Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Paul Ryan, la droite dure américaine qui s’assume

Paul Ryan a été choisi comme colistier de Mitt Romney sur le ticket républicain pour l'élection présidentielle américaine 2012. Également président de la commission du Budget à la Chambre des représentants, son objectif principal est la réduction des dépenses.

A droite toute

Publié le - Mis à jour le 16 Août 2012

Atlantico : Mitt Romney a choisi Paul Ryan comme vice-président sur le ticket républicain pour l'élection de 2012. Que révèle ce choix ?

Anne Deysine : Paul Ryan a une image d'homme séduisant, aimable, sportif et qui a eu beaucoup de chance.

Il a commencé comme stagiaire au Congrès et renvoie donc à l'idée du self-made man politique, celui qui s'est fait tout seul. Mais il lui est souvent reproché – au même titre que les énarques en France – de n'avoir jamais mis les pieds en dehors du Congrès, des think-tanks ou des lobbies. On va lui reprocher de ne pas connaitre grand chose à la réalité quotidienne de millions d'Américains.

Les républicains joueront surtout sur son image d'homme issu d'une famille modeste qui est parvenu à percer dans les milieux politiques en travaillant beaucoup. Mais s'il a toujours su s'entourer des bonnes personnes et faire de bons choix politiques, il n'a jamais rien fait de très marquant : seulement deux lois au Congrès en sept mandats.

En 2006, les républicains voulaient quelqu'un de jeune à la Commission du Budget. Puis, en 2010, avec la victoire des républicains lors des élections de mi-mandat, Paul Ryan est passé de membre de l'opposition au statut de première personne de cette commission.

Que représente Paul Ryan sur le plan idéologique ?

Proche du Tea Party et des frères Koch, de gros bailleurs de fonds, ses idées se sont fortement répandues entre 2006 et 2010. Il est aujourd'hui au Congrès avec un nombre important de personnes qui partagent ses idées et le soutiennent.

Son idée principale : rétablir l'équilibre budgétaire à tout prix. Il s'agit vraiment d'un idéologue car il propose de couper les dépenses dans de nombreux domaines, tout en refusant systématiquement une augmentation des impôts quels qu’ils soient. Lors de leur première rencontre il y a quatre ans, Mitt Romney et Paul Ryan s'étaient très bien entendus. Alors que le rendez-vous ne devait durer que quelques minutes, il a duré plus d'une heure.

Beaucoup d'éléments le rendent sympathique auprès des électeurs de sa circonscription (bien qu'il ait « hérité » de celle-ci lorsque le membre du Congrès pour lequel il travaillait est parti à la retraite). Le principal message de campagne du duo sera axé sur la remise en marche de l'Amérique, via le marché et les coupes budgétaires. A l'inverse, les démocrates vont le présenter comme quelqu'un de déconnecté des réalités, s'attaquant à la classe moyenne, et présenter sa philosophie économique et politique comme doctrinaire : la coupe des dépenses, y compris dans les programmes Medicaid, Medicare et de retraite.

Cet ancrage à droite peut-il profiter à Romney ?

Tout dépendra du camp qui parviendra à gagner la bataille de l'image. Chaque camp va dépenser des millions de dollars en publicités négatives. Soit les démocrates parviendront à présenter le ticket républicain comme incapable de comprendre l’Amérique moderne, soit les républicains gagneront en se présentant comme les repreneurs d'une Amérique en difficulté depuis l'arrivée de Barack Obama qu’ils stigmatiseront comme un « socialiste européen ».

Même si Obama n'obtient que 40% des voix des électeurs blancs, il peut gagner s'il recueille en contrepartie 80% des électeurs issues des minorités. C'est un facteur très important que le Parti républicain ne semble pas avoir pris en compte : le cœur de l'électorat du parti de l'éléphant, les Américains blancs d'âge moyen, diminue démographiquement.

Un autre facteur a également été sous-estimé par Mitt Romney : Paul Ryan a été porté par le Tea Party, un mouvement comprenant essentiellement des personnes âgées de 50-55 ans. Autrement dit, ces derniers bénéficieront bientôt du Medicare et du programme de retraite. Ils devront donc concilier leurs choix idéologiques avec leurs intérêts personnels. Il est difficile de présager le résultat.

Le Parti républicain assume-t-il davantage son statut de droite américaine que l'UMP de droite française ?

Pour un nombre importants de raisons historiques et économiques, la droite américaine est beaucoup plus à droite que la droite européenne. L’environnement institutionnel aux Etats-Unis est lui aussi plus favorable à la droite que se soit avec la défense absolue de la liberté et la liberté d’entreprendre. De même, beaucoup de débats, très structurant pour le Parti républicain, n’existent pas en France.

