Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le pari absurde d’une croissance sans investisseurs et sans entrepreneurs

Trois grandes entreprises viennent d'annoncer leur volonté de délocaliser leur siège social au Luxembourg. La faute à un "choc fiscal" français, absurde face à nos voisins européens, qui décourage l'investissement. Pour récupérer ses 100 000 exilés fiscaux, la France va donc devoir remettre à plat sa fiscalité.

Avis aux élus

Publié le

Eurofins Scientific, leader mondial dans les services bioanalytiques, 10 000 salariés ; Sword Group, 1 300 salariés, fournisseur de services informatiques et de logiciels; Storengy, filiale stockage gaz de GDF-Suez. Ces trois sociétés viennent d’annoncer leur intention de délocaliser leur siège social au Luxembourg.

Ces délocalisations sont désastreuses pour notre économie.

Les emplois perdus ne se limitent pas à quelques dirigeants. Ils concernent les fonctions "tête de groupe" (comptabilité, droit, finance, marketing), les emplois des prestataires (consultants, avocats, experts comptables) ainsi que toutes les dépenses de services (restauration, transport, immobilier, nettoyage, etc.). Quelles que soient nos professions, nous pouvons tous en être affectés.

Un choc fiscal décourageant

Nos entrepreneurs qui espéraient un choc de compétitivité, anticipent désormais un choc fiscal de 29 milliards d’euros, baptisé « réforme structurelle », pénalisant autant les entreprises (réduction des exonérations de charges salariales, hausse des cotisations retraites, hausse de la CVAE) que les investisseurs qui risquent de supporter des taux de prélèvements confiscatoires, supérieurs à leurs revenus !

En effet, si l’on combine les taux marginaux de prélèvements annoncés avec le rétablissement du barème ISF antérieur et une nouvelle tranche à 45% de l’impôt sur le revenu, on aboutit à de réelles « aberrations » fiscales pour les tranches les plus élevées, c’est-à-dire à un impôt supérieur au revenu.

Le rétablissement envisagé d’un plafonnement de l’impôt à 85% des revenus constitue la reconnaissance de ce constat attristant. Ce choc fiscal ne peut en effet qu’accélérer le mouvement d’expatriation qu’avait largement amorcé l’instauration de l’ISF.

L’ignorance absurde et dommageable de la concurrence fiscale dans une Europe ouverte

Si la Grande Bretagne baisse ses taux d’imposition, ce n’est pas seulement pour faire plaisir à ses riches, c’est aussi pour rester une place financière mondiale attractive et inviter les investisseurs à venir s’y installer. Si l’Irlande fixe un taux d’IS de 13%, ce n’est pas seulement pour faire plaisir aux patrons d’entreprises mais bien pour en capter le plus grand nombre possible sur son territoire.

Les comparaisons en Europe, quel que soit l’impôt, nous sont très défavorables. Entraînés par une dépense publique insatiable, nos dirigeants choisissent la démission : ils renoncent à l’effort et surtaxent, provoquant inexorablement un exode. Plus que jamais, notre fiscalité constitue une machine infernale à exporter les capitaux, les entreprises et les emplois. Au vu des conséquences des départs des français parmi les plus entreprenants et les plus fortunés, il s’agit d’un choc national équivalent à la révocation de l’Edit de Nantes.

Selon l’économiste Christian Saint-Etienne, l’ISF nous a coûté 0,3% de croissance annuelle depuis douze ans, ce qui représente 500 000 emplois perdus. D’après ses estimations, 20 000 chefs d’entreprise se sont expatriés sur la période 1997-2009, ce qui représente une perte de capital productif de 300 Mds€  en douze ans et ce qui explique largement notre déficit en PME.

Ces chiffres sous-estiment probablement le phénomène si l’on observe le fait que la Belgique compte environ 60 000 exilés français pour des raisons fiscales (sur 110 000 expatriés inscrits volontairement au consulat) selon le cabinet d’avocats bruxellois Dekeyser & Associés spécialisé dans les questions d’expatriation ou que sur les 5 500 fortunes étrangères imposées « au forfait » en Suisse, 2 000 sont d’origine française et que 44 exilés français figurent parmi les 300 premières fortunes suisses.

