Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les épines du rosier
2) La gauche, l'euro et la préférence française pour le chômage

Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 2ème épisode : le PS et l'euro.

Pamphlet

Publié le - Mis à jour le 23 Avril 2012

Lire aussi :


Les erreurs de la gauche n’ont pas été seulement sectorielles ; elles ont touché aussi l’économie dans son ensemble.

C’est le cas de la politique du franc fort, puis de l’euro fort, inaugurée par le gouvernement Bérégovoy en 1992.

Les socialistes français ont toujours été favorables à l’Europe : Monnet, Mollet, Pineau, qui figurent parmi les Pères de l’Europe étaient de sensibilité socialiste. Au moins autant que de la démocratie chrétienne, l’Europe de Bruxelles procède de l’impulsion social-démocrate. Inscrit dans cet héritage, Jacques Delors négocia l’Acte unique européen, en 1986, qui a ordonné l’uniformisation de toutes les normes de toutes sortes, techniques ou professionnelles de l’Europe, pour fonder le marché, non plus commun, mais unique, acte ratifié par la droite en 1987.

Rien que de naturel, dès lors, à ce que François Mitterrand signe le traité de Maastricht prévoyant la mise en place d’une monnaie commune européenne. Non sans mérite, il le soumit à référendum le 21 septembre 1992 et le traité ne fut approuvé que de justesse (51,04 %). On se souvient que la rumeur de sa maladie, répandue à dessein, et la compassion qu’elle suscita fit basculer in extremis le vote en faveur du oui.

Ce qui est en cause ici, ce n’est pas le projet de monnaie unique en tant que tel mais les conditions dans lesquelles il a été mis en place.

Pour préparer l’adoption de la monnaie unique par la France, le Premier ministre socialiste Bérégovoy décida, en 1992, sous l’influence de Jean-Claude Trichet, déjà en campagne auprès des Allemands pour devenir le gouverneur de la future Banque centrale européenne, qu’il fallait faire du franc une monnaie aussi forte que le mark. Il faut s’entendre sur ce que signifie forte. Cet adjectif peut signifier la monnaie d’un pays où la hausse des prix est strictement contrôlée. Mais il peut signifier aussi une monnaie qui, selon les critères habituellement employés en la matière : parité des pouvoirs d’achat, des prix de revient, équilibre des échanges extérieurs, est évaluée haut, éventuellement au-dessus de ce qu’elle devrait l’être. Cette surévaluation contribue certes à restreindre l’inflation mais freine la croissance et donc augmente le chômage. Augmentant le chômage, elle fait obstacle à la hausse des salaires.

C’est le choix qui a été fait en 1992. Il a eu des effets d’autant plus négatifs que l’Allemagne, ayant absorbé sur le principe d’1 mark Est = 1 mark Ouest l’énorme masse monétaire est-allemande, haussa considérablement ses taux d’intérêt pour empêcher l’inflation ; la France se sentant obligée de suivre, étrangla sa croissance. D’une certaine manière, elle partagea avec l’Allemagne, à son détriment, le poids de la réunification.

Ce choix fut confirmé en 1999, au moment de la conversion du franc en euro. Plus le taux de change de la monnaie est élevé, plus sa compétitivité se trouve handicapée. Alors que la plupart des pays s’efforcèrent de rentrer dans l’euro au plus bas taux pour être plus compétitifs, la France, désireuse d’égaler l’Allemagne, accepta une parité peu favorable à l’emploi et aux exportations. Avant l’entrée dans la zone euro, la France avait un taux de croissance supérieur à la moyenne européenne, il est devenu inférieur après.

La racine de ce que beaucoup appellent la "préférence française pour le chômage" se trouve là. Certes, ni entre 1993 et 1997, ni après 2002, la droite ne remit en cause cette politique, il était néanmoins important de noter que les décisions capitales ont été prises alors que la gauche se trouvait au pouvoir. Ces décisions furent fatales au niveau de vie populaire. Les trois millions de chômeurs plus ou moins permanents que compte notre pays peuvent dire merci au parti socialiste, principal responsable de leur situation de précarité.

