Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Plus forte croissance de l’emploi en France depuis 16 ans et demi : mais à qui la devons-nous vraiment ?

Au-delà des aspects cycliques, la perception des observateurs et des investisseurs à l’égard de la France a changé dramatiquement, pour la première fois depuis des années. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène.

Merci pour ce moment

Publié le
Plus forte croissance de l’emploi en France depuis 16 ans et demi : mais à qui la devons-nous vraiment ?

Atlantico : Selon les données publiées par Markit, l'économie française suivrait une tendance très favorable :"L’Indice Flash Composite de l’Activité Globale en France s’établit à 60.1 en novembre, un plus haut de 78 mois." Au-delà de cette mesure globale, ce sont les chiffres relatifs à l'emploi qui attirent le plus l'attention, ceux-ci affichant un plus haut depuis 16 ans et demi. Quelles sont les causes de ce rebond ? Comment faire la part des choses entre la politique monétaire mise en place par Mario Draghi au niveau de la zone euro, et l'impact des réformes mises en place au cours de ces derniers mois et années ?

Frederik Ducrozet : La croissance française a changé de régime, c’est indéniable. Les pessimistes diront que ce n’est qu’un rattrapage qui a trop tardé après des années de sous-performance cumulée, et que la croissance est tirée par le reste de la zone euro, y compris grâce aux conditions financières très accommodantes que la BCE a maintenues sur les marchés financières. Ce n’est pas faux, mais ce n’est qu’une partie de l’explication. La vigueur de la reprise est effectivement liée, comme en Italie, au retard cumulé qu’il faut rattraper, notamment en termes d’investissement des entreprises. Les taux d’intérêt bas favorisent effectivement un pays comme la France, y compris via le crédit bancaire et le marché immobilier. Mais depuis le printemps, la reprise s’est diffusée à tous les secteur de l’économie et tous les voyants sont au vert.

Au-delà des aspects cycliques, la perception des observateurs et des investisseurs à l’égard de la France a changé dramatiquement, pour la première fois depuis des années. Les premières réformes mises en œuvre par le gouvernement ne produiront tous leurs effets qu’à moyen terme, mais dès lors que ces changements sont perçus comme crédibles et durables, le coup de boost à la confiance des agents économiques peut devenir auto-entretenu, au moins dans une certaine mesure.

On constate notamment que parmi les grandes économies du continent, entre Espagne, Italie, France et Allemagne, seule l'Allemagne affiche une situation proche du plein emploi. Comment évaluer les performances françaises à l'aune de ses partenaires européens ?

La situation l’emploi est plus simple à analyser : les flux d’entrées et sorties sur le marché du travail réagissent avec retard aux variations conjoncturelles, et surtout avec une grande inertie. La baisse actuelle du chômage en France, quoique heurtée, a de grandes chances de se poursuivre voire de s’amplifier dans les années à venir, de façon quasi mécanique.

Les variables plus structurelles, comme le taux de participation ou le taux de sous-emploi, réagissent quant à elles aux réformes institutionnelles, et de façon plus incertaine. De mon point de vue, c’est sur ce deuxième aspect que l’on pourra juger du succès du gouvernement au regard de ce qui se passe chez nos voisins européens, à l’horizon de plusieurs années. Le résultat dépendra aussi des prochaines mesures touchant la formation, l’assurance chômage et les retraites, au sujet desquelles on manque d’information.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pharamond - 24/11/2017 - 10:34 - Signaler un abus Merci qui?

    Si les taux bas favorisent l'investissement,merci qui,sinon la BCE.

  • Par kelenborn - 24/11/2017 - 14:41 - Signaler un abus Ouais

    On se pince!!! "la perception de la France a changé DRAMATIQUEMENT...." On s'attend au pire, les investisseurs fuient la France encore plus rapidement que le UK en réponse aux cris d'orfraie de Sylvestre! Ben non! Ca va mieux comme disait Flamby! Avant de fustiger l'écriture inclusive, ne faut-il pas moucher son nez pour dire bonjour à la dame!!!Bon cela fait la 157 eme fois qu'on le dit...en vain...car je doute que Ducrozet soit illettré!!! Sur le fond...le taux de croissance du PIB en France sur 10 ans est de 0.8% par an contre 1.2% en Allemagne. Alors oui , passons à 0.9% et promis -juré comme cher à pâté, on demandera à JMS de faire un article pour nous expliquer que le XV de France a écrasé l'Angleterre au stade municipal d'Azaincourt !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frederik Ducrozet

Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la politique monétaire de la BCE en particulier, ses travaux portent notamment sur le cycle du crédit, les politiques monétaires non-conventionnelles et leurs conséquences pour les marchés financiers.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€