Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le pétrole sous la barre des 30 dollars… voire des 20 dollars en 2016 ?

Au 12 janvier 2016, le baril de brent est passé sous la barre des 32 dollars et la tendance baissière pourrait bien perdurer. Quels sont les principaux facteurs laissant présager une poursuite de la chute du pétrole ? Quels sont les nouveaux enjeux géopolitiques et économiques qui en découlent ?

Tendance à la baisse

Publié le
Le pétrole sous la barre des 30 dollars… voire des 20 dollars en 2016 ?

Une offre toujours surabondante

Tous les pays producteurs de pétrole ont continué à produire. La production américaine est encore en hausse de 17 000 barils par jour. Les stocks d’essence et de produits distillés sont au plus haut dans de nombreux pays. L’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) refuse toujours de réduire le quota de production de 30 millions de barils par jour. Pour beaucoup, cette décision est largement imputable à l’Arabie Saoudite qui souhaite conserver sa part de marché et limiter le développement du pétrole de schiste américain.

L’arrêt des relations diplomatiques avec l’Iran de ces derniers jours compromet la possibilité d’un accord à court terme sur une réduction des volumes de production. Avec les nouvelles technologies de pointe, il est possible d’extraire plus de pétrole en moins de temps et à des profondeurs inaccessibles il y a encore quelques années.

Une demande plombée par la Chine

Pour autant, la demande n’augmente plus aussi vite qu’espéré, tirée vers le bas par le ralentissement de la croissance en Chine. Et la plupart des indicateurs de la deuxième puissance mondiale sont inquiétants. Selon Reuters, « l’activité dans le secteur manufacturier chinois s’est contractée davantage en novembre pour tomber à un creux de plus de trois ans ». Elle s’est encore contractée en décembre pour le dixième mois consécutif. La nouvelle dévaluation du yen le 7 janvier rend les achats de pétrole plus chers et limite encore la demande. L’effondrement des bourses chinoises entretient les craintes. Le 11 janvier, l’indice Shanghai Composite reculait encore de 5 % soit plus de 20 % sur les deux dernières semaines et une chute de 40 % depuis juin 2015.

 

Le Cours du baril de p trole en dollars, 13 janvier 2016. Prixdubaril.com

 

La baisse prolongée du pétrole entraîne une modification de toute l’économie Enfin des températures clémentes et prolongées pour un début d’hiver dans la plupart des pays d’Europe, en Russie où il faisait 10 °C à Moscou le 22 décembre et aux États-Unis avec 22 °C à New-York juste avant Noël – période généralement très froide – auront également eu un impact (néanmoins minime) sur la consommation d’énergie et de fuel notamment.

De nouveaux enjeux géopolitiques

Pour ne citer qu’un exemple de poids, nous choisirons celui de l’Iran. L’arrivée annoncée de l’Iran sur le marché international suite à l’accord sur le nucléaire signé en juillet 2015 risque de tirer encore les prix du pétrole vers le bas. D’après un rapport de la Banque Mondiale, le surplus lié au pétrole iranien devrait entraîner une baisse des cours de près de dix dollars le baril. Le pays attend avec impatience « l’Implementation Day » date à laquelle l’Iran sera autorisé à réaliser des échanges économiques avec les autres pays et où les transferts interbancaires internationaux seront rétablis. En attendant, l’Iran se prépare et a annoncé en novembre que sa production journalière de 2,8 millions de barils serait augmentée d’un demi-million de barils par jour dès début 2016 puis d’un million de barils supplémentaires par jour à partir de mars 2016.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€