Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

(Pas de) révolution en vue ? Le sondage qui montre que les Français ont perdu le goût de la révolte… mais pas de la résistance

Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 59% des Français ne veulent plus faire d'efforts pour le redressement des comptes publics alors qu'ils étaient 67% à vouloir y contribuer en 2012.

Enfilez vos bonnets

Publié le
Info Atlantico
(Pas de) révolution en vue ? Le sondage qui montre que les Français ont perdu le goût de la révolte… mais pas de la résistance

Photo d'illustration // Symbole de la France libre, première organisation de résistance française à l’occupant nazi.  Crédit wikipédia

  • Face à la situation économique, la résignation/l’indifférence progressent au détriment de la révolte. Une part croissante des Français se replie sur la sphère personelle et n’attend plus rien du gouvernement
  • Dans le même temps, la propension à faire des efforts pour redresser les comptes du pays cède encore un peu de terrain
  • Cela s’explique notamment par le fait que 85% des Français pensent que le gouvernement ne fait pas d’efforts de son côté pour réduire les dépenses et que donc, il n’y a pas de raison que le citoyen de base en fasse !
  • Ce chiffre est stable par rapport à il y a un an, alors même que François Hollande et Manuel Valls ne cessent de parler d’économies…
 

Atlantico : Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 42% des Français se disent révoltés, 36 % résignés et 11% indifférents face à la situation économique et sociale. Comparé à l'année 2013, la résignation et l'indifférence gagnent du terrain. Peut-on dire que les Français baissent les bras ?

Jérôme Fourquet : Le sentiment de révolte est toujours très présent, pour autant il a tendance à perdre du terrain, ce qui peut expliquer la relative apathie actuelle. Alors que le gouvernement a annoncé un certain nombre de mesures impopulaires – les hausses d'impôts par exemple – les syndicats ont la plus grande peine du monde à mobiliser, hormis des mouvements sectoriels comme le mouvement des intermittents ou la grève à la SNCF. On se souvient de l'échec du mouvement contre la réforme des retraites, à la rentrée dernière. On peut comprendre cette apathie sur la scène sociale au regard de ce sentiment de résignation qui gagne du terrain, comme si les Français désespéraient qu'on puisse obtenir de bons résultats en matière de lutte contre le chômage ou les déficits.

Dans cette grisaille persistante, ce n'est pas tant la colère qui monte que l'indifférence.  Le sentiment de confiance et d'enthousiasme a lui quasiment disparu.

Christophe Bouillaud : Si on regarde les données du sondage, qui remontent à 2011, on voit que la montée de la résignation est modérée.

Dans les détails, on voit que les groupes les plus résignés sont ceux qui sont les plus proches du gouvernement actuel. Les gens révoltés sont plutôt à droite et à l'extrême droite (58%). Inversement, seuls 25% des proches du PS sont révoltés. A mon avis, une des raisons de la résignation est que les électeurs de François Hollande sont résignés : on constate en fait la déception des électeurs de gauche modérée. Les électeurs plus à gauche et à droite sont plutôt révoltés, quand le centre-gauche est déçu et résigné.

Une autre caractéristique est que les plus de 35 ans sont révoltés, les moins de 35 ans résignés. Là encore, c'est un effet de socialisation politique. Les personnes de plus de 35 ans ont en général des idées politiques plus affirmées. L'électeur plus jeune, sans affiliation politique claire, est plus résigné ou indifférent. D'ailleurs, 18% des moins de 35 ans se disent indifférent. Ca correspond au fait que les jeunes sont moins politisés que les vieux.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Comment expliquer ce sentiment de résignation ? Est-ce lié au climat politique ?

Jérôme Fourquet : Il y a un élément d'explication dans les ventilations : plus on est à droite, plus on est révolté.  On l'a vu avec ce qui s'est passé depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir : les forces syndicales n'ont pas réussi à mettre les gens dans la rue, mais il y a eu toute une série de manifestations de colère très virulentes. Le fameux Jour de colère, le mouvement des Bonnets rouges, mais aussi la Manif pour tous.

Il y a donc une révolte vis-à-vis de la politique du gouvernement, et pour des éléments plus modérés, ça peut virer à la résignation, en mode "il n'y a rien à attendre de cette équipe là".

Mais c'est aussi plus large qu'un simple jugement sur l'incapacité du politique actuel à gérer la situation. Je pense que ça renvoie aussi à une prise de conscience que le pays a décliné depuis un certain nombre d'années, qu'il n'est plus moteur, ce qui entretient le pessimisme collectif des Français.

