Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Phoolan Devi, Reine des bandits" : une grande BD

Atlanti-Culture

Publié le
"Phoolan Devi, Reine des bandits" : une grande BD

BANDE DESSINEE

Phoolan Devi, Reine des bandits
de Claire Fauvel
Ed. Casterman 2018
224 p.
22 €

RECOMMANDATION

EN PRIORITE

THEME                                                                                                                             

Phoolan Devi naît en 1963 au Nord de l’Inde, dans la province de l’Uttar Pradesh.

Membre de la communauté des Mallahs, celle des paysans et des pêcheurs, elle appartient à la caste des shudras, soit le plus bas niveau de l’immémoriale hiérarchie qui régit la société indienne. Dans ce monde où il est dit « qu’une famille heureuse possède quatre garçons et une fille », elle est destinée à « servir les riches » sans protester, et à épouser un mari choisi par ses parents.

Mais Phoolan Devi refuse de se plier à l’injustice des règles de la tradition. Curieuse, elle se demande « à quoi ressemble le monde au-delà de [s]on village ». Rebelle, elle se dresse toute jeune contre cette société qui autorise son cousin à abattre l’arbre planté par son grand-père, la privant ainsi de l’argent de la dot de son mariage, et humiliant son Buppa (Papa) et son Amma (Maman).

Effrayée par sa différence, sa communauté essaie de la faire rentrer dans le rang. Par la violence physique, que les riches peuvent utiliser impunément. Par un mariage à 11 ans, avec un homme de trois fois son âge, qui la fait dormir dans une étable, la bat, la viole. Par le poids de l’indignité attachée aux femmes divorcées que l’on fait peser sur elle après que son Amma l’ait « rachetée » à son tourmenteur. Par un emprisonnement sur la base de fausses accusations, pendant lequel elle est à nouveau battue et violée.

A 17 ans, Phoolan Devi est « enlevée » par des Dacoïts, bandits de la vallée de la Chambal. Elle deviendra « Reine des Bandits », chef de bande à la popularité légendaire chez les plus défavorisés, avant d’être élue à deux reprises au Parlement Indien… alors qu’elle ne sait ni lire, ni écrire.

POINTS FORTS

Il y a cette femme qui refuse dès son plus jeune âge la fatalité d’un double déterminisme religieux et social, basé sur un patriarcat interdisant aux femmes toute possibilité d’émancipation, et cherchant à figer l’Inde dans l’immuable système des castes.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Autier pour Culture-Tops

Nicolas Autier est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€