Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petites exclamations et petites interrogations de la semaine post-primaire

Faut-il s'indigner, s'interroger, ou se contenter de remarquer ? Petit florilège de la semaine, via le regard presbyte et parfois un peu iconoclaste d’un entrepreneur.

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le
Petites exclamations et petites interrogations de la semaine post-primaire

Certains pensent qu’il faut s’indigner. C’est pourtant l’acte le plus passif et le plus lâche qui existe. L’acte paresseux et dénué de bravoure, de celui qui lance un pavé dans la marre, habillé d’une combinaison de plongée pour éviter les éclaboussures, caché derrière un mur, pour éviter d’être vu.

Certains pensent qu’il faut s’interroger. L’acte qui s’apparente à un « coitus interruptus », puisque se poser des questions, acte essentiel auquel les politiques devraient se livrer plus souvent, n’est qu’une partie du chemin qui mène à l’extase. Se donner le mal de trouver les solutions est certes moins facile que de se poser des questions, même si nos professeurs de math nous ont toujours expliqué qu’un problème bien compris, trouve seul, sa solution. Et que si un problème n’a pas de solution c’est qu’il n’y avait pas de problème!

Certains observent, commentent, dissertent, bref chacun y va de l’utilisation d’un de ses sens restant, et certains soirs, de grand froid il faut accepter sa paresse et son dilettantisme, et se contenter de remarquer, commenter avant de retourner à sa tisane, son chocolat chaud ou pour les plus « Poutiniens », à sa vodka syrienne. Florilège de la semaine, via le regard presbyte et parfois un peu « casse c… » d’un entrepreneur !

Fidel Castro était un démocrate. Voilà un homme politique qui n’aura pas besoin d’un organe de presse verrouillé par le parti pour faire l’apologie de ce magnifique parcours démocratique. Il suffit d’avoir quelques amis socialistes en France pour faire office d’agence France-Fesse, tant cette remarque me fait penser à cette partie très moyenne de notre anatomie. Une vanne « Royale » quand on porte un prénom aussi bourgeois que Ségolène. Fidel est un démocrate, mais Poutine un tyran. Les voies « des cérébrés » de gauche sont elles aussi impénétrables. Mélenchon a salué le libérateur, et il faut se souvenir, qu’à l’origine, Castro fut un libérateur, qui comme tout communiste a fini par décider que le bonheur serait nationalisé et obligatoire. Etatisé. Il y est obligatoire d’être heureux. Il est vrai que Cuba est une île paradisiaque, dans laquelle, à 80km d’un Miami Cubain, vivant sous la tyrannie du libéralisme, les cubains meurent presque de faim alors que leurs cousins ayant fuit aux USA, sont obligé de manger 3 fois par jour et parfois, souvent même, d’y faire fortune. Fidel leur a permis d’échapper à cela, et de pouvoir faire poser sa population devant la plus belle collection de voitures anciennes que la terre n’ait jamais porté !

Mais la gauche aime les mythes, et aussi les mites, qui attaquent le cerveau et les intentions de vote des français désespérés de ce prêt-à-penser minable, qui sied aux bobos de gauche du pouvoir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par morsang - 05/12/2016 - 15:08 - Signaler un abus Castritude (le Figaro)

    les hommages flatteurs qui ont fleuri aprés le décés du "commandante" par des personnalités de la gauche sont une honte.Ou bien ces gens vivent dans un monde iréel ou bien ils cultivent sans le dire la nostalgie du "bilan positif des pays de l'Est" chère à feu G.Marchais.3Quant on pense que la dame Royal une de ses thuriféraires a fait 47 pour cent à l'élection présidentielle on frémit rétrospectivement à trois points nous avions ce spécimen comme présidente de la République.

  • Par adroitetoutemaintenant - 05/12/2016 - 15:32 - Signaler un abus Une ordure socialope !

    En ne condamnant pas les crimes de cette dictature elle s’en fait la complice. Et elle ne représente pas la France ! A euthanasier sans hésitation car c’est un cancer incurable.

