Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Parité : les hommes sont désormais discriminés

Globalement, les statistiques officielles montrent que, sur l’ensemble du cursus scolaire, les filles et les femmes réussissent mieux et bénéficient d’une durée de scolarité plus longue que celle des hommes.

Chacun son tour

Publié le
Parité : les hommes sont désormais discriminés

La parité était à l’honneur ce lundi 8 mars, avec la journée mondiale du droit des femmes, grâce à laquelle les médias subventionnés nous ont servi leur marronniers sur ces méchants hommes qui usent et abusent de cette « minorité vulnérable » qu’on appelle les femmes. Il ne faut jamais rater une bonne occasion de stigmatiser la majorité masculine française hétérosexuelle qui exploite sans vergogne l’ensemble de la planète. Et si les médias ne savent plus très bien pourquoi ils stigmatisent, la majorité en question trouve, pour sa part, toujours une bonne raison de subir ces stigmates.

Le même jour, pourtant, l’Éducation Nationale publiait des statistiques qui démontrent combien ladite majorité exploiteuse se trouve désormais en position d’infériorité globale par rapport aux femmes.

La parité au profit des femmes

Globalement, les statistiques officielles montrent que, sur l’ensemble du cursus scolaire, les filles et les femmes réussissent mieux et bénéficient d’une durée de scolarité plus longue que celle des hommes. Le petit tableau qui suit montre comment les filles sont systématiquement, et à toutes les étapes de la vie, mieux scolarisées que les garçons:

Parité

On le voit, l’écart peut atteindre près de 10 points à certains âges de la vie, notamment à 20 et 21 ans.

Le résultat de ces différences est simple: le taux d’accès au baccalauréat est beaucoup plus élevé chez les filles que chez les garçons. Là encore, le schéma publié par le ministère est édifiant:

éducation nationale

Alors que, en 2000, les filles et les garçons divergeaient de 12 points dans le taux de détention du baccalauréat, cet écart est désormais de plus de 13 points.

Sur ces chiffres simples, soutenir qu’il existe une discrimination défavorable aux filles est donc totalement mensonger. En réalité, ce sont surtout les garçons qui ont besoin de discrimination positive aujourd’hui.

Parité : l’orientation est-elle coupable?

Reste que ce manifeste avantage aux filles se traduit par des conséquences très différentes en terme d’orientation à partir du lycée. Selon une tradition bien ancrée, les filles se portent volontiers vers des filières générales ou technologiques littéraires ou « sociales », alors que les garçons performent en séries S ou disparaissent des radars en s’enfonçant dans les filières professionnelles.

D’une certaine façon, les filles font des choix moyens, alors que les garçons élargissent l’écart-type, notamment en colonisant l’apprentissage.

Ce petit tableau officiel résume bien la situation:

Parité

Alors que la parité est au fond assez proche dans les séries S (mais avec peu de choix féminin d’orientation vers les écoles d’ingénieur ou l’informatique à l’issue du cursus) ou en sciences de gestion, les filles sont sur-représentées dans les filières littéraires ou sciences et techniques du social (dans le technologique) et sous-représentées dans les filières industrielles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mario - 09/03/2016 - 16:03 - Signaler un abus Très intéressant.

    Très intéressant. Mais nous fonctionnons toujours en terme d'oppresseurs -opprimés qui sont toujours les mêmes. L'idéologie gaucho-marxiste a de beaux jours devant elle.

  • Par Mike Desmots - 09/03/2016 - 16:35 - Signaler un abus La notion de parité est une désinformation socialiste typique

    Juste pour faire croire que sous leurs gouvernance tout le monde ...quelque soit son sexe est l'égal de l'autre ...! ce qui d'ailleurs est totalement faux ....c'est plutôt pour éviter une sélection ,par les qualités spécifique d'une personne ,son cursus son expérience et ses compétences ...donc une sélections par les sexe est une injustice doublée d'un absurdité ...d'ailleurs la démonstration fut faite ,avec le choix paritaire du gouvernement ,ils y a toujours à égalité ,autant de bras cassés de sexe différents......

  • Par fanfoué - 09/03/2016 - 17:34 - Signaler un abus Bonne analyse

    Les combats féministe se concentrent sur les filières nobles, comme le dit l'auteur. La parité pour la génération des 25/35 ans s'est inversé dans des domaines comme la médecine, le droit, l'architecture, mais demeure la même chez les ouvriers. On se plaint du manque de femmes dans l'armée ou la politique sans se demander si les femmes sont réellement tenter par ces filières. On est allé jusqu'à faire 2 niveaux physique de concours pour favoriser la féminisation des effectifs des pompiers ou de la gendarmerie, mais sur le terrain les missions seront les mêmes. Comment fera une fille de 50 kg pour sortir du brasier un type de 80 kg ? est-ce bien logique cette parité forcé ?

