Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Plus fort que Siri… mais nettement plus intrusif : IBM invente le moteur de recherche qui optimise votre propre mémoire

IBM vient de breveter une technologie qui permet à un moteur de recherche de fouiller dans notre mémoire. Terminée la science-fiction, la "googlisation" de nos souvenirs est en passe de devenir une réalité.

Béquille mentale

Publié le - Mis à jour le 5 Février 2016
Plus fort que Siri… mais nettement plus intrusif : IBM invente le moteur de recherche qui optimise votre propre mémoire

Atlantico : Un inventeur d'IBM a breveté une technologie permettant de générer un moteur de recherche pour nos souvenirs. Comment cela peut-il fonctionner ?

Jean-Gabriel Ganascia : Il s'agit d'explorer ce qu'il y a dans notre esprit à partir de capteurs environnementaux. C'est une sorte d'assistant un peu plus perfectionné que ce que l'on voit sur Internet, parce qu'il capte des informations sur nos habitudes et notre environnement, et qu'il essaye de lui-même de les retrouver quand nous en avons besoin.

C'est un peu comme l'auto-complétion dans les moteurs de recherche : le système est par exemple capable d'aller chercher, dans un fichier, les villes de France commençant par les lettres que vous aurez commencé à écrire dans le champ de recherche.

Le but est d'accélérer et de valider la saisie de vos mots-clés.

L'invention d'IBM est une espèce de logiciel expert qui est autour de vous et qui enregistre tout. Vos habitudes sont stockées en permanence pour constituer une mémoire externe. Lorsque vous recherchez un prénom que vous connaissez mais que vous avez oublié par exemple, ce logiciel est donc capable d'aller le rechercher.

Quelle avancée représente cette invention ?

C'est une piste de recherche extrêmement intéressante pour le domaine de la mémoire. Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, au début de leur maladie, commencent à avoir des dérèglements cognitifs. Le logiciel va par exemple être capable de reconnaître les visages et de compléter pour aider les malades à retrouver les prénoms de leurs proches. L'idée ici est d'avoir des assistants cognitifs qui repèrent nos habitudes et qui, en cas de défaillance, sont capables de donner des indications qui correspondent à ce que l'on a l'habitude de faire.

Ce système représente une réelle avancée, mais il faut maintenant le voir fonctionner.

Cette découverte semble ouvrir des perspectives proches de la science-fiction. Comment l'analysez-vous ?

D'après moi, nous ne sommes pas dans la science-fiction. Car ce système n'est pas en relation avec notre mémoire physique mais avec notre mémoire externe. Le système n'est pas branché sur notre cerveau mais sur des éléments externes comme notre carnet d'adresses, notre ordinateur, etc.

L'idée est de créer une mémoire individuelle qui soit indexée avec un moteur de recherche capable de fouiller dans nos archives personnelles - contrairement à Google qui constitue une mémoire collective, celle de la planète.

Quels sont les limites et les dangers de cette technologie ?

L'inquiétude que l'on peut avoir est que ce système représente une intrusion assez considérable dans la vie intime. Imaginez par exemple que votre assistant cognitif sache que vous êtes en train d'appeler un numéro au téléphone. Le système retrouve que c'est votre nièce. Il peut même vous rappeler le nom de son mari au cas où vous l'auriez oublié. C'est assez édifiant de constater tout ce que cet assistant sait sur vous ! Cela soulève une vraie question sur protection de la vie privée. Imaginez que cet agent en saura davantage sur vous que vous-même ...

Cette notion d'agent d'accompagnement a fait l'objet de beaucoup de travaux et de supputations. On en voit souvent les limites, car il faut faire en sorte qu'il ne soit pas trop intrusif. Il est capable de compléter les phrases à votre place. Imaginez déjà votre conjoint qui ferait la même chose ! Alors, si en plus c'est une machine, c'est terrifiant.

Compte tenu de ces deux limites, cette invention m'évoque finalement un scénario de science- fiction cauchemardesque. Des casques et des dispositifs sont prévus pour enregistrer en permanence toutes vos informations et toutes vos actions. A partir de cela, le système va structurer l'information qu'il rendra automatiquement.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Gabriel Ganascia

Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du  LIP6, dans le thème APA du pôle IA où il anime l'équipe ACASA .
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€