Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Polémique World Press Photo : peut-on encore croire les images ?

Le lauréat du prix du World Press Photo fait polémique. En cause ? la retouche Photoshop de la photo primée.

Clic-clac

Publié le - Mis à jour le 21 Février 2013

Atlantico : La photo de Paul Hansen, qui vient d'être primée par le prestigieux World Press Photo, relance la polémique autour de la retouche des images. A titre personnel, que pensez-vous de cette image et de la polémique ? 

Alain Mingam : J'aimerais faire en préambule un rappel des articles 15 et 16 du règlement de ce Prix ancré dans l'histoire de la presse depuis plus de 50 ans .

-15. Le contenu de la photo ne doit pas être modifiéSeules sont autorisées les retouches conformes aux normes actuellement admises dans le domaine de la photographie. Le jury est l'arbitre final de ces normes et peut, à sa discrétion, exiger le fichier original et non retouché, tel qu'enregistré par l'appareil photo, ou un scan brut (non manipulé) du négatif ou de la diapositive

- 16.

Seules sont acceptées les photos à un seul cadre. Les photos composites et les expositions multiples seront exclues. Les images avec cadres et fonds additionnels ou d'autres effets ne seront pas acceptées. Les photos ne peuvent pas afficher le nom d'un photographe, d'une agence ou d'une publication.

C’est une polémique qui est nécessaire, pour éviter tout excès sinon on va finir par banaliser une pratique photographique qui va dénaturer l’essence même de la photo-documentaire. La photo de presse doit demeurer une certification de la vérité . 

La manipulation par le biais d’une lumière travaillée - ré-étalonnée  finit par donner un caractère de tableau de propagande censé percuter l'effet émotionnel présumé. C’est dommageable, surtout  de la part du jury et non pas du World Press Photo, qui est l’un des prix les plus prestigieux avec le prix Pullitzer ,"Visa pour l'Image" ou Le Prix Bayeux des Correspondants de guerre. 

La polémique doit permettre de recadrer les méfaits de toute surenchère technologique  numérique, qui lisse ou idéalise la victimisation des guerres en l'occurrence ici des  jeunes palestiniens. Elle est une occasion de plus de mettre en garde de jeunes reporters  photographes. L'automatisation remarquable des nouveaux boîtiers relègue certes  le temps de la cellule à main aux oubliettes. Mais une prudence s'impose : faire attention à cette opportunisme photoshoppé, qui fait perdre  la perception spontanée de la vraie lumière , qui donne la signature, autant que son crédit, à une image. 

Nous sommes de plus en plus dans un théâtre de la simulation. Il ne faut pas oublier comme le soulignait Claude Berri, grand collectionneur : "C'est la lumière qui fait vivre un tableau , mais c'est la photo qui fait vivre la lumière". Je crois qu’on va vers une tendance qui peut porter préjudice à la crédibilité, à la véracité d’une image. Dans le domaine purement artistique, Photoshop est un outil intéressant pour traduire l' imagination d'un auteur .C'est alors une technique de construction sur-réaliste ,une manipulation du réel pour faire de la fiction visuelle . Nous sommes toujours dans le débat "Fascination esthétique et compassion éthique». C’est le problème que pose cette photo dans l'accentuation effective d'un effet de lumière retravaillée notamment sur les visages des 2 jeunes victimes.

La polémique se retourne aujourd’hui contre le photographe lui-même, dont la démarche porte une atteinte concrète à la crédibilité  de son témoignage de  photo-journaliste qui se tire une balle dans le pied en quelque sorte. C'est du Jeff Wall revisité mais sans le talent  de ce dernier maître de la simulation, au sommet de son art.  

Je ne mets pas en cause la sincérité de Paul Hansen devant la scène de ses funérailles. Mais il en fait trop, densifie les tonalités et devient  hors -sujet  en provoquant de la gêne. Son instrumentalisation  du moment ainsi caricaturée à outrance fait l'effet contraire et pervers  d'une image détournée de sa vérité première . Dans le  tsunami permanent d'images qui nous submerge quotidiennement, il eût mieux valu annoncer "la couleur" en signalant "photo retouchée" pour éviter le doute légitime qui se retourne contre lui et impacte toute une profession soumise à suspicion dans la course à l'esthétisation galopante de la souffrance humaine .  

L'amélioration par Photoshop n'est-elle pas déjà une transformation de la réalité ? Quelle est la limite entre l'amélioration et la transformation ? 

L’image en tant que telle, alors qu’elle est issue du champ naturel, devient une forme de non-vérité qu’on affiche, et à laquelle on donne une vertu esthétique qui n’a pas lieu d’être. La limite est la manipulation de l’information pour vouloir accentuer les traits d’une image : on passe du témoignage à la propagande, ce qui est totalement irrespectueux du public. 

Dans le domaine du photojournalisme, l'utilisation de Photoshop ne pose t-elle pas un problème d'éthique ? 