  • Par Joly Maurice - 09/03/2016 - 17:54 - Signaler un abus La victimisation est payante.

    Sous le gouvernement idéologique bobo socialo, se victimiser est payant! En Occident, dans l'ensemble, la femme est respectée et ses possibilités de carrière sont de nos jours parfois supérieure à celles des hommes. Mais pourquoi ne pas regarder vers la merveilleuse "diversité" importée? C'est dans ces cultures qui désormais nous voisine que les femmes doivent lutter. Mais là, attention, tabou!

  • Par adroitetoutemaintenant - 09/03/2016 - 18:04 - Signaler un abus @fanfoué

    Elle pourra toujours lui faire un pompier ! LOL

  • Par vangog - 09/03/2016 - 18:37 - Signaler un abus L'inégalité gauchiste à l'œuvre!

    A force de pousser les femmes dans des filières pour lesquelles elles n'avaient pas de réelles affinités, la gauche a largement écorné le mérite républicain, et déséquilibré des filières entières. Ainsi, dans le Médical, se précipitent des femmes qui n'ont pas le même goût qu'avaient les vieux Medecins pour le sacerdoce médical, ni la même appétence pour la pratique... Alors qu'elles s'arrêtaient, autrefois, en cours d'études, afin de fonder un foyer, elles vont, aujourd'hui, au bout du cursus...puis choisissent des demi-temps, ou s'arrêtent au bout de quelques années. Les corollaires de ces déséquilibres créés par la gauche, dans toutes les professions? Une désertification médicale, une natalité en baisse, et une pratique dévalorisée. Car si les femmes ont des capacités théoriques souvent meilleures que celles des hommes, elles ont un goût faible pour la pratique qui la rend légèrement inférieure à celle des hommes ( oh putain...le sexiste! Ouah, ouah! oui, oui, j'assume...). La preuve? Ben...ouvrez votre télé, vous y verrez, dorénavant une majorité des femmes, et un manque d'humour et de style généralisé, ainsi qu'une sévère soumission à la pensée unique...ouah, ouah!

  • Par kaprate - 09/03/2016 - 20:55 - Signaler un abus @vangog

    Je ne peux pas vous laisser critiquer la parité, c'est quand même grâce à elle que nous avons Myriam et Najat... Et en dehors de la spécificité des accidents domestiques (de cuisine, de bruits de chiottes...), elle font aussi bien que les hommes de ce gouvernement! Désolée, il fallait que quelqu'un vous le dise...

  • Par vangog - 09/03/2016 - 21:30 - Signaler un abus @kaprate il est vrai que la gauche a ouvert des horizons

    qui étaient autrefois nettement enfumés. C'est son seul et grand mérite...vous avez oublié Duflot qui, même partie, a laissé une grosse part d'elle dans ce gouvernement, et cette part demeure toujours inégalée...

  • Par kaprate - 09/03/2016 - 22:57 - Signaler un abus championne du monde!

    Inégalée et durablement odorante...

  • Par gerint - 09/03/2016 - 23:48 - Signaler un abus Beaucoup d'hommes deviennent des lavettes

    Ils se délestent de leur virilité mais aussi de ce qui va avec dans cette ambiance délétère et délèguent leurs responsabilités aux femmes qui sont écrasées et paient bien cher leur soit-disant liberté

  • Par Lafayette 68 - 10/03/2016 - 08:52 - Signaler un abus Féminisation

    83% des profs des écoles ou anciens instits sont des femmes, plus de 60% dans le secondaire.Finis les hussards noirs de la république. Ecole de la magistrature , juges aux affaires familiales , féminisation.Médecins : bientôt majorité féminine. Espérance de vie : 85 ans ( 79 hommes).

  • Par jurgio - 10/03/2016 - 17:11 - Signaler un abus La réalité est une progressive démasculination à marche forcée

    La politique, jadis apanage des hommes, est tombée depuis longtemps dans le marigot de la banalité. On s'endort doucement malgré des débats de chiffonniers. L'imagination est au chômage et la révolution des idées n'est plus pour demain. Seule l'accession à une place, à un poste est importante. On y gère un budget, au gré de son tempérament.ou de ses intérêts. J'entends dire que je suis mieux payé que ma collègue (ce qui, pour mon cas, n'est pas vrai...) La langue même perd son caractère unificateur : le masculin et le neutre sont (étaient) identiques mais on s'efforce désormais, à tout moment et en tout point, de faire émerger un genre féminin, qui n'est plus qu'une connotation de sexualité que jusqu'ici le langage ne présentait pas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€