Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit portrait chinois du programme à venir d’Emmanuel Macron à travers les ombres portées de ceux qui le rallient

L'équipe de campagne de l'ancien ministre des finances a annoncé aujourd'hui que le programme ne serait pas annoncé avant le mois de mars. Après la primaire de la gauche et la défaite de Manuel Valls de nombreuses personnalités rejoignent les rangs d'Emmanuel Macron. Cependant, la constance idéologique du projet de Macron de part ces ralliements est particulièrement instable.

J’ai la super pêche !

Publié le - Mis à jour le 3 Février 2017
Petit portrait chinois du programme à venir d’Emmanuel Macron à travers les ombres portées de ceux qui le rallient

Atlantico : Si Emmanuel Macron n'a pas encore dévoilé son programme aux français, quel est le "portrait chinois" que l'on pourrait dessiner, au regard des différentes personnalités qui ont pu rejoindre et soutenir l'ancien ministre des finances ?

Thomas Porcher : Votre question est intéressante puisqu’elle rappelle qu’Emmanuel Macron n’a toujours pas présenté de programme mais qu’il bénéficie déjà de soutiens importants. En toute logique, cela devrait être l’inverse, un candidat présente d’abord un programme auquel des soutiens adhèrent. Mais pas pour Emmanuel Macron qui accumule des soutiens plus fortunés les uns que les autres. Certains noms sont sortis dans la presse, on peut citer Claude Bébéar, Marc Simoncini ou Pierre Berger. Pour vous donner un ordre de grandeur, la fortune moyenne de ces trois dirigeants est de plus de 160 millions d’euros.

On ne peut qu’être surpris d’entendre ensuite, Emmanuel Macron se présenter comme un candidat « anti-système. »

A cela s’ajoute le soutien d’intellectuels comme Alain Minc ou Jacques Attali et un certain nombre de politiques ne trouvant plus de postes dans les partis traditionnels ou sentant le vent tourner dans leur formation politique. Pour tout ce petit monde, Emmanuel Macron est une garantie, la garantie que rien ne change.

Eric Verhaeghe : En fait, on dispose aujourd'hui de quelques éléments de cadrage, même si Macron ne s'est pas précipité pour les dévoiler. Lors de son voyage à Berlin, il a en effet expliqué qu'il respecterait les critères de Maastricht et qu'il entamerait des réformes conformes aux volontés allemandes. Donc... on sait que Macron se situera dans une logique budgétaire orthodoxe et réaliste. Il ne sera pas l'homme d'un grand plan d'investissement ni des débordements financiers. Alors, il peut promettre de dépenser quelques milliards par-ci ou quelques milliards par-là, il s'est au final engagé à respecter les règles européennes et ne devrait pas beaucoup en sortir. Ces points sont importants dans la mesure où, même sans programme économique, on voit bien que Macron a fixé un cadre sans fioriture qui rend vaines les promesses qu'il peut faire par ailleurs. Il est probable qu'il habille cette rigueur budgétaire par des mesures éparses, mais elle demeurera. Elle sera sans doute couplée à une logique de fiscalisation de la sécurité sociale, qui permettra une baisse relative de cotisations payées par les entreprises, au profit d'une hausse de la fiscalité directe sur les contribuables. Il faudra voir quelle progressivité cette hausse suivra. 

Dans quelle mesure les ralliements de personnes de bords politiques très différents créent une forme d’incohérence idéologique ? Le programme d’Emmanuel Macron peut-il satisfaire tous ceux qui le rejoignent ?

Thomas Porcher : L’absence de projet est une tactique, elle permet à Emmanuel Macron de faire le caméléon. Emmanuel Macron se présente tantôt comme « sérieux » quand il dit qu’il faut baisser la dépense publique, puis « généreux » quand il prétend diviser les effectifs des classes par deux et, enfin, « keynésien » quand il veut augmenter l’investissement public. Peu importe qu’il soit difficile de faire tout cela en même temps, sans programme clair, pas besoin de chiffrage…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par 2bout - 31/01/2017 - 08:25 - Signaler un abus Du portrait chinois au vieil adage vietnamien

    Il suffit d'avoir de l'argent pour qu'on écoute vos sottises.

  • Par Nononsense - 31/01/2017 - 09:52 - Signaler un abus Hors-système

    Macron n'est pas un candidat hors-système; c'est plutôt le candidat de tous les incrustés qui risquent réellement de se retrouver hors-système le jour ou le grand nettoyage aura lieu. Macron, c'est le radeau de la Méduse.

  • Par Marie-E - 31/01/2017 - 09:58 - Signaler un abus Super article

    effectivement Macron, vu les ralliements nombreux depuis Bebear, Minc, Bergé, Royal.... cela montre uniquement que son approche anti système c'est pour tromper les électeurs. Ses soutiens eux se fichent du programme flou qu'il ne détaille pas et pour cause, Ils veulent que le système perdure et gagner encore du temps à profiter de la place.

  • Par g16 - 31/01/2017 - 10:06 - Signaler un abus Pour un bon nombre d

    Pour un bon nombre d'électeurs, Macron est tellement pollué par son passage au gouvernement socialiste et sa fréquentation à Hollande, qu'il suscite le rejet de tout ce qu'on ne veut plus, et ce sera l'abstention, le vote majoritaire, avec pour conséquence l'élection de Marine le Pen.