Christophe Bouillaud : On peut supposer que c'est dû au fait qu'une partie de l'électorat de centre droit est moins énervé qu'avant. Les gens qui étaient très exaspérés l'année dernière le sont moins aujourd'hui. L'année dernière, il y a eu la mobilisation de la Manif pour tous et des hausses d'impôts. Depuis, il n'y a pas eu de réforme sociétale, et il y a eu un tournant plus libéral. Les gens de droite modérée ont moins de raison d'être révoltés.

Dans quelles autres périodes a-t-on déjà pu assister à ce sentiment de résignation ?

Jérôme Fourquet : Il ne faut pas tendre le bâton : le sentiment de résignation est très fort, mais le sentiment de révolte n'est pas négligeable. Les deux cohabitent dans la société, il n'y a pas d'apathie généralisée.

Nous n'avons pas de données sur les mêmes questions, mais je pense que ce sentiment est relativement récent et doit correspondre à la fin des années 2000, avec une prise de conscience majoritaire que le modèle français est à bout de souffle, qu'il n'est plus adapté à la mondialisation et qu'il va falloir procéder à des réformes fondamentales et profondes, et prendre à bras le corps des chantiers qu'on a différé depuis des années. La réforme des retraites est un bon exemple : à la fin des années 1980, Rocard disait que ce sujet pouvait "faire sauter plusieurs gouvernements". Depuis, l'idée qu'il faut bien en passer par une réforme, même si c'est douloureux, a fait son chemin.

Il y a une résignation car on se dit qu'on ne peut pas faire autrement, mais aussi un pessimisme car on ne voit pas le bout du tunnel. On se désespère car les efforts qui sont demandés sont douloureux et d'autant moins bien consentis qu'on n'est pas sûr qu'ils permettent de pérenniser le système. On se demande si tout cela n'est pas vain.

Christophe Bouillaud : Je n'ai pas de données à long terme sur cette question. Mais cette révolte et cette résignation correspondent sans doute aux gens politisés/dépolitisés. Dans les décennies précédentes, on trouvait sûrement aussi des personnes révoltées. Mais cela voulait plutôt dire "politisées". "Résignées", cela veut dire "je ne m'intéresse pas à la politique".

Après, il ne faut pas donner trop d'importance à ces mots de "révoltés" ou "résignés". On sait qu'il n'y a pas eu de révolution en France depuis 1789… Les gens disent qu'ils sont révoltés, mais ne bougent pas beaucoup. C'est une révolte civilisée !

59% des sondés disent ne plus vouloir faire d'efforts pour le redressement des comptes publics, contre 41%. Alors qu'en 2012, ils étaient 67% à vouloir y contribuer. Comment concrètement cette volonté pourrait-elle se traduire ? Faut-il y voir le signe d'une résistance ?

Jérôme Fourquet : Ce retournement date de fin 2012, où la réponse "non" devient majoritaire. C'est au moment où les annonces fiscales sont arrivées. Comment cela peut se manifester ? Les Bonnets rouges sont un bon exemple, avec une région qui peut s'enflammer, des gens qui descendent dans la rue, alors que c'est une taxe qu'ils ne vont pas payer en direct. C'était inédit jusqu'à présent.

Ce sentiment de ras-le-bol fiscal peut prendre la forme des Bonnets rouges en Bretagne, mais aussi des pigeons en entreprises, des transporteurs routiers qui bloquent un certain nombre d'axes pour protester contre l'ecotaxe…

Ca se manifeste aussi par une très forte sensibilité à la question de la fiscalité. On a vu dans un certain nombre de villes, lors des municipales, que les maires qui voulaient proposer de nouveaux chantiers (tramways, etc.) devaient être particulièrement solide dans leur argumentation sur le financement. Le niveau des impôts locaux était en tête des priorités pour les Français lors des municipales : c'était totalement inédit.

Et, de manière bien plus silencieuse et plus quotidienne, on peut imaginer des comportements d'évitement de l'impôt : augmentation du travail au noir, non-déclaration d'une partie du travail à domicile, etc. A chaque fois que les parlementaires ou Bercy font le compte des rentrées fiscales, les moins-values sont toujours plus importantes. Cela illustre bien l'adage "Trop d'impôt tue l'impôt".

Christophe Bouillaud : Pour se révolter contre les impôts, il faut un minimum d'organisation sociale préalable. Le citoyen ordinaire, en France, ne se révoltera jamais contre les impôts. Par contre, il peut y avoir des groupes organisés qui s'énervent avant la hausse des impôts. En cas de hausse de la TVA, cela peut-être les commerçants, par exemple. Ou, dans le cas de l'ecotaxe, ça a été une région avec de forts liens sociaux, avec derrière les agriculteurs et l'agroalimentaire qui structuraient tout cela et ont permis de mettre en place une révolte.

