Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Il n’y a pas que la baisse dans les sondages... La République En Marche et ses adhérents montrent déjà de sérieux signes d'essoufflement

Le vote pour les nouveaux statuts de LREM n'a rassemblé qu'un tiers des adhérents du mouvement.

Flop

Publié le
Il n’y a pas que la baisse dans les sondages... La République En Marche et ses adhérents montrent déjà de sérieux signes d'essoufflement

Atlantico : Ce jeudi 17 août, les nouveaux statuts de La République en marche​ ont été​ adoptés par 90,6 % des votants. Cependant, ce scrutin n'aurait eu qu'une participation de 32.1% des adhérents, soit 72 066 des 224 640 adhérents de LREM. ​Comment interpréter un tel niveau de participation ? Comment le comparer par rapport aux scrutins internes aux autres partis ? ​

Bruno Cautrès : Comme tout chiffre de participation, il faut bien sûr prendre en compte la base de calcul du pourcentage. Il y a déjà plusieurs observations à faire sur le sujet et un peu de clarification à apporter: dans le communiqué envoyé par mail à ses adhérents le 17 août pour proclamer les résultats, LREM parle de 224 640 membres du mouvement « à pouvoir participer au vote ». C’est sur cette base qu’est calculé le taux de 32.1% de participation au vote sur les statuts du mouvement. Mais si l’on se rend aujourd’hui sur le site du mouvement pour lire les statuts votés, ils parlent de « 373.000 adhérents du mouvement ».

Par ailleurs, dans une interview aux Echos parue le 17 août, Arnaud Leroy (membre du conseil d'administration de LREM et qui doit intégrer sous peu la direction collégiale provisoire du mouvement) déclare que « le nombre d'adhérents augmente et on approche aujourd'hui de 400.000 ».  L’écart entre les chiffres (qui est très important) s’explique sans doute par un filtre qui a été mis en place pour pouvoir participer au vote : celui-ci n’était ouvert qu’aux membres du mouvement ayant adhéré depuis au moins 3 mois à la date de la convocation de l’Assemblée générale qui se tenait du 23 au 30 juillet, les dates initialement prévues pour le scrutin (finalement le scrutin s’est déroulé sur presque un mois, le tribunal de Créteil ayant demandé sa prolongation jusqu'au 16 août, à la suite d'une demande de « marcheurs-frondeurs »). Seuls pouvaient participer les adhérents du mouvement ayant adhéré avant le 9 avril 2017. De fait, cela représente un peu plus de 148.000 adhérents qui n’ont pas pu participer au vote. Quoi qu’il en soit, la participation à ce vote des adhérents est faible. Comparer ce chiffre avec les données d’autres votes dans d’autres partis politiques n’est pas totalement simple : la nouveauté de LREM et la forme de l’adhésion (adhésion à 0 euros, en ligne et sans engagement à un corps de doctrine politique) rendent l’exercice délicat. Mais on peut néanmoins rapprocher le chiffre de participation donné le 17 août à celui d’autres votes d’adhérents et de militants d’autres partis politiques.

Lors du dernier congrès socialiste de Poitiers, en juin 2015, 71.140 militants ont participé au vote sur les différentes motions. Compte-tenu du fait que le nombre de militants socialistes à cette date-là était estimé à 131.000, cela fait mécaniquement monter le chiffre de la participation si on le compare au vote des statuts de LREM. De même, on peut noter que le vote de motions lors d’un congrès est sans doute plus mobilisateur qu’un vote sur les statuts. Néanmoins, en nombre absolu de votants, on voit que les deux chiffres de participation sont comparables alors même qu’en 2015 le PS est déjà en pleine crise et qu’en 2017 LREM est en plein essor, ce qui n’est pas un bon signe pour LREM.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 20/08/2017 - 11:35 - Signaler un abus Sortez les rustines, car

    ça fuit de partout de la grosse chambre à air du jeune entouré de vieux tromblons!!!

