Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pétrole, Bitcoin, dollar, bourse... pourquoi tout s’emballe aujourd’hui et pourquoi il faut se méfier

Ce n’est pas la Saturday night fever, mais elle y ressemble beaucoup dans le domaine financier mondial, à partir des Etats-Unis.

Fièvre du décembre soir

Publié le
Pétrole, Bitcoin, dollar, bourse... pourquoi tout s’emballe aujourd’hui et pourquoi il faut se méfier

Bitcoin, forte fièvre au moins jusqu’au 18 décembre 2017 ! Le Bitcoin ouvre la fête financière actuelle, avec des hausses proprement incroyables. Il ne valait pratiquement rien en 2013, mais il faut compter 15 870 dollars pour en avoir un, le 21 décembre (dernière cotation, avant l’écriture de ce papier). Plus précisément 15 780 à la fin de la journée, qu’il avait commencée à 16 600 dollars ! Une perte de 5,1% dans une journée c’est beaucoup, mais on dira que ce n’est rien par rapport à une hausse de 1 959% depuis le début de l’année !

Heureux temps, c’était il y a douze mois, où 800 dollars « suffisaient » en effet à acheter un Bitcoin. Maintenant on dit que c’est de la folie, mais elle se poursuit. Jusqu’à quand ? Au moins jusqu’à l’entrée au bercail des marchés financiers de Chicago, le 18 décembre 2017 : le Bitcoin devrait y être dressé, sauf à s’effondrer juste avant ! C’est effectivement la question du moment : d’où vient donc cette fièvre soudaine ? D’une peur énorme, qui échapperait à (presque) tous, ou bien de la normalisation attendue des marchés financiers, que certains jouent jusqu’au bout (ou presque) ? Le taureau Bitcoin rue-t-il comme jamais, ou juste avant d’entrer au corral de dressage ? Ce sont donc ces dernières foucades qu’il faut acheter, pour s’en défaire au plus vite ?

Bourses, forte hausse jusqu’à mi-2018 ? Le Dow Jones est passé de 20 000 en janvier à 24 400 maintenant, soit plus 22%, tandis que le Standard & Poors gagne 17% et le Nasdaq 30% : pas mal. Nous sommes donc assez loin du +10% du Cac 40 ou du +13% du Dax sur la même période. Les bourses américaines montent donc encore et toujours, avec une croissance annualisée du pays à 3,3% au troisième trimestre, avec un taux de chômage à 4,1%, plus un déficit budgétaire à 3,6% du PIB en haut de cycle et en plein emploi ! Sauf que Donald Trump vaut pousser plus loin la machine en abaissant les taux d’imposition sur les entreprises à 22%, contre 35% (avec des systèmes de réduction qui, quand même, disparaitraient) et une quasi amnistie fiscale pour les 2 800 milliards de dollars « parqués » en Europe ou ailleurs : ils seraient taxés à 15% pour « revenir ». La bourse américaine jouerait donc une croissance un peu plus forte encore, mais avec quels employés et ouvriers ? En fait, elle exulte parce qu’elle se dit plutôt que tous ces milliards seront… distribués en dividendes !

Bourses : et si la fête fiscale pouvait encore durer dix ans, avec moins d’impôts encore sur les entreprises ! En effet, suite à ses promesses électorales, Donald Trump, vient de lancer un programme de réductions massives. Sur dix ans, il est censé creuser le déficit budgétaire d’un trilliard et demi de dollars supplémentaires, ce qui est évidemment de nature à réjouir la bourse à court terme (on le voit) et à soutenir le dollar. De manière structurelle, le taux d’impôt sur les entreprises américaines s’établit ainsi au-dessous des grandes économies, avec en plus des promesses de simplifications fiscales à la clef ! Moins d’impôts, et plus faciles ! Et si l’on ajoute que l’Administration américaine veut simplifier l’octroi de crédit bancaire aux entreprises et aux ménages, veut faciliter la vie aux institutions financières, on imagine alors que c’est une esplanade qui s’ouvre aux entreprises, par profits interposés. Les ménages seront quand même supposés en bénéficier un peu par certaines baisses d’impôts (à voir), par l’emploi et des hausses de salaires (à voir aussi) et surtout par la montée des valorisations boursières, ce qui est de nature à soutenir leurs retraites. Sauf Krach boursier…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/12/2017 - 12:21 - Signaler un abus Donald joue et gagne!

    Contrairement aux prévisions de tous les analystes gavés de pensée unique gauchiste, Donald accomplit son programme en moins d’un an, et va donner un élan que les USA n’avaient pas connu depuis longtemps. Heureux américains, d’avoir élu un Président qui tient ses promesses,et qui résiste aux organismes de dilution mondialiste noyautés par les immigrationnistes et les décadents neo-trotskystes! La crise mondiale viendra probablement du décalage entre une Amérique du Nord qui gagne et des pays à la dérive post-marxiste ou post-printemps arabes: Amérique du Sud, Union européiste, Russie, Lybie...et la, le bitcoin sera la monnaie de secours!

  • Par kelenborn - 11/12/2017 - 18:08 - Signaler un abus De toute manière

    Quand les trotskistes vont revendre massivement leurs titres et actions Monsanto et que la veuve Hallyday va liquider ses bites cogne, on verra que la pyramide habilement construite par 2 Bouts va s'écrouler ! JMS vous conseille d'acheter au plus vite tous les vinyles de Johnny que vous pourrez trouver! C'est la seule valeur indexée sur la connerie qui , elle, est , insensible à la crise!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€