Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit hit parade de ces domaines où sévit bel et bien la police de la pensée en France

Mardi 18 Avril, François Fillon a estimé que s’il gagnait ce serait en grande partie à cause de la police de la pensée. Il désigne dès lors le champ de bataille de cette campagne comme non plus seulement de nature politique, mais aussi largement idéologique. Dans lequel les tabous sont encore fortement ancrés.

Prière de penser dans la zone autorisée

Publié le - Mis à jour le 21 Avril 2017
Petit hit parade de ces domaines où sévit bel et bien la police de la pensée en France

Mardi 18 Avril, François Fillon a estimé que s’il gagnait ce serait en grande partie à cause de la police de la pensée. Que faut-il éviter pour ne pas être la victime d’une telle police ? 

Bertrand Vergely : Nous vivons aujourd’hui un paradoxe. D’un côté, cette campagne présidentielle est une réussite démocratique. Avec les primaires, les électeurs ont eu le choix. Les prétendants à la présidence  ont pu s’exprimer à travers une multitude de meetings, d’émissions et de débats. Et question transparence, les candidats ont été passés au crible. En ce sens, la pensée unique, si fortement attachée à la liberté de choix, au droit à l’expression ainsi qu’à la transparence peut être contente. Ses exigences ont été comblées. 

En même temps, on a assisté, il faut le dire, à une confiscation de la démocratie. Avec les primaires, les élections présidentielles durent deux ans.

 C’est trop. L’électeur finit par crier grâce en ayant hâte que « tout ça se termine ». D’autant que cette présidentialisation épuise la présidence qui, pendant ce temps là, est éclipsée. Témoin ce qui se passe aujourd’hui avec François Hollande, lequel  n’existe plus. Ce qui est un comble. Alors que l’on fait tout pour élire un président on ne respecte même plus celui qui est en place ! 

En outre, en voulant prendre en main le débat politique les medias l’ont tué. Par le fait de se battre pour emporter le marché juteux de l’audience. Par le fait de produire des émissions interminables de quatre heures. Par le fait de rendre la pensée confuse à force de faire  discuter ensemble cinq puis onze candidats sur un même thème.  

Enfin, quand une enquête sur la transparence d’un candidat  est lancée deux mois avant l’élection alors que rien ne s’est fait en la matière durant des années, on n’est plus dans la transparence mais dans un coup politique afin de couler ce même candidat. 

Compte tenu de tous ces éléments, François Fillon a raison. S’il l’emporte en passant le premier tour puis le second, il pourra dire merci à la police de la pensée. Celle-ci l’aura servi après avoir cherché à lui nuire. Et ce parce que cette pensée lui aura permis de faire valoir trois qualités qu’il faut lui reconnaître  à savoir : 1) la retenue d’abord lors des débats, 2) la clarté dans son programme et dans ses propositions, 3) le courage et la persévérance  face au déchaînement médiatico-judiciaire dont il a été l’objet.  

Qu’est-ce qui fait que la pensée est devenue plus libre aujourd’hui ? Ou bien au contraire qu’elle s’est durcie ? 

Il en va de la pensée comme il en va de la démocratie. Ce qui se passe est double. D’un côté, alors que hier cela était interdit, on peut critiquer le communisme, la gauche et prononcer les mots de morale ou de spiritualité sans se faire foudroyer. En même, temps, il existe une guerre idéologique féroce.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Phlt1 - 19/04/2017 - 09:59 - Signaler un abus @Bertrand Vergely