Déçus par la droite, paniqués par la gauche, entrepreneurs et investisseurs sont, on le constate, de plus en plus nombreux à s’exiler si l’on en croit la forte accélération du nombre de Français inscrits au registre consulaire en 2011 dans les pays les plus accueillants fiscalement (les inscriptions étant optionnelles, ces chiffres sous-estiment évidemment la réalité des expatriations) :

- Suisse : 155 743
- Royaume-Uni : 123 306
- Etats-Unis : 122 686
- Belgique : 109 426
- Maroc : 44 000
- Luxembourg : 22 720

Au vu de ces chiffres, on peut estimer entre 50 000 et 100 000 les français qui résideraient à l’étranger pour des raisons fiscales (qui ne peuvent être confondus avec des expatriés pour raisons professionnelles) privant ainsi notre pays de ressources, de capital et d’emplois. Si l’on fait l’hypothèse minimale d’une perte fiscale moyenne de 40 000 euros par expatrié (évaluation basse), on aboutit au total à une expatriation de recettes fiscales annuelle comprise entre 2 et 4 milliards d’euros.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par letroll - 11/05/2012 - 08:28 - Signaler un abus Luxembourg, Irlande ... l'Europe des parasites

    ces pays pratiquent une fiscalité parasite. Avec une population assez faible, il leur est assez facile de n'appliquer qu'un taux de taxe assez faible pour ne faire venir que les sièges sociaux, les moyens de production et les clients restant dans les pays d'origine. la seule solution pour nous serait de brevoir complètement les règles de taxation pour les sociétés n'ayant pas leur siège en France, en taxant directement sur le chiffre d'affaire réalisé en France, sans prendre en compte les marges ... si la taxe est trop élevée , l'entreprise ne travaillera plus sur le marché français et laissera la place à une entreprise française ... le protectionnisme redevient obligatoire dans ce monde, sinon il y aura toujours un parasite pour faire moins cher

  • Par mumus - 11/05/2012 - 08:29 - Signaler un abus Un gouvernement de technocrates

    Il fallait s'y attendre, Hollande est un énarque pur jus et ne comprend rien aux entreprises; son gouvernement en gestation va nous produire une machine à punir le travail au nom de la sacro-sainte égalité selon les socialistes; la catastrophe annoncée est déjà en marche avant même la première mesurette mise en place par le gouvernement; préparons nous à danser le sirtaky ....

  • Par ZOEDUBATO - 11/05/2012 - 08:30 - Signaler un abus Bien d'accord mais deouis une éternité les gens lucides

    disent que ce sont les actionnaires, les investisseurs, les entrepreneurs et les cadres qui créèent des emplois pérennes apportant à la Fance la richesse économique lui permettant d'assurer une politique humaniste Seulement voilà il existe en france un clan qui ne vit que sur le travail des autres via les impôts et qui considèrent que toutes les richesses créées par les privés leurs appartiennent A force despoliation fiscales, sociales et de stigmatation les entrepreneurs partent alors maintenant ce clan veut exiger de l'Allemgne de lui fournir l'argent nécessaires plutot que de réduire leur train de vie Le refus de la réalité est le berceau des dictatures

  • Par letroll - 11/05/2012 - 08:33 - Signaler un abus autre solution : flinguer les clients de ces boites

    prenons l'exemple de sword groupe : il est possible de dire à leur client français :" vous faites travailler une entreprise qui pratique l'exil fiscal, nous ne savons pas ce que cela cache, donc nous vous faisons un contrôle fiscal complet ... ", cela permettra de flinguer rapidement le business des entreprises qui s'exilent. Les contrats et les collaborateurs passeront dans des boites françaises ...