  • Par horus35 - 31/01/2017 - 11:29 - Signaler un abus Marionnette !

    Il suffit de lire la liste des soutiens affichés de cet illusionniste pour comprendre qu'avec lui rien ne changerait ! Bien au contraire ce serait la continuité des vieilles recettes Franco-francaises et européennes qui ont largement prouvé leurs inefficacités ! Croyez vous que les Bergé ,Bebear, Minc,Seguela .... soient des progressistes, des gens d'avenir ? Tout au contraire ils représentent une caste désireuse que tout reste en l'état,pognon oblige ! Alors ils sont là pour canaliser le petit chien chien à son pépère,pour le gronder en cas d'écart , pour le rendre bien présentable à la chere Angela ! Non, ce type est un mirage, un nuage de brouillard, un illusion totale !

  • Par kelenborn - 31/01/2017 - 11:53 - Signaler un abus oui excellent

    Parfait! la situation est parfaitement décrite Seule inconnue: quand la forfanterie éclatera-t-elle? La clique merdiatique ne semble pas prête à lyncher . Les attendus justifiant la corde sont là mais....les Joffrin-Mouchard, Barbier et autres créatures bobocratiques savent qu'ils font partie de la même bande

  • Par jmalpes - 31/01/2017 - 14:01 - Signaler un abus Quand les gauchistes viennent en aide aux lecteurs d'Atlantico

    Thomas Porcher, l'économiste atterré de Cécile Duflot (tapez sur Google). Après, on comprend mieux sa détestation de Macron : pas assez à gauche. Quand je lis le déversement de bile de Thomas Porcher (après celui de Virginie Martin) sur Emmanuel Macron, j'ai envie de voter pour lui. Je n'inclus pas Éric Verhaeghe dans mon commentaire. J'apprécie ses interventions.

  • Par cloette - 31/01/2017 - 14:30 - Signaler un abus Il a les soutiens des lobbies mondialistes

    ceux justement qui ont été le symbole du quinquennat, ceux qui rendent la vie si difficile au petit peuple qui travaille dur pour pas grand chose,ou qui ne peut plus trouver de travail du tout, qui ne peut pas se loger, ceux qui changent le peuple pour un autre , ceux qui ont rendu le pays exsangue et déprimé. La joie et la gaité sont partis , tout est sinistre.

  • Par Deudeuche - 31/01/2017 - 14:35 - Signaler un abus Pierre Berge en soutien

    Macron l'homme "arc en ciel "! Que des avancées societales en perspective....liberal, libertaire, et euthanasie pour tous (solution des retraites)!

  • Par Anguerrand - 31/01/2017 - 15:01 - Signaler un abus Macron le candidat de Hollande

    Hollande veut se venger en sous mains en aidant Macron, son chouchou depuis toujours. C'est certainement lui et son cabinet noir, Le Foll avec les informations qu'ils possèdent qui envoient des boules puantes pour favoriser Macron et ainsi se porter ce dernier au 2 ème tour, et donc le faire élire Président au second tour. Si c'est vérifié Hollande aura sa revanche sur la droite, le PS , Valls, et Hamon.

  • Par pierre de robion - 31/01/2017 - 17:04 - Signaler un abus On ne peut mieux dire!

    "Il est bien élevé, et le fait que Bergé se positionne parfaitement derrière lui n'ajoute qu'à cette incarnation d'une sorte d'idéal aristocratique. " Et de plus je ne pense pas que cela soit pour lui déplaire, d'autant qu'il est bien élevé!

  • Par pierre de robion - 31/01/2017 - 17:09 - Signaler un abus @jmalpes

    Il est vrai qu'un gochiste reste un gochiste, mais les ennemis de mes ennemis ne me laissent pas indifférent quand les 1ers taclent les 2ds.La politiqiue est un combat (comme l'Union, lol)!

  • Par ikaris - 31/01/2017 - 17:35 - Signaler un abus Encore une (double) analyse bien sentie sur Micron

    j'ai enfin compris grâce à l'article pourquoi ce fameux programme mettait tant de temps à sortir alors qu'à la différence des autres partis il n'a pas à composer avec ses membres vu qu'il se rallient à sa seule personne.

  • Par langue de pivert - 31/01/2017 - 18:02 - Signaler un abus VOTER MACRON TUERA PENDANT 5 ANS ! ☺

    Macron est un margoulin multi-cartes ! Un bonimenteur de foire ! Un marchand de bonheur ! Un Juppé en rose ! La seul chose de sûr c'est que c'est un socialiste ! Un socialiste soluble dans la charia ! Comme Hollande ! Macron c'est Hollande en culture hydropique ! Une bouture ! C'est ce qu'il faut à la France ? Aux Français de voir ! Après faudra pas pleurer !

  • Par langue de pivert - 31/01/2017 - 18:40 - Signaler un abus Hydroponique ! Bon j'men vais

    Hydroponique ! Bon j'men vais !

  • Par Anouman - 31/01/2017 - 19:20 - Signaler un abus Ralliements

    Macron ressemble de plus en plus à un papier attrape mouches. Et il y en aura des mouches au mois de mai.

  • Par jc0206 - 01/02/2017 - 17:11 - Signaler un abus Par Anouman - 31/01/2017 - 19:20

    Excellente comparaison.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€