    Bonne analyse à laquelle je rajouterais que la France avance aussi sans ses valeurs depuis 1981.L'identité d'un peuple n'est pas autre chose que la somme des valeurs que ce peuple a su retenir au cours de son Histoire. Aucun peuple ne devrait avoir honte de son Histoire, parce que tous les peuples ont commis des erreurs et les ont surmontées, et la France plus que n'importe quel autre. C'est exactement pour cette raison que la France rayonne dans le monde, pour sa liberté, pour son égalité imparfaite mais néanmoins tentée, pour son coeur parce que les français sont sensibles, généreux et altruistes, pour son respect -encore insuffisant -des femmes, et pour sa laïcité parce que nous savons en France ce que sont les guerres de religions, nous savons que la laïcité, celle qui renvoie la religion dans la sphère privée tout en respectant les racines chrétiennes, dessine en réalité la société du futur. Mais il n'y a que des idéologues de Gauche qui ne sont jamais sorti du 6ème arrondissement de Paris pour cracher sur la France. Cette idéologie diffusée grâce au soutien des médias, nous n'en voulons plus, et cette fois il faudra que la droite fasse le ménage.!. Trop c'est trop.!.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 19/04/2017 - 09:59 - Signaler un abus Normal..... !!

    La gauche n'a plus l'ambition de séduire les ouvriers qui sont partis chez Marine le Pen.. Alors elle vise les minorités et surtout les musulmans qui sont déjà majoritaires chez les moins de 18ans..... Alors pas touche leurs potes !!

  • Par Phlt1 - 19/04/2017 - 10:08 - Signaler un abus A titre d'exemple...

    ce qui se passe en Guyane.!; Les Guyannais se sont mis en grève pour une seule raison: la terrifiante INSECURITE de leur territoire gangréné par l'immigration. C'est seulement pour cette raison là que les "frères"ont fait ce qu'ils ont fait. Mais cette revendication étant extraordinairement sensible au moment des élections, et rejaillissant directement sur Hollande, Taubira et Macron en les sanctionnant, TOUT a été fait pour détourner les métropolitains de la réalité des revendications en Guyane, toutes liées à la SECURITE.!. Les médias français ont détourné le sujet, se rendant complices d'un déni de démocratie digne de Vichy.!. Je le répète: trop c'est trop.!; Et je le dis à François Fillon: "Si vous ne faites pas le ménage dans les médias, à la télévision, chez les juges, si vous n'éliminez pas ces gens là du système, alors vous n'aurez rien fait parce que le pire des vers restera dans le plus beau des fruits et les français vous le reprocheront immédiatement. La Démocratie et la République ne consistent pas à subir des complots idéologiques destructeurs d'un pays et de ses valeurs, et ceux qui le font doivent être considérés pour ce qu'ils sont: des traitres.!.

  • Par Ex abrupto - 19/04/2017 - 10:37 - Signaler un abus A Phlt1

    Ménage dans les média: oui! Il faut absolument voter FILLON

  • Par Deneziere - 19/04/2017 - 10:39 - Signaler un abus Moins pessimiste que Vegely, quioique d'accord avec lui

    L’inconvénient d'être unique, c'est qu'on est visible et assiégé. La pensée n’échappe pas à cela. Les 11 candidats et la diversité de leur opinion, en même temps que la diversification des médias montre bien que la pensée unique est débordée de toute part et que les tabous tombent un à un. Même le FN sortira durablement dédiabolisé de cette campagne, quel que soit le résultat de MLP. Alors oui, il y a la judiciarisation et la censure. Mais d'une part, le résultat est incertain : personne n'a encore été durement condamné pour délit d'opinion; et d'autre part, si durcissement il devait y avoir, ce serait un aveu de faiblesse, donc un surcroît de faiblesse pour le politiquement correct.

  • Par vangog - 19/04/2017 - 10:45 - Signaler un abus @phlt1 il a eu cinq ans pour faire le ménage, Fillon-Ulysse...

    cinq ans à chercher le balai sans le trouver?...

  • Par euphorbevenus - 19/04/2017 - 11:45 - Signaler un abus Quand tout le monde pense la même chose...