À cela s’est ajoutée une politique qui, sous des apparences sociales, favorisa le grand capital. C’est ainsi que le gouvernement Bérégovoy s’efforça d’internationaliser la dette publique de la France, considérant que le recours traditionnel aux bons du trésor, souscrits par la "veuve de Carpentras" était une pratique archaïque, que le recours aux banques étrangères serait plus moderne. Cette politique fut poursuivie avec Strauss-Kahn et Fabius à partir de 1997.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 18/04/2012 - 10:19 - Signaler un abus Le traité de Maastricht,

    Ce pacte avec le diable de la décroissance et du déclin, d'une monnaie trop forte pour nous est l'écrit du début de la fin de la France. Aucun mot ne sera suffisamment dur pour qualifier l'infamie de ce traité et des (auto-censure) qui ont accéléré notre chute, supprimé des pans de notre souveraineté et bloqué toutes les possibilités de manœuvre. La France a sacrifié son avenir pour une monnaie de singe mal née condamnée à disparaitre prochainement en nous ruinant. Le PS, comme d'hab, prouve en toute circonstance que leur connaissance en économie est en dessous de zéro, préférant leurs lubies idéologiques à la réalité. Rien n'a changé. Pour être juste, ne pas oublier que Chirac a participé aussi à la campagne du oui, coupant définitivement les ponts avec le gaullisme.

  • Par golvan - 18/04/2012 - 11:31 - Signaler un abus Le véritable problème de

    Le véritable problème de l'euro est que les pays européens qui en font partie n'ont aucune politique commune en matière fiscale, en matière sociale, et que ce fait avéré résulte du refus des castes politiques nationales de transférer leur souveraineté. Par contre, alors que ces politiciens nationaux font tout pour conserver leur petit pré carré, ils braillent et gesticulent, et désignent l'Europe comme source de tous les maux qu'ils entretiennent eux-mêmes, à des populations déboussolées qui rêvent du plein emploi des années 60. Le ton de cette suite d'articles me déplaît parce qu'il entretient l'idée du bon vieux temps où des fonctionnaires français planifiaient l'économie (ou croyaient le faire), à une époque où l'informatique et ses effets sur la finance et sur la bureaucratie pléthorique n'existait pas, où les pays émergents n'existaient pas, où l'industrie aéronautique consistait à produire des Caravelles, bref une époque révolue. Qui peut croire qu'une France repliée sur ses frontières est capable de satisfaire aux besoins de ses habitants ? Un espace économique cohérent comme l'Europe est indispensable pour traiter en position de force avec la Chine, l'Inde ou les USA.

  • Par golvan - 18/04/2012 - 11:40 - Signaler un abus (suite)

    Le traité de Maastricht n'a jamais été considéré comme une fin en soi. Et ce qu'on peut lui reprocher c'est justement d'avoir laissé les politiciens nationaux n'en faire qu'à leur tête en matière de déficits, d'accumuler chaque années des déficits destinés à payer le laitier et non pas à investir comme certains le prétendent. C'est le laisser-faire du traité de Maastricht qu'on peut lui reprocher non le fait de maintenir les déficits dans une enveloppe acceptable. Si les pays en grave difficulté actuellement avaient respecté les critères de Maastricht et s'étaient réformés ils ne seraient pas au bord du gouffre. Les Français ont dépensé sans compter depuis trente ans et Maastricht n'a rien à voir là-dedans. A quel niveau serait le franc à l'heure actuelle ? Et que permettrait-il d'exporter puisque de toutes façons notre industrie a été majoritairement détruite ?

  • Par Equilibre - 18/04/2012 - 12:06 - Signaler un abus @golvan

    Pourrais-tu m'expliquer en quoi un transfert d'argent entre états aurait amélioré ou changé en quoi que se soit la situation de l'Espage, de la Grèce, Italie, Portugal...? "Si les pays en grave difficulté actuellement avaient respecté les critères de Maastricht et s'étaient réformés ils ne seraient pas au bord du gouffre" Mais ils se sont réformés et les ont respectés. Avant crise, Irlande, naguère le petit dragon européen. L’Espagne était citée en tant que réussite. Y'a même des rapports de la commission Attali de 2007 ou 2008 (je ne sais plus) qui en atteste. (Et pourtant, Attali....) "Les Français ont dépensé sans compter depuis trente ans ". Là, je suis bien d'accord. Mais ils y ont été encouragés avec des taux d'intérêts qui n'étaient pas les leurs, puisque ceux de l'Allemagne. Et nous payons la non correction de cette politique d'argent facile pendant trop longtemps induite par l'UE et le neuro. Donc dire que l'UE n'y est pour rien est pour moi vraiment très très court.... Je passe sur dévaluation et flottement qui permettait aux états de récupérer leurs conneries de politiques (franc fort de Mitterand, par exemple)

