Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Plan de cybersécurité de Manuel Valls : l’Etat transforme un peu plus le web en espace public sous contrôle

Manuel Valls a présenté vendredi 15 octobre la nouvelle stratégie de la France en matière de cybersécurité. Objectif : se prémunir des attaques contre les intérêts économiques de la France. Nouveauté : les PME sont aussi concernées.

Cybersécurisation

Publié le
Plan de cybersécurité de Manuel Valls : l’Etat transforme un peu plus le web en espace public sous contrôle

Atlantico : Concernant les PME, que faut-il retenir des déclarations de ce matin de Manuel Valls sur la cybersécurité ?

Franck DeCloquement : Pour faire court, Manuel Valls exposait en quelque sorte vendredi dernier, une redéfinition de la stratégie de la France en matière de cybersécurité. Et ceci, à travers la présentation d’un document de référence d’une quarantaine de pages : "Stratégie Nationale pour la Sécurité du Numérique", visant à résumer la "doctrine française" face cette menace protéiforme aux effets dévastateurs en provenance de groupes religieux radicaux prédateurs, de groupes mafieux organisés ou encore de services spécialisés étrangers à la soldes d’Etats agressifs ou concurrents. Y compris de nos propres alliés… 

Après avoir mis l'accent sur les "OIV" ou  "Opérateurs d'Importance Vitale" pour l’Etat (trains, production d'énergie, grandes banques, etc.), le gouvernement de Manuel Valls marque notamment sa volonté appuyée de toiletter et renforcer substantiellement la protection des PME françaises - acteurs majeurs de notre économie - et encore trop souvent, et largement désarmées face aux cybers attaques et autres cyber menaces de toute nature. Les dernières arnaques numériques "aux faux présidents" de sociétés, ayant trait à des virements bancaires dévoyés par des criminels ingénieux, l’on encore cruellement prouvé récemment… Usant habilement de "l’ingénierie sociale" (méthodes de manipulations psychologiques basée sur l’usage des vulnérabilités humaines) et des moyens d’actions numériques dédiés, pour tromper les personnels des entreprises cibles, et les piller financièrement à l’envi.

Cette prise de position gouvernementale intervient après l’émergence fracassante sur la place publique, d’affaires emblématiques d’une gravitée absolue, ayant depuis confirmé la nature et l'ampleur des risques cyber. Allant de "l'affaire Snowden" et des actions d’espionnage planétaire de la NSA, en passant par le piratage de la chaîne nationale "TV5 Monde" par des hackers particulièrement agressifs et malveillants. Yves Bigot, son directeur général en verve de confidences - qui est en outre venu témoigner lors de cette matinée de présentation sur son expérience - soulignant que "les assaillants sont probablement un groupe de hackers russes connu sous le nom d’APT 28".

La multiplication des attaques de même nature contre les entreprises françaises et les intérêts nationaux, n’ayant d’ailleurs pas toutes été rendues publiques... Concernant plus spécifiquement les PME-PMI, et afin de protéger les intérêts économiques des entreprises françaises - mais aussi de l’Etat et des populations - un accord doit être signé sous l'égide de la secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire en périphérie de cette conférence, avec les opérateurs de l’internet français. Accord ayant pour objectif prioritaire de protéger les mails qui circulent entre les différents serveurs leur appartenant. Cet accord prévoit en outre la création d'un "dispositif national d'assistance aux victimes d'actes de cyber malveillance", selon les dernières déclarations en date. Le gouvernement entend en effet davantage orienter son action stratégique à travers ce nouveau dispositif, vers les petites et moyennes entreprises (PME-PMI), et les particuliers pouvant être impactés très durement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 18/10/2015 - 18:40 - Signaler un abus Rapport Martre

    Il aura fallut un peu plus de 15 ans pour qu' enfin émerge une prise de conscience sérieuse de ces menaces .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€