Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La plus grande étude jamais réalisée sur la santé mentale des Français montre le retard accumulé dans l’hexagone dans sa prise en charge

La France accuse un sérieux retard dans ce domaine, alors que la fragilité psychique touche actuellement - ou a touché - 12 millions de Français.

A revoir

Publié le
La plus grande étude jamais réalisée sur la santé mentale des Français montre le retard accumulé dans l’hexagone dans sa prise en charge

 Crédit CHRISTOPHE SIMON / AFP

Atlantico : Vous avez mené entre 2015 et 2018 le programme d’études « Clefs d’Actions en Santé Mentale », portant sur la perception des Français sur ce sujet. Le premier constat a porté sur la stigmatisation des pathologies mentales. Comment s'exprime-t-elle ?

Annick Hennion : Le dispositif Clefs d’Actions en santé mentale a été conçu pour permettre dans un premier temps de mieux comprendre les représentations des Français en matière de santé mentale et ainsi identifier à partir de données concrètes et représentatives, les facteurs de stigmatisation.

Si l’on se réfère aux résultats de l’étude quantitative, à la question « quels sont les trois premiers mots ou images qui vous viennent à l’esprit à l’évocation de la ‘santé mentale’ ? » le couple de mots renvoie spontanément à la dégénérescence ou au déséquilibre versus bien-être. Pour les actifs, le mot ‘santé mentale’ s’associe également à la maladie d’Alzheimer, la dépression, la folie, la schizophrénie, le stress, le burn out. Le terme est donc encore très fortement connoté négativement ce qui pose problème quand on sait que la fragilité psychique touche actuellement ou a touché 12 millions de Français. Confrontés à cette même stigmatisation, de nombreux pays du monde ont adopté des chartes de la santé mentale avec de vrais programmes de santé publique et de sensibilisation des populations ayant contribué à une image plus positive de la santé mentale, rattachée à la notion de bien-être. La France, de ce point de vue, accuse un sérieux retard.

L'étude montre que  la grande majorité des personnes interrogées savent beaucoup  de choses sur la santé physique, mais connaissent mal les questions liées à  la santé mentale. Est-ce que cela signifie que l'on peut être touché  par ces pathologies sans le savoir ?

La notion de ‘santé globale’ telle que définie par l’OMS résume parfaitement l’importance de la santé mentale pour chacun et la nécessité de s’en soucier au même titre que la santé physique : « Il n’y a pas de santé sans santé mentale ». Alors que selon notre étude 2 Français sur 3 déclarent se soucier de leur santé physique, seulement 1 sur 2 se préoccupe de sa santé mentale. Ce résultat est révélateur de ce que nous avons nommé « l’impensé en santé mentale » qui indique que tant que nous n’avons pas à nous en plaindre, nous n’y pensons pas. Le Dr GEOFFROY, psychiatre, lors de « cap sur la santé mentale 2018 » déclarait « qu’il faut arrêter de parler de somatique et d’organique d’un côté et de psychiatrique de l’autre ; Car les maladies psychiatriques sont évidemment organiques ! » Il existe une relation certaine entre la santé physique et la santé psychique. Toutes les difficultés qu’une personne est susceptible de rencontrer durant son parcours de vie comme les problèmes sociaux, personnels, professionnels, les traumatismes, les maladies… peuvent conduire à un déséquilibre de la santé mentale.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Annick Hennion

Directrice de la Fondation FALRET et Directrice Générale de l’Œuvre FALRET. Après une carrière opérationnelle puis de cadre dans le secteur sanitaire, elle se lance dans l’action sociale, d’abord par la direction d’un établissement social puis la direction générale de l’Œuvre FALRET à Paris. Titulaire d’un diplôme de statistiques (CESAM), elle à notamment créée la 1ère unité d’informatique médicale de France à l’Hôpital de Roubaix, et a été un appui à la réalisation d’une trentaine de thèses de doctorat et de professorat en médecine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€