Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pendant que François Hollande s’effondre, que Sarkozy rame contre le courant, Emmanuel Macron tient son pari, et se met dans la roue de Juppé

Les chefs d’entreprise regardent avec de plus en plus d’intérêt le parcours d’Emmanuel Macron qui ne change pas de cap et dont l’approche leur paraît offrir une alternative.

Atlantico Business

Publié le
Pendant que François Hollande s’effondre, que Sarkozy rame contre le courant, Emmanuel Macron tient son pari, et se met dans la roue de Juppé

Sur le plan électoral, personne ne connait son poids, mais beaucoup commencent à penser qu'il peut s’installer dans la roue de Juppé. Ni à droite, ni à gauche, en marche vers le progrès. Et chez beaucoup de patrons on a surnommé Macron le "Juppé jeune". Crédit Reuters

Le paysage politique a encore violemment changé cette semaine et les sondeurs nous disent que ce changement va s’accélérer. En dehors des grands partis politiques qui sont à la peine, le monde des chefs d’entreprise scrute le terrain avec de plus en plus d’intérêt. Voire de gourmandise. Dans un océan de conformisme politique, Macron pourrait apporter la seule note alternative.

Jusqu’alors, le monde des affaires estimait que cette campagne présidentielle n’allait sans doute servir à rien, tant les discours et les programmes étaient conventionnels et tant la force des partis politiques protégeait un conservatisme qui étouffe tout changement depuis des années.

Mais depuis une semaine, les patrons commencent à espérer que les choses changent. La campagne présidentielle pourrait alors servir à faire la pédagogie de la réforme, ce qui ne préjuge en rien de ceux qui manageront cette politique de redressement et de réforme.

La semaine passée, l’opinion publique a été balayée par quatre mouvements en profondeur.

1er mouvement : l'effondrement pour ne pas dire le suicide de François Hollande. Son agitation permanente et le livre de confidences l’ont encore enfoncé dans les terres de l’impopularité et, pire, du manque de crédibilité. Il n’est plus crédible. Même au Parti socialiste on le dit.

2e mouvement : Nicolas Sarkozy a beau ramé comme un diable, il a beaucoup de mal à rattraper Alain Juppé dans la perspective de gagner le primaire puis la présidentielle. Alain Juppé est dans une dynamique que l'ancien président ne parvient pas à casser.

3e mouvement. Le débat des candidats à la primaire a montré très clairement que deux écoles économiques s’affrontaient à droite. D'un côté, l’école des schumpetériens emmenée par François Fillon, qui souhaite tout donner à l'entreprise pour faire redémarrer l’activité et sortir du piège de la stagnation assistée. De l’autre, une école très keynésienne très classique qui veut que tout l’effort aille en baisses d’impôts des ménages pour, sans doute, relancer la demande. Cette école est défendue par Bruno Le Maire.

4e mouvement. Il ne se développe "ni à droite, ni à gauche" et est conduit par Emmanuel Macron. De jour en jour, il s'obstine à tenir son pari d’être diffèrent pour l'élection présidentielle. Avant de présenter un programme, il s’évertue à prouver qu'il est encore de gauche et qu'à gauche on peut défendre une politique économique libérale. Un peu grand écart tout cela dans la forme. Mais dans le fond, ça tient la route.

Pour l'instant, Emmanuel Macron prend des parts de marché chez les jeunes et les chefs d’entreprise. Il n’a publié aucun programme, il a simplement donné des lignes de force, des perspectives, bref un projet.

Macron définit un projet, qu’on reproche aux hommes politique traditionnels de ne pas avoir.

François Hollande se noie dans une "peopolisation" qui dégrade la fonction présidentielle. François Hollande a réussi à devenir un people comme les autres. Ça n'est pas ce qu'on attend d’un prétendant à l'Élysée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jardinier - 17/10/2016 - 06:21 - Signaler un abus Il faut rétablir la démocratie censitaire,

    Afin que seuls les gens sérieux (les milieux économiques) puissent influencer l'avenir de ce pays. Parce que le peuple... je n'ai pas de mots.

  • Par Jean-Benoist - 17/10/2016 - 07:31 - Signaler un abus deux énarques qui ne connaissent rien

    Du monde l'entreprise un petit vieux appareillé et un financier hors sol qui compte tenu de leur expérience respective, n'ont pas oeuvré pour le bien de leur pays, agissent seul pour leur ambiance personnelle.. stop a cette presse qui a peur du changement radical pour relever notre pays.. Sarkozy malgré son tempérament volcanique, a initié des réformes importantes pendqnt son mandat et il serait temps de le reconnaître. . alors quels journalistes honnetes vont oser?

  • Par OLYTTEUS - 17/10/2016 - 09:01 - Signaler un abus Macron est de gauche

    Et les réformes sociétales pour les minorités continueraient... De quelle autorité disposerait-il? de quelle majorité ? Le défi est immense.

  • Par cloette - 17/10/2016 - 09:29 - Signaler un abus Triste horizon

    qui s'assombrit .

