Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Paul Krugman a-t-il raison de considérer que la révolution des voitures sans conducteur va sauver l'économie ?

L'économiste américain estime que "la révolution des technologies de l'information n'arrive pas à la cheville des révolutions technologiques précédentes", mais que la voiture sans conducteur est plus à même "d'affecter notre monde".

Il faudra tout revoir

Publié le
Paul Krugman a-t-il raison de considérer que la révolution des voitures sans conducteur va sauver l'économie ?

Paul Krugman estime que la voiture sans conducteur est une révolution technologique à même "d'affecter notre monde". Crédit Reuters

A travers l’exemple de la voiture automatisée sans conducteur, qui est un rêve ancien, aujourd’hui réalisé à titre de prototype comme Google a su le démontrer, Paul Krugman cherche à démonter l’argument des pessimistes qui estiment que la technologie n’est plus en mesure de créer une nouvelle croissance car tout aurait été inventé.

En effet, la plupart des techniques que nous utilisons actuellement comme l’automobile, mais aussi l’informatique sont issues des travaux de la fin du XIXe siècle, éblouissante période de recherche scientifique et de créativité industrielle. L’accélération de ces découvertes s’est faite après la seconde guerre mondiale largement sous la pression de la guerre froide. Rappelons que la machine d’Hollerith, ancêtre des ordinateurs, a été exploitée pour le recensement américain de… 1890 et que les microprocesseurs ont été développés pour le programme spatial américain à partir des années soixante.

Chacune de ces inventions a généré ensuite une transformation économique majeure.

Aussi puissante soit-elle comme symbole, la voiture sans conducteur est encore éloignée d’une généralisation sociale, mais on imagine parfaitement à partir de cet exemple que tous les aspects de la vie quotidienne vont être revisités par une exploitation tangible, visible, quotidienne des technologies de l’information.

Ce que nous dit Paul Krugman, c’est qu’il faut désormais totalement repenser notre environnement quotidien, et donc l’industrie et les services, en fonction des techniques numériques. La numérisation de l’ensemble des processus industriels, de la conception à la distribution, est en train de créer les conditions d’une troisième révolution industrielle qui va rebattre à nouveau les cartes de la géographie de la production mondiale. L’industrialisation des pays matures ne consiste pas à rêver d’un retour vers le passé, mais à réinventer radicalement la production, comme la destruction, des objets et produits qui accompagnent notre vie quotidienne.

Deux forces vont rythmer cette révolution : une révision de notre relation à la nature à travers une exploitation frugale de l’énergie et des matières premières et un changement de notre modèle de production centralisé de masse vers une logique décentralisée à la demande.

La troisième révolution industrielle vise à injecter de l’intelligence dans les produits et les services à la fois en amont dans les processus de production et en aval dans l’usage. Consommer moins de matières premières et d’énergie est le cadre fédérateur de cette démarche : produits plus légers, moins volumineux, recyclables, inspirés de la nature et sans empreinte sur elle, capables d’autorégulation et d’interaction avec l’homme et l’environnement. Il suffit de comparer le produit et les fonctionnalités d’un téléviseur à écran cathodique et celles d’un écran OLED ultra-mince et léger pour comprendre physiquement cette rupture majeure. Alors que la seconde révolution industrielle raisonnait massification et séries longues, l’analogie avec le modèle du web viendra inspirer des productions locales en réseaux qui permettront des gains de coûts de transport et d’émission de CO2.

La numérisation permet aussi d’inventer de nouveaux produits et matériaux et de nouveaux process. Tous les produits de demain, même les plus simples comme un interrupteur, seront dotés d’intelligence pour agir en interaction avec l’environnement et, notamment, optimiser la consommation d’énergie. Les composants passifs vont devenir actifs, en étant à la fois capteurs et actionneurs. Tous les appareils électroménagers adapteront programmes et usages aux prix de l’électricité. Les voitures électriques géreront leur autonomie et l’utilisation de leurs capacités de réserves dans les batteries en fonction des usages réels et des besoins énergétiques de leur environnement immédiat. Dans tous les domaines, les outils employés auront pour mission de faire mieux, plus vite et moins cher en consommant moins de ressources, et seront dotés de l’intelligence nécessaire pour y parvenir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 13/02/2013 - 10:38 - Signaler un abus Un genre de sapeur Camenbert

    Ben non tout n'a pas été inventé. Krugman a encore plus d'une découverte dans son sac. Après la guerre aux extra terrestres les voitures sans conducteurs. On pourrait essayer de combiner les deux genre drones contre les extra terrestres. Sur qu'un conseiller économique comme lui, ça le fait! Malgré tout il y a urgence et je ne suis pas sur qu'on aura le temps de repenser tout notre environnement avant le collapsus.

  • Par Ravidelacreche - 13/02/2013 - 10:38 - Signaler un abus A tout prendre...

    c'est mieux que des conducteurs sans voiture ? J'ai un doute.

  • Par THEGAP - 13/02/2013 - 11:08 - Signaler un abus Et les sources?

    Citer PK sans la source est ce vraiment du journalisme?

  • Par mich2pains - 13/02/2013 - 11:39 - Signaler un abus Sacré Krugman !

    Toujours amusant de lire tes analyses ..... Jusque là , et à en croire les "jeunes de balieue" , la norme était le " Conducteur sans voiture " ( si t'en as pas une , tu l'empruntes) . Pour d'autres , les voitures avec conducteur leur assuraient un emploi de ...Chauffeur de Maître . Ainsi donc , comment espères-tu sauver l'économie en mettant au chômage les "Jeunes-de-Banlieue" et les "Chauffeurs-de-Maître" ? Quand je te disais que t'es amusant ......

  • Par JS - 13/02/2013 - 14:34 - Signaler un abus Sauf que la France sera le

    Sauf que la France sera le dernier pays au monde à les autoriser. Principe de précaution, peur du changement, protection des corporatismes (taxis, etc), tout ca, tout ca, la France quoi..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Corniou

Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€