Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Politique étrangère :
quel programme
pour que la France reste forte ?

Prête à être déchue de son statut de cinquième puissance mondiale, la France a besoin de poursuivre les inflexions données à sa diplomatie depuis 5 ans.

Grand large

Publié le

Face à une société internationale chamboulée par les effets dominos de la crise financière et monétaire qui la secoue depuis 2009, les actions diplomatiques engagées depuis 2007 sont le plus souvent perçues comme celles d’une puissance tranquille, sûre de son rayonnement, et forte de son modèle universaliste, forgé dans sa tradition d’équilibre stratégique.

Comme l’a rappelé le candidat à sa réélection, lors de son discours d’entrée en campagne à Marseille, la France « forte » a une responsabilité d’agir dans le monde qui l’entoure. Elle souhaite le faire avec autant de sincérité que de modestie, eu égard à la gravité de la crise économique et financière. Monde dont l’axe de rotation a basculé du bassin traditionnel de puissance localisé de part et d’autres des rives de l’Atlantique Nord à une nouvelle réalité géopolitique faite de nouveaux acteurs et lieux de puissance émergents.

D’ici 2050, ce sont plus de 50% du PIB, des flux commerciaux, des investissements et de la population qui proviendront d’Asie. La Chine, qui représente en 2012, 8% du commerce mondial, pourrait supplanter les Etats-Unis dès 2020 !

Fini donc le splendide isolement qui la caractérisait parfois, la France n’est jamais aussi forte que quand elle agit de concert avec ses partenaires, le plus souvent avec une efficacité et une perspicacité que beaucoup louent et lui reconnaissent.

Les rendez-vous des cinq dernières années n’ont pas été manqués, l’actualité des dernières semaines en signale d’ailleurs la justesse et la pertinence :

  • Lancement en mai 2007 de l’Union pour la Méditerranée, « union de projets » dont les principaux acteurs sont les sociétés civiles du bassin méditerranéen qui se sont exprimées avec force et vigueur;
  • Signature et ratification du Traité de Lisbonne en décembre 2007, qui confirme la puissance d’influence de l’UE ;
  • Présidence de l’Union européenne dont le règlement du conflit en Géorgie durant l’été 2008 aura été le point d’orgue ;
  • Réintégration dans le commandement intégré de l’OTAN au printemps 2009, acte de solidarité vis-à-vis de nos partenaires transatlantiques autant qu’évidence stratégique face à la volatilité des crises comme pour répondre à la pluralité des menaces issues des perceptions traditionnelles des insécurités, comme tenant compte des nouveaux « champs de bataille » que constituent, entre autre, le cyber-espace ;
  • Présidence du G8-G20 en 2011 autour d’une évidente prise en compte de la pluralité des puissances économiques et des efforts à mener pour une représentativité plus en phase avec la réalité des équilibres régionaux de puissance ;
  • Action déterminante de la France en Libye, signifiant sa préoccupation d’ancrer le libéralisme politique autant que la justice sociale dans son voisinage méridional ;
  • Sans oublier un Traité de Bruxelles, prémisse d’une réponse concertée pour faire face ensemble, avec nos 17 partenaires européens, à la gravité de la crise de l’euro…
  • Vote du paquet « energie/climat » dans les négociations sur le climat pendant la présidence de l’Union Européenne à la conférence de Copenhague.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fms - 13/03/2012 - 18:20 - Signaler un abus il faut un amiral à la barre du navire France

    pour franchir l'Atlantique et rallier les USA ? La France sera la 9° puissance économique en 2020 car les BRICS ont une population supérieure à la sienne, ce qui ne veut pas dire que les brésiliens, les indiens ou les chinois auront un niveau de vie supérieur au nôtre.

  • Par EMD - 13/03/2012 - 20:13 - Signaler un abus Pas seulement

    La population n'est pas le seul facteur de puissance : en 2025, les échanges commerciaux indiens auront progressé de 156% ; les chinois de 136%... A ce rythme pas sûr que ce soit vers l'Atlantique nord qu'il convienne de se diriger...

  • Par EMD - 13/03/2012 - 20:14 - Signaler un abus Pas seulement

    La population n'est pas le seul facteur de puissance : en 2025, les échanges commerciaux indiens auront progressé de 156% ; les chinois de 136%... A ce rythme pas sûr que ce soit vers l'Atlantique nord qu'il convienne de se diriger...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Dupuy et Patricia Lalonde

Emmanuel Dupuy est Président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) et Membre du Comité pour une France moderne et plus juste avec Nicolas Sarkozy.

Patricia Lalonde est Déléguée Générale de l’ONG Mobilisation for Elected Women Audience (MEWA). Elle l'auteur avec Anne Marie Lizin «  d’Abdullah Abdullah,l’Afghan qui dit non aux taliban ». Elle est également membre du Comité pour une France moderne et plus juste avec Nicolas Sarkozy.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€