ce qu’il s’agit de retirer à « ceux qui en ont besoin » pour en donner plus à ceux qui « en ont le plus besoin » ? On retire de l’argent à des « un peu pauvres » pour donner aux « très pauvres », parce que l’on part toujours dans l’idée d’un budget fixe. L’idée de départ est qu’il y a un montant alloué pour les pauvres qui paraît intangible. Mais il faut bien comprendre que le périmètre de ce budget reste une décision politique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DANIEL74000 - 15/11/2017 - 09:08 - Signaler un abus cause et conséquence

    Il n'est plus temps de subventionner encore et encore ces quartiers perdus par la République mais de condamner lourdement les trafiquants divers et l'électoralisme, les deux mamelles des marchés illégaux. On ne donne pas de l'argent surtout public à ceux qui en ont trop !

  • Par cloette - 15/11/2017 - 09:42 - Signaler un abus l'économie des "quartiers"

    se porte bien (mais... elle est "parallèle"),

  • Par Ganesha - 15/11/2017 - 10:12 - Signaler un abus Cloette, Germinal

    Cloette, j'espère que vous me pardonnerez ma franchise, mais vous me faites penser à ce personnage récurrent dans les romans d’Émile Zola : la bourgeoise charitable et bien pensante qui donne son opinion sur les pauvres. Peut-être avez revu le film Germinal, avec Miou-Miou et Depardieu, qui est passé sur Arte, il y a quelques semaines ?

  • Par Ganesha - 15/11/2017 - 11:28 - Signaler un abus Censuré ?

    Ayant vu mon commentaire disparaître par deux fois, en voici une version ''expurgée''... A chacun son rôle, et voici un article qui essaie de nous dire tout le mal possible de la dernière annonce politique d'Emmanuel Macron ! Malheureusement pour lui, il se fait que nous sommes en présence d'une véritable Révolution ! Comment ne pas être ébahi par un président qui se décide à reconnaître la stupidité de ses deux prédécesseurs ? Le soleil se lève, on ouvre les volets, et voici un homme qui admet enfin que l'urgence dans la ''politique de la ville'', ce n'est en aucun cas de rénover les immeubles ! Tant d'années pour admettre une telle évidence ! La priorité absolue c'est de lutter contre l'islamisation, en intégrant la population des français musulmans. Et pour cela, utiliser le seul moyen raisonnable et efficace : en leur donnant la possibilité de travailler ! Comment peut-on avoir été aveugle et abruti au point de réfuter l'importance essentielle du surcroît de chômage ! En fait, nous avons là l'unique véritable clef de la victoire dans notre guerre contre le terrorisme ! Souhaitons bonne chance à Macron, que son projet réussisse : il en va de la survie de notre Nation !

  • Par cloette - 15/11/2017 - 12:17 - Signaler un abus @ganesha, sachez que j'en

    @ganesha, sachez que j'en sais plus ( ou autant ) que vous sur cette population, oui l'économie parallèle rapporte plus qu'un salaire de misère . pour un travail qu'on leur trouverait .

  • Par Ganesha - 15/11/2017 - 13:12 - Signaler un abus Cloette, Ruissellement

    Cloette, croyez-vous vraiment à la théorie libérale du ''Ruissellement'' ? Je m'explique : en faisant une recherche internet, je pourrais vous retrouver une estimation du nombre d'individus impliqués dans le trafic de drogues. Avec une répartition des niveaux dans la hiérarchie et les revenus correspondants. Mais croyez-vous sincèrement que les ''grands chefs'' redistribuent leurs gains à leurs voisins, ou, à tout le quartier ? Prenons l'échelon le plus bas : les ''guetteurs'' : ils sont nombreux, mais certainement pas au point que cela procure au moins un emploi dans chaque famille ! En plus, réfléchissez : cette activité là est réservée aux mineurs, pour échapper aux poursuites pénales. Ils cessent d'aller à l'école, et il s'agit donc de promouvoir le travail des enfants !

  • Par moneo - 15/11/2017 - 17:45 - Signaler un abus Macron la continuation

    1/ on va retaper les immeubles c'est sûr ca sera plus agréable pour le deal.On va refaire du Borloo ;Quand Fillon a vu arriver l'addition il a vite arrêter le gaspillage:quelqu'un peut il me dire combien milliards ont été engloutis dans le cités ? pour quels résultats? A lire les doléances des pompiers et autres corporations refusant de s'y aventurer peut on avoir un doute our l'efficacité de cette politique? Sur la politique charges zéro dans des zones franches.Hum... on créé en France des paradis fiscaux ? ça crée des ruptures de compétitivité avec les autre concurrents voisins ou pas et pour beaucoup comme le passé l'a montré , ça permet la création de boites postales .... fiscales le Problème n'est pas dans les infrastructures ,ni dans l'emploi fictifs des cités, mais dans la formation des cervelles.Quand 67% de musulmans disent mettre les lois de Dieu au-dessus des lois de la République... comment changer cela? et comment faire immigration zéro sauf dérogations bien précises tant que ce problème existentiel ne sera pas résolu Comment former des bi nationaux aux besoin économiques de leur pays d'habitats? la seule chose dont je suis sûr Borloo bis NON

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Louis Maurin

Louis Maurin est directeur de l’Observatoire des inégalités.  

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€