  • Par DrPal - 05/12/2016 - 15:38 - Signaler un abus Un peu de mauvais esprit, M. Jaquet en convient

    J'adhère à ce mouvement d'exaspération. En voyant la décomposition terminale de la gauche après cinq ans de retournements et trahisons, couacs, scandales, indignations , postures, dictature de bien-pensance, impuissance et décadence, ségolénades et filochades, on a envie de hurler. Certes, la remarque concernant Retailleau peut s'entendre, mais tout de même, il y a une différence de taille. Fillon est sorti de Matignon il y a presque cinq années, pendant lesquelles il a travaillé au fond, rencontré les français, établi un diagnostic sans concession y compris des insuffisances et ratés du quinquennat Sarkozy, construit une vision et un programme inédit, courageux et cohérent. Durant ces cinq années, les socialistes ont eu tous les pouvoirs et l'état de la France s'est dégradé considérablement, le tissu social a été déchiré, l'autorité de l’État affaiblie. Fillon,quasiment plébiscité par son camp, est légitime pour proposer une nouvelle ère au pays.Valls, lui, quelles que soient ses qualités ( surtout comparativement à ses "amis"), n'a pour lui que sa crédibilité d'homme d’État. Sortant directement du pouvoir et sans nouveau cap, il peut difficilement incarner l'espoir.

  • Par J'accuse - 05/12/2016 - 15:45 - Signaler un abus Quelques remarques

    Ce n'est pas la politique de Sarkozy qui a été rejetée, mais sa personnalité et son retour mal foutu; Fillon peut donc assumer le quinquennat sans hypocrisie, à l'inverse de Valls. Hollande n'a pas choisi de s'en aller, mais y a été contraint: la pression de Valls et la peur d'une humiliation électorale l'y ont conduit; sa prestation pleurnicharde justifiant son renoncement par de prétendus succès, n'avait rien de présidentielle. Si vous attendez Macron, ce sera sans moi: j'ai déjà tout compris et rien pris.

  • Par Yves3531 - 05/12/2016 - 15:46 - Signaler un abus Et les mêmes, habillés de leur gauchitude habituelle...

    nous bassinent depuis des lustres avec le Front National, dont entre parenthèses le programme économique ferait le bonheur de la Méluche ou des frondeurs du PS. Quelle bande de nazes ...!

  • Par Anguerrand - 05/12/2016 - 16:56 - Signaler un abus Castro et le Ché

    sont des criminels de guerre à qui la Royale rend hommage. Ils ont décimés 20% des opposants pour de simples raisons politiques et fait crever de faim tout un peuple, mais étant communistes le PS leur rend hommage, alors pourquoi pas Bachar, Staline , le fou de Corée du Nord ou Hitler ? La France est toujours aussi ridicule mais Ségolène n'avais rien contre passer qq jours sous les tropiques à nos frais. Peut elle encore se regarder dans le miroir le matin ? Quand on pense qu'elle aurait pu devenir présidente au moment de la grande crise...

  • Par nicothebest - 05/12/2016 - 17:02 - Signaler un abus Concours d'enfonçage de portes ouvertes

    Un entrepreneur libéral sort autant de conneries qu'un politique. Mais c?est un entrepreneur. Libéral. Donc ça passe. On aure retenu que l'entrepreneur libéral est pro migrants, anti castro, anti erdogan donc pour La Liberté. C'est compris ? LA LIBERTE

  • Par Anouman - 05/12/2016 - 20:18 - Signaler un abus Entrepreneur

    Il est clair que si tous les entrepreneurs dirigent leur entreprise avec la lucidité dont M. Jacquet se sert pour ses articles, alors il ne faut pas s'étonner que la croissance soit aussi basse dans ce pays.

  • Par vangog - 06/12/2016 - 00:14 - Signaler un abus S'il n'y avait que Castro et le Che...

    mais la gauche révisionniste a poussé très loin son hypocrisie, en ignorant les 110 millions de morts du socialisme, ainsi que plusieurs dizaines de pays ruinés économiquement. Un siècle de socialisme = un siècle de massacres et un siècle de révisionnisme. Il faudra bien, un jour, que le socialisme ait son procès de Nuremberg, comme l'a eu le national-socialisme, avec le risque immense que l'on ne juge que les tortionnaires socialistes, en absolvant l'idéologie...Beavo. M. Jacquet pour votre article, écrit avec style!

  • Par bd - 11/12/2016 - 15:45 - Signaler un abus Macron plus moderne... et il a un vrai programme!

    «La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi. Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique (de gauche) pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible. - http://vision-macron.fr/ - Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun. Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps. Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence. On pourrait le comparer à un John Kennedy à la française. Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai. Il peut créer la surprise. S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire. Sa plus grosse erreur: Il ne se présente pas à la primaire de la gauche et du centre.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€