En dehors de ça, il ne se passera rien, à part que les sondages continueront à baisser pour l'exécutif. Il ne peut pas y avoir de révolte contre la CSG ou l'impôt sur le revenu sans groupe organisé derrière.

Le cas du travail au noir n'est pas vraiment une révolte, c'est plutôt une échappatoire.

Et il ne faut pas oublier que des secteurs peuvent de moins en moins échapper à l'impôt. Par exemple, il y a moins de paiement en espèces dans les commerces ou les bars, avec le développement de la carte bancaire. Il est donc de plus en plus difficile de dissimuler des paiements.

Historiquement, les seuls qui ont brûlé des choses lors de révoltes fiscales sont les commerçants et les paysans. Si vous augmentez le prix du gazole des agriculteurs (le gazole non routier, NDLR), vous êtes sûrs qu'il y aura des manifs partout ! Si vous augmentez celui des routiers, vous êtes sûrs que toutes les villes de France seront bloquées. Mais si vous augmentez de 4 points la CSG, tout le monde dira "Ah, quel malheur", et il ne se passera rien.

> -85% des Français estiment que le gouvernement ne fait pas assez d'efforts de son côté pour réduire les dépenses, ils ne sont donc pas prêts à en faire de leur côté. Le contrat social peut-il y survivre ? Jusqu'où cette situation pourrait-elle dégénérer ?

Jérôme Fourquet : Le graphique est parlant : il y a un lien direct entre le jugement sur le niveau d'efforts fournit par l'Etat et ceux que les Français sont près à faire. Il y a un pacte. Et aujourd'hui, ce pacte est rompu.

Ce qui est spectaculaire, c'est qu'on est au point près avec les mêmes résultats que lors de la précédente enquête, fin 2013. Or, depuis, il y a eu le discours des vœux de François Hollande, toute une série d'annonces, la nomination de Manuel Valls qui dit qu'il faut aller plus vite en matière de réformes et d'économies, etc. Hollande et Valls ont pris de vrais risques vis-à-vis de leur électorat. Mais quand on demande aux Français "l'Etat fait-il des efforts ?", exactement la même proportion qu'en novembre 2013 répond "non".

Hollande et Valls ont beau s'agiter, les Français ne sont pas du tout convaincus de la réalité des efforts. Pour eux, il ne s'est rien passé depuis un an.

Christophe Bouillaud : N'exagérons pas. Il y a une surestimation très forte de la part du français ordinaire du train de vie de l'Etat. Une grande partie des citoyens pensent que l'Etat est super dépensier. Ils ne se rendent pas compte, pour la plupart, que l'argent des impôts est en grande partie redistribué sous forme de salaire de complément ou de services publics. Je pense que ces gens-là ne seraient satisfait des efforts de l'Etat que si François Hollande mangeait des nouilles tout l'hiver, vêtu d'une robe de bure et sans chauffage à l'Elysée.

On ne pourra jamais en faire assez sur le train de vie des politiciens pour les satisfaire. En pratique, les gens qui disent "je ne veux pas faire d'effort" seront fâchées si vous supprimez le service public près de chez eux.

Cette illusion fiscale de la population est particulièrement grande en période de crise.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 21/07/2014 - 10:12 - Signaler un abus Ils ont oublié des petites cases pour

    le FN, l'extrême-centre de gravité de la vie politique française, les sondeurs binaires... Alors, ils ne peuvent obtenir que des résultats binaires, très peu représentatifs de la situation! S'ils avaient élargi leur champ d'analyse, ils auraient compris que les résignés sont de futurs révoltés qui n'osent par encore franchir le pas, et que les révoltés sont de futurs révolutionnaires qui vont bientôt franchir le pas... Il n'y a pas à tortiller: le FN constitue la seule réponse à tous ces déçus de l'UMPSecolococologie, le seul parti qui peut tout changer, car il prendra à bras le corps les problèmes, avec courage, pragmatisme et détermination, toutes qualités qui manquent cruellement aux partis archaïques.

  • Par zouk - 21/07/2014 - 10:15 - Signaler un abus Sondage IFOP

    Révolté? Résigné? Indifférent? non: déséspéré

  • Par zouk - 21/07/2014 - 10:30 - Signaler un abus Faire encore plus d'efforts?

