Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment l'euro est devenu
une machine de guerre
des États forts contre les pays
moins compétitifs de l'UE

Le second plan de sauvetage de la Grèce a été adopté lundi soir, mais la crise de l'euro reste d'actualité. Si la monnaie unique valorise les avantages compétitifs de chaque pays, les disparités qu'elle suscite entre États membres doivent être compensées par une plus grande solidarité.

Impasse

Publié le

L’Europe semble découvrir avec effroi qu’une monnaie unique accentue les disparités entre les Etats de la zone. Elle veut désormais les obliger à poursuivre une politique de stricte rigueur pour les empêcher de diverger. Mais une telle politique est incohérente par rapport aux principes mêmes de la monnaie unique car elle ôte ‘’l’avantage’’ de la monnaie unique pour n’en garder que les inconvénients, jusqu’à la caricature d’ailleurs : l’assujettissement du plus faible,  rendu justement plus faible par la monnaie unique.

La monnaie unique accentue les divergences par la vertu même de l’homogénéité monétaire. Elle permet aux avantages compétitifs de chaque pays de se valoriser pleinement : le fort industriellement valorise ses avantages pour l’avantage, en théorie, de la communauté entière rendue ainsi plus compétitive globalement. Chaque pays essaiera de faire ce qu’il sait faire de mieux. L’un fera de l’industrie son atout - l’Allemagne -  et détruira donc l’industrie de l’autre pour que l’autre fasse mieux du tourisme ou des produits agricoles de qualité.

Par ailleurs, la monnaie unique a l’avantage, certains diront l’inconvénient, de faire croître les salaires des pays les plus pauvres de la zone. Cette augmentation est relative car le revenu par habitant et par an varie quand même de 15 000 à 35 000 euros. Mais la conséquence de cette augmentation est de rendre certains pays du Sud encore moins compétitifs.

Refuser les disparités de la zone euro, c’est refuser de fait l’euro et ses censés avantages, c’est refuser la monnaie unique qui ne peut fonctionner qu’avec la complémentarité des talents et donc la solidarité, pour n’en garder alors que les inconvénients : une machine de guerre du fort pour assujettir le faible, en l’obligeant par la récession et le chômage à l’équilibre de ses comptes. Calcul suicidaire, comme nous le constatons en Grèce, car la récession diminue aussi vite les recettes que les économies faites ; la récession aboutit à une prise de contrôle encore plus évidente du plus fort sur le plus faible.

Dans une zone à monnaie unique, les dévaluations ayant été rendues impossibles, le pays qui a peu d’avantages industriels se trouvera toujours en déficit de sa balance commerciale et in fine de sa balance des paiements, il s’endettera continuellement sans transferts. C’est ce que refuse de voir l’Allemagne qui veut le beurre et l’argent du beurre : les avantages de l’euro, la fin des dévaluations compétitives des pays plus faibles, le beurre, mais aussi le refus de la solidarité, l’argent du beurre.

Ne nous trompons pas, pourtant, ce plan de refinancement ne règle rien à la situation de banqueroute dans laquelle se trouve la Grèce, il permet seulement de gagner du temps, le tonneau est sans fond… Certes la Grèce peut être considérée responsable de cette situation de par son irresponsabilité mais il s’agit surtout de l’irresponsabilité de ses élites politiques et économiques qui ne sont pas sanctionnées mais protégées par ce système de survie !  Cette élite qui refuse de payer l’impôt, qui sort 80 milliards de la Grèce sous la complaisance de l’Union qui refuse tout contrôle des capitaux et qui ne perdra rien pour le moment alors que le peuple perd tout…. Il est temps cependant d’aider véritablement la Grèce en y créant de nouvelles richesses par l’investissement rentable dans les secteurs vitaux pour son économie : l’énergie, les transports. Pour l’aider à s’en sortir, il faut créer de nouvelles richesses et non détruire celles qui existent ! On en est là pour une raison simple : on va voulu sauver la finance et les élites qui ont failli non un pays et ses hommes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 22/02/2012 - 20:59 - Signaler un abus Pas contradictoire, mais...

    Je guette vos articles et je les lis toujours avec une certaine attention, largement plus que d'autre. Bien que n'ayant rien à redire sur l'analyse de celui-là , bien au contraire, je reste toujours dubitatif sur vos conclusions pro-européennes qui me semblent plus tenir du vœu pieu qu'autre chose. C'est peut-être parce que je suis devenu résolument anti-européen. Lorsque je lis des articles qui semblent tout plein de bon sens, comme celui-là, je sais pertinemment qu'il n'en sera jamais fait comme cela. Ce n'est pas la logique. Et je constate que le mot pieu dans l'expression vœu pieu n'est pas vain. Cela marche aussi avec vœu. L'économie n'est pas la seule raison de mon retournement, mais elle y a grandement contribué. PS: Un petit article sur le MES, un de ces quatre, si vous avez le temps. Merci d'avance.

  • Par perisino62 - 22/02/2012 - 22:55 - Signaler un abus Ce journaliste devrait faire de la politique !

    Il nous fait prendre des vessies pour des lanternes ! Les allemands sont solidaires puisqu'ils sont pour 60% dans la part des cadeaux faits aux grecs : en gros des ristournes de 60% de la dette, refinancement à des conditions excellentes ! Qu'un grec qui possède 1 million d'euros le place dans une banque de son pays, à Paris ou à Berlin : quelle différence ça fait ?? C'est son argent ! Cet argent n'a rien à voir avec les déficits du gouvernement grec ! C'est la libre circulation à l'intérieur de l'Europe ! Vous dites : forcément ils n'ont pas payé l'impôt !? et bien dans ce cas ils seront poursuivis et l'état Grecs fera des ATD sur ces comptes ! Il faut plutôt se demander si un couple ayant travailler toute sa vie et ayant accumulé 1 million d'euros n'aurait pas raison, provisoirement au moins, de mettre son argent sur un compte dans un pays sûr !! Ce ne sera pas la première fois qu'on verra un gouvernement ponctionner l'argent de tout le monde pour payer les dettes du pays (voir Brésil) : endettement réalisé par des politiciens très souvent voyous ... via le financement de la paix social certes + le financement de tout un tas de chantiers à des prix louches avec corruptions

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Luc Schaffhauser

Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui  vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche et de droite ainsi que des responsables de la société civile.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€