Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit problème marxiste pour le capitalisme : voilà pourquoi la productivité des travailleurs a cessé d’augmenter

Depuis le premier choc pétrolier de 1973, les gains de productivité horaire du travail n'ont cessé de diminuer dans les économies développées. Un phénomène qui s'explique, en grande partie, par les chocs macro-économiques successifs.

Travailler plus, ou plus travailler?

Publié le
Petit problème marxiste pour le capitalisme : voilà pourquoi la productivité des travailleurs a cessé d’augmenter

Atlantico : Comment expliquer l'affaiblissement progressif des gains de productivité des salariés et travailleurs indépendants au sein de nos économies ?

Michel Fouquin : À long terme, être capable de produire plus par heure de travail est la condition sine qua non du progrès de notre niveau de vie. Or, depuis le premier choc pétrolier de 1973, les gains de productivité n’ont cessé de se réduire par étape ; dans les pays développés, des Etats-Unis au Japon en passant par l’Europe de l’Ouest, on est passés de plus de 4% annuels avant 1973, à moins de 2% jusqu’en 1995, puis, après la crise financière de 2008, à moins de 1% en moyenne et même à 0,5% en France et en Allemagne.

Les chocs macro-économiques sont pour une large part responsables de ce déclin : les profits des entreprises baissant, leurs investissements se réduisent fortement et donc les progrès techniques intégrés à ces équipements tardent à se mettre en place.

Aujourd’hui, des vents contraires s’opposent à une reprise forte de ces gains : il y a tout d’abord le vieillissement généralisé des populations qui réduit la part des productifs dans l’économie et alourdit les charges financières pesant sur les actifs ; il y a le poids exceptionnellement élevé des dettes publiques qui réduisent les marges de manœuvre des Etats ; il y a enfin les coûts induits de la croissance, en particulier par la dégradation de l’environnement (externalités négatives disent les économistes), qui n’ont pas été suffisamment pris en compte jusqu’à présent et qui pèsent sur la rentabilité des investissements (même si elle ouvre aussi de nouvelles perspectives de demande de nouvelles technologies).

Outre une stagnation des salaires, quels peuvent être les effets sociaux d'une telle stagnation ? Cette stagnation de la productivité peut-elle menacer l'idée même de progrès ?

La réduction de la croissance des revenus dans ce cas-là est inéluctable. Cela dit, dans les économies les plus riches, on peut se demander si cela est grave. En fait, ce qui suscite la colère des moins bien lotis, c’est soit le sentiment d’injustice pour les travailleurs pauvres (Allemagne) que fait apparaitre le creusement des inégalités, soit la dévalorisation de ceux qui peinent à trouver un travail décent (France) lorsque le chômage est élevé. La concurrence fiscale que se livrent les Etats pour attirer les multinationales se fait au détriment de ceux qui ne peuvent "s’évader" de leur territoire. Ces deux tendances peuvent conduire légitimement à remettre en cause le "système" économique.

Au XVIIIème siècle, 90% de la population des pays développés vivaient de l’agriculture ; ils sont moins de 4% aujourd’hui et on produit quatre fois plus de denrées alimentaires qu’à l’époque. Un formidable progrès technique, un bouleversement social total dont on n’est pas encore remis ! Au cœur de la révolution industrielle, l’emploi industriel n’a jamais dépassé 40% de la population active et ce pourcentage n’a cessé de baisser depuis le milieu des années 1970. Aujourd’hui, l’industrie manufacturière, c’est moins de 10% de l‘emploi en France et cette tendance ne parait pas devoir s’inverser. Du coup, l’emploi dans les services est devenu omniprésent, dépassant les 75% dans la plupart des pays développés. La conséquence, c’est en partie une baisse de la croissance de la productivité moyenne car les services sont moins susceptibles d’être automatisés. Par ailleurs les services sont très hétérogènes : certains correspondent à des emplois hautement qualifiés, à haute valeur ajoutée (dans la finance, les services aux entreprises, par exemple), d’autres sont, au contraire, à faible valeur ajoutée (services à la personne), correspondant à des emplois faiblement qualifiés et faiblement rémunérés. Du poids relatif de ces deux tendances dépend le jugement que l’on porte sur l’idée de progrès. Sans compter que le public est de plus en sensible aux impacts négatifs sur l’environnement de certaines innovations notamment. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par totor101 - 15/05/2017 - 10:25 - Signaler un abus Les raisons !

    - les NORMES de type ISO : améliorer un poste de travail coute aussi cher en paperasse et réunions que le gain espéré ! - L'ENCADREMENT : la diplomite fait que l’encadrement possède un immense(?) savoir mais aucun savoir faire ! On a cassé l'ascenseur social pour perdre en efficacité ! Et des ingénieurs font le travail que l'on faisait avec un BEPC ! - la PAPERASSE: Dans une boite de 5 usines et 2500 personnes le cout de structure était d'environ 15% du chiffre d'affaire... Actuellement il dépasse les 50% c'est à dire plus que main d’œuvre et matières premières réunis ....

  • Par totor101 - 15/05/2017 - 10:28 - Signaler un abus remarque

    "Aujourd’hui, l’industrie manufacturière, c’est moins de 10% de l‘emploi en France et cette tendance ne parait pas devoir s’inverser." LOGIQUE on ne produit plus en France on importe de Chine et des pays sous-payés !

  • Par pierre de robion - 15/05/2017 - 22:18 - Signaler un abus Le fond de l'affaire:

    Un pays qui vieillit mais dont la jeunesse est de moins en moins adaptable auxpostes du marché du travail. Un pays qui vit sur ses acquis, lesquels s'érodent un peu plus chaque année. Un pays en déclin, le constater n'est pas s'en réjouir, d'autant que ce qui précède induit une sclérose tétanisante contribuant à renforcer le blocage du système. Les plus ingénieux iront chercher ailleurs l'herbe plus verte, les autres attendront, espérons ne s'y complaisant, que le temps ait fait son oeuvre car "vanitas de vanitatum...."

  • Par lafronde - 16/05/2017 - 07:19 - Signaler un abus Comme pour le privé, mettre la sphère publique en concurrence !

    Notre croissance, notre taux de couverture des importations, notre emploi industriel, l'investissement privé et les marges ont baissé à mesure de l'alourdissement de la pression fiscale, et des dépenses publiques. 1ère leçon : toute dépense publique est nuisible (par mauvaise allocations des ressources en absence de signal-prix) si elle n'est pas indispensable (le vérifier par des comparaisons internationales). L'exception est possible mais en quantité limitée et justifiée (par l'Histoire et la culture) et ne fait que confirmer la règle. De ce point de vue comptable, tout gaspillage, inefficacité des services publics (chaine sécuritaire), tout vandalisme, insécurité a un coût (personnel sécuritaire et fuite du business). Au vu de ses résultats décevant, l'Etat doit perdre par subsidiarité locale son monopole sécuritaire. L'Etat (français et européen) devrait laisser au marché le soin de faire le tri entre les normes utiles, et celles qui sont superflues. En matière Législative, le légicentrisme français est déjà une tare, la centralisation administrative aussi. L'Europe législatrice n'est par forcément une bonne idée. Ce qui importe c'est le marché européen.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 16/05/2017 - 19:56 - Signaler un abus Et puis surtout...

    La crainte de perdre son emploi dans une société où le chômage est omniprésent amène les salariés à freiner au maximum la production. Dans nombre d'entreprises privées et publiques les salariés font en une semaine le travail d'une journée....ils se protègent !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Fouquin

Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€