  • Par ZOEDUBATO - 11/05/2012 - 09:10 - Signaler un abus @Le troll : Vive les 3F

    Le plus simple serait d'ouvrir des camps de rééducation par letravail ou les gardiens (des gens comme vous) pratiquerait les 3F C'est une méthode qui est toujours très à la mode et qui donne de bons résultats pour spolier les privés au profit de votre clan

  • Par kaplan - 11/05/2012 - 09:52 - Signaler un abus la gauche ne veut pas régler les vrais problèmes de la France

    la gauche fera tout pour "tondre" les riches, ces salauds nuisibles à la société française, car en réalité elle ne veut pas régler les problèmes de la France. c'est pourquoi elle appliquera des taux d'imposition punitifs et elle triplera l'ISF... avec un plafond à 85%, ce qui relève du gag. Tant pis pour la France, les entrepreneurs partiront, ils auront raison. Ils reviendront peut-être un jour quand tout ce sera effondré. Là oui ont leur demandera de revenir en catastrophe. La France est un balcon sur l'enfer et je contemple le spectacle qui s'annonce avec tristesse. tant pis pour la France, tant pis pour les chômeurs, les travailleurs pauvres, les familles monoparentales. Ciao la France!

  • Par quenottes - 11/05/2012 - 09:53 - Signaler un abus Colbert

    En France nous n'aimons pas l'argent et ceux qui en ont.. Le peuple le plus idiot.. Connaissez-vous l'histoire de Colbert : il y a 3 catégories d'individus: les pauvres qui ne rapporteront rien à l'état Les riches qu'il faut choyer car 1 riche fait vivre au moins 10 pauvres La classe moyenne qui est celle qui peut rapporter beaucoup à l'état car elle veut par le travail augmenter son statut social.. Celle-la on peut la taxer car elle travaillera toujours plus vieille histoire n'est-ce-pas ? cependant : plus de riches plus de respect de ces gens = perte pour les autres Classe moyenne surtaxée ( conséquence, en partie, de la disparition de la classe riche) = fatigue, productivité diminuée = découragement Classe pauvre augmentant = droits sociaux délirants perte de compétitivité perte de cervelles aussi car ceux qui réussissent sont souvent intelligents et entreprenants Comment avoir alors de la croissance ? en pompant l'argent des autres pays voisins.. allons donc ..comment croire qu'ils vont se laisser faire !!! socialisme qui disaient...... nivellement vers le bas

  • Par Alex de M. - 11/05/2012 - 09:55 - Signaler un abus N'ommettons pas les exilés de l'intérieur

    Tous ceux qui devant le choix de la croissance de leurs activités, se disent que le jeu n'en vaut pas la chandelle, qu'il est probable que si leur investissement ou leur prise de risque s’avère positif on ne leur en laissera que si peu le bénéfice qu'il ne vaut vraiment pas la peine de se crever la paillasse. Tout ceux aussi qui sentent que travailler pour payer des impôts qui ne feront qu'alimenter les clientélismes du PS, et financer l'immigration de remplacement ne fera aucun bien ni à eux ni à leur enfants ni à leur pays.

  • Par laurentso - 11/05/2012 - 09:56 - Signaler un abus Evidemment qu'il faut remettre à plat la fiscalité

    Il est ridicule que les pays européens, plus encore les pays de la zone Euro, aient des fiscalités différentes ! On voit des riches Français émigrer vers la Belgique où l'impôt sur le revenu est supérieur à celui de la France, sauf pour les non Belges! C'est absurde. Et il faudra se pencher sur le cas du Luxembourg, plaque tournante de l'argent des mafias européennes. Concernant la France, il faut mettre fin aux "effets d'aubaine" des niches fiscales, tout en évitant les taxations intempestives. L'ISF est un impôt juste fiscalement, mais inefficace au plan budgétaire. Et surtout, le plus important, est de réorienter l'épargne des Français, riches et moins riches, vers la création de richesse. Ce n'est pas qu'une affaire de fiscalité. Mais quand il est plus rémunérateur de spéculer, d'acheter des titres de dettes d'Etat, que de travailler ou de créer une entreprise, c'est qu'il y a un problème quelque part. PS : les délocalisations de siège annoncées par les sociétés mentionnées dans l'article, au Luxembourg, ne devraient pas se traduire par d'importantes pertes d'emplois, ni même de taxes, les productions demeurant en France.