    Cette fois-ci, c'est au Gouvernement de faire enfin les réformes de structure qui s'imposent et à cette condition, oui, j'accepterais de faire un effort supplémentaire Dans l'état présent de choses, après les hausses d'impôts municipaux, départementaux (cf Paris avec la création d'une taxe départementale de 3% acceptée? ou décidée ? par Delanoë) régionaux et nationaux subis: NON

  • Par Anguerrand - 21/07/2014 - 14:14 - Signaler un abus À vangog

    Vous semblez être totalement obnubilé par vos convictions, je n'y vois pas d'esprit critique, n'avez vous pas vu que vous militez pour un FN ancienne formule alors que ce parti à viré à gauche, entre autre en faisant élire le maire d'Hayange (CGT)en soutenant un FDG. Il faut être aveuglé pour ne pas voir que le parti à viré les " trop à droite" que ce parti se fait plus discret sur l'immigration qui a fait son succès. Lisez le programme économique, c'est du socialisme pur teint, bonjour la déception des militants quand ils découvriront tout ça. Je vous accorde que sur l'immigration ils seraient ( conditionnel) les plus en pointe, mais le reste...Pourquoi MLP veut changer le nom du FN au profit de " bleu Marine" plus édulcoré? JMLP et les grognards contestent la nouvelle orientation du parti, moi aussi. Assez de drague auprès des militants PC-PS, qui eux ne changeront pas de logiciel intellectuel d'un à l'autre, il ne faut pas rêver. Le FN actuel est un nouveau parti de gauche, national certes mais socialiste aussi, comme le moustachu.

  • Par Nargath - 21/07/2014 - 14:40 - Signaler un abus Plein emploi au USA

    Avec 45 millions de personnes au food stamp. De qui vous moquez vous?

  • Par MEPHISTO - 21/07/2014 - 16:17 - Signaler un abus Tant qu ' il y aura du pain et des jeux

    Je l 'ai entendu plusieurs fois et j 'en ai fais le constat suivant : tant que les FRANCAIS de classe moyenne et les pauvres auront néammoins à manger dans leurs assiettes ( on ne meurt plus de faim en FRANCE depuis la présidence de VGE ) et que le travailleur et le retraité pourront valider un ticket , selon leurs moyens , à la FRANCAISE DES JEUX au PMU ect...ect... tant qu 'ils pourront vivre et espérer ... il n ' y aura pas de grèves généralisées comme celle de 1968 . et cette majorité " silencieuse " depuis les années 80 ( que MITERRAND a neutralisé par le porte-monnaie ) qui a le pouvoir de déclencher une révolution , à condition d 'avoir un ou plusieurs fédérateurs à leur tête .mais cet homme ou cette femme providentiel ( elle ) n 'existe pas

  • Par vangog - 21/07/2014 - 17:43 - Signaler un abus @Anguerrand http://www.frontnational.com/pdf/Programme.pdf...

    vous y lirez: "état fort", "recentrage sur les fonctions régaliennes", "préférence nationale", "modernisation de l'armée", "politique de la mer", "respect des valeurs Républicaines", "défense de la laïcité", "rétablissement du principe d'egalité et de méritocratie", "planification stratégique de réindustrialisation", "small business act", "suppression de la clause génerale de compétence" etc...je vous laisse prendre connaissance du reste et constater qu'il n'y a rien de "gauchiste" dans ces mesures de bon-sens, même parfois des mesures qui sont appliquées par les pays les plus libéraux et, donc, les plus protectionnistes...

  • Par Liberte5 - 21/07/2014 - 19:44 - Signaler un abus Faire mieux en dépensant moins.

    Christophe Bouillaud a une mauvaise analyse sur la dépense publique en France. L'IFRAP propose un niveau d'économie important des dépenses publiques: État, collectivités territoriales et hôpitaux sans porter atteinte à la qualité des services publics. Cela passe par des réformes structurelles qu'aucun gouvernement n'ose faire. La France est actuellement triple zéro; zéro confiance, zéro croissance , zéro réforme.

  • Par Anguerrand - 21/07/2014 - 22:09 - Signaler un abus À vangog

    Je lis seulement l'indigeste programme FN sur le site qui consiste à surtout critiquer et à éventuellement proposer quelque fois assez vaguement des propositions, juste pour , comme les autres partis pouvoir faire ce que l'on veut si jamais l'on est élu. Ceci dit par ailleurs j'ai lu avec intérêt les premières actions du maire de Béziers et la chapeau, il est conforme au FN historique. La j'approuve à deux mains.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€