Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit bilan des vrais résultats de l’économie française en 2017

Atlantico a demandé à ses contributeurs leur vision de l’année où la France a vécu de nombreuses surprises et rebondissements et est entrée dans l’ère Macron. Jean-Yves Archer fait le bilan des lignes de force de l'année économique.

2017, l’odyssée de la fin du monde d’avant

Publié le
Petit bilan des vrais résultats de l’économie française en 2017

Evoquer les lignes de force de l'année économique 2017, c'est d'abord exulter de joie à la lecture des chiffres de la croissance économique. Loin de l'inconséquent " ça va mieux " de François Hollande, on peut en effet se réjouir de voir que l'année 2017 aura d'abord été marquée par le retour confirmé de la croissance qui va se situer entre 1,9 et 2,0% ce qui libère bien des contraintes.

Tout d'abord sur le front des finances publiques qui vont bénéficier de meilleures rentrées fiscales, pour au moins 6 à 8 milliards.

Puis, sur le front fondamental de l'emploi où nous allons passer de 9,8% à 9,4% de taux de chômage.

D'aucuns s'agitent avec des mots tels que reflux important du sous-emploi et cagnotte pour le solde budgétaire. Il faut demeurer lucides et instruits par le passé. La décrue du chômage est lente ( toutes catégories confondues ) et les meilleures rentrées fiscales ne privent toutefois pas la France de devoir subir un déficit de près de 82 milliards dans le PLF 2018.

Sur le chômage, la réforme profonde du droit du travail apportera probablement une fraction de flexibilité dont notre pays avait besoin.

Toutefois, il est hasardeux d'analyser cette variable par la seule catégorie A de Pôle emploi et de négliger une notion aussi essentielle que le "halo" du chômage défini par l'Insee (https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1415) comme "l'ensemble des personnes qui ne sont pas disponibles rapidement pour travailler (deux semaines) ou qui ne recherchent pas activement un emploi." Certains recoupements d'antennes de Pôle emploi et une étude INSEE (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2122738?sommaire=2122750) estiment que le "halo" du chômage frôlerait les 1.200.000 personnes en ce moment ce qui nuance, hélas, certains discours au parfum triomphaliste à commencer par celui des partisans de François Hollande qui s'attribuent excessivement des victoires dont leur héros ne saurait être le père.

Par ailleurs, il est judicieux de noter que la croissance qui revient n'est pas si riche que cela en emplois – nous suivons laborieusement la loi d'Okun (https://www.andlil.com/la-loi-dokun-6078.html) - et c'est un fait durable même si l'embellie conjoncturelle semble devoir se poursuivre en 2018 hors perspective toujours possible de sévère correction boursière du fait des survalorisations actuellement relevées tant aux Etats-Unis qu'en zone Euro ou encore d'éclatement de bulles spéculatives type bitcoin.

2017 a été une année électorale qui a engendré une impulsion politique significative. Mais si les têtes ont changé, les contraintes demeurent : chômage, pression migratoire, etc. Une sorte de "chamboule-tout" pour reprendre les termes du président Fabius a bien eu lieu. Formation et plan additionnel de 15 milliards, refonte de l'apprentissage (déjà évoquée à maintes reprises depuis René Monory en 1978 ), modifications de la rémunération du capital (PFU) et corrélativement de sa taxation (ISF) sont autant de mesures en cours de déploiement pour relancer l'attractivité de notre pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 25/12/2017 - 17:55 - Signaler un abus Il est faux de dire que l'économie française s'ameliore

    Il suffit de comparer notre économie à toutes celles de la zone € pour se rendre compte que notre économie reste à la traîne et de loin, les deficit français est de 60 'milliards, l'allemand est bénéficiaire de 120 milliards soit 180 milliards / ans de retard. Le deficit du budget est de l'ordre de 3 % soit le PLUS élèvé de cette meme zone €, l'état ne s'en vante pas. Quand nous avons une progression de 0,1%, on crie victoire,et les dépenses de l'état continuent à augmenter et bien sûr les impots-taxes d'augmenter avec. Et avec un taux de prélèvement obligatoire de plus de 57%, le reste à disposition des français est très faible

  • Par Patrick LOUVET - 25/12/2017 - 19:24 - Signaler un abus NO PROBLEM FOR 2018

    SUPERMACRON est là !................................

  • Par ajm - 25/12/2017 - 22:53 - Signaler un abus Impact de l'immobilier sur la croissance.

    Il y a une amélioration certaine de la croissance en 2017 et peut-être à venir pour 2018 en tout cas qui est due à un environnement économique européen très favorable ( croissance forte en Europe du nord, reprise encore timide en Italie) et au niveau très bas des taux qui a surtout et fortement impacté l'investissement immobilier que notre président , paradoxalement, n'aime pas. L'appareil industriel de la France reste à la traîne et je ne vois aucune mesure gouvernementale puissante dans les tuyaux capable de renverser la tendance. Au contraire, la floraison de mesures et de taxations punitives "ecolos" pourrait à moyen terme couler certaines de nos industries dans l'energie, l'agroalimentaire etc..

  • Par gerint - 25/12/2017 - 23:49 - Signaler un abus Il y a des améliorations sporadiques

    Mais globalement une aggravation avec des problèmes de plus en plus insolubles

  • Par Liberte5 - 25/12/2017 - 23:54 - Signaler un abus Au delà de la propagande gouvernementale soutenue par les médias

    l'amélioration de la situation économique est certes réelle, mais reste toutefois insuffisante pour redresser un pays en plein déclin. La reprise commence déjà à butter sur un manque de main d’œuvre qualifiée, alors que nous sommes à plus de 9% de chômage. Quand bien même les entreprises seraient submergées de commandes, elles ne pourraient y faire face par manque de personnel qualifié. Le travail de sape, par la gauche, de l'éducation nationale depuis 50 ans a produit ses effets. Le niveau des Français n'est plus à la hauteur pour relever les défis d'un monde ouvert. Pour former les jeunes qui puissent aller sur le marché de l'emploi va demander des années. Remettre ce pays au travail va demander des efforts considérables.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€