  • Par letroll - 11/05/2012 - 10:33 - Signaler un abus le plus simple : contrôle fiscal !!

    kil est clair que des pays comme le Luxembourg ( et quelques autres en Europe ) vivent comme des parasites et des états voyous. Donc toute société se délocalisant dans ces pays peut être légitimement soupsçonnée d'être liée de pès ou de loin à des trafics illicites. N'oublions pas que ces mêmes sociétés ont absolument besoin de la France pour vendre leurs produits et services car elles ne produisent rien sur place. La solution : contrôle fiscal approfondi de leurs clients français qui pourraient donc eux-mêmes être liés à ce type de trafic.. Bilan : ils reviennent en France ou ils perdent tous leurs clients :-))

  • Par Lrt64 - 11/05/2012 - 11:17 - Signaler un abus @letroll et aux adeptes du contrôle fiscal

    Et vous voulez faire des contrôles fiscaux aux français vivant et habitant a l'étranger? Et au nom de quoi ? Et surtout pour faire payer quoi car a partir du moment ou on vit et on travaille a l'étranger on n'est plus redevable au fisc français. Cette évidence associe au fait que la matraquage fiscal des riches les font partir devrait suffire a convaincre n'importe qui. Et si vous êtes vraiment de mauvaise fois on pourra vous dire que 0.1% des plus riches contribuent a l'impôt pour presque 15%. Si vous n'êtes pas encore convaincu et bien c'est que vous acceptez soit de payer plus d'impôt pour combler le manque a gagner du a l'exil des plus riches, soit que l'Etat ait moins de rentrées d'argent

  • Par Equilibre - 11/05/2012 - 12:48 - Signaler un abus libéralisme et concurrence

    Ben oui quoi!!! Plus de frontières, aucune, ni pour l'argent, ni pour les marchandises, manufacturés ou non, ni pour les hommes. Les états sont transformés en pays hôtel, servant la soupe à leurs populations. Une saine concurrence s'installe entre tout et tous, quoi de plus normal? Le plus fort bouffe le plus faible, c'est la loi de la nature. Ah, nous sommes parmi les plus faibles (et les plus cons aussi)... Zut. Bon, euh, au secours...

  • Par letroll - 11/05/2012 - 15:35 - Signaler un abus contrôle fiscal ( mode d'emploi )

    le principe est assez simple : les entreprises qui veulent s'installer au Luxembourg ou en Suisse continuent en fait de travailler en France car elles ont besoin de produire et de vendre, donc elles sont bien obligées de conserver leur vraie activité en France. Si on considère que ces pays sont les plaques tournantes du blanchiment d'argent sale on peut considérer que tout client de ces entreprises est susceptible de participer à ces trafics. Le contrôle fiscal s'appliquera donc sur les entreprises clients et les dirigeants de ces entreprises .. conclusion : perte de clientèle rapide pour les exilés fiscaux et retour au bercail... Dans une économie vraiment libérale, tous les coups sont permis et les états ont tous les droits

  • Par letroll - 11/05/2012 - 15:44 - Signaler un abus contrôle fiscal ( exemple )

    soit un directeur informatique ayant signé un contrat avec une SSII venant de s'exiler ( ou plutôt d'exiler son siège et ses impôts dans un paradis fiscal quelconque ), son entreprise et lui-même à titre perso reçoivent la visite du fisc qui leur dit :" bonjour on vient contrôler que tout est clean chez vous et que vous n'avez pas touché de l'argent sale " ... au bout de 3 mois la SSII n'a plus un client en France ...

  • Par letroll - 11/05/2012 - 15:51 - Signaler un abus exemple Irlandais ( parasitisme et faillite )

    l'Irlande est le pays parasite de l'Europe par excellence. Les Irlandais ont fait venir les entreprises chez eux simplement en réduisant les taux de taxe, alors qu'ils n'avaient aucun avantage compétitif puisque les entreprises ont même fait venir leurs salariés sur place. Au plus fort de la crise, les autres pays européens ( ces pauvres nazes socialo-communistes qui font payer des impôts ) ont renflouer l'Irlande qui était en pleine puisqu'en de ne pas faire payer d'impôt les irlandais ont aussi payé les dettes des banques :-))) c'est beau les principes du libéralisme quand le "socialisme" est là pour payer :-))

  • Par letroll - 11/05/2012 - 15:53 - Signaler un abus salop.. de clavier à la c...

    il manque des mots dans mon post précédent .. désolé

  • Par fms - 11/05/2012 - 16:22 - Signaler un abus contre-exemple d'exil fiscal :

    Michaël Vendetta ! désolé...