  • Par J'accuse - 20/08/2017 - 12:03 - Signaler un abus LREM n'existe pas

    Un parti n'a de sens et de légitimité que s'il est constitué de membres cotisants. Sinon, ce n'est qu'une vue de l'esprit; pire, c'est la plus grande escroquerie politique qu'a connue la Ve, un putsch de politiciens et d'énarques rejetant la démocratie. Le vrai nom de LREM est LDEM, la dictature en marche, et son guide suprême, son petit père des peuples, a conquis l’Élysée.

  • Par vangog - 20/08/2017 - 12:08 - Signaler un abus "Nous partîmes 3000, mais par un prompt déport...

    nous nous vîmes 500 en arrivant au port" ( ils seront combien à arriver à la cuisine finale?). LREM est une vaste arnaque médiatique type Madoff, avec sélection pyramidale des candidats à l'arnaque et déception finale tout aussi pyramidale...les médias Français gauchistes ne se sont pas grandis, sur ce coup-là!

  • Par pasdesp - 20/08/2017 - 12:20 - Signaler un abus Peut on voter avec une carte du PC Union Soviétique?

    Tant il y a de similitudes: le score du scrutin, la différence entre les adhérents selon la date de leur adhésion, la ligne du parti non discutable; Enfin, heureusement qu'on a Macron ses quasi pleins pouvoirs et sa chambre d'enregistrement qu'est devenu l'assemblée nationale avec MLP la democratie aurait eu du plomb dans l'aile!

  • Par Olivier62 - 20/08/2017 - 15:43 - Signaler un abus Bulle de savon

    Comme le dit @vangog, LREM n'est qu'une construction du système qui n'avait d'utilité que de servir de support à Macron pendant la campagne présidentielle. Ce "parti" sans aucune idée quelconque sur quoi que ce soit n'a plus aucune utilité une fois qu'il a servi, à l'instar du papier toilette ! LREM est malheureusement significatif du caractère de plus en plus manipulatoire d'une "démocratie" totalement vidée de toute substance.

  • Par KOUTOUBIA56 - 21/08/2017 - 10:37 - Signaler un abus Macreux est un illusionniste

    Macreux est un illusionniste et son parti, dont le seul but était de servir de support à la présidentielle, également. son programme n'est que du saupoudrage bien loin du bing bang dont le pays a besoin pour se redresser ( fin des 35 h fin de l'isf tva sociale et non pas hausse de la csg, fin du financement du syndicalisme à la con que nous avons baisse draconienne du nombre d'élus, arret de l'islamisation de la france). conclusion il se cassera la gueule comme tous depuis 40 ans. tant que le lavage de cerveau des francais comme quoi le socialisme mene un pays à la ruine ne sera pas entrer dans le crane des 60% de profiteurs de ce pays rien ne changera même avec Brigitte!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Par raslacoiffe - 21/08/2017 - 14:19 - Signaler un abus D'accord avec tous les commentaires.

    Particulièrement avec J'accuse. Macron et LREM c'est effectivement la plus grande arnaque de la Vè république. Merci aux journaleux et politologues de bazar de nous avoir vendu ce produit avarié.

  • Par phegp - 22/08/2017 - 10:55 - Signaler un abus Taux de participation...

    C'est étrange, on retrouve peut ou prou les chiffres de la présidentielle. Un comble, venant du parti gouvernemental ! La planche est très savonneuse, ces temps-ci.

  • Par A M A - 22/08/2017 - 12:02 - Signaler un abus Plus il verra ses soutiens se

    Plus il verra ses soutiens se ratatiner et sa toute puissance contestée, plus il va se réfugier dans l'autoritarisme et l'arbitraire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections (Panel électoral français de 2002 et Panel électoral français de 2007, Baromètre politique français). Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques.  En 2014 il a publié Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? aux éditions de La Documentation Française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€