Barack Obama est assez proche de Nicolas Sarkozy. Il a une vision paradoxalement européenne il considère que l’intervention de l’Etat permet d’aider les plus pauvres dans un pays qui devient de plus en plus inégalitaire.

Propos recueillis par Olivier Harmant

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par marseillais - 15/08/2012 - 14:47 - Signaler un abus les américains doivent rire

    c'est incroyable comme les élections américaines intéressent les médias français et les français...savez-vous que les américains se foutent royalement des élections françaises... je comprends qu'en france,le duel entre 2 yorkshires nains est moins intéressant que les 2 pitts américains...

  • Par Satan - 15/08/2012 - 16:50 - Signaler un abus Paris X ?

    Plus c'est dure, plus c'est bon, paraît il... Les états unis c'est formidable, c'est quand même grâce à eux qu'il y a plein de Mac Do en Bretagne et de chewing gum sur nos trottoirs...

  • Par Ravidelacreche - 15/08/2012 - 16:58 - Signaler un abus la droite dure américaine

    Y aurait il aussi une gauche molle ? j'en doute !

  • Par benjo - 15/08/2012 - 17:15 - Signaler un abus Droite dure ? Droite normale en fait

    "Il s'agit vraiment d'un idéologue car il propose de couper les dépenses dans de nombreux domaines, tout en refusant systématiquement une augmentation des impôts quels qu’ils soient" Non il s'agit de quelqu'un qui a etudie l'economie et la comprend et qui sait que la cle de la croissance et du plein emploi reside dans un Etat minimal et de faibles impôts.

  • Par Satan - 15/08/2012 - 17:56 - Signaler un abus Etat minimal et faibles impôts?

    @benjo... selon vous la clé de la croissance et du plein emploi reside dans un Etat minimal et de faibles impôts, un peu comme en Somalie si je comprend bien votre raisonnement, est ce cela?

  • Par Teo1492 - 15/08/2012 - 18:03 - Signaler un abus Romney - Ryan

    C'est le ticket gagnant. Mais une bonne partie de la presse française engluée dans ses fantasmes gauchistes ne le comprend toujours pas. = Sinon bonne analyse de Madame Anne Deysine. Concernant la dernière question, il aurait fallu rajouter que les Républicains américains correspondent à l'idéologie du FN sur bien des points...

  • Par Kakou - 15/08/2012 - 19:19 - Signaler un abus Devoyée...

    Le front National dans son besoin de respectabilité va perdre son " ame" ...La vrai droite dont la France a besoin ne peu s'accomoder du jeu voulu par les énarques ...et madame le Pen devrait oser revetir les habits de St just

  • Par eheime - 15/08/2012 - 19:25 - Signaler un abus @ benjo

    ou du simple bon sens : si je dépense plus que je ne reçois, j'ai un soucis de financement évident. Ca veut dire que je gère mal mon budget. Soit je dépense trop, soit je ne récolte pas assez.. La monétisation actuellement emplyée comme paliatif est une façon détournée de piller une partie des salaires des travailleurs et des épargnants mal informés. Historiquement, ça conduit toujours à une situation problématique de défiance envers la monnaie.

  • Par De France et de plus loin - 16/08/2012 - 00:46 - Signaler un abus Ultra libéral sur le plan

    Ultra libéral sur le plan économique ( sauf pour le budget de l armée bien sûre, que Ryan veut augmenter), ultra anti libéral sur les mœurs, Ryan va signer la prochaine défaite des républicains . Les américains commencent à comprendre qui sont les ultra conservateurs façon TVA party . Et en plus il veut encore baisser les impôts des riches! Sachant que Romney , qui gagne 20 millions de dollars par an n est taxé qu à 14% c est à dire moins qu un travailleur ordinaire, ça fait presque rire. Obama a déjà gagné .

  • Par pansted00 - 16/08/2012 - 15:58 - Signaler un abus Encore un idiot du village qui croit en Dieu

    Pathetique au 21eme siecle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anne Deysine

Anne Deysine est juriste (Paris II) et américaniste. Spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis, elle est professeur à l'université Paris-Ouest Nanterre. Enseignant aussi à l'étranger, elle intervient régulièrement sur les ondes d'Europe 1, RFI, France 24, LCI...Auteur de plusieurs ouvrages, ses travaux sont consultables sur son site Internet : deysine.com.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€