Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La pire sécheresse que le Moyen-Orient ait connue depuis 900 ans change la donne géopolitique, notamment en Syrie

Les phénomènes météorologiques extrêmes sur le bassin méditerranéen ont beaucoup varié au cours des neuf derniers siècles, mais les deux dernières décennies sont les pires. Et la sécheresse agricole est l'une des causes du drame syrien.

Malheur ajouté

Publié le
La pire sécheresse que le Moyen-Orient ait connue depuis 900 ans change la donne géopolitique, notamment en Syrie

La sécheresse qui a affecté le Moyen-Orient au cours de la dernière décennie, 14 années exactement, était peut-être la pire dans l'histoire de la région depuis près d'un millénaire, selon une récente étude de la NASA. Les chercheurs de l'agence spatiale américaine ont examiné les anneaux de croissance des arbres situés dans plusieurs pays méditerranéens, de Chypre à Israël, la Jordanie, le Liban, la Turquie et jusqu'en Syrie.

Puis; ils les ont comparé avec ceux de l’Espagne, du sud de la France et de l’Italie afin d’examiner la fréquence des sécheresses à travers le temps dans cette zone.

Un anneau mince signifie des années sèches

L'idée était de comprendre comment les années sèches avaient alterné avec les années humides, sur une période de 900 ans. Pour déterminer de façon infaillible les moments où l'eau s'est raréfiée, il faut observer les anneaux concentriques sur les troncs d'arbre : un anneau mince signifie des années sèches, à l'inverse, quand le trait se fait plus épais, l'eau était présente en plus grande quantité.

L’étude montre ainsi que le climat du Proche-Orient, entre 1998 et 2012,  fut 50% plus aride que la période la plus sèche de ces 500 dernières années, et 10 à 20% plus terrible que la pire sécheresse remontant aux 900 dernières années ! Une situation probablement causée par l’activité humaine...

Concernant les années entre 1100 et 2012, l'équipe a trouvé des sécheresses qui correspondaient à celles décrites dans les documents historiques rédigés à l'époque.

Des sécheresses causées par l'activité humaine

L’auteur principal de l’étude, Ben Cook, cité par le Washington Post, a déclaré que l’éventail des conditions météorologiques exceptionnelles dans l’est de la Méditerranée avait beaucoup varié durant les neuf derniers siècles, mais que les deux plus récentes décennies étaient nettement différentes des précédentes. Il a expliqué que cette sécheresse ne faisait pas partie de la gamme de variations naturelles généralement observées et qu’elle se poursuivait à certains endroits au Moyen-Orient. Toujours selon Ben Cook, l’étude va dans le même sens que d’autres recherches indiquant que les conditions météorologiques exceptionnelles sont causées par l’activité humaine.

Mais d'autres études font des parallèles encore plus inquiétants

Selon l'académie nationale des sciences américaines, ces graves sécheresses dans le Moyen-Orient au cours de la dernière décennie ont eu un "effet catalyseur" dans le conflit qui précipité la Syrie dans la guerre.

La sécheresse inédite qui a frappé la Syrie entre 2007 et 2010, conjuguée à une mauvaise gestion chronique des nappes phréatiques, a forcé 1,5 million de personnes, principalement des paysans et des éleveurs, à quitter leurs terres et à migrer vers les zones urbaines. Dans un pays marqué par de mauvaises politiques agricoles et environnementales, la sécheresse a eu un effet catalytique, ce qui a contribué à l'instabilité politique, explique le rapport. Cela a amplifié la déstabilisation générale de la Syrie et probablement contribué aux troubles qui ont alimenté la guerre civile.

Le prix du blé a déstabilisé la Syrie

Parmi les grands acteurs des Printemps arabes, un responsable majeur, peu évoqué, est l’interaction entre les changements de température et la hausse du prix de la nourriture, et particulièrement celle du blé...

Sans surprise, la production agricole syrienne s’est littéralement effondrée ces dernières années. Début 2013, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indiquait que la production de blé et d’orge avait diminué de moitié en Syrie depuis mars 2011. En 2013, la récolte de blé avait été la plus mauvaise depuis trois décennies.

Une insécurité alimentaire qui explique l'impopularité du régime et donc les soulèvements qui ont eu lieu. Stabiliser et reconstruire la Syrie demandera plus qu'une solution militaire…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 08/03/2016 - 07:25 - Signaler un abus si la Syrie avait fait la paix avec Israël

    peut être auraient ils pu travailler ensemble sur le problème de l'eau et toutes les techniques actuelles : réserves, dessalement, irrigation... comme le fait Israël avec les pays qui ont fait la paix et avec ....les agriculteurs palestiniens

  • Par asphodèle - 08/03/2016 - 10:10 - Signaler un abus Et si....

    Israël n'avait pas détourné les eaux du Jourdain a son seul profit, et donc abaissé d'une manière quasi irréversible le niveau des eaux de la mer Morte, le micro-climat aurait certainement évolué différemment et la région aurait moins souffert du manque d'eau. Idem avec les barrages turcs sur le Tigre et l'Euphrate.

  • Par zouk - 08/03/2016 - 11:19 - Signaler un abus Sécheresse en SYRIE

    Conséquence inévitable: pénuries, voire famine, d'autant que les destructions en ville causent de terribles dégâts aux réseaux, d'où des pertes d'eau colossales. Ceci s'ajoutant au terrible archaïsme de la gestion de l'eau dans tout le Proche Orient arabe. Une fois les dégâts des réseaux réparés, quand?, restera à gérer cette ressource limitée. L'eau est rare: iI faut donc l'utiliser intelligemment. Les Israëliens ont réussi à le faire, mais les Arabes n'ont pas su en faire autant chez eux.

  • Par Mike Desmots - 08/03/2016 - 12:17 - Signaler un abus Article aussi léger que la prochaine brise sous les palmiers...

    Serait ce de la " gentille " désinfo pour tous....?

  • Par L.heredia - 08/03/2016 - 12:28 - Signaler un abus Lol

    Ganesha, votre commentaire a t-il un rapport avec l'article ou c'est seulement de la propagande??

  • Par Ganesha - 08/03/2016 - 12:37 - Signaler un abus L.heredia

    A votre avis, il n'y a strictement aucune relation entre la situation climatique en Syrie et au Moyen-Orient, et ce qu'y font actuellement les habitants ? Lisez l'article ! Humoriste ou débile ?

  • Par Marie-E - 08/03/2016 - 19:08 - Signaler un abus @asphodèle

    il faudrait vous renseigner davantage et en particulier lire les réponses fournies au scandaleux rapport de Jean Glavany sur la géopolitique de l'eau au Proche Orient. D'ailleurs on attend toujours ses réponses mais visiblement il a du mal avec le contre rapport.... Renseignez vous plutôt sur les innovations israéliennes dans ce domaine où il est leader et où il aide les pays arabes et désormais de plus en plus de pays africains

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Coder

Eric Coder est journaliste.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€