Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petite définition du Juppéisme à l'heure de l'explosion de sa galaxie

Entre le ralliement d'Edouard Philippe à Emmanuel Macron, de Virginie Calmels à Laurent Wauquiez, et la candidature de Maël de Calan à la présidence des Républicains, les juppéistes semblent faire le grand écart.

A posteriori

Publié le
Petite définition du Juppéisme à l'heure de l'explosion de sa galaxie

Atlantico : Alain Juppé dit ne pas savoir ce qu'est le juppéisme, étant lui-même Alain Juppé. Entre le ralliement d'Edouard Philippe à Emmanuel Macron, de Virginie Calmels à Laurent Wauquiez, et la candidature de Maël de Calan à la présidence des LR, les juppéistes semblent faire le grand écart. Quelle leçon tirer de cette souplesse apparente des juppéistes sur ce qu'est le juppéisme ? 

Jean Petaux : Pas surprenant qu’Alain Juppé ne propose pas une définition « corsetée » et « systématique » du juppéisme. On aura l’occasion de préciser ce qui fait la particularité de cette sensibilité politique à droite et au centre, mais la principale de ses caractéristiques c’est justement de ne pas en avoir vraiment. Ou, en tout état de cause de ne pas être une pensée « fermée » avec ses « Dix Commandements ». Conçu comme un rassemblement, comme la plupart des mouvements gaullistes depuis l’origine, aussi bien sous de Gaulle lui-même que bien après sous Chirac (RPR) et sous Juppé (UMP), le « juppéisme » est, par définition, pluriel et composite.

Il est donc naturel que des sensibilités différentes (voire « très différentes ») s’y soient trouvées réunies. C’est une lecture réductrice de considérer que les « juppéistes » font le « grand écart » en se partageant dans leurs soutiens. Une autre interprétation considèrerait plutôt que les sensibilités multiples qui ont pu entourer Alain Juppé, aussi bien à la fondation de l’UMP en 2002 mais surtout dans sa campagne des primaires de la droite et du centre, entre septembre 2014 et novembre 2016 se sont reconnues des affinités avec d’autres leaders politiques dès lors qu’Alain Juppé n’envisage plus d’être une personnalité politique nationale aux responsabilités primordiales.

Rassemblées autour d’une figure majeure de la droite et du centre-droit (Juppé), nombre de personnalités militant au sein de ce bloc politique ont pu considérer que pour poursuivre leur cursus honorum politique il leur fallait « updater » leur affiliation politique et partisane et se « recaler » (un peu comme on le fait pour une radio-balise ou pour un logiciel de navigation) sur une autre personnalité d’ores et déjà leader (c’est le cas d’Edouard Philippe) ou potentiellement chef (comme le fait Virginie Calmels) voire décider de « se mettre à leur compte » et de tenter de devenir le chef en fonction d’une vieille loi des groupes : « quand un pouvoir se ramasse autant être le premier à le ramasser ». C’est la stratégie de  Maël de Calan, sans doute un des acteurs parmi les plus prometteurs dans les années à venir.

Alors bien évidemment on lira chez certaines ou certains plus d’ambition affichée que de profonde réflexion philosophico-politique. Les écoles supérieures de commerce n’ont pas forcément vocation à produire de grands penseurs politiques. Mais il serait, là aussi, peu pertinent de reprocher à des actrices ou des acteurs politiques de rechercher la roue du vainqueur potentiel non seulement de l’étape du jour mais du classement général. Les joueurs, en politique, adoptent souvent à cette maxime : « J’ai des principes ! Mais s’il ne (vous) conviennent pas (pour gagner)… j’en ai d’autres ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Yves3531 - 10/09/2017 - 13:47 - Signaler un abus Ras le bol des articles sur les Juppeistes...

    ils ont fait perdre la droite, ils veulent maintenant l'afadir et lui faire perdre son âme. Ces gens cherchent à exister et n'existent que grâce à l'intérêt pervers des journaleux du systeme trop contents de monter en exergue des saboteurs de l'opposition réelle et d'une vrai alternance politique...

  • Par El Flander - 10/09/2017 - 14:13 - Signaler un abus Le plus intelligent de nous tous!

