Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Pays-Bas n'ont pas assez de prisonniers pour remplir leurs prisons : mais comment font ils ?

Actuellement, les Pays-Bas n'ont pas assez de détenus pour remplir leurs prisons. A tel point que certains établissements sont contraints de fermer.

Nos chers voisins

Publié le
Les Pays-Bas n'ont pas assez de prisonniers pour remplir leurs prisons : mais comment font ils ?

Atlantico : Comment en sont-ils arrivés là ?

Guillaume Jeanson : L’évolution remarquable de la situation carcérale aux Pays Bas depuis une quinzaine d’années (une vingtaine de prisons ont déjà fermé depuis 2003 et huit autres devraient encore fermer d’ici 2021.

On l’explique par une baisse d’environ 50 % de prisonniers…) suscite admiration et questionnements de la part de nombreux autres pays européens. C’est notamment le cas de la France qui souffre, quant à elle, d’une situation compliquée et qui ne cesse d’empirer. 

 

Pour répondre très vite à votre question, je crois que cela tient principalement à une meilleure efficacité du système pénal existant aux Pays-Bas. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord - et comme j’aurais le loisir d’y revenir de manière plus approfondie tout à l’heure - ce système pénal est en effet probablement plus dissuasif et témoigne surtout d’un pragmatisme qui n’est sans doute pas étranger aux fruits cueillis par les différents gouvernements : la baisse du taux de criminalité aux Pays-Bas d’un quart en dix ans. 

 

Certes un développement des sanctions pécuniaires, des procédures alternatives et de suivi, jouent certainement un rôle dans cette baisse du nombre de détenus, mais la raison principale demeure néanmoins cette baisse de la criminalité et non le refus de recourir à la prison comme réponse pénale. En effet l’incarcération représenterait toujours près de 23 % de l’ensemble des sanctions prononcées aux Pays-Bas, contre 15 % en moyenne en Europe. 

 

C’est donc semble-t-il la baisse de la délinquance qui vide les prisons et non la fermeture des prisons qui –en elle-même- fait baisser mécaniquement la délinquance. Si cela avait été le cas, on aurait probablement assisté à une compensation de cette baisse du nombre de détenus par un accroissement corrélatif d’autres peines telles que celles de travaux d’intérêt général.

Or, à cet égard, les peines de travaux d’intérêt général -qu’on appelle aux Pays-Bas « peines de services à la communauté »- n’ont semblent-ils pas été utilisées davantage ces dernières années, puisqu’on en compte environ 30.000 aujourd’hui, alors qu’on en comptait 40.000 en 2006.

 

Ont-ils vraiment moins de criminalité que nous ?

Nous aimerions connaître avec certitude la réponse. Pour tenter de répondre à cette question, il est tentant de se pencher sur les statistiques enregistrées par les forces de l'ordre des deux pays. Mais ce sont des chiffres qu'il faut prendre avec prudence car s'ils peuvent indiquer une baisse ou une hausse réelle de la délinquance, ils reflètent également l'efficacité des services. 

 

Ce qu’on lit depuis les statistiques européennes, c’est en tout cas qu’entre 2008 et 2015, la délinquance baisse aux Pays-Bas et augmente en France. Deux dynamiques nettes, continues et franches qui concernent aussi bien les atteintes aux biens que les violences physiques. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/07/2017 - 14:35 - Signaler un abus La France macroniste devrait leur louer des places...

    mais ils ne sont pas fous les belges (enfin...pas si fousqu'on le croit...)

  • Par Ganesha - 19/07/2017 - 17:05 - Signaler un abus Courtes Peines

    Cette 'Méthode Hollandaise'' semble effectivement logique et efficace : faire découvrir aux délinquants, même si leur délit n'est pas trop grave, rapidement après qu'ils l'aient commis, la réalité de la prison. Ce qui est traumatisant, ''punitif'', c'est d'y entrer, les premiers jours, quelques semaines. C'est après qu'on se ''radicalise'' ! Il faut donc, d'urgence, rétablir et appliquer les ''courtes peines'' !

  • Par Atlante13 - 19/07/2017 - 19:52 - Signaler un abus En fait,

    c'est leur système judiciaire qui fait la différence. Pour eux, toute exaction mérite sanction immédiate et effective. En France, toute exaction est sanctionnée? avec tellement de retard, tellement de récidives, tellement de non-application, tellement de procédures d'appel que les délinquants s'en moquent. Car chez nous, la justices est socialiste. Alors...

  • Par Michèle Plahiers - 19/07/2017 - 19:57 - Signaler un abus Protestants

    Catholiques,...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 19/07/2017 - 20:05 - Signaler un abus C'est ce qu'on appelle la

    C'est ce qu'on appelle la politique de l'excuse Au Venezuela de Chavez , cette culture sévissait et l'insécurité était permanente, et le Venezuela en est mort. Mais pour nous pas de problème, Mélanchouille et ses copains du syndicat de la magistrature nous promettent des lendemains radieux, sans prisons....

  • Par jurgio - 20/07/2017 - 14:37 - Signaler un abus Les raisons en sont si simples qu'on en reste confondu

    Les délinquants préfèrent les prisons françaises... où on reste peu... où on est bien soigné... avec toutes les commodités... et les Français sont des victimes inoffensives sans défense et prêtes à les aider et à compatir... etc.

  • Par abrutix - 31/07/2017 - 15:32 - Signaler un abus On fait tout faux

    Notre système pénal est totalement à revoir. Merci Taubira. et comme le dit Ganesha à propos de la prison : Ce qui est traumatisant, ''punitif'', c'est d'y entrer, les premiers jours, quelques semaines. C'est après qu'on se ''radicalise'' ! Il faut donc, d'urgence, rétablir et appliquer les ''courtes peines'' ! et surtout les appliquer !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Jeanson

Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€