Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Oui, Pippa Middleton est bien une
« fondamentaliste marxiste conservatrice chrétienne »

Nouvel épisode dans la "joute" qui oppose nos deux contributeurs Jacques de Guillebon et Daniel Tourre. Dans le dernier épisode, Jacques de Guillebon persistait et signait en déclarant qu'Anders Breivik était bien un "fondamentaliste libéral". Mais Daniel Tourre n'en démord pas, et revient sur les principes fondamentaux du libéralisme.

Dernier épisode ?

Publié le - Mis à jour le 7 Août 2011

Chuck Norris est un « fondamentaliste rastafaraniste », Michel Rocard est un « fondamentaliste anarcho-capitaliste » et Breivik est un « fondamentaliste libéral ». C’est l’été, les neurones barbotent dans le rosé, il pleut trop pour réfléchir.

Le conservatisme politique est de retour

Le texte de Jacques de Guillebon a tout de même un mérite : l’illustration d’une montée en puissance d’un vieil adversaire du libéralisme, le conservatisme politique.

Reprenons : Le libéralisme est d’abord issu de la tradition du droit naturel moderne au 18 ème siècle.

La loi posée par les Etats doit respecter les principes d’un droit attaché à la nature même de l’Homme : un individu, doté de raison, vivant en société. 

Non, l'État n'est pas un Dieu donnant aux hommes la liberté

Les Hommes sont libres par nature d’agir, de penser, d’échanger et de disposer du fruit de leur travail ou de leurs échanges.

Comme cette nature et les droits qui y sont attachés ne sont pas « donnés » généreusement par l’Etat, celui-ci n’a pas le pouvoir légitime de les abolir ou de les violer…

« Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme… »

La loi, variable bien sûr selon les périodes ou les cultures, doit donc se conformer à ce droit pour être légitime. Ainsi, si un Etat pose une loi permettant de gazer une partie de la population, c’est la loi qui est criminelle au regard du droit naturel, même si la loi a respecté toutes les procédures de l’Etat démocratique -ou pas-. Le procès de Nuremberg a du sortir de la naphtaline en catastrophe le droit naturel -un peu vite enterré- pour juger des citoyens exemplaires respectueux des lois de leur pays.

La justice consiste à rendre à chacun son dû, à faire respecter les contrats librement consentis et à établir les responsabilités en cas de viol des droits naturels pour les puissants comme pour les faibles.

Commandements partout, justice nulle part

La loi est l’application de règles de juste conduite, pouvant s’appliquer dans un grand nombre de situations différentes tout en laissant l’individu libre de ses objectifs. Par exemple, la priorité à droite du code de la route ne dit rien sur la destination, l’heure du départ ou l’objet du trajet, mais permet aux individus de cohabiter ensemble sur la route et d’établir les responsabilités en cas d’accident.

Par opposition aux lois libérales « de juste conduite » conformes aux droits de l’Homme de 1789, il y a des « lois de commandements ». La loi fixe alors la place des individus, leur dit quoi faire, comme lors d’un défilé militaire lorsque la place des véhicules est fixée par une autorité supérieure.

Notre société n'est pas de la pâte à modeler

La vision libérale, le droit naturel moderne et les lois de « juste conduite » subissent une longue descente aux enfers depuis maintenant deux siècles. Le nombre de « lois de commandements » explosent sous l’action d’une classe politique bavarde,  de technocrates utilitaristes et d’intellectuels certains de leur supériorité morale.

Cette vision libérale a en effet beaucoup d’ennemis. Si la loi ne peut plus être un outil pour que l’Etat commande aux individus, tous ceux qui voudraient transformer la société en pâte à modeler pour leurs gros doigts maladroits sont très malheureux : cette « élite » n’a plus d’outils pour travailler. Les individus sont bêtes, égoïstes, vulgaires et incapables de prendre soin d’eux-mêmes comme des autres et cette « élite » n’aurait plus la possibilité de corriger tout ça grâce à la violence de l’Etat ? C’est ballot. Il faut rabaisser les individus, attaquer le libéralisme et exiger le Pouvoir.