    ... on ne pense plus rien. Cette belle phrase de François Bayrou au moment de la création de l'UMP ( qu'il refusait d'intégrer ) , il devrait l’appliquer à la situation d'aujourd'hui et à la confusion qu'il contribue à créer par son ralliement indigne. Quand tous les médias répètent les mêmes éléments de langage ("nauséabond, rance, moisi, intégriste ...etc ") , il n' y a plus de place pour la réflexion et l'argumentation. Et cette bouillie idéologique enfante... Macron, le degré zéro de la politique.

  • Par Deudeuche - 19/04/2017 - 11:50 - Signaler un abus Sociétal Macron pour

    Une Gauche sociétale.

  • Par Phlt1 - 19/04/2017 - 12:26 - Signaler un abus @vangog

    Il y avait au dessus de Fillon Sarkozy, et le moins constant des deux c'est Sarkozy. Mais j'attire votre attention sur une chose: la crise de 2008 a fait 50 000 morts en occident, et probablement près de 300 000 dans le monde en incluant la Chine, essentiellement par suicide. La France entre 2008 et 2012 n'a en réalité pas connue la crise, qui s'est révélée à eux seulement à l'arrivée de Hollande. C'est Fillon qui a fait le job, et le bon. Ce conseil pour vous Vangog (si je vous m'y autorisez): face aux pires des maux il est intelligent de savoir choisir le moindre. Les français savent toujours à quoi dire non sans jamais savoir à quoi dire oui (Hollande en 2012).!. Alors plutôt que de jeter le bébé avec l'eau du bain, réfléchissons à ce qui est réellement bon pour la France. La perfection n'est pas de ce monde, et c'est même l'imperfection qui nous autorise la liberté, une imperfection que nous devons améliorer en ayant le libre choix des moyens. Il faut ouvrir les yeux sur ce qu'est capable de faire Marine Le Pen: rien.!. Parce qu'elle plongera la France dans des années d'incertitudes où les plus démunis auront à souffrir parce que l'économie ne leur apportera rien.!.

  • Par ikaris - 19/04/2017 - 13:00 - Signaler un abus interview "Peut mieux faire" avec des points discutables

    thèmes et réponses globalement intéressants mais pas suffisamment développés et avec des approximations qui jettent le doute. Hollande n'a bizarrement, jamais autant existé que maintenant : avant il disparaissait devant son premier ministre et là il est présent par son clientélisme et ses petites phrases politiciennes camouflées en maximes à l'usage des français et de son (ou sa!) successeur. Si il est ignoré et méprisé c'est largement par son action qui a mené la France où elle est maintenant et non de la faute des médias. La retenue de Fillon dans les débats contraste largement avec l'éclat de ses déclarations sur un complot, la guerre civile et d'autres propos qui font passer Marine pour une modérée (je ne dis pas qu'il se trompe !). On parle du politiquement correct sans le citer dans cet interview mais la présidence Sarkozy n'aura elle pas été (malgré les déclaration en apparence décomplexées de Sarko) la présidence de son établissement définitif à grand renfort de loi qui limitent la liberté d'expression par création de délits ? Et dans quelle mesure l'abandon par la droite du vocabulaire de l'identité n'est elle pas coupable ?

  • Par ALUN - 19/04/2017 - 21:19 - Signaler un abus @phlt1

    Vos propos modérés sont pleins de bon sens, mais dans ce déchaînement de haines et de calomnies, la raison a du mal à se faire entendre. Et pourtant Atlantico est loin d'être le site ou sévissent le plus de "fanatiques".

  • Par l'enclume - 20/04/2017 - 11:37 - Signaler un abus Le scandale Macron,dont la presse aux ordres n'a jamais parlé

    https://www.youtube.com/watch?v=WpqNAVlVLNI

  • Par lafronde - 20/04/2017 - 11:52 - Signaler un abus La Gauche morale : discours et pratiques.

    Mettre les moralistes de Gauche face aux pratiques de cette Gauche http://www.lagauchemorale.com/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Vergely

Bertrand Vergely est philosophe et théologien.

Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€