    Ce type n'est qu'un repris de justice qui a fait élire le Bayrou maire de Pau. En gros un traitre qui a foutu le bazar avec Fillon. Qu'il dégage avec ses troupes de gogos.

  • Par J'accuse - 10/09/2017 - 14:37 - Signaler un abus Ce qu'il faut savoir des politiciens

    Il existe trois types de politiciens: les intégristes, les contorsionnistes et les derviches tourneurs. Les premiers ne bougent jamais de leurs lignes; les seconds récupèrent tout ce qu'ils peuvent; les troisièmes n'arrêtent pas de changer d'alliés. Juppé appartient à la deuxième catégorie, la plus fournie; rien d'étonnant donc à ce qu'il soit à la fois partout et nulle part.

  • Par kelenborn - 10/09/2017 - 17:21 - Signaler un abus Ahhh

    Ah on avait oublié que, pour reprendre la plaisanterie de Bernard Haller, Jean péte plus haut que ses...possibilités! Mais on y est habitué Il est assez amusant de constater qu'alors qu'en page 1, il nous raconte que le Juppéisme est, par définition ( on se demande pourquoi il faut une définition) composite et juppéiste, il déclare en page 3 que c'est une idéologie!!! Comprenne qui pourra cette analyse foireuse! L'idéologie marxiste peut se décliner en différentes interprétations mais le coeur , le matérialisme dialectique, la lutte des classes etc... restent incontournables!!! Quel rapport avec ce pauvre Juppé , sauf à considérer qu'il existe une idéologie énarchique ou je ne sais quoi encore...je sèche!!! Et on espère que la référence à la galaxie n'est pas de l'auteur car, depuis 95 c'est plutôt un ...trou noir qui ne finit pas de s'avaler lui même !

  • Par POLITQ - 10/09/2017 - 20:44 - Signaler un abus LE JUPPEISME……..

    Ah Ah ah Et c'est ce politologueux de G qui nous en parle ….. Ah Ah Ah Le juppéisme (pas de majuscule pour une injure) c'est "NE RIEN FAIRE" et faire croire que ce qu'on fait les autres vient de soi…. Pas de grand contournement de Bordeaux depuis 20 ans alors qu'il fallait commencer lorsque ce type est arrivé à Bx en 1995. "Prévoir" , n'est-ce pas le travail d'un politique?… Chaban a bien fait venir des entreprises, a "prévu" et fait le pont d'Aquitaine, a bien "prévu" la rocade et l'a imposé, des vignes ont été coupées, on aurait dû passer par l'extrême sud-médoc ,ce qui aurait été un moindre mal, mais Juppé….., Chaban a bien "prévu" de réhabiliter le port et sa façade, enlèvement des dizaines d'immenses grues métalliques, début des ravalements de façades XVII et XVIII siècles et début des rénovations du quartier St Pierre, j'ai vu tout ça, y habitant. Et le "bon Juppé" dans tout ça ?…. Aucune imagination. N'A FAIT QUE TROUVER DANS LES CARTONS TOUT CE QU'AVAIT DéMARRé CHABAN !!!!! "Le meilleur d'entre nous" !!!! Venant de Chirac, "au royaumes des nazes, les demeurés sont rois"….. "Je veux être président"…. Un Hollande-bis?…. NON-MER-CI !!!

  • Par BOUDDHISTE SARKOZYSTE - 11/09/2017 - 07:38 - Signaler un abus Un Hollande de droite...

    Pareil que Hollande, pas de couilles, la synthèse en permanence et il fait bien trop confiance à l'état. Tous ces gens là ont été déformé par leur formation (ena..) , ils vivent dans un monde économique parallèle que nous finançons intégralement, jusqu'à quand.....

  • Par jurgio - 11/09/2017 - 11:14 - Signaler un abus Parler de l'impétrant Juppé

    c'est comme parler du recalé Jospin. Tous deux contemporains d'une autre époque.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d’une dizaine d’ouvrages,  il dirige aux éditions « Le Bord de l’Eau » la collection « Territoires du politique » et y a publié en avril 2017 un livre d’entretiens avec Michel Sainte-Marie, ancien député-maire de Mérignac  intitulé « Paroles politiques ».  Parmi ses publications antérieures il a  codirigé aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€