Postmodernité, Marxisme, ça sent bon la rotative des années 70

Ces attaques coïncident souvent –mais pas toujours- avec des attaques contre la raison qui culminent aujourd’hui avec le postmodernisme. La raison est alors une illusion prétentieuse, nous ne sommes que les jouets passifs de notre culture, de notre identité sexuelle ou sociale. Les droits de l’Homme de 1789 ne sont pas une découverte de la raison universelle mais une forme de domination des mâles blancs, hétérosexuels, morts, bourgeois, chrétiens etc...  Brûler la voiture de son voisin n’est ni juste, ni injuste, c’est simplement une autre perspective sociale que les niais ne comprennent pas. Heureusement, l’élite postmoderne, mystérieusement épargnée par ce fléau touchant la raison, a le droit de commander aux autres afin d’éviter les multiples rapports de domination.

Le postmodernisme ne fait finalement que marcher dans les pas du marxisme, pour qui toutes les doctrines politiques adversaires n’étaient pas le fruit de la raison, mais le produit passif d’une période historique donnée. Les marxistes, mystérieusement épargnés par ce relativisme historique, avaient le devoir de commander aux autres, en particulier aux petits bourgeois défendant leur ridicule liberté formelle des droits de l’Homme de 1789.

Conservatisme politique, back from the dead

Pour finir ce sympathique tableau des adversaires du libéralisme, il ne faudrait surtout pas oublier les conservateurs politiques. Conservateurs politiques modèle Ancien Régime pour qui les lois doivent venir de chaque culture, de la tradition sans jamais être jugées à l’aune de la raison et des droits individuels ; ou conservateurs politiques modèle grec antique platonicien, où la raison a toute sa place, mais seulement pour une élite de philosophes dirigeants la cité à coups de commandements.

Jacques de Guillebon fait manifestement un pot pourri de ces différents adversaires du libéralisme sans trop se soucier de cohérence. Peu importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse de disposer des « lois commandements » et le plaisir de murmurer à l’oreille du Pouvoir ce que les autres seront contraints de faire pour échapper à la vulgarité ou à la pauvreté.

Pas de vertus ou de prospérité sans liberté

Pour les libéraux, coincés entre des postmodernes sur la défensive et des conservateurs politiques gonflés à bloc, les prochaines années seront déterminantes pour remettre le droit et les lois de juste conduite à leur place : au cœur d’une société libre ; la liberté étant un préalable incontournable pour justement échapper à la vulgarité ou à la pauvreté.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 06/08/2011 - 11:16 - Signaler un abus Les Hommes sont libres par nature

    Ce n'est pas parce qu'une chose est loi qu'elle est juste, c'est parce qu'une chose est juste qu'elle doit devenir loi. Montesquieu Allez les Philosophes encore un petit effort et le monde sera sauvé! PS: accessoirement,pourrait on connaitre la provenance du rosé?

  • Par aigrefin - 06/08/2011 - 11:27 - Signaler un abus Ben tiens

    Ca existe encore les libéraux ? Je croyais qu'il était tous mort en 2008

  • Par Ganesha - 06/08/2011 - 11:50 - Signaler un abus Les deux, mon général !

    1789 a été un immense progrès pour l'organisation des Etats et des Sociétés. Dans un avenir maintenant très proche, l'Economie Capitaliste va s'effondrer de façon grotesque et scandaleuse et nous verrons enfin naître un vrai Communisme, tel que l'avaient imaginé Marx et Engels. Les Droits de l'Homme et leur Manifeste sont des principes complémentaires pour la Justice, la Solidarité et la Paix !

  • Par Ganesha - 06/08/2011 - 12:58 - Signaler un abus 1789/1948

    Il est exact qu'en 1789, on songeait surtout à défendre le propriété privée, mais la notion de "Système économique" n'existait tout simplement pas ! Par contre, lisez la Déclaration des Nations-Unies de 1948 http://solidarites.info/declaration-droits-homme.php et particulièrement, les articles 22 à 25 Nous ne sommes plus au 18ème siècle, éteignez votre bougie et retirez votre perruque poudrée...

  • Par db67 - 06/08/2011 - 17:30 - Signaler un abus Eh oui !

    @Aigrefin, la crise de 2008 est une crise de l'Etat américain, qui a voulu jouer avec une économie de crédit en créant la titrisation subprime, en entretenant ce marché, en l'achetant en masse, et en forçant les banques à l'utiliser. C'est également une magnifique mascarade puisqu'on accuse le libéralisme d'être responsable d'une chose qu'il combat. Cette crise est la crise du keynesianisme.

