Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La police néerlandaise s’inquiète de la transformation des Pays-Bas en narco-Etat

Pieter-Jaap Aalbersberg, chef de la police d'Amsterdam, alerte : du fait du crime organisé lié à la drogue, les Pays-Bas deviennent un véritable "narco-Etat".

Dérive

Publié le
La police néerlandaise s’inquiète de la transformation des Pays-Bas en narco-Etat

Pieter-Jaap Aalbersberg, chef de la police d'Amsterdam, alerte : du fait du crime organisé lié à la drogue, les Pays-Bas deviennent un véritable "narco-Etat". N'y-a-t-il pas une contradiction entre la réputation néerlandaise d'un pays calme où les prisons se vident plus qu'elles ne se remplissent ? Comment expliquer ce paradoxe ?

Dénonçons d'abord - cet aveuglement provoque des drames stratégiques - le silence des grands médias d'information sur le cas néerlandais : depuis des lustres, ces médias nous vantent le modèle de Pays-Bas sympa - qui n'existent que dans leur idéologie libertaire. Car l'histoire de la Hollande et de la drogue est celle d'une énorme hypocrisie. Depuis deux décennies, je voyais (à Europol, dans des conférences) des policiers néerlandais angoissés par le narcotrafic opérant dans leur pays - pendant que des politiciens néerlandais vantaient leur modèle d'un vivre-ensemble sympa, à base d'innocentes fumettes entre amis. 
Hypocrisie : voyez où l'on achète et fume du cannabis dans ce pays, dans des "Haschisch shops" ou "Cannabis-shops" ?
Non : dans des "Coffee-shops". Ce faisant, les libéraux néerlandais niaient que deux "Pays-Bas" se superposent : l'un paisible, 80% du territoire et l'autre, devenu une sorte de Medellin riverain de la Mer du Nord. J'y reviens plus bas.
 
D'abord, les Pays-Bas paisibles : en 2016, (dernières données disponibles) on y compte 930 000 infractions de tous ordres, moins 29% sur 2007, dix ans avant. Et de 2016 à 2015, - 8% d'infractions, en un an. Détaillons : infractions violentes, - 3% ; vols avec violence, - 12%, etc. L'enquête de "victimation" 2016 (on interroge le public sur la criminalité vécue) : 4,4 million d'infractions signalées, 600 000 de moins qu'en 2012.
Inquiétude cependant pour ce public - donc pour les politiciens : la poussée des cambriolages (selon les assureurs) dans le pays : 61 000 en 2015, 64 000 en 2016. Ca augmenterait encore en 2017. Le drame néerlandais éclate au grand jour.
 

Si les chiffres officiels suggèrent que la criminalité est à la baisse, la police néerlandaise mentionne également que de nombreuses victimes ont cessé de signaler les incidents. Comment expliquer cela ?

Typique de l'intimidation des citoyens honnêtes, dans des quartiers où des bandits font la loi. Ces quartiers existent bien sûr aux Pays-Bas, comme en France, là où vit le gros des immigrés extra-européens. Une statistique officielle (police + agents sociaux) montre que 70% des travailleurs sociaux des Pays-Bas (bien sûr, hors des quartiers bourgeois...) rencontrent au quotidien des malfaiteurs en action, dealers de drogues par exemple, sans réaction policière notable. 
 
En outre, le pays comptant désormais quelque 200 gangs, adultes ou juvéniles, un sondage révèle que, sur 4 000 maires et élus municipaux consultés (villes grandes ou petites), un quart a déjà été menacé par des malfaiteurs : pas le comportement de bandits férocement réprimés... En 2016 enfin, à Amsterdam, les sympa "Coffee-shops" des bobos-journalistes se sont dix fois fait tirer dessus à l'arme à feu - symptôme clair d'une sous-jacente activité criminelle.
 
Ainsi, quand la police regarde de l'autre côté, laisse agir les bandits, normal que les prisons soient vides... Pendant ce temps, des experts alertent sur un "afflux de cocaïne à Amsterdam". S'ajoute dans le pays une massive production de stupéfiants chimiques (MDMA-ecstasy, amphétamines, etc.): en 2016, y ont été démantelés 15 laboratoires au Brabant, 14 au Limbourg, 12 à Zuid-Holland.
 

Comment se structure ce trafic dans le pays et qui en sont les acteurs ?

Des tonnes de cocaïne arrivent chaque mois au port de Rotterdam, où, comme dans la plupart des ports du monde, moins de 10% des conteneurs sont vraiment inspectés. Or désormais, des pirates informatiques ont infiltré les systèmes informatisés portuaires : les Narcos d'Amérique latine placent aisément leur drogue dans des conteneurs qu'ils récupèrent vite à l'arrivée, avant que des douaniers dépassés ou soudoyés les aient repérés. La police de Rotterdam signale maints cas d'intimidation de dockers ou de camionneurs, pour qu'ils aident au trafic - ou ferment les yeux. Selon le maire de Rotterdam (lui-même, "issu de la diversité") un travailleur sur sept du port a déjà été approché ou intimidé.
 