Cela pose évidemment un vrai problème. Il vaut mieux une photo imparfaite mais qui témoigne de la réalité d’un évènement sans modification, plutôt qu’une image parfaite qui se rapproche d’un tableau,pour prétendre à sa juste place en galerie ou dans un musée. On a besoin d’une forme d’esthétisme, spontané , sans trucage  car la force du  drame peut créer du beau de Goya à Nachtwey ,Yuri Kozyrev ou Rémi Ochlik tué à Homs . Mais on ne peut pas tolérer la manipulation. Les photographes doivent eux-mêmes être précautionneux. Photoshop est parfois le recours des moins bons, qui masquent  non seulement la vérité mais aussi leur manque de rigueur professionnelle sinon de compétence. A chacune et à chacun d'entre eux de faire le choix de leur genre de prédilection , artistique ou journalistique .  Faisons en sorte de revenir à des bases élémentaires : c’est le jury dans sa globalité qui est souverain,  donc c’est lui qui porte la responsabilité du choix du lauréat. 

Plus largement, la retouche photo, notamment dans le milieu de  la publicité et de la mode devrait-elle être aussi soumise à des restrictions pour éviter les abus ? Ou bien la photo de presse est-elle la seule à devoir être soumise à un contrôle ? 

L’utilisation de Photoshop devrait être réservée à un certain type de photos. La confusion dans les genres pourrait entraîner une décrédibilisation de l’image. Chaque genre a son éthique : dans la publicité, on sait qu’on utilise l’artifice de l’invraisemblable, le consommateur est averti de la nature du support, une publicité est présentée comme telle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par www.mai68reloaded.com - 20/02/2013 - 09:12 - Signaler un abus Effectivement

    J'ai ressenti ce même malaise en constatant le choix du jury et en voyant cette photo retouchée et retravaillée à l'envi, esthétisant le "martyr" et fleurant ainsi bon la propagande du Hamas. Décevant, à l'heure où tant de photographes risquent leur vie pour des clichés autrement plus informatifs et courageux.

  • Par laurentso - 20/02/2013 - 10:06 - Signaler un abus Oui, il y a dans les photos de Paul Hansen

    une "esthétique de l'horreur" qui est déplaisante. Ses photos en ressemblent à des tableaux hyper-réalistes, donc, manquent de naturel.

  • Par Flageolet - 20/02/2013 - 12:15 - Signaler un abus Arnaque

    La photo n'a jamais été conforme à la réalité ; c'est un extrait de la réalité, extrait orienté par la volonté du photographe de montrer une chose et pas une autre. Alors qu'elle soit orientée en plus par un Photoshop quelconque n'a aucune importance, de toute façon une photo, c'est d'autant plus faux que ça prétend être la reproduction de la vérité. Moi qui croyait que c'était un art ... de l'arnaque ?

  • Par sbgf43 - 20/02/2013 - 17:34 - Signaler un abus Regardez l'ombre a coté

    Ce n'est pas la photo qu'il faut regarder mais ce qui est dans l'ombre...car le projecteur est toujours allumé sur ce que l'on veut montrer et surtout pour cacher le reste...

  • Par Grwfsywash - 20/02/2013 - 19:29 - Signaler un abus Déni de jugement

    L'obsession de toujours faire ressortir "l'essence" d'un événement amène les photographes a "augmenter la réalité". Photoshop n'en est que le moyen technique. Cela pose surtout le problème de la considération que l'auteur-photographe a pour le spectateur de la photographie. Le pense-t-il digne de se faire par lui-même une opinion sur le fait rapporté par la photo, ou comme le plus souvent, éprouve-t-il le besoin d'orienter sa lecture afin de s'assurer de son adhésion à la position personnelle du photographe. Le photographe est-il un témoin ou un militant? Dans ce cas particulier de la photo de Hanssen, je ne peux que faire état de ma méfiance envers l' "iconisation" de la position du Hamas.

  • Par StéphaneP - 22/02/2013 - 20:10 - Signaler un abus Et le N&B c'est permis?

    Ben oui, le N&B ce n 'est pas la reproduction de la réalité. C'est pourtant accepté depuis les débuts de la photographie pour nous documenter la réalité. Et puis l'aspect contrasté et granuleux du légendaire TriX? Et puis les films diapo qu'affectionnaient certains journaux de documentation géographique, avec ses couleurs saturées et chaudes si particulières... ils ne nous ont pas documenté depuis des décennies?

  • Par OlivR - 25/02/2013 - 17:00 - Signaler un abus L'amélioration par Photoshop n'est-elle pas déjà une

    transformation ? préalable que d'autres on déjà dit : la photographie n'a jamais été la réalité. Quand aux traitements d'amélioration (je ne parle pas évidement des traitements de manipulation de l'image), réveillez-vous ! il est de moins en moins nécessaire de passer par Photoshop, de plus en plus de post-traitements sont directement intégrés dans l'appareil (y compris dans les boîtiers pro pour améliorer les flux de traitements) C'est vraiment une question d'arrière garde...Ce qu'il faut c'est ÉDUQUER les gens pour décrypter ce qu'ils regardent ! Et méfions nous des vendeurs de vérité...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Mingam

Alain Mingam a été Lauréat du World Press Photo Contest pour son reportage sur l’exécution d’un traître en Afghanistan pendant la guerre contre l’armée soviétique en 1981. 

Il est commissaire d’exposition, consultant médias et édition, et collaborateur de Polka Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€