  • Par Orchidee31 - 17/10/2016 - 09:57 - Signaler un abus D'accord avec Jean-Benoist

    Par ailleurs les électeurs de droite qui voteront pour Macron auront oublié le principal : il a fait partie d'un gvt de gauche qui a cassé la France dans tous les domaines pendant 4 ans (2 ans conseiller du casqué et 2 ans son ministre) et donc a largement participé au naufrage de la France - et maintenant il veut nous faire croire qu'il est l'homme providentiel - n'ayez crainte c'est sûr qu'il rejoindra le chauve.... Et le désastre continuera ......

  • Par Ganesha - 17/10/2016 - 10:01 - Signaler un abus Vous devez le recopier cent fois ?

    Les français sont tellement cons qu'ils se préparent à élire Juppé. Et sur Atlantico, il y a un brave monsieur totalement pathétique, qui nous écrit tous les jours que ''Sarko a fait de grandes réformes'' ! Vous êtes puni et vous devez le recopier cent fois ? Quant à JM. Sylvestre, il est (grassement ?) payé pour nous parler d'un sinistre inconnu, sans intérêt et sans aucun avenir.

  • Par J'accuse - 17/10/2016 - 11:24 - Signaler un abus Le verbe haut mais l'arme au pied

    On a compris, M. Sylvestre, que vous souffrez de macronite; je vous rassure : ça se soigne et se guérit très bien, sans séquelle. Mais en attendant votre thérapie, ça ne vous gêne-t-il pas qu'un velléitaire n'ose pas se déclarer, et fasse dépendre sa candidature de celle d'un autre, le plus minable qui soit, notre pitoyable président ? Pour être apte au poste, il faut être courageux et maître de son destin : ce n'est pas le cas de ce fonctionnaire attentiste, pour qui la procrastination semble être une vertu.

  • Par joke ka - 17/10/2016 - 11:25 - Signaler un abus "Alain Juppé est dans une

    "Alain Juppé est dans une dynamique que l'ancien président ne parvient pas à casser." les français vont ils encore se laisser avoir par une manipulation grossière et le parti pris de ces bobos arrogants qui se croient tellement plus intelligents et qui insultent ceux qui ne sont pas de leur avis de "fachosphère"

  • Par Anouman - 17/10/2016 - 18:07 - Signaler un abus Juppé jeune

    Voilà une bien belle formule pour désigner Macron. Et cela décrit bien la vacuité de ses propositions et son absence de vision à moyen terme. Et si les entrepreneurs s'y intéressent on comprend mieux qu'ils aient des difficultés dans leurs entreprises.

  • Par Citoyen Ordinaire - 17/10/2016 - 22:22 - Signaler un abus Amusant

    Amusant de lire "Dans un océan de conformisme politique, Macron pourrait apporter la seule note alternative", quand ce type n'a rien proposé et que ce que les pistes qu'il évoque sont les mêmes que Sarko & Friends. Quand à lire qu'il faut laisser faire les milieux économiques après les crises de 2008 et les autres, c'est la dictature voulu et annoncé du "nouvel ordre mondial" qui sèmera le chaos sur la majeure partie de la planète. Il y a urgence pour que la société civile prenne le pays en main.

  • Par ikaris - 18/10/2016 - 00:41 - Signaler un abus Papy Sylvestre au dessous de tout, fidèle à lui même

    écriture pitoyable, fautes d'orthographe pour essayer de nous vendre la candidature d'un pion médiatique du système qui pourrait être son gendre. Ah ce macron on peut pas dire que vous n'aurez pas essayer de nous le vendre en utilisant tous les qualificatifs possibles y compris les plus contradictoire. En réalité le Macron son truc c'est les "fusacs" ... ces miroirs aux alouettes parés de toute les vertus en achetant la presse pour qu'elle applaudisse. Avec quel pays veut il fusionner la France ? L'Algérie ? L'Allemagne ?

  • Par vangog - 18/10/2016 - 00:44 - Signaler un abus Sa stratégie n'est pas bête...

    en soumettant sa candidature à celle de Flamby-le-lenteur, Macron-Rothschild fait passer un message précis: celui d'être le première ministre de Flamby, afin que toute cette merde continue à profiter à la grande famille...

  • Par bd - 02/11/2016 - 14:57 - Signaler un abus Plus de narcissique manipulateur à la présidence!

    Ce message est plutôt destiné aux Sarkozystes. 
Sarkozy n'est pas Donald Trump mais on en est pas loin. 
Il a bon nombre de caractéristiques d'un narcissique... et en neuropsychiatrie, les narcissiques sont classés dans la même catégorie que les sociopathes et les psychopathes. 
Pourquoi lui donner une seconde chance alors qu'il a échoué lors de son précédent mandat et que l'offre politique est pléthorique? L'empathie est un meilleur critère pour un politique et le charisme est malheureusement une qualité bien différente de l'empathie. 
Le charisme de Nicolas Sarkozy cache bien son déficit d'empathie. 
Ne vous fiez donc pas au charisme d'un politicien pour effectuer votre choix. 
Débusquer et neutraliser les narcissiques en politique, c’est aussi lutter contre les propagateurs de haine.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€