Quelles sont les conséquences de ce trafic à l'international (notamment avec le port de Rotterdam) ?

Culture en serres du cannabis (plus lucratif que les tulipes...), laboratoires d'ecstasy, plaque tournante européenne de la cocaïne : le paradis-bobo-sympa est en fait le supermarché européen des stupéfiants. En prime, des géants bancaires genre coulants (les banques ING, Amro, ont déjà été dénoncées et sanctionnées) : le gratin mondial Narco s'est implanté sur place : mafia turque, Marocains du Rif (cannabis) Colombiens (cocaïne), etc. Et que le siège d'Europol soit à La Haye, Pays-Bas, ne semble pas vraiment les terrifier...
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 22/02/2018 - 10:31 - Signaler un abus Vous êtes sûrs

    qu'on parle des Pays-Bas?

  • Par moneo - 22/02/2018 - 10:39 - Signaler un abus voila un bon modèle

    surtout que chez nous on a déjà de solides fondations :allez les bobos,allez

  • Par Deudeuche - 22/02/2018 - 12:35 - Signaler un abus Pauvres Bataves

    Allez vite rejoindre les potes en Ardèche !

  • Par Ganesha - 22/02/2018 - 12:42 - Signaler un abus Ridicule

    On le sait depuis des siècles : les Pays-Bas sont un peuple de ''commerçants''. Où, ''l'argent n'a pas d'odeur''. Une nation qui a su également montrer une grande tolérance religieuse et philosophique. Actuellement, les hollandais s'enrichissent, pendant que le monde sort progressivement de sa ''Prohibition'' des drogues, confronté à l'échec irrémédiable de cette approche. La France étant le dernier élève de la classe ! Mr. Raufer se ridiculise complètement en croyant nous terrifier avec une dizaine de braquages de coffee-shops, et une minime augmentation des cambriolages, sur un an, des domiciles privés.

  • Par pascal farigoule - 22/02/2018 - 17:22 - Signaler un abus ça c'est une très vieille nouvelle

    cela fait longtemps de les NL donnent dans la dope. Mes premières interpellations de jeunes gens qui revenaient chargés (dans tous les sens du terme) avec du brown de cette bonne ville d'Amsterdam ou sa banlieue remontent à 1977. Quel scoop !

  • Par jpd - 22/02/2018 - 19:03 - Signaler un abus Pas que la drogue

    Nos chers amis NL commerçants dans l'âme inondent le marché de tomates et autre légumes poussés hors sol sans que cela interpelle les bobos écologistes partisans ailleurs du retour à la terre. Et qui pêche au chalut électrique sans que GrenPeace crie au scandale et qui dévaste ainsi les dernières ressources maritimes : les néerlandais !!! Sans compter le commerce des fleurs d'où viennent les roses de la Saint Valentin un reportage est passé récemment à la TV avec des commentaires élogieux mais que fait E. LUCET ??

  • Par Anouman - 22/02/2018 - 19:40 - Signaler un abus Alerte

    Si c'est le chef de la police qui alerte c'est inquiétant parce que ça signifie qu'il se sent incapable de faire quoi que ce soit (sinon il le ferait je suppose. Pareil chez nous: on dépense une grande énergie pour les radars et les stationnement interdits mais les trafics en tous genres fleurissent.

  • Par ajm - 22/02/2018 - 19:43 - Signaler un abus Tomates et fleurs

    Personne n'est obligé d'acheter des tomates hollandaises ( sous serre comme les espagnoles d"ailleurs) et les fleurs les néerlandais en contrôlent le negoce depuis le 17 siècle.

  • Par AUSTRAL98 - 23/02/2018 - 00:37 - Signaler un abus Volonté politique inéxistante

    On parle de l'inéfficacité de la lutte contre le narco trafique, mais ce n'est qu'une absence de volonté politique. Les trafiquants outre le délit relatif à la législation sur lecommerce de drogues illicites pourraient ègalement être poursuivis pour deux autres chefs d'inculpation. Esclavagisme car l'addiction à ces substance entraine un état de dépendance comparable à un esclavagisme. Atteinte à la sûreté de l'état , répandre ces produits dans une population a pour effet d'affaiblir cette même population, les trafiquants le savent parfaitement. Ces éléments amèneraient à prononcer des peines bien plus lourdes aux trafiquants Il faudrait également que tout trafiquant quelque soit son "grade" dans la hiérarchie puisse être condamné à la même peine, ce qui désorganiserait aussi leur hiérarchie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€