Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pétrole : les tensions autour de l’Iran vont-elles faire monter... ou baisser les prix ?

La crise géopolitique entre les Etats-Unis et l’Iran amplifient des tensions déjà fortes sur le marché.

Question cruciale

Publié le
Pétrole : les tensions autour de l’Iran vont-elles faire monter... ou baisser les prix ?

 Crédit Reuters

Atlantico : Dans un contexte de crise iranienne suite à la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord de Vienne, Téhéran pourrait voir apparaître de nouvelles sanctions frapper son économie, et notamment sa production pétrolière. Un contexte qui peut expliquer en partie la hausse des prix​, le baril ayant atteint un plus haut de trois en frôlant les 72$. En quoi l'Arabie Saoudite, au travers de l'OPEP pourrait avoir intérêt à freiner une telle hausse des prix, notamment pour maximiser les effets des sanctions à l'égard de Téhéran ?

Stephan Silvestre : Après trois mois hausse quasi continue, le WTI américain a atteint les 72$, tandis que le Brent européen tangentait les 80$. Ces cours, de plus en plus préoccupants pour les économies occidentales, résultent de plusieurs facteurs : tout d’abord, d’un volonté délibérée de l’Arabie Saoudite, alliée à la Russie et d’autres pays, de faire remonter les prix en instaurant des quotas de production ; à cela, s’ajoute la baisse de la production vénézuélienne due au naufrage économique de ce pays, tandis que la demande reste soutenue, notamment en Chine. Bien entendu, la crise géopolitique entre les USA et l’Iran ne fait qu’amplifier cette tension. La menace de sanctions pétrolières, voire militaires, à l’encontre de l’Iran alimente cette tension. Certains analystes suggèrent que l’Arabie Saoudite pourrait chercher à faire retomber les prix afin d’asphyxier économiquement l’Iran. Personnellement, je ne crois pas à cette hypothèse. Premièrement parce que le royaume saoudien recherche toujours des cours élevés en vue de maximiser la valorisation de la compagnie Saudi Aramco, qui doit être prochainement privatisée partiellement ; ensuite parce que la chute des prix pénaliserait aussi les autres membres de l’OPEP, y compris l’Arabie Saoudite elle-même. Elle a eu assez de mal à faire remonter les prix pour prendre le risque de les faire chuter maintenant. Non, sa stratégie serait plutôt de récupérer les parts de marché des Iraniens, mais à un cours élevé. D’ailleurs, elle ne s’est pas privée d’annoncer hier qu’elle était prête à rehausser sa production de 190 000 barils par jour, en accord bien sûr avec ses partenaires de l’OPEP, pour compenser toute diminution de la production iranienne. Le message aux clients de l’Iran était clair…

Quels sont les autres facteurs qui pourraient également permettre une réaction des pays producteurs pour endiguer la hausse actuelle ? Quels sont les niveaux de prix qui pourraient contenter au mieux l'ensemble des acteurs ?

Au-delà de la crise iranienne, l’Arabie Saoudite et les autres membres de l’OPEP –surtout le club GCC du Golfe persique- redoutent des cours trop élevés : premièrement parce qu’un WTI au-delà de 70$ le baril ne manquera pas de relancer la production américaine de pétrole de schiste, ce que nous allons prochainement observer ; secondement parce que ce niveau de cours ne fera qu’accélérer les efforts de transition énergétique des pays consommateurs : les occidentaux, bien sûr, mais aussi l’Inde, la Chine et les autres émergeants.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stephan Silvestre

Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.

Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de Gaz naturel : la nouvelle donne ?(2016, PUF).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€