  • Par GOGO - 12/05/2012 - 00:08 - Signaler un abus des chiffres avancés

    très peu paraissent crédibles :l'isf couterait 30000 emplois ? ,,,,qui n'est qu'un enfumage d'une élite autosupposée , 40000 exilés fiscaux au Maroc et pourquoi pas 90000 fuyards aux galapagos .... Mais finalement comme dit l'autre vaut mieux être rîche et de gôche c'est moins cruche que pôvre et de droate. .....et Carrefour n'est-il pas un bon exemple de spoliation (de l' actionnaires ,a la caissiere) malgré les délocalisations ! etles top-managers !

  • Par Benvoyons - 12/05/2012 - 00:41 - Signaler un abus @laurentso - 11/05/2012 - 09:56 je suis d'accord avec une partie

    de ton mémo. Et surtout, le plus important, est de réorienter l'épargne des Français, riches et moins riches, vers la création de richesse. Ce n'est pas qu'une affaire de fiscalité. Mais quand il est plus rémunérateur de spéculer, d'acheter des titres de dettes d'Etat, que de travailler ou de créer une entreprise, c'est qu'il y a un problème quelque part. Qui se charge de convaincre Nain Pays Bas et Elena concernant ses placements passifs.( que des biens immobiliers même pas une assurance vie) C'est vraiment pas un Président Français très convainquant pour la dynamique économique des entreprises. Et il donne des leçons aux riches! c'est qu'un Nain avec un esprit tordu et malsain.

  • Par honduras - 12/05/2012 - 08:37 - Signaler un abus instabilité fiscale

    la france est un pays instable sur le plan fiscal et juridique. Pour une entreprise toute son organisation peut-être remise en cause suite à une élection, l'instabilité devient même technologique voir areva et edf suite à la rosemania. les tranches d'impôts supérieures ont un effet électoral mais concerne tellement peu de monde que ça n'a aucun effet sur les rentrées fiscales, ça fait seulement le bonheur des juristes et principalement de la suisse et du luxembourg. Pour nous c'est effectivement une perte de 2 ou 3 milliards mais surtout ça nous prive de gens qui ont la capacité de mettre des moyens en france. l'affaire bettancourt, personne ne dit que loréal c'est 1 milliard de clients dans le monde, que la première fortune de france versait des sommes considérables dans les fondations, informez vous, allez voir ce que rapporte apple !

  • Par Ludo1963 - 12/05/2012 - 10:50 - Signaler un abus Excellent article. Tout est dit. La "gauche" française coupable

    Mais quel guignol ce Hollande. Appeler à la croissance (pour éviter les réformes structurelles impopulaires, que la gauche en France n'a JAMAIS faites), et taper sur la tête des créateurs de croissance, il n'y a que notre PS français capable de sortir une pareille ânerie, comble de la démagogie. J'ai peine à croire qu'Hollande puisse y croire, on le dit si intelligent. Mais que voulez vous, avec cette pensée unique médiatique, si humaniste et bien pensante, qui adoube les idées de ce PS, et des électeurs au diapason (seulement 51%) Depuis 1981 beaucoup de créateurs d entreprise sont partis. Ils ne reviendront pas , beaucoup d autres s apprêtent à partir. Je suis à Lille ici on connaît bien le problème. Il n y a pas que la fiscalité. avec Hollande le changement c est pas pour maintenant : code du travail, lourdeur administrative, climat anti patrons, anti entreprises, anti travail, recherche improductive, çà fait beaucoup. Notre brave pépère Hollandreou, et toute sa cour d'abrutis ou démagogues, font bientôt le comprendre. Je parie que dans un an maxi, le temps que les effets se produisent, la France passera en décroissance et baisse de notation. Spirale infernale pour le PS

  • Par Ludo1963 - 12/05/2012 - 11:12 - Signaler un abus Avec HOLLANDREOU, la France va devenir un ENFER FISCAL