  • Par HR - 06/08/2011 - 19:36 - Signaler un abus Daniel Tourre est Premier conseiller du Parti Libéral Démocrate.

    Il ne parle que de libéral, jamais de démocrate. On aurait pu s'en douter. Un parti démocrate est naturellement partisan de la liberté, mais ce qui compte, c'est la démocratie. Un parti pour qui ce qui compte, c'est la liberté, et pour qui la démocratie est secondaire n'est pas un parti démocrate. Signé un membre du Parti Démocrate, majoritaire en Europe, comme on sait depuis l'élection d'Obama.

  • Par jiceco - 06/08/2011 - 23:50 - Signaler un abus merci

    d'avoir rappelé que nous naissons d'abord comme des individus libres avant d'être des citoyens. C'est l'Etat qui est au service des hommes et non l'inverse ... PS : pour Pippa, son coté marxiste m'avait échappé ...

  • Par zygo - 07/08/2011 - 08:29 - Signaler un abus Houari Boumédiène 2

    Bonjour Comme, je n'ai pas eu le temps de répondre au persifleur au sujet des liens de Alima Boumédiene-Therry avec Houari Boumédiène. D'aprés mes recherches, Houari Boumédiène avait prit ce nom en 1957, comme on le sait Madame la Sénatrice est née en 1956 à Argenteuil donc elle porte bien son vrai nom: Boumédiène.

  • Par Ravidelacreche - 07/08/2011 - 11:14 - Signaler un abus Pippa

    Otez moi d'un doute, Pippa c'est bien le participe passé de piper en novlangue?

  • Par NOVY12 - 07/08/2011 - 11:29 - Signaler un abus zygo Pourquoi Houari sa succession n'est elle pas réglée

    mdr !

  • Par porticcio - 07/08/2011 - 15:28 - Signaler un abus Mon c.. !

    signé Pipa

  • Par Solila - 07/08/2011 - 20:13 - Signaler un abus LA DDH de 1948 n'est que l'ombre de 1789

    Sous l'influence des soviétiques, la DDH est devenue une liste au père noël incohérente. Les droits créances (logement, travail etc..) sont mis au même niveau que les droits naturels (sécurité, liberté, propriété). En général on sacrifie les droits naturels en prétendant assurer les droits créances. On n'assure finalement ni les uns, ni les autres.

  • Par Solila - 07/08/2011 - 20:17 - Signaler un abus La démocratie est au service de la liberté, pas le contraire

    @HR La démocratie n'est qu'un moyen -le pire de tous à l'exclusion de tous les autres- , pas une fin. Chaque qu'on le peut il faut laisser les décisions au plus petit niveau, et le plus petit niveau des petits niveaux, c'est l'individu. La démocratie peut devenir l'ennemi de la liberté lorsque des groupes d'influence se partage le pouvoir à leur profit. Vive la démocratie avec un Etat minimal

  • Par HR - 08/08/2011 - 12:22 - Signaler un abus @ Solila

    On peut jouer indéfiniment avec les mots. Jusqu'à créer un "Parti Libéral Démocrate". Mais la réalité est que la Démocratie est la seule garante des libertés. En Europe, nous n'avons jamais connu la Démocratie. L'Histoire de la Démocratie en Europe, c'est l'Histoire de la défaite de la Démocratie. Il n'est qu'à voir l'Union Européenne. Aujourd'hui en Europe, la Démocratie est une fin en soit.

  • Par Solila - 08/08/2011 - 15:17 - Signaler un abus Non la démocratie n'est pas la seule garante des libertés

    @HR La protection de la liberté passe par les vigilances des individus, une constitution mettant le respect des droits naturels dans sa charte, un état minimal, la démocratie directe chaque fois que cela est possible et la démocratie représentative pour finir. La situation actuelle, et l'inflation des lois comme de l'endettement, montre bien les limites de la démocratie représentative.

  • Par HR - 08/08/2011 - 19:26 - Signaler un abus @ Solila

    Voilà, pour finir, il vaut mieux changer de sujet et s'en ternir à des généralités sans portée pratique. C'est le plus sur moyen d'en rester au statut quo.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Daniel Tourre

Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone". 

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€