  • Par Equilibre - 18/04/2012 - 12:10 - Signaler un abus Correctif

    " ... récupérer les conneries des politiques". Et je rajoute que le problème de l'UE et du neuro est qu'il est impossible de récupérer une erreur politique ayant entrainé une dérive économique par dévaluation, taux d'intérêts,..... Les seuls degrés de liberté restant résident en diminution de salaire (Grèce et Espagne) et austérité. Ce dernier point est discutable car, de toute manière, nous ne pouvons guère y échapper, vu les "pratiques" des trente dernières années.

  • Par golvan - 18/04/2012 - 14:07 - Signaler un abus @equilibre

    Strictement aucun des pays en grave difficulté en Europe n'a suivi les critères de Maastricht, ni même essayé. Les chiffres de la Grèce pour son entrée dans l'euro étaient faux, l'Italie est un pays où la fraude fiscale est un sport national, quant à l'Espagne il y a 5 ans les permis de construire y étaient supérieurs à ceux de la France, la GB et l'Allemagne réunies, annonçant évidemment une catastrophe imminente, quant à la France on sait que les dépenses publiques et sociales y sont délirantes et qu'aucun gouvernement depuis trente ans n'a cru bon de les réduire. Pourquoi défendre des comportements aussi irresponsables ? Sans l'Europe la France n'est même plus une puissance moyenne et n'a pas les moyens de peser de la moindre façon sur l'économie mondiale. L'impuissance politique de l'Europe est la cause principale des problèmes de l'euro. Or cette impuissance politique est entretenue par les politiciens nationaux qui ne veulent pas qu'on se mêlent de leurs (petites) affaires. De Gaulle est mort il y a 40 ans, il serait temps de se réveiller.

  • Par Equilibre - 18/04/2012 - 15:25 - Signaler un abus @golvan

    http://i.imgur.com/4rfpk.png Pour l'Irlande, j'ai ça http://www.gecodia.fr/Deficit-Irlande--Dette-Publique-Irlande_a2095.html Tout va bien en 2008. Je recherche les graphes parce qu'il me semble qu'ils les respectaient pas tous (La France aussi sur l'endettement?). Je les ressortirai un autre jour, pas là ces jours-ci. La Grèce est un cas à part. Les comptes validés par GS étaient faux, mais tout le monde a accepté et le savaient ou presque, sauf nous. De plus, je suis d'accord avec ce que tu écris mais en mon avantage: ils ont fait ce qu'ils ont voulu avec de l'argent qu'ils n'avaient pas ou n'auraient pas du avoir sans le neuro. Et cela, l'UE ne les a pas empêché, bien au contraire. Je ne défends pas les comportements irresponsables (et là, le mot est gentil), j'explique pourquoi ces comportements ont pu avoir lieu. "Sans l'Europe la France n'est même plus une puissance moyenne". Suivant l'auteur, l'UE a bien aggravé le cas. Je préfère être seul que très très mal accompagné. De Gaulle est mort. Malheureusement oui. Sa politique serait presque en tout point dépassé, je te l'accorde. Mais les valeurs qu'il portait dont l'indépendance à tout prix, n'ont, pour moi, pas de prix.

  • Par Equilibre - 18/04/2012 - 15:36 - Signaler un abus @golvan

    Il y a un banquier (!) qui a écrit des choses là-dessus. Il est passé chez Zemmour et naulleau l y a deux semaines. Pas le temps de trouver le lien, désolé, mais il ne raconte pas autre choses sur le point le neuro nous affaibli. Il est sous directeur de Lazard. http://www.dailymotion.com/video/xq0cs5_zemmour-et-naulleau-le-30-03-2012-extrait-2-pigasse-sur-l-europe_news Regarder les autres extraits, j'ai trouvé celui-là. Le un est celui qui nous intéresse, je n'ai pas eu le temps de le revoir. Je suis plus du côté Zemmour, toi plus de l'autre côté.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de "La grande démolition : La France cassée par les réformes"

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€