    Il y a beaucoup de paradis fiscaux, c'est pas bien. Mais au moins la population de ces pays en profite. Avec Hollande on va encore innover dans le genre "aucun pays au monde ne nous imitera" comme pour les 35 h. Il a rien trouvé de mieux que de nous pondre un enfer fiscal, pour satisfaire le fond de lutte des classes, "besoin de justice ", entretenu par nos chers medias crétins. Nul besoin d aller dans un paradis fiscal , ou au Luxembourg. La Grande Bretagne, le Bénélux, les pays nordiques, l'Allemagne , les États Unis , le Canada offrent beaucoup plus d avantages aux entrepreneurs. A même niveau d effort le résultat est supérieur, et il est moins taxé En France, un dirigeant de PME se défonce souvent au boulot en gagnant tres peu , voire rien. Et si on pense en plus à la mondialisation, la Chine , l'Inde, le Brésil ça fait beaucoup.. Quand un jeune entrepreneur démarre son entreprise a l étranger , qu il y fonde ensuite une famille il ne revient pas. Surtout quand dès qu'on abaisse la fiscalité, on est conspué et quasi obligé de revenir en arrière , et que de toutes façons le gouvernement suivant va la rétablir en tapant encore plus fort.

  • Par brennec - 12/05/2012 - 12:12 - Signaler un abus pas la peine de rèver....

    Arrêter l'émigration? Voila qui ressemble a un rève en couleur. Il faudra que les effets s'en fassent sentir lourdement pour qu'on commence a y penser. Pour ce qui concerne les services publics allemands ils sont supérieurs en qualité aux services français et coutent moins cher si l'on en croit le benchmarking de l'institut thomas more.

  • Par Ganesha - 12/05/2012 - 16:46 - Signaler un abus Armée de Coblence

    De 1789 à 1815, la France a déjà connu une émigration de ses élites... On sait ce qu'il en advint !

  • Par bobocleaner - 12/05/2012 - 17:54 - Signaler un abus ce qui est trés drole

    c est que soit les socialistes acceptent la réalité et font un bras à leur électorat soit ils la nient et comme la dynamique s'est accéléré ils n'ont pas 2 ans devant eux.

  • Par NYOR - 12/05/2012 - 18:03 - Signaler un abus bobocleaner / mumus

    Les petits taureaux toujours prêts à foncer sur le drapeau rouge. Vous oubliez juste un PETIT détail. C'est Sarkozy qui a fait la proposition inquiétante pour les entreprises françaises : à savoir commencer à taxer les revenus hors de France. Rendez à César, euh, à Napoléon III, ce qui lui revient. Comment ne pas paniquer lorsque la droite même fait ce type de proposition idiote ?

  • Par NYOR - 12/05/2012 - 18:24 - Signaler un abus Alex de M

    Tout ce dont vous parlez, ont une vue totalement égocentrique de leur entreprise. Qu'ils s'en aillent. Heureusement qu'il y a des patrons dont l'entreprise est la chair et le sang. Hollande est un pragmatique. Le problème de l'argent n'est pas là aujourd'hui. Le problème est comment on l'acquiert aujourd'hui. Par des placements ou en créant réellement de la valeur ajoutée. Il y a suffisamment à prendre dans la poche des premiers pour aider à développer les seconds. Nous avons une élite sclérosée, qui ne se renouvèle pas. Celui, de droite comme de gauche qui permettra à quelqu'un de la base de devenir millionnaire aura mon soutien. Sarkozy s'est foutu du monde. IL n'a fait que protéger notre vieille élite en réduisant le "travailler plus pour gagner plus

  • Par NYOR - 12/05/2012 - 18:25 - Signaler un abus Suite

    A un vulgaire concept d'heures sup'. Telle est l'ambition de notre droite... Ras du plancher. Alors que le développement d'un véritable ascenseur social permettrait non seulement de dynamiser notre économie mais de redonner de l'espoir aux franges de la population les moins favorisées.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fondation Concorde

La Fondation Concorde est un think tank français fondé en 1997, présidé par Michel Rousseau (professeur associé à l'Université Paris-Dauphine). Tournée prioritairement vers les TPE/PME et l’industrie, elle a pour préoccupation permanente la compétitivité des entreprises et l'entrepreneuriat, tout en exigeant un Etat allégé et la réduction de la dépense publique.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€